AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 663
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Dim 20 Avr - 16:49

Un bruit terrible me transperça presque les tympans. J'avais l'impression qu'on perçait ma tête avec une grosse vis. Avec cent grosses vis. J'étais un trottoir qui se faisait démollir, voilà. J'ouvris péniblement les yeux: mes paupières de trente tonnes ne voulaient pas se soulever. Il m'aurait fallu une grue. Je songeai à demander à celui qui perçait continuellement ma tête s'il savait où en trouver une. La lumière me brûla la rétine et je refermai les yeux. Les aveugles ne connaissent pas leur chance.

Je finis par comprendre que le bruit répétitif qui menaçait de m'assourdir à vie était celui de la sonnette de mon appartement. Je posai un regard assombri par mes yeux encore à demi fermés sur l'heure pour constater qu'il était sept heures douze du matin. Je m'étais donc couché il y avait environ trois heures. Mais qui pouvait venir me harceler chez moi un samedi matin, si tôt? Si c'était l'un de ces stupides enfants vendant du chocolat, du savon ou des calendriers, je lui dirais que le Père Noël n'existait pas.


-Tu vas finir par aller répondre?

Je me levai en grognant. En effet, je ne pouvais pas espérer que la fille qui s'était endormie dans mon lit irait répondre, puisqu'on était chez moi. J'avais rencontré Sandra (ou bien était-ce Sarah?) dans un bar du quartier Empire, la veille. C'était une jolie brune aux yeux bleu clair dont les formes étaient indéniablement attirantes. Nous étions revenus ensemble chez moi pour boire, rire et...baiser. Je n'avais naturellement pas chassé la demoiselle une fois que j'avais obtenu ce que je voulais d'elle. (Néanmoins, je ne cacherai pas que je l'avais effectivement invitée chez moi dans le seul et unique but de coucher avec elle.) Je savais les forces de l'ordre très strictes au niveau des sorties une fois passée l'heure du couvre-feu et je ne souhaitais pas qu'une si charmante jeune femme s'attire des problèmes quand elle pouvait les éviter. De toute manière, comme la pièce où j'entreposais mon matériel informatique était fermée à clé, je ne voyais aucune problème dans l'idée de permettre à l'une de mes conquêtes de rester jusqu'au matin. Je savais que d'autres hommes s'empressaient de se débarrasser des femmes une fois qu'ils avaient tiré leur plaisir, mais ce n'était pas mon genre.

Je regardai par le judas avant d'ouvrir, comme j'en avais l'habitude. La pièce qui dansait encore autour de moi ne me dissuada aucunement de nourrir ma paranoïa. Ce fut donc complètement appuyé sur la porte, un peu comme si elle était un aimant et moi une ridicule silhouette métallique, que je vis Ethan dans le couloir, ce qui souleva en moi un énervement assez prononcé. S'il s'était agi d'un inconnu, j'aurais pu être clément, mais mon ami connaissait très bien mon rhytme de vie et je lui en voulais déjà, sans savoir ce qu'il me voulait, de se pointer chez moi à cette heure un samedi... Je lui ouvris néanmoins la porte, moins par politesse que par crainte qu'il se remette à faire trembler les parois de mon crâne avec la sonnette démoniaque.


-T'es au courant de l'heure qu'il est?

Le simple fait de parler me donnait l'impression d'une attaque violente contre mon cerveau. Naturellement, mon non-invité ne s'encombra pas de mon accord et entra dans mon appartement. Je refermai la porter derrière lui et la fraicheur provenant du couloir me fit réaliser que je ne portais qu'un boxer. Je ne m'excusai pas et abandonnai Ethan dans mon salon pour aller chercher un t-shirt dans ma chambre. J'en attrapai rapidement un, avec plus ou moins de discrétion, à la fois soucieux de ne pas réveiller Sandra-Sarah et frustré qu'elle puisse se reposer dans mon propre lit alors que je devais faire l'effort surhumain de rester éveillé.

Je retournai au salon avec l'impression que les murs allaient me bouffer. J'avais vraiment fêté, la veille... En fait, c'était quelques heures plus tôt, et non une journée totalement différente.


-T'as intérêt à avoir une bonne raison de me réveiller si tôt un samedi...

J'étais extrêmement grognon. J'avais un mal de tête affreux. J'avais un peu la nausée. Je payais cher mes abus de la nuit précédente. Mon corps demandait du repos et Ethan me forçait à le lui refuser. Bien que je sache que ce n'était pas son genre de me faire chier un matin par simple plaisir (il était beaucoup moins chiant que moi), je connaissais sa tendance à perdre la notion du temps. Quand il écrivait, il ne faisait plus partie de ce monde.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celui qui sait tout
avatarEthan T. Wilson


Messages : 67
Date d'inscription : 12/08/2013
Emploi/loisirs : Apprendre, écrire, faire chier...


MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Mer 14 Mai - 11:54

Après avoir amené Drake chez mon guérisseur, ce dernier a fait tout ce qu'il pouvait pour le ramener à la vie. Le temps du voyage, la température corporelle de Drake était alarmante, le cœur de Drake avait commencé à ralentir et sa respiration était de plus en plus difficile. Heureusement, mon chauffeur ne perdait pas de temps sur les routes. Il connaissait des raccourcis qu'il n'hésitait pas à prendre même si certains étaient illégaux. Quand mon guérisseur se pencha sur le cas de Drake, je compris que la chose n'allait pas être aussi facile que ce que je lui apportais habituellement. Il se fronça les sourcils et devint blafard, ce qui n'était pas de très bon augure. Je dus me mordre la lèvre et l'intérieur de la joue jusqu'au sang pour ne pas parler et lui poser toutes les questions que j'avais en tête. Je me retenais pour le laisser se concentrer et ainsi augmenter les chances de survie de mon ami. Après plusieurs heures à son chevet, mon guérisseur m'a expliqué que, comme c'était du feu provenant de la magie d'un Dieu, c'était plus complexe à guérir à cause de la force que cela avait. Nous avons donc déniché plusieurs autres guérisseurs et après plusieurs mois de travail combiné entre eux, nous avons réussi à guérir au mieux Drake. Il aurait quelques séquelles visibles, comme ses morceaux incandescents en permanence dans son torse, causés par la chaine des menottes qui avait fondue dans sa peau si profondément que les guérisseurs n'avaient pu rien faire, mais de façon générale, rien de bien grave et, surtout, aucune invisibles et irréversibles. Ainsi sauvé avec, somme toute, très peu de problèmes au final, je ne m'étais pas questionné outre mesure sur les conséquences pour Drake, m'arrêtant seulement à l'avis des guérisseurs, épuisé de toutes ces démarches et simplement heureux d'avoir ramené à la vie Drake. Satisfait de pouvoir rajouter cet exploit à mon tableau de chasse déjà très bien rempli.

C'était il y a quelques semaines donc et, depuis, j'avais fini par me poser certaines questions. En effet, grâce au recul, j'avais fini par m'arrêter plus sérieusement sur la nouvelle condition de Drake. Les braises qui brillaient dans sa poitrine ne lui faisaient pas mal, mais augmentait légèrement sa chaleur corporelle, ce qui, tant qu'il ne se trouvait pas à proximité d'une autre source de chaleur, comme le soleil par exemple, ne changeait rien de bien considérable. Par contre, la quantité de magie guérisseuse que Drake avait reçue était assez impressionnante et je me devais de vérifier ce que cela impliquait pour lui. J'avais don fait des tests dans les dernières semaines afin de le blesser légèrement et de voir la fluctuation de ses blessures. Mes observations en sont venus à me prouver que toute cette magie avait fini par changer son rythme de guérison. Drake guérissait plus vite qu'un humain. Suite à ces découvertes, j'avais fini par me questionner sur l'étendue de ce changement. Il y avait maintenant deux jours et deux nuits complètes que je passais le nez dans mes articles, dans mes grimoires et dans mes notes diverses afin de trouver la réponse. Pour moi c'était normal et naturel. Je disparaissais souvent de la civilisation ainsi, trop occupé à chercher ma vérité. Quand j'avais finalement découvert ce que je cherchais, je m'étais précipité chez Drake. Sans penser à regarder l'heure, le jour ou quoi que ce soit d'autre. J'appuyais sur la sonnette à répétitions, impatient que l'occupant de cet appartement daigne venir répondre, en ne comprenant pas trop ce qu'il pouvait faire de mieux que de simplement attendre ma sublime visite...


-T'es au courant de l'heure qu'il est?
-Non.


J'entrai dans l'appartement, me débarrassai de mon manteau sur le dossier de son sofa et me retournai vers lui. J'écarquillai les yeux en voyant sa tête et déglutit avec difficulté en remarquant qu'il ne portait qu'un sous-vêtements, avant qu'il ne parte dans sa chambre et qu'il revienne vêtu d'un chandail bleu royal sur lequel était écrit, en grosses lettres rouges: « Why I'm single », et en dessous, trois cases avec du texte en blanc, dont la dernière était cochée: « 1-hideous, 2-too picky, 3-dick is too big, may kill someone ». J'eus un petit sourire en coin et baissai les yeux en balançant la tête de droite à gauche. Drake avait toujours ce genre de chandails immatures qui le faisait rire et qui attiraient l'attention. Celui-ci, ce matin, me fis rougir quelques secondes...

-T'as intérêt à avoir une bonne raison de me réveiller si tôt un samedi...

Drake était très amoché et très bête. Je sentais que j'interrompais quelque chose de grave. Je ne pouvais pas dire exactement quoi, puisque depuis qu'il s'était fait intégré une nouvelle puce ses pensées m'étaient bloquées. Mais je le connaissais assez pour savoir quand quelque chose clochait. Et quelque chose clochait. Il aurait dû être plus que ravi de me voir, pourtant...?! Je jetai un regard à ma montre, pour la première fois depuis deux jours. Il était effectivement relativement tôt, mais ce que j'avais découvert vaudrait bien quelques petites heures de sommeil.

-Oui, euh, désolé, j'ai un peu perdu la notion du temps... Tu sais comment c'est... Euh... j'espère que je n'interromps rien de particulier...? Mais bon...

Je m'étirai le cou, essayant de voir si quelqu'un ou quelqu'une se trouvait dans son lit, mais je ne réussis pas à voir, car la fente de la porte était trop mince. Je ne percevais aucune pensée, mais la personne était peut-être juste endormie...

-Donc euh, voilà... As-tu remarqué que tu guérissais plus vite qu'avant, depuis euh...

Je pointai son torse de mon index en faisant des petits cercles dans les airs.

-Parce que j'ai découvert autre chose relié à cela, si cela t'intéresse de le savoir? Oh et... je prendrais bien un café aussi, s'il-vous-plait...?

Je lui fis un grand sourire en m'assoyant confortablement dans son sofa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 663
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Dim 22 Juin - 20:42

Je n'avais jamais compris ce besoin urgent qu'avaient certaines personnes de se débarasser de leurs conquêtes une fois le sexe terminé. J'en avais entendu de toutes les sortes... Certaines filles s'étaient sauvées en se rhabillant seulement à moitié, me jurant qu'elles ne voulaient pas déranger et que c'était toujours ainsi quand elles allaient chez un homme. D'autres m'avaient raconté avoir été chassées et insultées au petit matin pour s'être endormies contre l'épaule de leur amant d'un soir. Mais dans quel monde vivait-on? J'étais le premier à ne pas prendre au sérieux ce qui pouvait se passer dans mon lit, mais je savais encore traiter les gens comme des êtres humains. Les conquêtes d'un soir ne m'apparaissaient pas comme des mouchoirs qu'on jetait rapidement après usage. C'était comme considérer une personne ayant activement contribué à un moment de plaisir comme rien de plus qu'une poupée gonflable. Je n'étais pas fanatique des câlins et de l'affection nunuche, mais il ne me venait à l'esprit de mettre une personne dehors de chez moi que dans de très rares cas, quand cette personne le cherchait bien. Il m'arrivait très rarement de poursuivre à plus d'une nuit ma relation avec une personne, mais je m'efforçais toujours de conserver un niveau acceptable de respect. Je n'étais pas un barbare.

J'avais envisagé de rester dans ma chambre en y entrant pour aller chercher un t-shirt. J'aurais pu me recoucher auprès de Miss Sexy-Brunette et laisser Ethan attendre au salon que l'heure me convienne plus pour lui parler. Toutefois, je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il aurait très bien pu se lever et venir me tirer du lit pour que je l'écoute. Ethan n'acceptait pas qu'on ne le fasse pas passer avant tout, et ce, qu'il s'agisse de moi ou de quiconque se méritant son attention. Je ne savais pas si c'était un truc de dieu, cette manie de se croire plus important que tout. Gabrielle me donnait cette impression, elle aussi, se se croire supérieure aux autres. Ethan était l'intelligence et Gabrielle était la beauté. Moi, j'avais les deux, mais je me taisais parce que je n'étais qu'un humain mortel et fragile: Loki me l'avait bien montré... Peut-être les dieux avaient-ils raison de s'estimer supérieurs, mais ils ne me faisaient pas moins chier. Même en ayant une conscience assez aiguisée du monde m'entourant, je ne pouvais refouler complètement ce besoin d'égalité et de justice qui animait les humains les plus stupides.

J'avais laissé Ethan faire des tests sur moi. Je lui faisais suffisament confiance pour croire qu'il n'essaierait pas de me tuer et, en même temps, s'il trouvait nécessaire de m'étudier, lui qui possédait un cerveau presque aussi gros que son estime de soi, il me semblait que je devais le laisser faire. De plus, quelques égratignures ne m'avaient jamais fait peur...bien que j'aurais préféré qu'il me les fasse dans des circonstances plus...chaleureuses.

Avant mon séjour en prison, il y avait déjà plusieurs mois, j'avais découvert en Ethan un amant étonnamment passionné. J'avais le préjugé que les hommes de tête, ceux qui accordaient une importance particulière à la réflexion, étaient nuls au lit. Oui, je sais: méchant Drake. Je m'étais trompé et Ethan me l'avait prouvé. Mon esprit pervers s'était bien amusé de le voir faire l'infirmière auprès de moi et je ne m'étais pas privé de commentaires déplacés tout au long de ma convalescence. Une fois remis sur pied, je m'étais attendu à certains rapprochements physiques avec mon ami, comme nous en avions eus quelques fois avant toute ces horreurs perpétrées par Loki, mais il m'avait toujours fait sentir qu'il n'était pas intéressé. Je n'étais pas du genre à prendre plaisir à une agression. J'avais donc progressivement laissé tomber, non sans amertume: je n'aimais pas être privé de plaisir, surtout sans explication. Toutefois, comme Ethan m'avait sauvé la vie, je lui avais épargné un interrogatoire en règles sur son désintérêt pour mon sublime corps.


-Oui, euh, désolé, j'ai un peu perdu la notion du temps... Tu sais comment c'est... Euh...
j'espère que je n'interromps rien de particulier...? Mais bon...


J'avais envie de lui arracher un oeil, un seul, pour qu'il me voie faire. Il semblait venir tout juste d'atterrir d'une autre planète. Je le détestais surtout parce que je commençais déjà à moins lui en vouloir.

-Tu interromps mon sommeil...sinon ça va...

Je forçai un petit sourire que je voulais visiblement non sincère.

-Donc euh, voilà... As-tu remarqué que tu guérissais plus vite qu'avant, depuis euh...

-Après les 300 incisions que tu m'as fait subir, j'ai fini par le remarquer, oui.

Je ne me sentais que vaguement intéressé par les propors d'Ethan ce matin. Je voulais dormir. Je me frottai les yeux.

-Parce que j'ai découvert autre chose relié à cela, si cela t'intéresse de le savoir? Oh et... je prendrais bien un café aussi, s'il-vous-plait...?

Oh, monsieur voulait un café! Ne lui était-il pas passé par l'esprit de s'en acheter un avant de passer chez moi? Il aurait même pu m'en emmener un, par la même occasion. En toute honnêteté, je devais avouer que je n'avais pas envie de café ce matin. D'ailleurs, sentir le café que je préparais pour mon invité matinal me prouva que je ne me sentais pas du tout d'attaque pour commencer une journée. Je versai de l'eau dans un grand verre et j'y ajoutai quelques glaçons. Je voulais boire un iceberg. Je voulais me mettre la tête dans la neige. Je voulais partir au Pôle Nord et y vivre tout l'hiver, alors que le soleil ne se lève jamais. Il me semblait que la noirceur et le froid me feraient tellement de bien.

Je revins au salon avec une tasse de café pour Ethan ainsi que mon gigantesque verre d'eau. Je déposai la tasse sur la table basse devant le sofa et m'installai sur celui-ci, à une distance raisonnable d'Ethan, tout pelotonné contre le bras du sofa, les deux mains sur mon verre d'arctique que je commençai à boire par petite gorgées. Eh bien...même l'eau avait du mal à passer ce matin.


-Bon...alors qu'est-ce que tu as à me dire de si urgent?

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celui qui sait tout
avatarEthan T. Wilson


Messages : 67
Date d'inscription : 12/08/2013
Emploi/loisirs : Apprendre, écrire, faire chier...


MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Mer 27 Aoû - 23:42

-Tu interromps mon sommeil... sinon ça va...

J’étais persuadé que j'avais vu la forme d'un corps dans le lit. Et maintenant que Drake avait une nouvelle puce, qui fonctionnait cette fois, je ne pouvais plus lire ses pensées. Je me retrouvais donc, dans l’immédiat, dans le doute. Et, face au doute, je me devais de faire confiance à Drake. Il m'avait souvent prouvé que je pouvais compter sur lui. Mais cela m’agaçait de ne pouvoir avoir l'heure juste quant à ce qui se passait dans la tête de mon ami. Me demandant combien d'amants il avait eu depuis l’exécution, je me plongeai dans mes souvenirs quelques instants. Les rapprochements physiques qu'il y avait eu entre Drake et moi, avant son arrestation, étaient de très bons souvenirs. Bien sûr, le corps de Drake était parfait et sublime. Et, il était indéniable qu'il savait comment s'en servir. Les nuits que nous avions passés ensemble au lit avaient été passionnées et enflammées. Drake m'avait fait découvrir des muscles dans mon corps et fait expérimenté toutes les zones érogènes de mon corps. Lui seul l'avait fait de la sorte, lui seul savait réveiller ces instincts que j'avais mis de côté... Mais, depuis l'incident dans la ruelle après l’exécution, j'avais pris mes distances et n'avait plus répondu à ses commentaires grivois ou ses avances subtiles. Le désir ne s’était pas éteint, Drake me faisait toujours le même effet, mais j'avais dû m’éloigné parce que la vue de ses morceaux incandescents dans la poitrine ne faisaient que me ramener toute ma culpabilité au visage. Je me sentais terriblement honteux, mal et horrible. Et ne pensais qu'à cela quand je les voyais.

Je m’étais donc dévoué à tenter de comprendre et d'analyser la situation de Drake pour tenter de réparer ce que j'avais brisé, puisque oui, je me sentais entièrement responsable de sa situation. Si j'avais fait plus attention, il ne serait pas fait arrêter, d'abord, et, dans un second temps, nous ne nous serions pas fait découvrir dans la ruelle, si j'avais été plus prudent. Et donc, pour chasser ma culpabilité et ma honte, j'essayais d'aider mon ami au mieux.


-Apres les 300 incisions que tu m'as fait subir, j'ai fini par le remarquer, oui.
-Mauviette...


Je lui fis un clin d’œil et un sourire en coin. C'est vrai que j'y étais allé un peu fort sur les tests. Mais je voulais tellement être certain de ma théorie que je ne voulais absolument aucune erreur et une marge de manœuvre la plus réduite possible. Il me fallait donc tout vérifier et revérifier encore et encore... Même si, en fait, j’étais plutôt certain de ma théorie après seulement trente incisions... Je voulais seulement voir jusqu’à quel point cette dernière affectait Drake, en fait.

Le temps que Drake ait faire du café, je jetai un coup d’œil aux alentours. Rien de trop en désordre, rien d'inhabituel. Je fus presque déçu. J’espérais avoir plus d'informations sur le rythme de vie de mon ami, en regardant son appartement, mais rien ne dépassait. Rien de plus que d'habitude. Drake revint et je le remerciai pour le café, tout en levant les sourcils face à son verre d'eau. En le regardant un peu plus, je remarquai qu'il avait effectivement mauvaise mine. L'alcool n’était peut-être même pas complètement évacué de son corps... J'aurais pu me sentir mal de la situation, mais ce que j'avais à lui dire était plus important que tout et ne pouvait attendre. Je me sentis mal, par contre, de la distance qu'il imposa entre nous deux.


-Bon...alors, qu'est-ce que tu as à me dire de si urgent?

Je croyais que mes visites rendaient mon ami plus heureux... Apres tout, j’étais le seul et unique grand Thot et je prenais de mon précieux temps pour venir le passer avec lui. Il se devrait donc d’être plus honoré, respectueux et reconnaissant de mes visites. Hors, selon le ton qu'il employait et l'ironie que je voyait poindre, cela m'indiquait que ma visite ou celle de n'importe qui d'autre n'avait pas d'importance... Je lui en voulais et je ne cherchais que le bon moment et la bonne formulation pour lui en faire part.

-Alors, oui, voilà, je vais essayer de faire court...

Je pris une gorgée de café.

-Le café est excellent, merci.

Je pris une autre gorgée, puis une autre, en prenant bien le temps de les savourer. Il me semblait qu'il y avait des millénaires que je n'avais pas pris le temps de me faire des petits plaisirs, trop occupé sur le cas Varner.

-Oui, bon, désolé... Le fait est que, ton corps a changé à cause de la quantité de magie guérisseuse à laquelle tu as été exposé suite à...

Je regardai son torse et le pointai du doigt en faisant de petits cercles dans l'espace. Ne surtout pas nommer ce que c’était en réalité.

-Eh bien, cela a fait en sorte que tes cellules se sont empeignées de cette énergie magique et que maintenant, tes cellules se régénèrent d'elles-mêmes sous un principe de guérison magique. Donc, bien sûr cela veut dire que...

Je pris trois autres petites gorgées, en fermant les yeux quelques instants à chaque fois.

-Que...

J'avais perdu le fil. J'avais capté une pensée perverse et j'essayais de déterminer d'où elle venait exactement. Je regardai Drake, le regard un peu vide, puis je remarquai un bout incandescent qui dépassait du col de son chandail. Mon regard repris son éclat habituel et je continuai à expliquer ma théorie à Drake.

-Que, bien sûr, si tu te blesses, tu guériras. Selon l’intensité de la blessure, à un rythme plus ou moins rapide. Dans le sens où, si tu as une simple égratignure, cela ne prendra quelques secondes à se refermer et si l'entaille est plus profonde cela pourra prendre des minutes ou peut-être même des heures, si c'est vraiment grave. De même, tes cellules se régénèrent à chaque nuit, ou plutôt devrais-je te dire lors de tes heures de sommeil dans ton cas, pour revenir à leur état initial du début de la journée.

Je pris une autre gorgée. Son café était vraiment bon. Et je méritais de boire un café aussi sensationnel!

-Donc, tu ne vieilliras plus...

Je pris une autre gorgée et je fus triste de constater que c’était ma dernière. Je tendis ma tasse vers Drake.

-Tu peux penser à des questions sur le sujet tout en allant me faire un réchaud de café, svp?

Mon sourire le plus charmeur pour compléter le tout. Je savais qu'il ne pourrait résister... Qui le pourrait?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 663
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Mer 17 Sep - 20:54

J'avais fait de mon mieux pour rester patient avec Ethan tout au long des tests qu'il avait pratiqués sur moi. Je n'aimais pas vraiment rester en place et servir de cobaye. J'avais besoin d'agir et de participer. Je posais donc beaucoup de questions et, malheureusement pour moi, celles-ci ne généraient que peu de réponses de la part de mon ami lorsqu'il était absorbé par ses expériences.

Ethan m'avait lui-même installé la puce anti-télépathie. Je soupçonnait que son aide venait en partie de sa culpabilité de m'avoir mis dans une telle situation. Je le savais peu entousiaste à l'idée de ne plus pouvoir fouiller mon esprit, mais il avait accepté d'insérer la puce électromagique sous ma peau et d'ensuite procéder à des tests pour vérifier qu'elle fonctionnait bien - je ne me ferais pas avoir deux fois. Je ne faisais confiance à personne en dehors de lui et, d'ailleurs, mon seul vrai ami ne détenait pas ma foi absolue en lui. Il m'avait paru être la personne la plus compétente et, surtout, la seule personne à qui j'acceptais de laisser mon corps inerte comme une vulgaire viande à charcuter sans craindre de justement finir en steak. Je me demandais si Loki m'aurait préféré bien cuit comme le jour de l'exécution.

J'avais tout de même fait quelques tests à Ethan. Il était passionné par la nature humaine et, de ce fait, par ce que son pouvoir de télépathie lui permettait de découvrir. Comme j'étais d'un naturel assez méfiant, j'avais un peu douté de lui lorsqu'il m'avait installé la puce. J'avais donc passé plusieurs jours à penser spontanément à des idées déroutantes, violentes ou révoltantes en inspectant bien son visage pour y déceler la moindre réaction. Je m'étais vite rendu à l'évidence qu'Ethan Wilson méritait cette confiance que je ne lui offrais qu'en partie. Je m'en étais senti un peu coupable, avant de vite chasser ce sentiment de mon esprit. La prudence m'avait toujours bien servi jusqu'à présent, contrairement à la confiance.


-Mauviette...

Je fis un air faussement outré, pour montrer avec quel humour et que détachement je prenais toute la situation, mais j'en avais marre de ces tests et je souhaitais vraiment que la visite d'Ethan n'avait pas pour but de m'emprunter pour la journée afin de faire de moi son petit rat de laboratoire. Le rongeur voulait aller se recoucher...

-Alors, oui, voilà, je vais essayer de faire court...

-Ce sera bien la première fois.


Je doutais qu'Ethan me trouve drôle avec cette réplique, mais je n'avais pas toute ma concentration ce matin pour resserrer les mailles du filets autour de mes mots.

-Le café est excellent, merci.

Je fixai mon ami alors qu'il prenait soixante gorgées de café. Allait-il finir par me répondre? Je faillis bien lui faire la remarque que j'étais encore là et qu'il n'était pas tout seul avec son café si savoureux, mais il daigna m'adresser de nouveau la parole juste à l'instant ou j'inspirais pour me préparer à parler.

-Oui, bon, désolé... Le fait est que, ton corps a changé à cause de la quantité de magie guérisseuse à laquelle tu as été exposé suite à...

-Suite au barbecue de Loki.


J'avais remarqué que je guérissais plus vite depuis ce triste épisode. Les millions de coupures que mon corps avait endurées avaient disparu beaucoup plus rapidement que ce à quoi j'avais été habitué auparavant. Si c'était de cela que mon ami venait me parler, il serait probablement déçu de voir mon absence de surprise. Peut-être voulait-il me dire qu'il avait découvert que je ne perdrais pas cette faculté d'autoguérison supérieure à la normale? Je devais avouer que j'aimais bien cette idée. J'avais d'ailleurs commencé à apprécier comment je me remettais plus facilement de mes grosses soirées de fête.

-Eh bien, cela a fait en sorte que tes cellules se sont imprégnées de cette énergie magique et que maintenant, tes cellules se régénèrent d'elles-mêmes sous un principe de guérison magique. Donc, bien sûr cela veut dire que...

Je soupirai en le voyant privilégier sa soif de café à ma propre soif de connaissance.

-Que...

J'avais envie de le secouer. Mieux: j'avais envie de le transformer en pignata. Je me voyais lui envoyer de grands coups avec un balai jusqu'à ce qu'il laisse enfin s'échapper ce qui m'intéressait.

-Mais accouche, Ethan!

Déjà, quand je n'étais pas dans l'état lamentable dans lequel je me trouvais ce matin-là, cette manie qu'avait mon ami à s'arrêter au milieu d'une phrase parce que son si brillant esprit s'égarait sur une nouvelle pensée m'énervait au plus haut point. Je savais qu'il n'y pouvait rien, mais cette particularité me mettait hors de moi assez facilement lorsque nous avions une conversation importante.

-Que, bien sûr, si tu te blesses, tu guériras. Selon l’intensité de la blessure, à un rythme plus ou moins rapide. Dans le sens où, si tu as une simple égratignure, cela ne prendra quelques secondes à se refermer et si l'entaille est plus profonde cela pourra prendre des minutes ou peut-être même des heures, si c'est vraiment grave. De même, tes cellules se régénèrent à chaque nuit, ou plutôt devrais-je te dire lors de tes heures de sommeil dans ton cas, pour revenir à leur état initial du début de la journée.

Non, non, non. Il ne s'en allait certainement pas dans la direction que je devinais, malgré la tête qui me tournait encore un peu.

-Donc, tu ne vieilliras plus...

Je ne sentis pas le verre qui commençait à me glisser des mains alors que mon corps entier était traversé d'un indescriptible sentiment de faiblesse. En une seconde, déjà, je relâchais les interrogations et angoisses que cette idée suscitait en moi. Allais-je vivre éternellement? Pourrais-je continuer à évoluer ou en resterais-je au même stade psychologique qu'aujourd'hui, et ce, toute ma vie? Comment allais-je cacher ma jeunesse qui s'étirerait? Devrais-je changer d'identité? Devrais-je constamment voyager? Subir des chirurgies plastiques? Allais-je guérir à répétition de ces chirurgies? Devrais-je éviter d'être pris en photo pour éloigner l'attention de ma personne par le futur? J'avais la subite impression d'être totalement une autre personne, une personne éternellement jeune qui ne possédait plus les mêmes droits que ceux que j'avais eus jusqu'à présent.

-Tu peux penser à des questions sur le sujet tout en allant me faire un réchaud de café, s'il te plait?

Je tournai ces yeux qui étaient restés fixés devant moi vers Ethan au même moment que le verre acheva de glisser, se renversant sur mon torse, mon sofa et mon...instrument de masculinité. Cette douche glaciale me ramena sur terre et je bondis du sofa pour ramasser le verre et essayer de limiter les dégâts. Je courus à la salle de bain et revins avec une serviette et entrepris d'essuyer le sofa et le sol, me maudissant pour cet instant d'égarement. Me retrouver ainsi penché me fit réaliser que mon mal du matin s'était un peu calmé.

-Va te faire ton réchaud toi-même, Wilson. Faut que je mette des vêtements secs.

Je n'attendis pas d'être dans ma chambre pour retirer mon boxer, offrant ainsi une belle vue sur mes fesses à mon ami. J'espérais le choquer un minimum. J'étais sur le point de sortir de ma chambre, dans une tenue similaire à celle que je venais de tremper, quand je remarquai que mon invitée n'était plus dans mon lit. Pourtant, sa robe était encore sur le sol près de ma table de chevet. Elle devait être allée à la salle de bain. Je m'empressai donc de rejoindre Ethan au salon. Je m'installai au bout du sofa qui était encore sec.

-Doooonc...concernant mon problème de lumières, tu sais si ça va se régler?

Si j'avais l'éternité devant moi, je pouvais encore rêver de redevenir normal, non?

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celui qui sait tout
avatarEthan T. Wilson


Messages : 67
Date d'inscription : 12/08/2013
Emploi/loisirs : Apprendre, écrire, faire chier...


MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Lun 20 Oct - 12:00

Si j'avais moi-même proposé à Drake de lui installer directement la puce anti-télépathie, c'était, surtout, parce que je voulais que le travail soit bien fait et que je savais que je faisais toujours le meilleur travail. Le dicton qui disait qu'on était toujours mieux servi par soi-même n'était valide que dans mon cas, c'était évident que j'étais l'inspiration de celui qui l'avait rendu populaire. Puis, j'avais accepté de le faire puisque je voulais aider mon ami, d'une part, parce que je me sentais coupable, mais, d'une autre part - et celle-ci était beaucoup plus importante - parce que je voulais le protéger. Je voulais le savoir en sécurité, à l'abri des autres télépathes mal intentionnés et loin des dangers divers. Je n'avais pas été en mesure de le faire correctement dans le passé et je comptais désormais sur une haute technologie pour le faire. Sa puce, si elle ne le protégeait pas d'une explosion, le protégeait au moins d'une hallucination ou de tout autre pouvoir psychique. Sa vie privée resterait privée, ses secrets resterait les siens. Personne de son entourage ne pourrait lui attirer des ennuis, tout comme ses pensées, que je savais souvent choquantes, ne risqueraient pas de lui créer de nouveaux ennemis. J'avais décidé de me couper de lui, pour son bien. Cela me déchirait l'âme de devoir rompre ce lien, entre Drake et moi, mais je savais aussi que c'était la meilleure chose à faire.

-Ce sera bien la première fois.

Je roulai les yeux au ciel et je décidai de ne pas répliquer, cette phrase à tendance grivoise, clairement sur mes performances sexuelles, ne valait pas que je gaspille de ma salive. Je n'avais pas à avoir honte de ce que je livrais comme performance, je le savais et, si j'avais décidé d'en douter, je l'avais aussi lu dans la tête de mon amant, quand je le pouvais encore. De toute façon, ma bouche était déjà bien trop occupée à savourer le café. Mon bonheur passait bien avant tout le reste!

-Suite au barbecue de Loki.

-Cela ne me fait pas rire, et cela ne devait pas t'amuser non plus...


Je fronçai les sourcils quelques instants. J'appréciais beaucoup Drake, sur plusieurs plans, sinon je ne passerais pas autant de temps avec lui, et j'avais plusieurs raisons de l'apprécier autant, mais je ne le trouvais pas assez sérieux par moment. Il avait l'air de tout prendre à la légère, même les choses graves. Je ne comprenais pas pourquoi il continuait à jouer a ce jeu avec moi puisque j'avais eu accès si longtemps à sa tête, je savais donc très bien qu'il n'était pas aussi léger et insouciant qu'il ne voulait le laisser paraître...

-Mais accouche, Ethan!

Son ton me surpris. Et je passai proche de m'étouffer avec une gorgée de café. Je ne comprenais pas d'où venait son exaspération. Je prenais tous les raccourcis possibles et je faisais vraiment au plus court. Je fus déboussolé sérieusement et toutes ces émotions me firent reprendre le fil plus rapidement.

Quand je vis Drake se lever subitement, courir à la salle de bains, en revenir avec une serviette et éponger comme il le pouvait toute l'eau qu'il avait renversé, je ne compris pas comment cela avait pu arriver.


-Va te faire ton réchaud toi-même, Wilson. Faut que je mette des vêtements secs.

-Quoi?! Mais...


Je le regardai se diriger vers sa chambre, encore entrain de me demander ce qui avait pu causer à mon ami un tel moment d'égarement, cherchant l'horrible et l'affreux dans mes paroles. Quand il retira son sous-vêtements, avant d'être hors de ma vue, je détournai d'abord le regard, seulement quelques secondes, puis je regardai à nouveau ces fesses si musclées. Me disant que s'il ne voulait pas que je regarde, il n'avait qu'à ne pas les exhiber de la sorte!

Une fois qu'il fut engouffré dans sa chambre, je regardai ma tasse vide et émis un soupir bruyant avant de me lever et de me diriger vers la cuisine en traînant les pieds. J'aurais mérité un meilleur service, j'étais un dieu, pas une demie-portion! Je me levai donc et me dirigeai vers la cuisine, ou je tombai face à face - ou plutôt face à fesses, puisqu'elle était de dos - avec la compagne de nuit de Drake. J'eus un pincement au cœur en la voyant. Elle était une vraie bombe! Elle se préparait un café aussi et finit par remarquer ma présence et par se tourner vers moi. Quand elle me vit avec ma tasse, elle n'eut aucun instant de gêne ou de mouvement pour tenter de cacher sa nudité. Elle resta là et me tendit simplement la cafetière pour que je remplisse ma tasse. Je fis non de la tête, déposai ma tasse dans le fond de l'évier et retournai au salon. Finalement, je n'allais pas prendre un autre café ni m'éterniser ici...


-Doooonc... concernant mon problème de lumières, tu sais si ça va se régler?

Comme j'allais m'asseoir, la jeune femme, qui m'avait suivi silencieusement au salon, pris place sur l'autre sofa, toujours nue. Je ne m'assis donc finalement pas, je ne voulais pas être près d'une vulgaire catin dénudée. Je méritais mieux que cela! Je restai donc debout, près d'une fenêtre. J'essayais d'avoir l'air naturel et neutre, mais ma mâchoire était serrée et mes sourcils légèrement froncés, malgré tous mes efforts.

-Selon mes premières impressions, je ne crois pas, non... Mais il faudrait sans doute faire d'autres tests et voir d'autres experts pour en être certains...

-Drakounet, tu me masserais les épaules et le cou, diiiis?

-Drakounet... wow...


J'avais murmuré, plus pour moi-même. J'etais éberlué, choqué, dégouté et... jaloux, je crois... Je me frottai le visage, puis me passai une main dans les cheveux. J'étais un imbécile et je n'aurais jamais dû venir ici sans téléphoner...

-Donc, euh... voilà. Je t'ai dit tout ce que je savais et qui était urgent... Maintenant, je vais y aller et vous laisser à... vos... massages...

Je me dirigeai rapidement vers la sortie sans autres paroles et sans me retourner. Une fois dans le couloir, je mis mes mains dans mes poches et serrai la mâchoire en me plaquant un sourire suffisant au visage, mon image devait se cultiver même si je n'avais pas vraiment envie de sourire...


[Terminé pour moi! Smile ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 663
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ] Ven 7 Nov - 16:14

J'avais hésité, au tout début, quand on m'avait mentionné l'implantation d'une puce magique dans mon propre corps. Toutefois, aujourd'hui, après réflexion, je ne me voyais pas vivre sans protection contre les télépathes. Je ne cesserais probablement jamais d'en vouloir à Ethan d'avoir profité d'un accès illimité à mes pensées et mes souvenirs. L'idée que des inconnus aient pu lire mes moindres travers comme s'ils feuilletaient un vulgaire magazine de mode me faisait, elle aussi, frémir. Je me demandais tout ce que les espions de Loki avaient pu découvrir sur moi. Mon implication avec le gouvernement londonien restait l'information la plus nuisible à mon sujet, mais il y avait de nombreux souvenirs que je souhaitais garder pour moi, même s'ils n'étaient pas liés au gouvernement. Je craignais aussi que quelqu'un ait découvert mon identité de pirate, même s'il n'y en avait eu aucune mention que ce soit. Je tremblais à l'idée qu'on puisse associer le nom de Drake Varner, tête folle aux multiples habits de paillettes, à celui de Blue_Krait, éminent et mystérieux pirate informatique oeuvrant pour son propre compte. J'aimais garder mes deux vies séparées car, si on les liait au grand jour, aucune des deux n'était alors réellement crédible, car elles étaient trop éloignées l'une de l'autre. Je n'avais pas envie qu'on essaie de distinguer le vrai du faux chez moi.

Je n'avais jamais demandé à Ethan quelles parties de moi il avait décortiquées ni de quels détais croustillants il s'était régalé. Je me questionnais régulièrement à ce sujet, mais je ne trouvais pas le courage de tourner mes interrogations vers lui. Je n'étais pas prêt à connaître la vérité. Je n'étais pas assez emporté dans mon attitude de désinvolture généralisée pour omettre qu'au fond, je possédais une profondeur supérieure à ce que je laissais voir. Toutefois, n'était-ce pas le lot de tout le monde? Personne n'était constamment honnête ou vrai. La personne que je montrais à tous me paraissait aussi réelle que celle qui souhaitait qu'Ethan Wilson ne l'ait pas aperçue dans son entièreté avec son pouvoir de télépathie.


-Cela ne me fait pas rire, et cela ne devait pas t'amuser non plus...

Parce que, bien sûr, je pouvais me faire rôtir par un dieu enragé, mais je n'avais surtout pas le droit d'y référer avec humour. Ce genre de réactions, venant d'Ethan, me sécurisait beaucoup: s'il ne décelait pas le malaise derrière la blague, je pouvais en conclure qu'il n'avait pas analysé mes moindres mécanismes de défense.

J'étais sorti de ma chambre avec hâte pour retourner auprès de mon ami. Même si la nouvelle qu'il venait de m'annoncer m'accablait plus qu'elle ne me réjouissait, je voulais en savoir plus. Ce fut probablement pourquoi je me lançai à questionner Ethan sans remarquer qu'il arrivait au salon avec de la compagnie. Je remarquai ma conquête seulement après m'être demandé pourquoi mon non-invité du matin restait debout. Je rencontrai son regard - ainsi que l'image de l'entièreté de son corps nu - en balayant machinalement le salon des yeux.


-Selon mes premières impressions, je ne crois pas, non... Mais il faudrait sans doute faire d'autres tests et voir d'autres experts pour en être certains...

J'en avais marre des tests et des experts, mais je préférais être ausculté de tous les côtés plutôt que me trimballer à vie ces drôles de lueurs, surtout si cette vie était éternelle.

-Drakounet, tu me masserais les épaules et le cou, diiiis?

Sérieusement? Ne voyait-elle pas que j'avais une conversation sérieuse avec Ethan? J'avais encore ramené chez moi une poupée sans cervelle, au final...

-Drakounet... wow...

Je n'eus pas le temps de répliquer à ma conquête que le moment était mal choisi avant d'entendre Ethan laisser échapper ce murmure exaspéré. Cette simple exclamation me plongea à la fois dans la honte et la colère. Je me sentais ridicule à cause de l'attitude niaise de la jeune femme devant mon meilleur ami et, en même temps, j'en voulais un peu à Ethan de sembler croire qu'il avait quoi que ce soit à dire sur comment mes fréquentations s'adressaient à moi.

-Donc, euh... voilà. Je t'ai dit tout ce que je savais et qui était urgent... Maintenant, je vais y aller et vous laisser à... vos... massages...

Même s'il ne m'avait pas nécessairement tout dit, je comprenais que la discussion ne pouvait pas se poursuivre devant la greluche en manque d'attention. Je ne comprenais pas pourquoi elle avait choisi de se poster là, toute nue, sans gêne apparente. Croyait-elle qu'Ethan était là pour un plan à trois? Si cela avait été le cas, elle n'aurait pas été aussi longtemps la seule à être nue, c'était évident. J'eus un bref regard ennuyé pour la pauvre fille et, lorsque je tournai de nouveau la tête vers l'endroit où s'était tenu Ethan, il n'était plus là. J'entendis la porte de mon appartement se refermer et j'arrondis les yeux: mon ami venait de partir sans plus de cérémonie.

Je me levai prestement et me dirigeai vers la sortie de mon appartement. J'ouvris la porte, m'attendant à apercevoir Ethan dans le couloir, mais il avait dû marcher trop vite, car je ne le voyais pas. Il était définitivement parti. Déçu, je refermai la porte et retournai au salon. J'y trouvai la jeune femme avec qui j'avais passé la nuit, toujours nue, allongée sur le sofa dans une position suggestive. Mon côté immature lui en voulait d'avoir fait partir Ethan avec son comportement débile alors que mon (minuscule) côté mature était encore sous le choc de la nouvelle que mon ami venait de m'apprendre. En bref, je n'étais pas du tout d'humeur à satisfaire ses envies.


-Je suis désolé..Jess...Val...Je suis désolé, mais j'ai la tête qui tourne à cause de l'alcool. Tu devrais retourner chez toi...

Elle ne me lança rien au visage, mais l'absence de paroles qu'elle me servit m'indiqua clairement sa frustration. Je la laissai s'habiller avant de la raccompagner jusqu'à la sortie.

-On se rappelle, ma jolie.

Mon sourire s'effrita quand elle leva vers moi un regard glacial.

-C'est ça. Et on prendra un petit déjeuner, cette fois, tu penses?

Je la regardai sortir et j'attrapai la porte de justesse alors qu'elle allait claquer violemment. Il était évident que ma conquête m'en voulait de ne pas lui avoir offert de prendre un repas, mais je me souvenais clairement que nous nous soyons seulement dit que nous allions passer une nuit d'enfer, la veille, rien de plus. J'étais un homme respectueux, mais une fille que j'avais ramené chez moi pour une seule nuit n'était pas précieuse à mes yeux et il n'était pas question que je la traite comme une princesse...surtout si elle se comportait comme la prostituée du village et faisait fuir mon ami.

Je me versai un peu d'eau dans un verre et y ajoutai plusieurs glaçons. Puis, j'allai m'allonger dans mon lit et déposai le verre sur ma table de chevet. Je fermai les yeux en sachant très bien que je ne m'endormirais pas. À cause d'Ethan, mon esprit était en ébullition. J'allais passer les prochaines heures à explorer mille possibilités, problèmes et solutions liés à ma nouvelle condition.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

La durée de vie d'un Lite-Brite [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Helheim :: Appartement, condos et lofts :: Appartement de Drake Varner-