AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Trame sonore [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Everybody's Fool
avatarCameron Evans


Messages : 1199
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Assistant chez Venus Industries


Feuille de personnage
Phobie: Être un monstre
Ambition secrète: Redevenir humain

MessageSujet: Trame sonore [TERMINÉ] Dim 13 Avr - 17:54

Il tremblait. Il tremblait si fort. La panique le submergeait. Et si ça ne fonctionnait pas? Et s'il mourait?

Cameron Evans n'était pas seul dans son appartement, ce qui était assez nouveau. Il avait passé les derniers mois à éviter les contacts avec les autres personnes. Le printemps avait commencé à se montrer depuis quelques semaines déjà mais, pour lui, il faisait encore tellement froid. Le vampire s'était isolé dans son propre monde. Il se forçait à fonctionner normalement, mais il avait complètement perdu la tête. Il n'avait plus de but.

La mort de Kyle, combinée à celle de Kate, l'avait complètement démoli. Il était vide, veule, vacant. Il avait envoyé la trahison de Chloe dans une autre partie de son cerveau, comme si elle n'avait été qu'un rêve, car il était encore incapable de la traiter sans s'écrouler. Il songeait de plus en plus à ressortir son violon pour aller en jouer sur le toit d'un immeuble avant de se jeter sur le trottoir dur, glacial et sale. Il finissait toujours par associer la musique à la mort.

Leyla lui manquait terriblement. Si ce n'avait été du danger que sa simple existence représentait pour elle, il serait allé la rejoindre à San Francisco. Toutefois, il devait éviter cette ville où il avait assassiné deux sorcières beaucoup plus populaires que lui. De plus, il n'avait toujours pas chassé cette certitude en lui qu'il finissait toujours par blesser les gens. Chaque note émise par un piano, même dans les chansons les plus nulles passant sur les chaînes de radio populaires ou dans l'ascenseur menant à son travail, lui rappelait sa soeur. Musicienne qu'il avait privée de sa plus grande passion...

Cameron fixait la poitrine du jeune homme sur le plancher de son salon et il essayait de se convaincre qu'il n'était pas en train d'imaginer qu'elle se soulevait périodiquement. Il n'était pas mort. Ne pouvait pas l'être.

Chaque jour, le vampire se levait, mangeait, travaillait (avec minutie!), rentrait chez lui avant le couvre-feu... Il se comportait comme une personne normale. Il souriait même à ses collègues de travail et il lui arrivait parfois de sortir. Ce soir-là, justement, il avait rejoint deux filles de son boulot pour prendre un verre dans un petit bar bien sympathique situé à quelques minutes de son appartement. Il n'y était pas allé par envie de voir des gens, mais plus par incapacité à dire non. Il se sentait désormais incapable de refuser quoi que ce soit à qui que ce soit. Il n'était plus une personne. Avant, il pouvait se définir par la personne qu'il voulait être pour Leyla, pour Kate, pour Kyle ou même pour Chloe mais, maintenant, il n'avait plus de marche à suivre. Il faisait ce qu'on lui demandait. Jusqu'à ce soir.

Il y avait longtemps que Cameron fonctionnait par cassures. Il oscillait entre agir excactement comme on s'y attendait et devenir un monstre sans conscience. C'était la première fois qu'il entrait dans cette phase: le désintérêt total, l'absence d'émotions. Ce soir-là, pourtant, il avait tout de même vécu une cassure, laquelle l'avait fait passer du côté du monstre, celui-là même que Mme Evans avait su reconnaître des années plus tôt dans les yeux de son fils. Puis, une fois le monstre lancé, il avait été arrêté subitement par le Cameron habituel, celui dont toute la conscience n'était faite que de culpabilité solidifiée... L'indifférence qui avait pris possession de lui ces derniers mois avait été déchiquetée par le monstre et le Cameron qui avait ramené chez lui le corps lacéré du jeune homme qui - il en était de plus en plus certain - respirait encore ne pourrait pas retourner se cacher aussi facilement que le jour où Kyle était mort. Il lui faudrait faire face à chaque journée douloureuse et épuisante. Ou mourir, lui aussi.

Le vampire fixait le visage de son invité, lequel avait été dépouillé de sa chemise salie par le sang, consciencieusement nettoyé et pansé avant d'être laissé sur le sol du salon, la tête sur un oreiller et une mince couverture le recouvrant jusqu'aux épaules. Cameron était donc assis sur le sol, à deux mètres de lui, une poche de sang encore pleine entre les mains. Il essayait de ne pas trop la serrer. Il ne voulait pas qu'elle lui éclate entre les doigts. Trop de sang en même temps menaçait toujours son bon comportement.

Le jeune homme ouvrit les yeux et Cameron faillit hurler, à la fois de surprise, de terreur et de soulagement. Il savait qu'il devrait répondre à des questions, mais il préféra devancer l'autre jeune homme et gagner du temps sur les explications qu'il devrait fournir. Il considérait déjà comme une victoire de ne pas avoir de cadavre dans son salon, mais il connaissait aussi le prix du regard vivant qu'il venait de rencontrer.


-Ça va? Comment tu te sens? Je suis là pour t'aider...

Aider. Serait-ce un but? Est-ce qu'aider pouvait être une motivation à vivre?

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Cameron Evans le Dim 5 Oct - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I would be a Gryffindor
avatarFrederik Holmes


Messages : 97
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: Trame sonore [TERMINÉ] Ven 16 Mai - 22:42

Frederik se rendait souvent dans ce petit bar puisqu'il y avait quelques soirées qui permettaient aux artistes de se produire selon leur bon plaisir. N'importe qui, n'importe quel sexe, n'importe quel âge et de n'importe quelle discipline pouvait se rendre dans cet établissement et se produire sur une scène, devant un auditoire. Il y avait seulement une liste à suivre, un peu comme dans tous les karaoké, seulement ici, c'était des instruments et des arts de toutes sortes. Frederik s'y rendait donc le plus souvent possible, ce qui faisait qu'il avait donc un endroit où il pouvait jouer les pièces de son choix. Quand il jouait chez lui, son père lui imposait des morceaux en particulier et Frederik ne pouvait que jouer ceux-ci. M. Holmes ne tolérait pas d'entendre certains compositeurs des siècles derniers et ne tolérait surtout pas la musique d'aujourd'hui que Frederik aurait aimé interpréter d'une nouvelle manière au piano. Quant à ses leçons privées, oui, il avait une certaine latitude et une encore plus grande créativité, mais comme ce n'était que quelques heures par mois durant lesquelles il se devait de répéter aussi les grands classiques que son père exigeait, Frederik n'avait pas beaucoup de temps, en fait, et d'occasions de jouer pour lui. Ce petit bar, qu'il avait découvert par hasard, un soir où il flânait dans les rues de New York pour éviter d'être chez lui, lui avait donc semblé être idéal.

L'endroit était bondé ce soir-là, mais il avait l'impression d'être seul au monde. Quand il montait sur une scène et qu'il commençait à jouer, Frederik en oubliait tout le reste. Il devenait quelqu'un d'autre, dans un état proche de la transe et plus rien au monde n'importait plus que d'aller au bout de l'interprétation d'une chanson en particulier. Il en était à sa troisième et dernière prestation de la soirée, puisque le bar allait fermer: l'heure du couvre-feu était sur le point d'arriver et les responsables de l'endroit laissaient toujours un bon temps à ses clients pour se rendre chez eux sans problèmes avec les forces de l'ordre. Frederik était dans une série de notes plutôt complexes du Ave Maria, qu'il avait retapé afin de le réinterpréter selon ses propres goûts, mais il était aussi complètement ailleurs. Quand il cessa de jouer, il n'entendit même pas les applaudissements, ramassa ses affaires et quitta les lieux. Il ne pouvait pas flâner trop longtemps. Il ne devait pas rentrer chez lui trop tard ou cela inquiéterait son père et quand ce dernier s'inquiétait, il se fâchait aussi. Frederik ne voulait pas que son père se fâche.

***

Frederik prit une profonde inspiration qui souleva tout le haut de son corps, déplaçant ainsi le drap qui se trouvait sur lui, dévoilant également tout son torse. Il ouvrit les yeux et ne reconnut pas l'endroit où il était. Il se sentait tout drôle, comme si ses sens étaient à vif. Il ne faisait pas particulièrement clair dans la pièce inconnue, mais pourtant ses rétines lui faisait mal comme s'il avait regardé le soleil directement. Il sentait son corps tout humide et entendait des sons qu'il ne connaissait pas, des sons qu'il n'avait jamais pu entendre avant. Il entendait clairement une respiration qui n'était pas la sienne et entendait ce qui semblait être une goutte d'eau dans une pièce fermée qui coulait à un rythme normal, constant. À moins que ce ne soit un code morse ou un voisin qui cognait quelque part? Il ne pouvait dire. Et il ne put se concentrer plus longuement sur le bruit. Dans ses narines, une odeur particulière qui le fit saliver. Il réalisa à quel point il était affamé. Frederik se redressa et s'assit vers la source d'un si agréable parfum en une fraction de seconde. Il vit un inconnu, avec une poche de sang dans les mains, qui le regardait de ses grands yeux inquiets. Frederik suspendit donc son mouvement en plantant ses ongles dans ce qui lui servait de lit, car il avait l'intention de se lever complètement, mais figea devant un tel spectacle.


-Ça va? Comment tu te sens? Je suis là pour t'aider...

Frederik se foutait bien que l'autre jeune homme soit là pour lui faire du mal ou pour lui venir en aide, aussi il ne répondit pas. Tout ce qui importait était de manger ce qui sentait si bon. Le jeune homme avait de la difficulté à identifier ce que c'était. Cela sentait comme toutes les choses qu'il aimait en même temps, ce devait être parce qu'il avait trop faim. L'odeur devait venir de la cuisine, qui semblait être la pièce juste derrière l'inconnu. Le jeune Holmes était affamé, comme s'il n'avait rien avalé depuis des jours, voire même des mois. Et il avait soif aussi. Il avait l'impression d'avoir passé des jours dans un désert, sans eau ni nourriture. Pourtant, il avait mangé la veille... Ou peut-être était-ce l'avant-veille? Il ne se rappelait de rien. La dernière chose qu'il se souvenait, était qu'il avait quitté le bar où il avait joué pour se rendre chez lui. Puis, plus rien. Cela pourrait faire des jours, des semaines, Frederik n'en avait pas la moindre idée. La panique le prit soudain. Il eut une pensée pour son père, qui lui foutrait une raclée quand il arriverait, trop en colère d'avoir ainsi attendu et d'en avoir été inquiet pour son fils. Si Frederik ne se souvenait de rien, il devait avoir été drogué ou pire. Et il devait être sérieusement dans le pétrin. Qui était cet inconnu? Que lui voulait-il? Que lui avait-il fait? Où étaient-ils? Que faisaient-ils là? Mais, au-dessus de toutes ces questions et plus important encore que de se sortir de ce merdier, Frederik avait faim et soif. Plus que tout autre chose. Il savait qu'il ne serait capable de rien l'estomac aussi vide et il se sentait capable de briser des choses pour calmer son appétit.

-J'ai faim.

Il espérait seulement que l'autre jeune homme assis en face de lui finirait par lui donner quelque chose de consistant. Et vite!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Everybody's Fool
avatarCameron Evans


Messages : 1199
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Assistant chez Venus Industries


Feuille de personnage
Phobie: Être un monstre
Ambition secrète: Redevenir humain

MessageSujet: Re: Trame sonore [TERMINÉ] Mar 24 Juin - 17:30

Lorsque Cameron avait décidé de mourir, quelques années plus tôt, il avait choisi de passer les dernières minutes de sa vie à jouer du violon, activité qu'il s'interdisait depuis que sa soeur était devenue sourde par sa faute. Puis, il s'était laissé emporter par le poison, certain de s'éteindre pour toujours, mais un vampire avait décidé qu'il survivrait. Otthran lui avait transmis ce que Cameron n'arrivait toujours pas à qualifier de pouvoir ou de don, ou encore de malédiction. Le vieux vampire lui avait offert une chance de vivre une nouvelle vie. sans savoir que son protégé ne rêvait que d'une existence si parfaite qu'elle n'existait pas en ce monde.

Cameron se nourrissait principalement de sang et de culpabilité. Il se punissait mentalement ou concrêtement, comme en s'empêchant de se livrer à sa passion pour la musique, pour tout ce qu'il avait pu faire de mal au cours de sa vie et pour ce monstre qu'il ne cesserait jamais complètement d'être. S'il avait pu se considérer responsable de tous les maux sur terre, il l'aurait fait. Le jeune vampire se complaisait dans la souffrance psychologique qu'il s'imposait. Il lui arrivait d'essayer d'avancer, de s'en sortir et d'être positifs, mais cela partait toujours sur des bases faussées ou avec des ambitions exagérées quant aux buts qu'il se fixait. Cameron voulait être gentil et irréprochable. Chaque erreur qu'il commettait était une attaque directe à son âme déjà noircie. Il devait à tout prix se prouver continuellement qu'il n'était pas complètement ce monstre que sa mère avait vu en lui dès son enfance.

Seulement, depuis la mort de Kyle, cette volonté à se montrer valeureux et irréprochable s'était fanée. Cameron était devenu un automate, à l'exception de certaines nuits. Il arrivait parfois au vampire d'errer dehors la nuit, totalement possédé par le besoin de laisser sortir la colère, l'impression d'impuissance et la douleur qui l'habitaient maintenant en permanence. Comme depuis des années, le moyen qui lui venait instinctivement, un moyen plus fort que lui, était la violence. Ainsi, Cameron sortait dans les rues pour chasser, comme les vrais vampires des films d'horreurs classiques. Seulement, à chaque fois, il reprenait le contrôle suffisamment rapidement pour éviter de tuer ses victimes. Il appelait souvent lui-même les secours. Néanmoins, contrairement à avant la mort de Kyle, il agissait surtout par logique et par habitude, et non parce qu'il ressentait une réelle compassion pour ses victimes.

Ce soir-là, toutefois, il s'était rebranché à qui il était, malgré lui. Il n'avait pas pu se réfugier derrière cet immense mur d'indifférence qu'il avait érigé depuis quelques mois. Cette fois-ci, contrairement aux derniers mois, sa victime avait eu quelque chose de spécial. Il ne s'était pas agi simplement d'une personne au mauvais endroit au mauvais moment. Ce jeune homme dans son salon avait réveillé en Cameron le Monstre, le vrai, celui que Mme Evans avait créé en l'imaginant.

Cameron était sagement assis près de ses collègues de travail qui discutaient d'un client lorsque les notes de l'Ave Maria s'étaient jetées dans ses oreilles. Il avait complètement perdu le fil de la conversation et son attention s'était alors tournée vers la source de cette musique qu'il ne pouvait jamais entendre sans revivre son enfance. Il avait fixé le jeune homme au piano jusqu'à ce qu'il termine son numéro. Il n'avait pas applaudi. Il avait gardé un regard noir posé sur lui, le suivant des yeux alors qu'il se dirigeait vers la sortie. Sans saluer ses collègues, lesquelles n'existaient plus à ses yeux, Cameron s'était levé et avait suivi le jeune pianiste hors du bar.

Le jeune homme s'était engagé dans une ruelle et le vampire l'y avait suivi en accélérant de plus en plus. Cameron Evans perdait facilement la raison lorsqu'il entendait l'Ave Maria. Enfant, il était déjà instable. Aujourd'hui, après avoir été mutilé par sa mère sur cette musique, il avait atteint un niveau nettement plus inquiétant.

Il avait d'abord frappé le jeune homme de son pouvoir de douleur, à pleine puissance. Puis, il s'était jeté sur lui et l'avait mordu de toutes ses forces. Étrangement, le goût familier du sang l'avait progressivement aidé à revenir à lui. Devenir un vampire avait été un point tournant dans sa vie. Sans complètement changer qui il était, cette transformation lui avait permis de croire qu'il y avait un espoir pour lui. Le vampire avait donc fini par prendre l'avantage sur le Monstre, ce soir-là, dans la ruelle. Cameron avait fixé avec désespoir le corps inerte de celui qu'il n'avait, jusque là, pas considéré comme une personne. Il ne voulait pas l'avoir tué... Il ne se laissait jamais tant emporter habituellement...Mais quelle horreur avait-il encore commise?

L'Ave Maria résonnait encore en sourdine dans sa tête alors qu'il était agenouillé près du jeune homme. La même chanson que cette fois où, plutôt que mourir, il était devenu un vampire. La solution lui était donc apparue clairement: il allait transformer ce jeune homme plutôt que le laisser mourir.

Le vampire avait un peu (!) paniqué, n'ayant jamais transformé quiconque et n'ayant pas le temps d'étudier la chose. Il n'avait aucunement prévu le faire un jour, car il n'était pas convaincu qu'un vampire possédait une âme normale, ce qu'il considérait important. Il ne voulait pas être la source d'autres monstres que lui-même... Seulement, ce soir, il n'avait eu pas le choix. Il préférait encore un monstre qu'un cadavre.


-J'ai faim.

Malgré l'angoisse qui l'habitait encore, Cameron ne put retenir un petit sourire. Il était évident que la transformation avait bien fonctionné. Le nouveau vampire voulait du sang. Il ne savait pas que c'était ce qu'il voulait, naturellement... Peut-être serait-il dégoûté ou effrayé en l'apprenant. Il devrait tout de même en prendre, sans quoi il ne pourrait pas fonctionner convenablement ni réfléchir en toute conscience. Donc, plutôt que lui expliquer quoi que ce soit, Cameron ouvrit légèrement la poche de sang et la lui tendit. S'il était aussi affamé que Cameron l'avait été lorsqu'il avait lui-même été transformé, la simple odeur du sang lui couperait toute faculté de résistance.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I would be a Gryffindor
avatarFrederik Holmes


Messages : 97
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: Trame sonore [TERMINÉ] Ven 18 Juil - 13:01

Frederik ne comprenait pas ce qu'il faisait dans cet appartement. Il avait beau fouiller sa mémoire, tout ce qu'il se rappelait était ce bar où il avait joué plusieurs morceaux. ll avait terminé la soirée sur un air qui lui avait fait du bien à retravailler. Il se rapellait le sentiment d'amplitude et de totalité qui l'Avait envahi quand il avait commencé les premières notes, puis qu'il avait quitté les lieux. Ensuite, plus rien. Seulement du noir et du flou.

Frederik ne comprenait pas qui était ce jeune homme devant lui. Il ne semblait l'avoir jamais vu auparavent. Pourtant, il était bien chez lui. Et, à la façon dont il le regardait, il s'inquiétait pour lui. L'inconnu le regardait comme s'il s'attendait à quelque chose de lui ou comme si Frederik avait un grand filet de bave séchée sur le bord de la bouche. Le jeune Holmes passa donc ses mains dans son visage, espérant retirer toute trace honteuse que son sommeil sans rêves aurait pu lui causer. Le visage de celui qui était tout près de lui avait l'air inquiet, mais sympathique. En observant au fond de ses yeux, Frederik ne vit vraiment rien de familier. Seulement de l'inquiétude et un brin de panique.

Frederik ne comprenait rien, donc, à ce qui lui arrivait. Il en comprenait pas comment il était arrivé là, ni - et surtout - ce qu'il faisait simplement vêtu de ses pantalons. Comment s'était-il retrouvé ainsi? Et qu'est-ce que cela voulait dire sur ce qui s'était passé avant? Frederik chercha des yeux un quelconque indice dans la pièce d'une lutte ou d'un autre genre d'ébats, mais ne vit rien de bien sensationnel qui le saitsfaisait. Frederik regarda donc son corps quelques instants, espèrant bien y trouver des indices et ne fut pas déçu. Il y remarqua de drôles de marques un peu partout sur ses épaules et le haut de ses bras. En y regardant de plus près, il fut à même de constater que c'était comme des traces de dents qui étaient entrain de guérir lentement. Oui, c'était exactement ça: des morsures... On l'vait mordu à répétitions... Et assez fort pour que cela marque la peau profondément. Soudain, la panique le gagna. S'il n'avait pas vu un ennemi en la personne qui veillait sur lui, maintenant, il craignait un peu le jeune homme inconnu. Comme ils n'étaient que deux, Frederik l'accusa mentalement automatiquement de ce qui lui arrivait, même s'il n'avait aucune preuve que le jeune homme ne l'avait pas simplement rescapé d'une attaque violente. Le jeune Holmes regarda autour de lui et essaya d'imaginer un plan pour se sortir de là. Ses yeux, maintenant plus habitué à la lumières du jour, voyait plus loin et mieux qu'avant. Frederik ne s'en préoccupa pas pour le moment. Tout ce qu'il devait faire était de sortir d'ici. Mais il avait beaucoup trop faim. Et, ne connaissant pas l'endroit où il déboucherait en sautant par la fenêtre ou en se sauvant par la porte d'entrée de l'appartement, Frederik hésita. Il ne savait plus quoi faire.

Le jeune Holmes, se voyant déjà éventré, se demanda s'il manquerait à quelqu'un dans le cas où il mourrait dans les prochaines minutes. Ce n'allait certainement pas être son père. Son père serait content, et ferait probablement une fête, que son fils disparaisse. Il cesserait ainsi de le gêner et de lui faire honte, en ne ramenant pas les bons résultats auquel il s'attendait. Sa mère allait surement plus mal le prendre, mais finirait par l'oublier, à force de côtoyer des gens riches et célebres tellement plus importants que son fils. Frederik l'aimait bien plus qu'elle ne pouvait le faire. Elle aurait de la peine, mais s'en remettrait. En se voilant la face de perles et de soie et en rencontrant de nouvelles personnes influentes... Et Frederik n'avait pas d'amis. Il ne considérait ni Kayla ni Melany comme des amies. Et Jim, bien qu'il se croyait plus proche de lui que des autres, n'allait certainement pas pleurer sa perte. Au contraire, le juen Crowley serait débarassé de sa corvée de tenter de rendre le jeune Holmes un peu moins nul à l'école et Jim en serait ravi. Frederik Holmes ne manquerait donc à personne... Qu'y avait-il de mal à ce qu'il meure alors? Frederik se secoua finalement la tête, comme pour faire sortir les mauvaises pensées de sa tête et se rappella que le jeune homme à ses côtés avait dit être là pour l'aider. Frederik se raccrocha à ce mince filet d'espoir, en essayant de ne pas trop penser que n'importe quel maniaque ferait d'abord croire à sa victime qu'il ne lui voulait que du bien...

Puis, soudain, sans qu'il ne comprenne pourquoi et comment, il se retrouva entrain de boire directement dans une poche de sang qui avait déjà été ouverte. Le genre de poche que les hôpitaux utilisaient pour les transfusions, sauf qu'il la buvait, à pleine gorgées et en gémissant. Il en aurait presque joui tellement le goût était bon. Il eut fini la poche en quelques instants, puis se sentit vide. Il reprit son souffle, puisqu'il n'avait presque pas respiré en buvant, puis sentit à nouveau une faim criante en lui. Tellement que cela lui faisait mal.


-Encore...

Frederik ne se comprenait définitivement plus... Il avait parlé d'une voix rauque, comme essouflé d'avoir trop couru. Tout ce qu'il voulait était plus de sang. Frederik connaissait l'existence de la magie, puisqu'il avait un tatouage lui permettant de se guérir et qu'il avait un collier lui permettant de lire les pensées... Alors... se pouvait-il que...? Vraiment...? On devenait un vampire comme ça? Mais pourquoi l'avait-on transformé, lui...? Il avait encore trop faim pour poser toutes ces questions, il ne pensait qu'au sang...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Everybody's Fool
avatarCameron Evans


Messages : 1199
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Assistant chez Venus Industries


Feuille de personnage
Phobie: Être un monstre
Ambition secrète: Redevenir humain

MessageSujet: Re: Trame sonore [TERMINÉ] Mar 26 Aoû - 21:35

Cameron avait perdu plusieurs personnes et il l'avait accepté, chaque fois. Les départs n'avaient pas été faciles à prendre et certains lui faisaient encore mal. Kyle Harrisson était la première personne qu'il aurait retenue à tout prix, la première personne sans laquelle il ne se voyait aucunement vivre, même après plusieurs mois. Il fallait concéder au vampire qu'auparavant, quand il avait dû se séparer de quelqu'un, il avait toujours été entouré d'autres personnes pour le soutenir. Lorsque Kyle était mort, il avait perdu la dernière personne qui comptait pour lui et, surtout, la dernière pour qui il avait l'impression de valoir quelque chose.

S'il ne s'était pas coupé de toute émotion trop violente, Cameron se serait certainement laissé mourir. Il avait donc rapidement choisi de survivre, et ce, même si cela signifiait de cesser d'exister à part entière. Il ne pouvait pas mourir avant d'être convaincu qu'il était un monstre ou d'avoir la certitude qu'il n'en était pas un. Il devait à sa mère de lui accorder raison ou encore de prouver définitivement qu'elle l'avait guéri, alors qu'il était enfant. Le vampire n'était pas pleinement conscient qu'il s'agissait là de la motivation qui l'avait poussé à se refermer pour éviter de se laisser volontairement dépérir, mais il sentait au fond de lui que cesser de vivre n'était pas ce qui devait l'attendre, même maintenant qu'il n'avait plus personne.

Cameron n'avait pas transformé Frederik en vampire par souci de sauver une personne si jeune. L'autre homme aurait pu être très âgé et il aurait quand même voulu l'empêcher de mourir par sa faute. Le vampire n'était pas assez solide pour accepter d'être responsable d'un meurtre de plus. Heureusement pour Cameron, Frederik Holmes était jeune et vigoureux, ce qui lui avait donné des chances supplémentaires de survivre à l'attaque et à la transformation. Néanmoins, il avait été très inquiet pour son nouveau protégé jusqu'à ce qu'il revienne à lui.

Le vampire avait perdu le contrôle en entendant les premières notes de l'Ave Maria. Si l'air, en soi, le perturbait facilement, l'écouter être joué par un pianiste en direct avait achevé sa résistance. Tous les pianistes lui rappelaient Leyla et comment il l'avait privée de son don et de sa principale passion. Il n'avait pas réfléchi quand il avait suivi Frederik Holmes, et encore moins quand il l'avait attaqué. Le vampire avait mordu le jeune homme à plusieurs reprises, comme une bête sauvage. D'ailleurs, maintenant que son invité avait retiré la couverture qu'il lui avait mise, Cameron avait sous les yeux les marques de son assault. Celles-ci lui firent baisser les yeux, mais pas avant qu'ils les aient inspectées une à une pour bien graver dans sa mémoire de quelle horreur il était capable.


-Encore...

Cameron se leva pour aller chercher trois autres poches de sang dans son réfrigérateur. Il avait installé un compartiment spécial pour celles-ci. Ainsi, s'il recevait de la visite, il n'était ni gêné ni stressé à l'idée d'ouvrir le réfrigérateur devant quelqu'un. Le vampire revint vite au salon et offrit les trois poches à Frederik. Puis, il attendit. Il le laissa boire en paix. Logiquement, après quatre poches, il serait plus que rassasié, même pour un nouveau vampire. D'ici là, il serait impossible d'avoir une discussion avec lui puisque la faim l'empêcherait de réfléchir ou de porter attention à ce que son interlocuteur dirait.

Une fois que Frederik eut l'air plus calme, Cameron entreprit de lui expliquer ce qui lui arrivait. Il espérait que l'autre jeune homme ne serait pas trop hostile et ne lui en voudrait pas démesurément pour ce qu'il lui avait fait.


-Je m'appelle Cameron et...je...je t'ai transformé en vampire. C'était une sorte d'accident...et je suis vraiment désolé...même si aucune excuse ne peut racheter ce que j'ai fait.

Cameron soupira et essaya de parler avec plus de continuité, sans être totalement convaincu qu'il allait y arriver.

-Je vais t'aider, si tu l'acceptes. Je suis...comme ça...depuis quelques années déjà. C'est assez différent d'être humain, mais ça a de bons côtés, et je peux te montrer comment les développer. Tout seul, c'est plus difficile.

Il savait de quoi il parlait sur ce dernier point. Depuis qu'il avait quitté San Francisco en laissant son mentor derrière lui, Cameron avait plus de mal avec son côté vampire. Il considérait que boire du sang tout seul, en cachette, était nettement moins drôle que le faire en discutant des différents arômes avec un connaisseur. Il avait même cessé d'essayer de pousser et de mieux comprendre ses facultés depuis un bon bout de temps. Si l'autre vampire le voulait, il pourrait lui enseigner et apprendre lui-même de nouvelles choses.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I would be a Gryffindor
avatarFrederik Holmes


Messages : 97
Date d'inscription : 31/10/2013


MessageSujet: Re: Trame sonore [TERMINÉ] Mar 9 Sep - 10:35

Boire ces trois poches de sang furent les minutes les plus intenses de la vie de Frederik. Il n'avait jamais ressenti une telle joie ni un tel soulagement en même temps. Il gémissait d'aise et ne reprenait son souffle qu'entre quelques longues gorgées. Il avait envie de rire et de pleurer, les deux à la fois. Il se sentait plus près de ses émotions. Il était euphorique, apeuré et désemparé, tout à la fois. Lui qui pouvait généralement contrôler ses sentiments, il se sentait complètement différent, comme sur une corde raide, prêt à tomber dans un précipice. Le jeune homme était également beaucoup plus conscient de ses sensations. Il était plus sensible à la lumière et aux bruits environnants. Il entendait clairement une mouche qui se butait a répétitions contre la fenêtre de la cuisine et cela lui semblait normal. Frederik n'avait jamais remarqué tout le chemin que faisait la nourriture dans son corps, mais, aujourd'hui, il sentait descendre chaque gorgée de sang jusque dans son estomac. Et chaque gorgée était encore meilleure que la précédente. Au bout de la moitié de la deuxième nouvelle poche, Frederik ralentit le rythme, l'urgence de se nourrir commençait à diminuer. Il hésita même quelques secondes avant d’entamer la troisième, et dernière, poche devant lui. Mais l'envie d'en goûter encore plus et son estomac qui gargouillait encore finirent par le convaincre de tout boire maintenant.

Si on lui posait la question, Frederik Holmes dirait qu'il n'avait jamais rien vécu qui sorte de l'ordinaire. Il était né à terme, en pleine santé, d'une grossesse désirée. Il était enfant unique et avait reçu de l'amour de ses parents tout au long de sa vie. Même si son père s’était éloigné dans les dernières années, sa mère l'aimait pour deux. Frederik avait suivi ses études selon un programme normal. Il avait encore ses deux parents, qui étaient toujours ensemble et qui s'aimaient. Ils avaient des emplois normaux et assez payants, ce qui faisait que Frederik voyait ses parents tous les jours et que sa famille ne manquait de rien. Son orientation sexuelle différente de la majorité des autres hommes n’était pas extraordinaire pour lui, puisque Frederik était d'avis que c’était naturel et normal, il ne le mentionnerait donc pas lors de l’hypothétique entrevue sur les trucs extraordinaires de sa vie. De plus, le fait que son père le battait sur une base régulière ne serait pas non plus mentionné, car Frederik considérait qu'il le méritait, la plupart du temps. Aussi, le fait qu'il puisse s'auto-guérir grâce à un tatouage ou qu'il puisse lire les pensées avec un collier étaient, pour lui, tellement naturelles qu'il ne penserait pas à le mentionner non plus.


-Je m'appelle Cameron et...je...je t'ai transformé en vampire. C'était une sorte d'accident...et je suis vraiment désolé...même si aucune excuse ne peut racheter ce que j'ai fait.

Par contre, les réponses du jeune Holmes allaient devoir changer à partir de maintenant. Être un vampire, ça, c’était vivre quelque chose qui sorte de l'ordinaire!

Frederik, maintenant repus, prit nerveusement les poches de sang vides dans ses mains, puis il les déposa sur la table basse du salon, soigneusement, en les lissant et en les mettant bien les unes par-dessus les autres, très droites, sans que rien ne dépasse. Il n'avait pas de mal à croire son interlocuteur, puisqu'il avait bu tout ce sang. Seuls les vampires se nourrissaient de sang. Seulement, il avait du mal à comprendre tout ce que ça impliquait, pour lui, pour sa famille, pour sa vie... Il était dans le néant et il commençait à avoir peur de ce qui s'en venait pour lui. Il leva des yeux inquiets vers celui qui se prénommait Cameron.


-Moi, je m'appelle Frederik. Enchanté.
-Je vais t'aider, si tu l'acceptes. Je suis...comme ça...depuis quelques années déjà. C'est assez différent d’être humain, mais ça a de bons côtés, et je peux te montrer comment les développer. Tout seul, c'est plus difficile.
-Oui, je le veux! Je veux dire... euh... j'accepte ton aide.


Frederik n'envisagea même pas d'en vouloir à Cameron de l'avoir transformé en monstre sanguinaire. Il lui avait expliqué que c’était un accident et qu'il pouvait l'aider à comprendre ce qu'il était devenu. Les accidents arrivaient tout le temps, tous les jours et partout. De ces accidents, plusieurs tuaient des gens, sur le coup ou après de longues souffrances, déchirant des familles et brisant des êtres avec le remord. Frederik, lui, n’était pas mort. Au contraire, il avait comme une seconde chance de faire sa vie comme il le fallait. Le jeune Holmes était bien vivant et rien de se qui s’était produit ne paraissait, à première vue. Il se sentait plus vivant que jamais et, malgré sa peur au ventre, il était prêt à apprendre à apprivoiser son nouveau mode de vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trame sonore [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

Trame sonore [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Empire :: Appartements, condos et lofts :: Appartement de Cameron Evans-