AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Le Porte-Malheur
avatarMelany R. Crowley


Messages : 41
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mer 27 Aoû - 10:42

Melany avait toujours été relativement proche de ses sentiments. Pas dans le sens où elle était hyper-sensible ou explosive. Melany était plutôt consciente de ses émotions. Elle s’efforçait d’être à l'écoute de ce qui se passait dans son cœur et dans son corps lors de différentes situations afin de bien comprendre ses émotions. Elle ne voulait pas se retrouver dans une situation où elle ne comprendrait pas ce qui lui arrivait et qu'elle perdrait complètement le nord. Elle voyait souvent dans des films hollywoodien la jeune femme avoir un coup de cœur pour un garçon et devenir alors complètement gaga. Elle les trouvait ridicules. La jeune Felidea voulait pouvoir garder le contrôle et ne pas trop se couvrir de ridicule. Elle faisait déjà suffisamment de gaffes en temps normal, pas besoin de venir compliquer les choses en devenant stupide face à une émotion forte.

Melany avait également toujours cru en l'amour. Et c’était grâce à ses parents. L'amour que se portait M. et Mme. Crowley en avait été un pur et puissant. Le visage de Mary Rose s'illuminait chaque fois que son mari entrait dans la même pièce qu'elle. De même, les épaules de David James se détendait automatiquement chaque fois qu'il entendait la voix de sa femme. Ils ne souriaient jamais aussi longtemps que quand ils se chuchotaient des secrets dans l'oreille. Ils ne riaient jamais aussi fort que quand ils se frôlaient le bas du dos dans la cuisine. Ils se faisaient les yeux doux et avaient une tonne de petites attentions ou de petits mots doux l'un pour l'autre, au quotidien. Ils n’étaient pas toujours d'accord sur tous les sujets, mais ils finissaient par trouver un moyen de s'entendre pour que la maisonnée retrouve son éclat et sa joie. Il semblait à la jeune Crowley qu'il y avait bien une éternité que sa maison était terne et triste... Melany avait donc compris jeune ce qu’était le vrai amour, ce qu'il faisait naître en vous et à quel point il était précieux.


-Franchement Atara, apprend à vivre! Cette pauvre fille ne méritait pas ça.

Ainsi, collée tout contre ce joli jeune homme, Melany Rose Crowley oubliait tout le reste. Et elle savait parfaitement ce qui lui arrivait. Elle avait le bégin, le flirt, le coup de foudre. Son sauveur lui plaisait énormément. Même s'il l'avait traitée de pauvre fille, il lui était venu en aide, ce qui était mieux que ce à quoi elle était habituée. Les mains moites, le regard incapable de regarder autre chose que lui, son visage qui s'empourprait, sa bouche sèche, son cœur qui battait plus vite, ses jambes molles... Tous les éléments étaient en place pour prouver les sentiments que Melany éprouvait. C’était les mêmes réactions physiques que quand elle regardait son acteur de cinéma préféré. Le jeune homme était son super-héros, son prince charmant, son mystérieux samaritain. Melany ne comprenait pas pourquoi il l'avait aidé, plutôt que de rester sur le bord de la piscine à rire d'elle, comme l'avait fait tous les autres, mais elle lui en était reconnaissante. Et ce geste inattendu devait certainement aider Melany à le trouver encore plus beau. Elle le laissa l'amener à l’écart, heureuse de ne l'avoir que pour elle quelques instants.

-Excuse ma sœur, parfois, il lui passe de drôles d’idées par la tête... J’espère que tu vas bien, tiens, prend ça, tu n'auras pas à t'en faire pour ta robe blanche...

Melany agrandit les yeux d'horreur et ses joues s’empourprèrent encore une fois. Elle baissa les yeux, ne sachant plus où se mettre. Elle voulait disparaître, finalement. Elle n'avait pas réalisé que sa robe était devenue transparente une fois mouillée. Ainsi, son sauveur avait pu facilement voir ses sous-vêtements et la forme exacte de son corps, tout comme les autres présents dans la salle de la piscine. Elle eut une petite pensée de remerciement pour sa tante, qui avait su en choisir de très jolis... Quand elle senti la chaleur du veston contre son dos, elle l'enfila et ferma le devant en le serrant fort sous ses bras pliés sous sa poitrine. Elle releva les yeux et regarda longuement le jeune homme en face d'elle. Ses yeux avaient quelque chose de magnétiques, d'hypnotisants, de vraiment trop beau...

-Merci... pour le veston et, surtout, pour m'avoir sorti de là...

Melany prit place sur un banc qui se trouvait à deux pas d'eux, le long du mur, espérant seulement que le jeune homme ferait comme elle.

-Je m'appelle Melany. Melany Crowley... Et toi?

Melany lui fit un petit sourire timide. Elle remarqua que ses effets personnels étaient toujours à l'endroit où elle les avaient laissés, ce qui était plutôt positif, c'était signe qu'il n'y avait pas de voleur sur place. Elle n'alla pas pour autant les chercher, de peur de briser ce qu'elle avait avec le jeune homme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
They see me rollin', they hatin'
avatarEzra T. Colfer


Messages : 202
Date d'inscription : 31/07/2013
Emploi/loisirs : Revendeur de drogue, réceptionniste au Hell Inn


Feuille de personnage
Phobie: N'exister que pour balancer les actions de Quetzalcóatl
Ambition secrète: Être une bonne personne

MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mer 27 Aoû - 20:03

Tezcatlipoca n'avait jamais connu l'amour avant de passer dans ce monde. Il avait longtemp été beaucoup trop préoccupé par ses devoirs de dieu maléfique pour seulement songer à se laisser aller à ce genre de choses. Il s'était abandonné à la luxure avec joie, toutefois. Puis, il avait précipité la chute de son frère en le poussant à commettre ce crime contre sa pureté. Les premières années suivant sa fuite de l'ancien monde, le dieu avait continué à faire le mal. Même après avoir réalisé qu'il était désormais libre, il s'était facilement laissé sombrer dans la noirceur. Puis, avec les années, il avait commencé à développer son libre arbitre, lequel n'était toujours pas complètement au point, aujourd'hui.

Le dieu aux allures de jeune homme avait connu l'amour quelques fois. Néanmoins, chacune de ses relations s'était terminée abruptement ou, pire, avec la douceur et la tiédeur de l'amitié. Aucune ne l'avait pleinemen satisfait. Il lui semblait que trouver le véritable amour serait l'affront ultime à faire à Quetzalcoatl. L'amour serait la preuve irréfutable qu'il n'était plus l'esclave du mal et, de ce fait, le faire-valoir de son frère. (Qui était maintenant sa soeur.) C'était pourquoi Tezcatlipoca avait accordé toute cette attention à Kayla. En se sentant attiré par elle et fasciné par son art, il s'était dit que ces sentiments étaient peut-être les bases d'un vrai amour. Ce soir, elle lui avait confirmé qu'elle avait de forts sentiments pour lui, ce que lui aussi ressentait. Le dieu espérait que cette relation ne serait pas une chimère, comme l'avaient été toutes ses autres relations.

Ezra prenait bien garde à éviter d'utiliser son pouvoir d'analyse des reflets en public. Il ne voulait pas passer pour un fou qui fixait une fenêtre avec un intérêt soutenu. Sa bague lui était bien utile pour emprisonner temporairement les reflets, mais il lui était difficile d'en capturer un sans faire des mouvement débiles de la main. Pour que son objet magique fonctionne, il fallait que le dieu aperçoive une partie de la personne sur laquelle il voulait des informations se reflétant sur la surface de la bague. Il avait fini par y arriver avec Kayla, puisqu'ils passaient beaucoup de temps ensemble. Il y était aussi souvent arrivé avec des étrangers ou dans un foule, alors qu'on ne portait pas attention à lui.


- Je pourrais te renvoyer la pareille… Il semble que les premières impressions ne soient pas toujours justifiées. Je ne t’imaginais pas non plus ce genre d’amis.

-Je ne savais pas que je devais obligatoirement avoir un genre d'amis.

Ezra avait décidé de prendre à la légère ce commentaire sur ses fréquentations. Il était indéniable que Lenny n'appréciait personne dans cette salle. Dans le cas contraire, il aurait probablement été occupé à discourir sur la musique classique ou un autre sujet assez sérieux pour lui.

-Mais enfin, je n’ai pas réellement choisi d’être ici. Les parents de Kayla sont des clients de ma mère, et elle a pensé qu’ils seraient bon que je fasse la connaissance des jeunes de bonne famille de mon âge… Je suis au moins content de te revoir.

-Moi aussi, je suis content de te revoir.

Le dieu profita que le jeune homme près de lui fusse concentré sur sa boisson pour essayer de capter son reflet sur la surface de sa bague magique. Il essaya de conserver un air calme et innocent, mais un sourire victorieux força le chemin jusqu'à ses lèvres lorsqu'il y arriva. Il n'eut pas à s'inquiéter de devoir le justifier, car il sentit au même moment la main de Kayla sur son épaule.

-Salut! Hey Lenny, comment tu vas? J'espère que tu auras eu un peu de plaisir ce soir!

Un peu de plaisir. Ezra se mordit la langue pour éviter de rire. Sa tendre moitié avait très bien réalisé que cet invité en particulier n'était pas dans son élément à cette soirée et elle le laissait comprendre.

- Eh bien… Je dirais qu’il n’est pas toujours simple de se lancer dans une soirée où l’on connaît si peu de monde, mais je commence à me faire à l’ambiance. J’espère qu’elle est à la hauteur de tes attentes. Mais vous m’excuserez, il va falloir que je fasse un détour par le banquet.

Un détour, bien sûr. C'était plus poli que de dire qu'il fuyait.

-Oups. On dirait que tu l'as fait fuir.

Après un rire bref, il prit la main de Kayla et lui sourit.

-Alors, satisfaite de ta soirée?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I would be a Gryffindor
avatarFrederik Holmes


Messages : 97
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mar 2 Sep - 10:52

Frederik voulait rendre ses parents fiers, mais sans pour autant tout sacrifier. Il voulait les rendre honorés, tout en restant lui-même. Que son père lui lance un regard plein de douceur, pour quelque chose que Frederik avait eu envie de faire et non pour quelque chose que Frederik avait fait seulement par obligation pour la famille. Le jeune Holmes voulait les rendre fiers, mais sans pour autant leur ressembler. Sa mère, ça allait. Bien que Frederik n’était pas satisfait que sa mère reste avec son père, malgré toutes les horreurs qu'il lui disait et la violence qu'il lui infligeait, Frederik trouvait sinon que sa mère était quelqu'un de digne. Il ne voudrait pas être soumise et résignée comme elle, mais il voudrait bien du reste. Elle avait de bonnes valeurs, un bon caractère, de bonnes ambitions et surtout beaucoup de compréhension. Sa mère était douce, calme, gentille, prévenante, attentionnée... Tout le contraire de M. Holmes... Quand celui-ci n’était pas à la maison ou lorsque celle-ci était remplie d'invités, le père de Frederik était irréprochable. Toujours bien mis, posé, calme, respectueux, intelligent, travaillant, à l’écoute... mais une fois le masque de perfection enlevé, il devenait un tout autre homme. Et c’était précisément ce que Frederik ne voulait surtout pas devenir. Frederik était intègre. L'honneur et la vérité étaient des valeurs très importantes pour lui. Et il n'avait qu'une parole. Contrairement à son père, s'il disait qu'il ne recommencerait pas quelque chose, il ne le recommençait pas. Frederik en avait la nausée maintenant chaque fois que son père pleurait dans les bras de sa mère qu'il s'excusait et que c’était bien la dernière fois qu'il levait la main sur elle ou sur son fils. Frederik n'y croyait plus. Frederik n'avait que du dégoût en regardant son père, mais il voulait quand même tenté de le rendre fier, se disant que, peut-être, s'il avait une raison de sourire en le regardant, il serait moins tenté de le frapper pour lui faire payer la honte qu'il lui inspirait d'un simple regard...

Jim lui rappelait son père, parfois, dans sa manière de le regarder avec dédain et condescendance. C’était sûrement pour cette raison que Frederik tenait tant à prouver au jeune Crowley qu'il n’était pas la loque qu'il croyait qu'il était. Si Frederik parvenait à convaincre Jim de sa valeur, ils pourraient peut-être, à deux, convaincre M. Holmes, ensuite. Ou, du moins, si Jim refusait de l'aider, ce qui serait sûrement le cas, cela ferait de la pratique à Frederik pour ensuite tenter de convaincre son père seul...


-...Holmes?

Frederik sourit, caché derrière son verre et fit comme si de rien était. Bien sûr, le temps passé avec Jim, en général, n’était pas que désagréable, sinon Frederik se trouverait bien d'autres raisons diverses de ne pas se pointer à leurs petites rencontres. Frederik trouvait, en fait, que Jim était d'apparence bien trop parfaite et c’était donné pour mission de percer ses secrets et de briser sa coquille. Avec sa franche camaraderie trop prononcée, Frederik avait fait une fissure dans l'armure du Felidea. Et il en était ravi. Par deux fois, en quelques minutes, il l'avait fait sortir de son ton de voix monotone et de son visage impassible. Cela valait bien toutes les claques dans le dos...

-Bonjour Frederik, je suis désolée de n'avoir pu te saluer avant, j'avais quelques trucs à régler, mais j’espère que tu passes une belle soirée et que l'alcool te plait.

Frederik trouva que Kayla était jolie. Il aurait préféré ne jamais la croiser de la soirée, comme ça, il aurait pu dire à ses parents à quel point elle avait été irresponsable et irrespectueuse envers ses invités. Cependant, il devrait faire un tableau beaucoup plus positif, au final, puisqu'elle dirait certainement le contraire. Et tout le monde préférerait croire la jeune Hofstadter au jeune Holmes...

-Oui, ça va, merci pour tout...
-Veuillez m'excuser, messieurs.


Frederik la regarda partir avec soulagement. Il ne l'aurait probablement pas supportée bien longtemps, encore, avant de faire une gourde. Il avait envie de l'imiter en changeant sa voix et en exagérant sa féminité, un peu à la manière du perroquet de Jafar dans le film de Disney d'Aladdin, quand le perroquet parodie le personnage de Jasmine, mais Frederik se retint, trop incertain de la réaction de Jim face à cette caricature gratuite.

Frederik remarqua que Jim était occupé sur son téléphone portable. Il tenta de lire par-dessus son épaule, mais vu sa position et le rétroéclairage de l’écran, il ne réussit pas à voir ce qu'il pianotait. Il eut envie de le questionner a savoir ce qu'il fabriquait sur son portable, plus par réelle curiosité que seulement pour l'agacer, mais il n'eut pas le temps de parler, puisque Jim s’éloignait déjà. Frederik le regarda faire quelques pas, puis décida de le suivre. Il termina son breuvage d'une traite et déposa son verre sur la table, parmi tant d'autres dans cette situation. Frederik fit les pas qu'il lui restait et qui le séparait de Jim. Frederik avançait plus vite que Jim, donc, une fois à sa hauteur, il remarqua rapidement que quelque chose clochait. Jim ne se tenait pas droit et tanguait dangereusement vers le sol. Frederik se positionna devant le Crowley pour avoir un contact visuel direct. Il n'eut pas le temps d'en imposer un ni de lui parler, car il dut amortir la chute de Jim en le prenant dans ses bras et en le rattrapant avant qu'il ne s’écrase au sol. Jim serait tombé face contre terre si Frederik n'avait pas réussi à passer ses bras sous ceux de Jim et à arrêter sa chute avec son torse. Frederik le releva de sorte qu'ils soient face à face. Il comprit tout de suite que Jim avait dû avoir un malaise, une perte de conscience.

Tenant Jim d'un seul bras, contre son torse, s'assurant que sa tête était bien appuyée contre son épaule et qu'il n'y avait pas trop de curieux aux alentours, Frederik le déplaça légèrement a l'écart. Il le trouva étonnamment léger. Le jeune Holmes prit un glaçon dans le verre de quelqu'un qui passait et le passa rapidement dans le cou du jeune Crowley.


-Hey... Jim... Ça va...?

Frederik tapota le visage de Jim doucement, du dos des doigts, pour le ramener à lui. Il était inquiet pour son ami et essayait de se concentrer sur la survie de celui-ci plutôt qu'à la proximité de leurs corps. Des pensées trop perverses pourraient rendre le réveil de Jim encore plus gênant...

-Hey-ho... Wake-up! ... Jimmyboy?

Surtout contenir la panique, faire comme si de rien était...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fallen Soul
avatarSamson Lackey


Messages : 107
Date d'inscription : 20/01/2014


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mar 2 Sep - 11:50

Je n’avais pas besoin de prendre énormément de temps pour monter un plan horrible dans ma tête. Ces centaines d’années à être intangible et à tenter de pousser les gens à se tuer avait remodelé mon esprit de façon à ce que je n’avais plus besoin de réfléchir beaucoup pour élaborer ce genre de stratégie me permettant de faire du mal à quelqu’un.


Cette jeune fille me semblait tellement fragile que je rêvais déjà de broyer ses petits os entre mes mains. Bien sûr, j’étais maintenant au-delà de la douleur physique… je préférais détruire le mental de mes victimes, les laisser dans un état qui pourrait potentiellement les rendre fous. J’avais de grand projet pour cette petite brunette et j’avais hâte de faire disparaître toute cette magie qui se logeait au fond de ses yeux. J’avais vu le visage d’Atara quand je l’avais grondée et je savais qu’elle avait compris. Elle avait un lien avec Deborah que je n’aurais jamais avec aucune des deux, mais je savais lire dans ses yeux et je fus content de constater qu’elle me donnait sa bénédiction et qu’elle m’aidait dans mon plan.



-Oh Samson... t'es pas drôle du tout. Je ne faisais rien de mal moi!


Je soupirai exagérément, même si à l’intérieur, je jubilais. Atara était parfaite, elle aussi, pour jouer le jeu. Nous savions tous être hypocrite, dans ma famille, appart Myriam, elle était trop gentille. Je savais qu’elle ne serait pas fière de moi si elle me voyait faire et ce, même si elle me connaissait et qu’elle savait ce dont j’étais capable. Elle m’aimerait quand même, mais je savais que je la décevrais. L’histoire, c’est que je ne pouvais pas m’empêcher d’être horrible.


-J'en ai marre de lui.  Il se pense le sauveur de l'humanité et il est toujours toooouuuut gentil avec tout le monde. Monsieur le grand coeur pur... Il ne sait définitivement pas comment s'amuser.


Je marchais vers l’emplacement où j’avais l’intention d’amener la jeune fille et je souriais – bien entendu, la fille ne pouvait pas voir mon visage, à ce moment – d’entendre Atara en rajouter pour aider ma cause.


-Merci... pour le veston et, surtout, pour m'avoir sorti de là...


La pauvre, si elle avait su... Il aurait peut-être été préférable pour elle qu’elle se noie dans cette piscine plutôt que d’être secourue par Samson Lackey. Je lui fis un sourire rempli d'innocence et d'affection. J’avais vu ses yeux horrifiés quand j’avais sous-entendu que sa robe était transparente et ça m’avait amusé énormément. J’avais tellement hâte de profiter d’elle. Elle était très jolie, d’ailleurs, je ne pouvais le nier, mais il y avait quelque chose de si fragile en elle que je ne pouvais m’empêcher d’avoir envie de la casser. Je la regardai s’asseoir sur le banc qui se trouvait près de nous en serrant mon veston sur elle.

-Je m'appelle Melany. Melany Crowley... Et toi?

-Et moi Samson, Samson Lackey.

Je lui fis mon plus beau sourire charmeur et je me dirigeai également vers le banc pour m’asseoir près d’elle. C’était dans la poche, ce serait un jeu d’enfant. Je plaçai mon bras autour de son épaule et je la collai un peu sur moi. J’étais certain qu’elle ne pourrait me résister, elle ne me semblait pas le genre de fille qui était habituée de se faire courtiser, et ce genre de fille, elles étaient faciles à faire tomber amoureuse. J’avais ma main droite sur son épaule droite et je la flattais doucement avec mon pouce.


-Tu sembles avoir froid, approche toi je vais essayer de te réchauffer. Tu es vraiment très jolie!


Je lui fis mon sourire le plus doux et le plus innocent du monde. Je la couvais d’un regard protecteur, feignant de la cacher aux yeux des gens qui voulaient savoir ce qui arrivait à la fille qui s’était faite lancer à l’eau.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 116
Date d'inscription : 31/07/2013


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mar 16 Sep - 11:42

Je m’étais toujours occupé de ma famille du mieux que j'avais pu. Seule pour élever mes autres frères et sœurs, je croyais avoir fini par ne pas trop mal m'en tirer. Puisque nous étions morts d'un virus planétaire et que je n'aurais rien pu faire de plus pour nous sauver, à l'époque... Bien sûr, Atara m'avait aidé, sinon je n'aurais pas fait le même travail, mais il restait que, pour deux jeunes filles, élever leur frère et leur sœur plus jeunes, en plus de faire rouler la ferme familiale et d'en vendre les produits pour réussir à survivre, il nous fallait beaucoup de détermination, d'optimisme et de patience pour s'en être sortis. Je croyais d'ailleurs que c'était à cause de cette expérience passée que je m'en sortais si bien aujourd'hui. Ma détermination était à son meilleur, surtout pour vivre et surtout avec tout ce qui concernait le Velvet Dream. Il nous fallait être positives et déterminées pour faire en sorte que notre établissement fonctionne aussi bien. Il fallait que nous commencions par y croire, si nous voulions que les autres embarquent avec nous. Et, au final, tout cela avait payé. Notre bar était le plus populaire en ville et nous étions hyper heureuses de ce succès! Si, à l'époque, je m'en faisais avec des riens, aujourd'hui, rien ne m'importait vraiment, après être morte et avoir dû tuer tant de gens, je voyais mal ce qui pouvait être pire que ce que j'avais déjà vécu. Je ne me préoccupais donc de rien, outre ma famille et mon bien-être, car, après avoir fait passer les autres avant moi dans notre vie au Moyen Âge, je faisais désormais tout pour me rendre heureuse. Je m’étais choisie, j’étais ma priorité. Au même niveau que ma famille l’était.

Je profitais donc de chaque fête, profitant de ce fait de chaque occasion de m'amuser et d'avoir du bon temps. Cette soirée, si elle avait commencé en boitant, continuait de se détériorer. Atara faisait des sottises, me privant de mon Samson et me faisant m’inquiéter pour elle. J'en voulais à Atara d'avoir gâché ma soirée avec ses bêtises et sa Maddielachipie. Je lui en voulais aussi d'avoir gâché ce que cette soirée était censée être. Personnellement, j'avais compris que nous nous amuserions toutes les deux ensemble, pour décrocher du boulot, parce qu'il y avait trop longtemps que nous n'avions pas pu le faire et parce que nos meilleures soirées étaient celles que nous passions ensemble. Je croyais que notre bonheur n’était complet que lorsque nous étions toutes les deux ensemble. Mais il semblait que j'avais donné plus d'importance qu'il ne le fallait à notre soirée, puisque Atara s’était lancée sur la première occasion de me laisser en plan. Elle me le paierait, un jour.

Une fois Samson parti surveiller qu'Atara ne faisait pas trop d'âneries, je me rendis compte que j’étais désormais toute seule sur la piste de danse. Nichole et ses amis s'étaient dispersés dans la foule, eux-aussi, me laissant comme une conne sur la piste de danse. Heureusement, j'adorais danser, mais dans ce genre de soirée, c’était toujours plus amusant de le faire accompagnée. Sinon, les jeunes hommes en ruth finissaient par nous sauter dessus. Comme en ce moment. Je sentis un corps dans mon dos et une main sur ma hanche. Je dansai avec lui quelques instants, seulement parce qu'il était plutôt charmant et que je ne passais pas un si mauvais moment, puis je m'excusai auprès de lui et me mis plus à l’écart de la piste. Je textai alors Charles, en français, en lui disant que j'aurais aimé qu'il soit avec moi et qu'il me manquait. Puis, je chassais les sombres pensées qui prenaient de plus en plus le dessus de ma tête et cherchai Nichole des yeux. Je la repérai, grâce à sa couleur de cheveux, à la table des boissons. Je me rendis donc à ladite table, au même moment où le jeune Anthony quittait la soirée, puis je me servis un verre et fit un air de surprise, pour feindre ma stratégie et faire comme si j’étais simplement venue me prendre un verre, sans savoir que c’était où elle se cachait. Je m'approchai d'elle et lui replaçai une mèche de cheveux en commençant à lui poser des questions sur Anthony.

***

Nous avions beaucoup parlé et ri, Nichole et moi, pendant tout le reste de la soirée. Nous avions aussi beaucoup dansé et bu. Je lui avais donné quelques conseils de drague qu'elle avait essayé de mettre en pratique avec plus ou moins de succès, mais sans jamais perdre le moral. Puis, quand les gens avaient commencés à partir, nous avions retrouvé Atara et Maddie et nous étions rentrées chacunes chez nous. J'avais enregistré mon numéro dans le cellulaire de Nichole et lui avait fait promettre de me contacter pour qu'on se revoit. J'avais fini par passer une belle soirée et c’était grâce à elle. De plus, j’étais certaine que je pourrais lui faire une transformation qui mettrait son plein potentiel séducteur en valeur...


[Terminé pour moi!]

_________________



Toi, tu es mon autre
La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi
Mon insolence et mon droit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 350
Date d'inscription : 13/01/2013
Emploi/loisirs : Étudiante, pianiste


Feuille de personnage
Phobie: Rater un examen
Ambition secrète: Me sentir bien

MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mar 16 Sep - 21:05

Nichole avait été  profondément blessée quand elle avait vu Anthony se lancer à la poursuite de la belle Milda. Elle avait mis beaucoup d'efforts pour bien paraître pour lui plaire et voilà qu'il la plantait au milieu de la piste de danse pour courir derrière une autre. Cette dernière était certes beaucoup plus jolie que Nichole, mais cela ne justifiait pas tout. Comment Anthony avait-il pu abandonner aussi rapidement sa cavalières?

Cette Milda avait le teint blanc de celles qui ne sortent jamais de chez elle. Nicky l'avait décidé en la voyant, de la même manière qu'une femme au teint plus foncé aurait été silencieusement accusée de perdre son temps dans les salons de bonzage. Comment Anthony pouvait-il se laisser berner par les grands yeux de l'autre femme? Il était évident, au regard de Milda, qu'elle avait quelque chose qui clochait. Elle devait être de ces folles qui avaient peur des grandes réunions et qui finissaient par obliger leur petit ami à rester avec elles, enfermé à la maison. Et qu'est-ce que c'était que cette couleur de cheveux? Un rouge tirant sur le orangé qui n'avait rien de naturel. Si la demoiselle voulait passer pour l'un de ces rousses sulfureuses qui faisaient tomber les hommes, c'était raté. RA-TÉ.

Nichole se classait elle-même parmi les moins jolies de la soirée, mais elle se sentait insultée qu'Anthony lui préfère une femme aussi décalée, une étrange sorcière toute vêtue de noir avec sa chevelure bizarre, sa peau aux allures glaciales et son regard encore plus froid. C'était cette impression d'avoir été rejetée pour une personne simplement plus jolie qu'elle, une personne qui sortait de la norme mais qui parvenait à être attirante, qui l'avait presque faite fondre en larmes sur la piste de danse.

S'intéresser aux conversations des autres l'avait remporairement aidée. Puis, se forcer à démarrer une conversation lui avait permis d'éviter de prendre son téléphone pour envoyer des messages d'insultes à Anthony qui l'avait jetée aussi lâchement.


-Salut Nichole ! Je suis vraiment contente que tu aies pu venir ! Tu as vraiment une belle robe, je suis jalouse, elle te va si bien.

-Tu es vraiment gentille.


Elle avait eu envie de refuser le compliment, comme elle le faisait en presque toute occasion, persuadée qu'elle était toujours laide, mais elle avait besoin de rester positive, à cet instant.

-Hey, c'est moi. J'ai eu peur quand je ne t'ai plus vu sur la piste de danse... Désolé d'être parti, je voulais juste savoir si elle était ok, mais n'en parlons plus...

Nichole avait sursauté quand le bras d'Anthony s'était glissé autour de sa taille. Elle s'était détendue dès qu'elle avait reconnu sa voix. Il avait fallu moins d'une seconde pour qu'elle soit traversée d'une joie intense et qu'elle  en oublie presque totalement la tristesse qui l'avait assaillie quelques minutes plus tôt. Même le fait que Kayla parte aussi rapidement au milieu de leur conversation ne la dérangea pas du tout. Antony était revenu vers elle: il l'avait choisie! Elle n'avait donc peut-être pas mis ses sous-vêtements en dentelle noire pour rien.

La déception ne se fit cependant pas discrète pendant bien longtemps. Le bras d'Anthony quitta sa taille et le jeune homme sembla comme hypnotisé par son téléphone. C'était peut-être un message de Milda...


-Je suis désolé, je dois partir... C'est le boulot... Une grosse affaire que je dois aller couvrir... Je serais mille fois resté ici avec toi, mais tu sais ce que c'est... Encore désolé de partir et merci pour la belle soirée Nichole...

Elle ne le croyait pas du tout. Il était clair qu'il partait rejoindre cette autre fille avec sa poitrine plus rebondie et sa taille si mince. Nichole se força à sourire.

-Je comprends...

Les baisers d'Anthony sur ses joues ne lui firent même pas plaisir. Une fois qu'il fut plus loin, la jeune femme repoussa le verre qu'il lui avait versé, comme si bouder un objet inanimé avait un quelconque pouvoir.


***


L'arrivée de Deborah près d'elle avait permis à Nichole de chasser ses idées noires et de profiter un peu de la fête, malgré tout. Elle avait vite clos le sujet «Anthony» et s'était lancée sur la critique positive de la tenue de celle qui s'efforçait de lui accorder son attention. Puis, elles avaient continué à discuter, elles avaient ri et s'étaient servies à boire. Après plusieurs verres et de nombreuses chansons partagés sur la piste de danse, Nicky était parvenue à chasser la grosse boule qui avait pris place dans sa gorge quand son cavalier l'avait abandonnée. Elle en était très reconnaissante envers Deborah, laquelle lui paraissait être une jeune femme tout simplement géniale, en plus d'être très belle. C'était avec joie qu'elle avait échangé son numéro de téléphone avec sa nouvelle amie, s'imaginant déjà faire de nouveau la fête avec elle.  D'ailleurs, peut-être pourrait-elle même lui présenter son si joli frère de manière plus formelle.


***

-J’espère que tu as eu du plaisir avec Anthony, et j’espère pour lui qu’il t’a trouvée jolie dans ta robe !

-Mouais...bah il a dû partir...mais ça m'a permis de faire connaissance avec la soeur de ton amie Atara. Elle est géniale.


Après quelques mots de bonne nuit, Nichole fila dans la douche, en prenant bien garde de conserver son équilibre malgré la grande quantité d'alcool qu'elle avait ingérée. Il fallait qu'elle reste en un seul morceau si elle voulait snober Anthony avec soin.

[Terminé pour moi aussi.]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard bien élevé
avatarJim V. Crowley


Messages : 256
Date d'inscription : 31/10/2013
Emploi/loisirs : Étudiant à l'Université de New York, stagiaire chez Crowley Industries


Feuille de personnage
Phobie: Faire honte à sa famille.
Ambition secrète: Arriver à s'intéresser réellement au monde des affaires ou que sa famille donne de l'importance à quelque chose qu'il aime.

MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mer 1 Oct - 23:01

Mme Crowley adorait Kayla. Elle n'éprouvait pas pour elle cette affection déplacée que Melany suscitait chez elle. Elle l'appréciait pour ses qualités et son rang en tant que Felidae. Jim savait que ses parents avaient choisi Kayla comme moyen de lier leur famille à la sienne, et il était évident qu'aucun clan felidae ne pouvait refuser de s'allier aux Crowley. Cette famille était l'une des plus anciennes et, surtout, l'une des plus puissantes. Les Crowley étaient estimés et craints parmi les leurs et s'appliquaient, de génération en génération, à conserver leur statut élevé. Aucune famille felidae, aux États-Unis, n'éveillait autant le respect. Les Crowley s'affairaient à créer et conserver des liens qui leur profitaient, à la fois monétairement et stratgiquement. À ce jour, leurs alliances leur avaient très bien permis de rester au top de même que d'éviter de se faire des ennemis dangereux.

Jim était à la fois angoissé par la perspective d'être bientôt jeté aux requins qui peuplaient le monde des adultes responsables et, en même temps, il n'espérait que ce jour où il ne sentirait plus sur lui le regard inquisiteur de son père du matin au soir. Il savait bien qu'il ne serait jamais libre de faire des folies, ce qui lui allait très bien, mais il se projetait parfois avec délice dans cet avenir où il posséderait sa propre maison dans laquelle il pourrait, de temps à autre, s'asseoir sans surveiller sa posture.

Le jeune homme n'avait apprécié aucune seconde de son adolescence, en grande partie à cause de ce temps considérable qu'il avait dû perdre à fréquenter des gens de son âge. Il avait souhaité être débarrassé de l'immaturité de ses pairs une fois à l'université, mais cette petite fête lui prouvait bien que quelques verres rendaient la majorité des gens aussi détestable qu'une horde de jeunes qu'on laissait jouer au ballon entre deux cours.

Jim avait englouti une quantité considérable d'alcool, ce soir-là, si on prenait en compte qu'il n'avait pas l'habitude de boire. En soi, ces quelques verres n'auraient pu que l'amortir un peu s'ils avaient été pris seuls. Cependant, leur combinaison avec les calmants volés à Mme Crowley s'avérait plus saisissante. Le jeune homme ne réalisa pas qu'il tombait avant de percuter le corps de Frederik Holmes, lequel l'empêcha de s'écraser au sol. Il sentit d'abord la chaleur très étrange pour lui qui n'avait pas l'habitude des contacts physiques allant au-delà de la poignée de mains la plus formelle. Puis, il ressentit son habituelle aversion pour la proximité avec une autre personne, mais elle était distordue par son état lui interdisant toute résistance active. Comme la pièce semblait toute molle et qu'elle tournait lentement mais sûrement, Jim s'appuya sur son sauveur et le laissa l'emmener à l'écart de la foule, gardant les yeux mi-clos, parce qu'il était soudain si fatigué.


-Hey... Jim... Ça va...?

Plus que les paroles, ce fut le choc causé par le glaçon dans son cou qui saisit Jim. Déjà, même assomé par l'alcool, il n'appréciait pas la proximité de Frederik, mais il venait de franchir une autre limite. Le jeune Crowley en resta d'ailleurs pétrifié de surprise et de colère alors qu'un frisson le traversait, un frisson qui lui donna la décharge nécessaire pour ouvrir complètement les yeux, au moment même où Holmes lui faisait l'affront de toucher son visage.

-Hey-ho... Wake-up! ... Jimmyboy?

Ce fut un regard noir qu'il offrit à Frederik en guise de remerciement.

-Ça va, Holmes. J'ai eu un bref malaise. J'ai voulu aller trop vite...

Jim savait très bien que Frederik ne serait pas dupe, mais il espérait qu'il ferait semblant un minimum. Instinctivement, il avait pris le ton le plus neutre possible.

-Merci d'avoir fait l'infirmière, mais je te déconseille de me toucher de nouveau avec ce glaçon maudit.

Il le détestait mais, en même temps, il lui était reconnaissant de l'avoir empêché de se ridiculiser en s'écrasant au milieu de tout le monde. Ce jeune homme était décidément étrange: il ne cessait de le provoquer et, quand l'occasion se présentait, il lui évitait les ennuis. Pourquoi avait-il agi ainsi? La générosité était un concept que Jim avait du mal à comprendre et à accepter. Il cherchait toujours des motivations mercantiles derrière le comportement des autres.

Le jeune Felidae se sentait encore un peu étourdi, assez pour fermer les yeux de nouveau. Il chercha dans sa mémoire ce qu'il essayait de faire quand son équilibre avait flanché et il se souvint qu'il allait chercher Melany pour quitter cet endroit infesté de jeunes fêtards. L'air frais de l'extérieur lui ferait certainement beaucoup de bien avant l'arrivé de ses parents.

Jim ouvrit les yeux d'un seul coup, après moins de quinze secondes à les avoir laissés fermés. Il devait aller chercher Melany et non se laisser sombrer comme il le faisait quand il ingurgitait une forte dose de calmants avant de se coucher. En reprenant contact avec la réalité, Jim réalisa soudain à quel point le visage de Frederik était près du sien et il prit conscience de quelle manière l'autre jeune homme le tenait. Toute cette situation était complètement déplacée et gênante. L'émotion générée par cette découverte tardive lui donna l'énergie nécessaire pour se dégager brusquement de l'étreinte de l'autre jeune homme.


-Faut que j'aille chercher Melany.

Une brève seconde de déroute lui fit appuyer sa main contre l'épaule de Frederik malgré sa ferme envie de s'éloigner de lui. Une rage sourde le traversa alors que la pièce tanguait. Il lui fallut moins de cinq secondes pour retrouver son centre d'équilibre.

-Bonne soirée, Holmes...

Le Felidae piqua dans la foule en prenant bien garde de ne pas avancer trop rapidement. Il resta bien attentif à tout changement dans son niveau de conscience ou dans son équilibre.

Jim trouva sa cousine lamentablement collée contre un inconnu, un beau garçon certainement aussi stupide que tous les autres invités de cette fête. Pourquoi Melany devait-elle toujours être la honte de la famille? Jim s'appuya légèrement au cadrage de la porte de la salle de la piscine sans totalement y entrer.


-Melany, on part. Je t'attends dehors.

Le jeune homme s'empressa de s'éloigner de la piscine pour éviter de se buter aux inévitables objections de sa cousine. Une fois à l'extérieur, il s'adossa à la gigantesque maison des Hofstadter et entreprit de respirer lentement et profondément pour avoir l'air le plus normal possible quand ses parents arriveraient.

Lorsque les deux jeunes Crowley montèrent dans la voiture des parents de Jim, ceux-ci ne semblèrent pas du tout remarquer l'état de leur fils, ce qui soulagea beaucoup le jeune homme. Il n'adressa pas la parole à Melany sur le chemin du retour, car il n'avait ni envie de contourner le sujet du primate avec qui elle avait fricotté à cette soirée ni envie d'aborder cette discussion avat d'y avoir bien réfléchi. Il se contenta donc de repenser au sauvetage embarrassant de Frederik Holmes en souhaitant que celui-ci ne se retourne pas contre lui dans l'avenir.


[Ce fut ma dernière réponse dans ce sujet.]

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Porte-Malheur
avatarMelany R. Crowley


Messages : 41
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Lun 20 Oct - 11:23

Melany était terriblement fébrile de ce qui lui arrivait. Elle avait du mal à y croire, à pleinement réaliser tout ce qui se passait. Son pouls était rapide, ses joues étaient rosies par l'émotion, ses jambes étaient faibles et ses mains tremblaient légèrement. Elle essayait de se contrôler le plus possible, pour ne pas faire de gaffes et ainsi se couvrir de ridicule et par le fait même finir par effrayer le jeune homme. Melany n'avait pas l'habitude de recevoir de l'attention, encore moins des compliments et de la douceur. Les autres Felidea ne lui parlaient que pour lui dire des bêtises et ne la touchaient que pour la bousculer, quand personne ne regardait. Son père, quant à lui, ne lui adressait jamais la parole pour autre chose que lui lancer des ordres et des méchancetés. Il se tenait toujours au moins à deux mètres d'elle, sauf dans la voiture, et ne la prenait jamais dans ses bras. Du moins, pas depuis que la mère de Melany était morte. Melany n'avait donc que des insultes, de la violence ou de l'indifférence de la part des autres avec qui elle avait des contacts sociaux. Elle avait dû se bâtir une carapace solide pour ne pas laisser paraître ses émotions, sa faiblesse, et pour ne pas se laisser démolir par chaque nouvelle attaque, chaque nouvelle insulte. Elle se réfugiait dans sa carapace pour se protéger des autres. Et elle ne laissait personne tenter de la fissurer. Le fait d'être sauvée, réconfortée, protégée et cajolée était tout nouveau pour elle. Elle devrait réapprendre à se laisser apprivoiser et à laisser quelqu'un s'approcher d'elle, de ses sentiments. Samson brisait sa carapace peu à peu, et, pour une fois, sans trop comprendre pourquoi, Melany le laissait faire. Comme si elle en avait besoin...

-Et moi Samson, Samson Lackey.

Melany trouva que c'était un nom bien peu commun, surtout en Amérique, mais elle n'eut pas le temps d'en faire la remarque, car le sourire que Samson lui adressa donna un énorme coup de masse dans les protections que Melany s'était érigé, les faisant craquer sévèrement. Elle se sentit fondre un petit peu à l'intérieur. Elle ne comprenait pas d'où venait ce jeune homme et pourquoi il la traitait si bien, mais il lui faisait un bien fou. Il la faisait sentir normale, pour une fois. Le bras du jeune homme autour de ses épaules, ainsi que sa main sur son épaule étaient d'une douce chaleur pour Melany, accentuant son impression de fondre. Elle resta droite, mais accepta volontiers de se rapprocher davantage de Samson, quand celui-ci l'approcha plus contre lui.

-Tu sembles avoir froid, approche toi, je vais essayer de te réchauffer. Tu es vraiment très jolie!

-M... merci, c'est gentil!


Ce compliment fut probablement ce qui fit voler en éclats le plus gros morceau de ce qui restait de la carapace de la jeune Crowley. Le feu aux joues, elle se sentait vraiment couler, tellement elle fondait de bonheur. Elle n'avait jamais de compliments sur son apparence physique. Les seules remarques qu'elle recevait, en fait, était quand sa tante lui disait qu'elle était horriblement arrangée ou quand elle lui disait qu'elle faisait moins peur que d'habitude. Se faire dire par un jeune homme si charmant qu'elle était jolie était donc complètement surnaturel pour Melany. Elle le laisserait faire ce qu'il voudrait. Il etait si gentil et attentionné. Elle voulait le revoir, l'avoir dans sa vie, profiter de sa présence et de sa chaleur le plus possible. Une Melany fondue était une nouvelle Melany. La jeune femme cacha ses joues encore plus rosies par la gêne en laissant aller sa tête dans le creux de l'épaule de Samson. Elle garda ses bras serrés contre elle, tenant toujours le veston pour cacher son vêtement transparent, mais elle appréciait la proximité de leurs corps et de leurs visages. Elle était seulement capable de penser à quel point Samson sentait bon, tellement elle était chamboulée. Cette odeur resterait sans aucun doute particulière pour elle pour un très long moment, ainsi associée à son premier moment de tendresse avec un jeune homme...

Melany se demandait ce qu'elle devait faire maintenant. Pouvait-elle rester ainsi collée contre son sauveur? Elle l'avait déjà remercié verbalement, devait-elle faire plus? Quelles étaient les normes habituelles? Quelles étaient les attentes de Samson, maintenant? Elle leva légèrement la tête vers lui et plongea ses yeux dans les siens. Elle approcha lentement son visage du sien, quand elle fut interrompue par la voix la plus désagréable de l'univers, surtout à ce moment précis.


-Melany, on part. Je t'attends dehors.

Elle lui aurait arraché la langue. Mais de quel droit venait-il interrompre ce moment si important pour elle? De quel droit avait-il décidé qu'ils devaient partir maintenant? Melany bouillait de rage contre son cousin. Évidemment, Jim n'était pas resté assez longtemps dans la pièce pour que Melany puisse émettre son opinion, elle avait donc pas d'autre choix que de s'éloigner de son sauveur. Elle se leva à contre-cœur et se dirigea vers ses choses, restées en tas non loin de l’entrée. Elle retourna ensuite auprès de Samson et lui tendit son téléphone.

-Si tu veux me laisser ton numéro, comme ça, je pourrais te contacter... Pour te remettre ton veston, par exemple...?

Melany se trouva ridicule, mais fut ravie de voir Samson prendre l'appareil tendu. S'il lui demandait les siennes, elle les lui donnerait volontiers! La jeune femme regarda Samson à la dérobée pendant qu'il lui laissait ses coordonnées, voulant capter un maximum de détails de son visage avant de le laisser. Une fois qu'il lui eut remis son téléphone, elle le remercia encore une fois pour tout, lui donna un rapide baiser sur la joue puis sortit de la pièce en se frayant un chemin jusqu'au dehors, sans se retourner.

Elle alla s'appuyer contre la façade de la maison, juste à côté de son cousin, en serrant encore plus fort le veston contre elle, mais en ne lui donnant aucune attention. Dans la voiture, elle ne dit que les paroles nécessaires pour être polie envers son oncle et sa tante, expliquant rapidement l'accident de la piscine et la galanterie d'un charmant jeune homme, mais ne dit rien du tout a Jim, trop fâchée contre lui d'avoir gâché son moment...

[J'ai terminé dans ce sujet! Merci! Wink ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fallen Soul
avatarSamson Lackey


Messages : 107
Date d'inscription : 20/01/2014


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Lun 20 Oct - 20:53

À voir cette pauvre fille trembler de tout son être, à voir ses petites joues devenir perpétuellement rouges, je savais que c’était dans la poche. Elle ne dégageait aucune, mais aucune, confiance en elle et ce genre de filles était tellement facile à berner… à toujours croire que personne ne pouvait les aimer vraiment, qu’elles n’étaient pas spéciales. Elles avaient raison, elles ne l’étaient pas. Je ne trouvais rien de plus sexy qu’une femme avec une forte confiance en elle, le genre de femme à vous retourner complètement par un simple regard perçant. Cette gamine n’était pas… vraiment sexy. Bon, elle était fabuleusement jolie, mignonne et tout et tout, mais elle ne dégageait rien, selon moi, sauf du pathétisme, et j’avais hâte de la voir sombrer encore plus dans son pathétisme, les contours de mon plan se définissaient un peu plus à chaque minute durant laquelle je regardais les petite mains fragile de cette fille.


J’avais prévu prendre le temps, et même si ça me prenait un an, à terme, la situation serait parfaitement satisfaisante pour moi. J’avais prévu la faire tomber profondément amoureuse de moi, d’être l’homme parfait directement sorti des contes de fées, lui faire croire que malgré ce qu’elle pensait, elle méritait d’être aimée par un homme. Je voulais la faire sentir comme une reine, lui donner l’illusion qu’elle était quelque chose… qu’elle était spéciale. Je voulais bâtir cette illusion dans son esprit et, lorsque cette illusion serait totalement à point et à mon goût, j’attendrais le bon moment pour la fracasser et, par la même occasion, démolir la pauvre gamine brunette. Je n’avais pas encore décidé de la façon dont je procéderais, mais j’avais encore beaucoup de temps pour y penser. En attendant, je pourrais éventuellement profiter de son petit corps qui me semblait si pur et si chaste.



-M... merci, c'est gentil!

-Oh je ne dis pas ça pour être gentil, c’est simplement une vérité indéniable.


Je lui souris gentiment. La jeune fille s’était collée si facilement sur moi que j’eus envie d’abandonner tout, c’était tellement facile que j’avais envie de hurler de rire et de simplement l’humilier là devant tout le monde, peut-être en la repoussant dans l’eau en ayant au préalable déchiré sa robe, mais je savais que mon sentiment de satisfaction serait bien plus immense lorsque je la broierais, après plusieurs mois de travail. C’est à ce moment que je fis une espèce d’allumette très pâle se pointer devant nous. Je me demandais bien ce qu’il me voulait… m’embrasser peut-être ? Puisque c’était ce dont toute la planète entière rêvait… Non, peut-être plus embrasser la brunette…


-Melany, on part. Je t'attends dehors.


Elle était donc venue avec lui… Ça ne devait pas être son copain, puisqu’installée comme elle l’était, il aurait certainement fortement suggéré de me casser la figure, ce à quoi j’aurais rétorqué par un interminable rire qui aurait résonné dans toute la salle. Et je l’aurais probablement ensuite lancé aux requins – Maddie et Atara, en l’occurrence. J’aurais toutefois probablement l’occasion de demander à Melany qui il était puisque celle-ci me tendit son cellulaire pour que j’y entre mon numéro de téléphone.


-Si tu veux me laisser ton numéro, comme ça, je pourrais te contacter... Pour te remettre ton veston, par exemple...?


J’avais définitivement gagné, mais je devais faire preuve d’intérêt envers elle et lui demander son propre numéro, comme ça je pourrais organiser à ma guise le futur de cette pseudo-relation. J’avais déjà hâte à toutes les parties de mon plan, je me délecterais de chacune d’entres-elles. J’étais bien contente que Deborah m’ait demandé de venir à cette petite fête finalement. Je regardai la brunette entrer son numéro de téléphone dans mon cellulaire et j’appréciai son petit baiser chaste sur ma joue. Si le vampire ne s’était pas pointé, j’aurais pu faire avancer cette relation en deuxième vitesse.


Après cet épisode de piscine, je finis par retourner danser avec Deborah et Atara et Maddie vinrent nous rejoindre. Nous avons eu énormément de plaisir, je ne regrettais définitivement pas d’être venu.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I would be a Gryffindor
avatarFrederik Holmes


Messages : 97
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mar 21 Oct - 10:50

Frederik Holmes ne s’était jamais vu comme un infirmier. Il ne s’était jamais imaginé dans le domaine de la santé. D'une part parce qu'il savait qu'il n'aurait jamais les résultats nécessaires à l'admission, d'autre part parce qu'il n’était pas tellement porté sur l'autre. Ce n'est pas qu'il n'aimait pas les gens, au contraire, c'est plus qu'il ne voulait personne trop près de lui. Il ne voulait pas leur mentir, mais ne voulait pas leur dire la vérité non plus. De plus, pour le bien de sa famille, personne ne devait rester trop près et trop longtemps des Holmes, afin que personne ne voit le vrai visage de M. Holmes. Frederik se mêlait donc généralement de ses affaires, et en attendait de même de la part des autres. Frederik ne s’était jamais non plus particulièrement imaginé dans le domaine de la relation d'aide, ayant trop peur de ne pas être capable de contrôler ses émotions lors de révélations chocs. De plus, il ne savait jamais réellement quoi faire en situation de détresse. Pourtant, malgré tout ceci, il s’était instinctivement porté au secours de Jim. Il avait voulu l'aider, lui donner un coup de main, mais surtout s'assurer qu'il allait bien. Et cela lui faisait vraiment tout drôle...

Il fut content et soulagé de voir que Jim réagissait finalement. Qu'il bougeait les yeux et ouvrait ses paupières. Quand, enfin, le Crowley ouvrit les yeux et le regarda, Frederik fut content de revoir leur couleur. Par contre, le regard que lui offrit Jim lui fit froid dans le dos. Encore plus que ses doigts, les yeux de Jim étaient glaciaux. Frederik fit une moue semblable à un sourire inversé, un peu à la Grumpy Cat. Il se doutait bien que Jim ne l'embrasserait pas en guise de remerciement, mais il aurait pu au moins montrer un minimum de reconnaissance. Il le garda contre lui, encore trop incertain qu'il était parfaitement remis.


-Ça va, Holmes. J'ai eu un bref malaise. J'ai voulu aller trop vite...

-Han-han...


Frederik avait répondu rapidement, sur un ton sarcastique, en ne levant qu'un seul sourcil. Jim aurait beau essayer, Frederik ne le croyait aucunement. Il ne ferait pas plus de commentaires, il ne voulait pas profiter davantage de la faiblesse de Jim pour avoir une victoire de plus à son tableau.

-Merci d'avoir fait l’infirmière, mais je te déconseille de me toucher de nouveau avec ce glaçon maudit.

Frederik eut un petit rire, puis déposa avec soulagement le glaçon sur une serviette de table sur une petite table de style bar juste à côté d'eux.

-Désolé, mais c’était le seul moyen efficace que je connaissais...

Frederik regarda autour de lui pour vérifier qu'ils n’étaient pas devenus soudainement l'attrait principal de la soirée. Si tel avait été le cas, Jim le tuerait sûrement sur place. Heureusement, il n'y avait rien à signaler, personne qui ne les voyait vraiment. Frederik pensa automatiquement que c’était un peu comme s'ils avaient enfilé la cape d’invisibilité d'Harry Potter, tellement personne ne semblait remarquer ce qui se passait entre Jim et lui.

Quand Jim referma les yeux, Frederik sentit une panique au fond de lui. Jim avait-il perdu conscience encore? Devrait-il appeler des secours? Fred passa instinctivement une main dans les cheveux de Jim, tout doucement. Sa mère lui faisait souvent ce geste quand il était malade, il se dit que ça aiderait peut-être Jim aussi. Même si cela ne dura que quelques secondes, ce fut suffisant pour que Frederik sente son cœur battre plus fort. Le jeune Holmes se sentait tout drôle et il ne comprenait pas tout à fait ce qui se passait. Le fait que Jim s’éloigne brusquement le ramena assez tristement à la réalité.


-Faut que j'aille chercher Melany.

Jim voulu partir d'un pied ferme, mais perdit équilibre et se rattrapa contre l’épaule de Frederik, qui mis automatiquement une main sur la hanche et son autre main dans le bas du dos de Jim pour mieux le soutenir et éviter qu'il ne bascule vers l’arrière ou sur le côté.

-Bonne soirée, Holmes...

-T'es certain que tu...


Frederik ne prit pas le temps de finir sa phrase, car Jim était déjà hors de portée de voix. Le jeune Holmes le regarda s’éloigner, attentif et prêt à le secourir à nouveau au besoin. Surtout inquiet de tout mouvement trop par l’arrière ou trop sur le côté à son goût... Frederik ne savait pas exactement ce qui avait mis Jim dans un tel état. L'alcool fort l'avait peut-être plus atteint que ce que Frederik avait cru et c’était peut-être la seule cause, mais il était clair que ce n’était pas un simple faux-mouvement causé par une rapidité d’exécution. Frederik était peut-être susceptible et dyslexique, mais il n’était pas naïf. Il savait déceler les mensonges autour de lui. L'excuse de Jim ne passait donc pas, Frederik ne l'avalerait pas celle-la.

Une fois Jim hors de sa vue, il paniqua légèrement et ne sut plus quoi faire. Jim avait été son phare dans cette soirée infernale. Maintenant qu'il était parti, Frederik était dans le noir et il commençait à angoisser. Il songea rappeler tout de suite ses parents, mais il savait qu'ils seraient furieux qu'il ne reste pas plus longtemps à faire des liens. Il retourna donc plutôt à la table des boissons et se servit un autre verre. Il repéra ensuite une collègue de classe et se dirigea vers elle. Il resta avec la jeune femme rousse et ses amies pendant un bon moment, à boire, discuter, rigoler et danser, mais Frederik étant un piètre danseur, il ne resta pas longtemps sur la piste. Il les laissa s'amuser ensemble et quitta la fête, quand il remarqua que la place commençait à se vider considérablement. Il avait donc maintenant légalement le droit de s'en aller aussi, puisque la petite fête commençait à retomber. Soulagé, il sortit dehors pour téléphoner et attendre ses parents afin de quitter cet enfer... Il réfléchissait encore à ce qu'il dirait sur les qualités d'hôtesse de Kayla...



[DONE! Ce fut mon dernier post dans ce sujet! Smile ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 161
Date d'inscription : 30/10/2013
Emploi/loisirs : Danser, Danser, Danser et Université


Feuille de personnage
Phobie: Mon père - Me faire toucher
Ambition secrète: Danser sur Broadway

MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Dim 26 Oct - 12:58

Je ne connaissais pas très bien Lenny, je dois l’avouer, mais son être respirait l’hostilité. Je ne lui avais rien fait de méchant, je m’affairais toujours à essayer d’être agréable avec lui et de lui parler dans ce genre de soirées, mais j’avais toujours l’impression qu’il me détestait pour une raison obscure. Sa mère et ma mère étaient amies, et c’est la raison pour laquelle j’avais été obligée de le tolérer à ma petite soirée. D’ailleurs, c’était ma mère elle-même qui s’était occupée de nous offrir l’honneur de recevoir Monsieur chez moi, ce soir. N’allez pas croire que c’était moi qui l’avais invité, tout comme Melany et Jim Crowley. Je me serais bien passée d’enfant de riches à cette soirée-là. D’ailleurs, aucun d’entre eux ne semblait avoir bien du plaisir à y être. J’avais l’impression qu’on avait tordu un bras à tout ce bon monde pour se présenter ici. Triste réalité, puisque je n’avais pas plus envie de les voir. Mes autres amis ainsi que toutes ces personnes que je ne connaissais pas – en fait surtout ceux que je ne connaissais pas - par contre, semblaient s’amuser beaucoup, eux.


-Eh bien… Je dirais qu’il n’est pas toujours simple de se lancer dans une soirée où l’on connaît si peu de monde, mais je commence à me faire à l’ambiance. J’espère qu’elle est à la hauteur de tes attentes. Mais vous m’excuserez, il va falloir que je fasse un détour par le banquet.


Lenny ne m’avais même pas laissé le temps de répondre qu’il était déjà parti. Nul besoin d’un baccalauréat en comportement humain pour savoir que c’était moi, la cause de sa fuite. Je m’en foutais bien, au fond, ce n’était vraiment pas lui que je venais voir.


-Oups. On dirait que tu l'as fait fuir.


Je roulai les yeux. Visiblement, ce détail n’avait pas échappé à Ezra. Je me sentais un peu mal, puisqu’il semblait bien s’amuser avec Lenny avant que j’arrive. J’espérais qu’il ne me prendrait pas pour une folle possessive.


-Ouin… Je m’excuse hein ? Vous sembliez vous entendre plutôt bien…


Je pris une chaise qui n’était pas loin et je la plaçai devant Ezra. J’aimais quand j’avais l’impression d’être de la même grandeur que lui. Je n’étais pas spécialement grande, mais considérant la condition d’Ezra, il était normal que j’aie toujours l’impression qu’il soit plus petit que moi.


-Alors, satisfaite de ta soirée?


Je lui souris doucement… Mon seul et unique but, ce soir-là, avait été d’être avec lui, mais je savais que mes parents ne l’auraient pas accepté. Que j’invite un homme qu’ils ne connaissaient pas, seul avec moi, alors que je savais bien que leurs plans pour moi étaient de me marier à cet être si froid et infâme qu’était Jim Crowley. Si je leur avais dit que je voulais inviter Jim pour passer du temps avec lui, ma mère aurait été d’un enthousiasme frôlant la folie. Mon père aurait accepté, au nom de son entente avec M. Crowley, mais j’avais bien remarqué, avec le temps, qu’il n’appréciait pas que je passe du tout avec quel qu’autre homme que lui. Il aurait été cependant mal vu de refuser la main de sa fille à un homme aussi puissant que le père de Jim, surtout si, au fond, il y avait des chances qu’on découvre que c’était parce qu’il voulait me garder pour lui.


-Si on considère que mon but était de passer du temps avec toi, alors oui, je suis très satisfaite de ma soirée.


Je lui pris doucement la main et nous avons passé le reste de la soirée à parler. Je lui ai demandé de l’aide pour sortir les bouchées que le traiteur avait préparé pour la fin de la soirée et pour servir à nouveau de l’alcool à mes invités.


***

Ezra était resté jusqu’à la fin, ce que j’appréciais. L’équipe de ménage que mes parents avaient engagée pour venir ramasser tout le bordel mis par mes invités arriverait sous peu, je dus donc aller reconduire Ezra à la porte.


-Merci d’être venu… j’ai passé une super soirée.


Je me penchai pour l’embrasser à nouveau, mais cette fois, pendant plus longtemps. Je pus en profiter au maximum.


-Je t’aime ! À bientôt.


Le cœur rempli de papillons, je montai me coucher à ma chambre. Il y avait longtemps que je n’avais pas été aussi heureuse.


[C’était mon dernier post de ce diabolique sujet X)]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
They see me rollin', they hatin'
avatarEzra T. Colfer


Messages : 202
Date d'inscription : 31/07/2013
Emploi/loisirs : Revendeur de drogue, réceptionniste au Hell Inn


Feuille de personnage
Phobie: N'exister que pour balancer les actions de Quetzalcóatl
Ambition secrète: Être une bonne personne

MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ] Mer 29 Oct - 19:31

Ezra avait bien remarqué que Lenny n'était pas trop du genre sociable. Encore ce soir-là, se retrouver au milieu d'autres jeunes ne lui faisait visiblement pas plaisir. Il avait d'ailleurs sous-entendu la torture que cela représentait pour lui. Considérant qu'il avait rencontré le jeune blond dans un concert de musique classique, le dieu devinait que celui-ci était plus sérieux que la moyenne. Son expérience lui avait d'ailleurs prouvé à de multiples reprises que les personnes du genre de Lenny snobaient les autres pour deux grandes catégories de raisons: soit ils manquaient cruellement de confiance en eux-mêmes, soit ils se croyaient supérieurs aux autres. Lenny avait quelquefois laissé comprendre qu'il regardait de haut les gens de son âge, mais Ezra hésitait sur ce sujet: peut-être le sorcier se qualifiait-il pour les deux catégories. Il lui faudrait plancher sur ce sujet passionnant dès qu'il aurait un peu de temps. Avec le reflet emprisonné dans sa bague, d'ailleurs, Tezcatlipoca ne devrait pas mettre beaucoup d'efforts pour mieux cerner le petit Lenny.

-Ouin… Je m’excuse hein ? Vous sembliez vous entendre plutôt bien…

Ezra perçut le malaise de Kayla et se sentit soudain un peu gêné d'avoir blagué sur le sujet. Son but n'était pas de la froisser.

-Ne t'en fais pas, ça va. S'il a décidé de partir, c'est son problème.

Il lui fit un petit sourire.

-S'il ne sait pas apprécier la présence de la plus jolie fille de la fête...

Le dieu laissa sa phrase en suspend et continua à sourire. Il pensait effectivement que Kayla était la plus belle et, d'ailleurs, il n'avait pas réellement posé les yeux sur une autre de toute la soirée.

Ezra trouva fort gentil de la part de Kayla de s'asseoir pour être à sa hauteur. Il appréciait quand les gens démontraient un effort particulier pour faciliter le contact visuel avec lui. Cela le changeait de ceux qui lui refermaient la porte dessus.


-Si on considère que mon but était de passer du temps avec toi, alors oui, je suis très satisfaite de ma soirée.

-Je suis flatté d'un tel but.


Il ne réalisait même pas à quel point il pouvait paraître niais à ainsi sourire continuellement lorsque Kayla lui parlait.

-Je suis d'ailleurs spécialement heureux de cette soirée, moi aussi.

***

Ezra avait passé le reste de la soirée à discuter avec Kayla. Il avait bien eu une petite pensée pour Lenny qui avait fui devant la belle blonde, mais il avait surtout été pris par le bonheur de passer du temps avec celle qui était maintenant sa petite amie. Ils avaient parlé et ri, ignorant la majorité des invités. Puis, les lieux s'étaient peu à peu vidés jusqu'à ce qu'il ne reste que Kayla et lui.

-Merci d’être venu… j’ai passé une super soirée.

-Ma soirée a été merveilleuse aussi.


Il avait une telle envie de se lever et de l'embrasser. Comme le soleil n'était pas encore levé, il pouvait physiquement le faire...mais il aurait fallu qu'il explique à Kayla qui il était. Le dieu n'était pas prêt pour cela. Pas si vite. Ce n'était pas par manque de confiance en elle, mais plutôt par prudence basée sur ses relations passées. Trop de vérité d'un seul coup pétrifiait parfois les gens. Il avait avoué à certaines personnes sa réelle identité et, à d'autres, il l'avait cachée. Il ne savait jamais laquelle était la bonne décision jusqu'à ce qu'il s'enfonce profondément dans une option nuisible. Il avait perdu plus d'une amoureuse à la simple mention de sa nature divine ou en démontrant ses capacités magiques. Il était difficile, même avec l'aide de son pouvoir, de savoir qui était prêt à le voir sous son vrai jour...enfin, plutôt sous un jour qu'il croyait être vrai, mais qui variait incessamment depuis des siècles. Après tant d'années sur terre, Tezcatlipoca avait encore du mal à bien se cerner lui-même.

Kayla se pencha pour embrasser Ezra et ce dernier sentit en lui encore plus fort ce besoin de se lever pour être à sa hauteur. Néanmoins, il se retint et apprécia le baiser.


-Je t’aime ! À bientôt.

-Je t'aime aussi.


Le dieu quitta ce quartier aux maisons toutes plus belles les unes que les autres pour rejoindre l'endroit qui était le plus à son image: discret, plongé dans la noirceur, vieux, classe, mais vaguement démodé.

[CE SUJET EST FERMÉ.]

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ]

Revenir en haut Aller en bas

What I wouldn't do for you... (PARTY!!) [PV] [TER-MI-NÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Gaia :: Maisons :: Maison des Hofstadter-