AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 366
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Jeu 13 Nov - 13:25

Matt savait, en venant à cette soirée, qu'il était possible que Gabrielle le repousse, poliment ou violemment. Rien ne lui garantissait totalement la réussite de son plan. Après ses actions assez discutables concernant la jeune femme, il n'aurait pas eu l'hypocrisie de la considérer injuste ou capricieuse de refuser ses avances, et ce, même s'il était convaincu qu'une chimie spéciale pétillait entre eux. Après tout, c'était lui qui l'avait d'abord laissée tomber. Ils ne formaient pas un couple, à l'époque, mais ils étaient très proches. Le démon avait brusquement coupé les ponts sans s'épancher sur les raisons de son départ. À ce moment-là, il n'avait pas cru bon d'expliquer à Gabrielle son désir d'éviter de s'attacher ainsi que le boulet qu'elle représentait par rapport à son besoin de liberté. Même s'il lui avait raconté toutes ses raisons, il n'en aurait rien tiré de positif.

Encore aujourd'hui, Matt ne regrettait pas d'avoir passé ses raisons sous silence. Il savait qu'elles lui auraient nui maintenant qu'il voulait se rapprocher de nouveau de celle qu'il aimait. La belle femme aurait probablement pensé qu'il allait de nouveau la quitter avant de trop s'attacher et de mettre en danger sa si précieuse liberté. Elle n'aurait pas eu tort de prévir un tel comportement de la part de son ancien amant, en se fiant au passé. Toutefois, depuis, Matt avait évolué et réfléchi. Surtout, il avait pris conscience de la vraie définition que la liberté prenait maintenant pour lui, et celle-ci n'excluait pas une relation exclusive avec la femme qu'il aimait.


-Tu ne te lasseras donc jamais de ce surnom.

-Aucun ne te va mieux que celui-là.


Matt aimait ce surnom. Il était à la fois flatteur et humoristique. Il soulignait la grande beauté de la jeune femme et, en même temps, il laissait entendre une pointe d'insulte, puisque les participantes des concours de beauté s'avéraient souvent de vraies sottes. Il était évident que Gabrielle était intelligente et c'était en cela que l'injure sous-entendue se révélait comique.

-N’as-tu pas compris, tout à l’heure, quand je t’ai dit que je n’ai pratiquement rien oublié à ton sujet ?

Le démon eut un petit sourire.

-Cela nous fait un point de plus en commun.

Lorsque Matt remarqua que Gabrielle avait froid, il passa nonchalamment un bras autour des épaules de celle-ci, sans chercher son regard pour obtenir une approbation. Son attitude de la soirée le laissait croire qu'elle ne jouerait pas la fausse fierté devant lui. Il la tint donc contre lui jusqu'à ce que la limousine arrive. Habituellement, le démon détestait attendre un moyen de transport. Il détestait limiter ses déplacements aux véhicules humains. Son pouvoir de téléportation lui permettait d'aller presque n'importe où en un temps très réduit et, avec les années, il s'était attaché à ce pouvoir extrêmement utile. Comme il s'agissait d'un pouvoir complexe, il avait mis des années à le perfectionner. Le simple déplacement entre l'enfer et la terre lui avait pris plusieurs semaines. Aujourd'hui, toutefois, il pouvait se rendre dans tout lieu qu'il avait déjà visité ou vu avec très peu d'efforts.

L'attente de la limousine ne lui fut pas spécialement désagréable, car il était en excellente compagnie. Le démon fut cependant très heureux de voir celle-ci arriver puisque cela signifiait que le moment où il serait seul avec la belle se rapprochait. Il laissa Gabrielle l'entraîner vers le véhicule et en profita pour faire un clin d'oeil entendu à l'un des photographes épiant leurs mouvements de son regard de vitre.

Matt se laissa joyeusement faire lorsque Gabrielle l'attira vers lui pour l'embrasser. Il participa activement à cet échange affectueux devant les caméras. Puis, il entra dans la limousine en contenant difficilement un sourire satisfait. Si la jeune femme venait de l'embrasser dans ces circonstances, telle qu'il la connaissait, elle ne prévoyait ni lui faire exploser le cerveau ni le laisser tomber ce soir-là. Gabrielle tenait à sa réputation. Il n'y avait qu'à voir comment elle avait officiellement invité le petit Evans à l'accompagner à son cocktail après que leur relation (qui tenait de la blague, aux yeux du démon) ait été rapportée par les médias. Elle ne voulait pas passer pour une traînée ou une fille de joie sans cervelle. Montrer son attachement à un homme de manière aussi publique revêtait une grande importance.

Le démon partagea ses regards entre Gabrielle et la fenêtre, à laquelle il jeta de brefs coups d'oeil pour vérifier s'ils approchaient de leur point d'arrivée, tout au long du trajet. Même s'il adorait que la jeune femme soit aussi simplement blottie contre lui, il ne pouvait nier que la présence du chauffeur était de trop.


[Ce fut ma dernière réponse, malheureusement pour vous tous.]

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 121
Date d'inscription : 28/01/2014


Feuille de personnage
Phobie: Devoir renoncer à ses valeurs
Ambition secrète: Offrir un bout du monde au peuple des forêts

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Mar 25 Nov - 18:33

La musique, son passé, sa femme, ses enfants, la tempête, leur mort. Les souvenirs pénibles défilaient dans son esprit sans s’y accrocher vraiment. Il semblait impossible de quitter la réalité désespérante du cocktail, cette femme contre lui, ses doigts qui la tenaient malgré lui. Merwyn se sentait près de la crise. Il craignait de céder à ses pulsions, et devenir l’exact inverse de l’homme auquel il essayait de ressembler. Qu’allait-il faire alors ? Personne ne lui pardonnerait de s’être comporté en créature sauvage pendant une réception officielle. Il devait se reprendre. Il pouvait le faire. Jamais aucune femme ne l’avait troublé au point de lui faire perdre sa lucidité, à l’exception de son épouse. Cependant, il veillait depuis son adolescence à garder de bonnes distances avec les séductrices. Il évitait les situations gênantes et s’enfermait dans un célibat borné pour échapper aux tentations. Mais, chaque année de privation rendait sa résistance plus faible. Il l’oubliait en se saoulant de travail, et pensait réussir à tenir le temps qu’il faudrait. Grave erreur, il s’en rendait bien compte aujourd’hui. Sa nature profonde lui laissait, en la matière, un choix très limité. S’il refusait d’écouter la passion, la passion venait à lui, et lui présentait le pire scénario possible pour marquer la soirée. Non. Il ne se comporterait pas comme un prédateur sexuel, il préférait encore fuir. A ce stade, vexer sa partenaire importait peu. Elle n’avait probablement pas la moindre idée de ce qui risquait d’arriver si elle continuait à l’aguicher.

Le seul point positif de l’affaire était que, voyant qu’il semblait décidé à passer du temps avec sa cavalière, Katherine avait interrompu son petit jeu. Seulement, Apple semblait apprécier sa brusquerie. Dans cet état, son attitude changeait, ce qu’il dégageait aussi. Les femmes lui trouvaient alors souvent un quelque chose de très viril, de très attirant, elles le lui rendaient, s’électrisaient de désir, et tout se compliquait. La déesse gardait cependant une certaine retenue. Il la sentait encore assez taquine. Elle résistait à moitié au charme et lui offrait, sans le vouloir, une chance de s’en sortir, en théorie. Mais la cruelle semblait décidée à le tourmenter avec une attitude plus caressante, un murmure chargé de volupté, un baiser léger, chargé de promesse dans son cou. Le souffle lui manqua un instant, un violent tremblement saisi son corps et il la serra un peu plus fort avant de relâcher doucement la pression. Son cœur battait toujours très vite. Il profita que l’attention d’Apple soit retenue par autre chose pour lui murmurer d’une voix presque suppliante :

- Tu es attirante aussi… Mais nous ne devrions pas rester comme cela, pas ici.

La forme, un peu maladroite, pouvait faire penser à une invitation. Dans son esprit égaré, il n’en était rien. Merwyn voulait sincèrement tout arrêter là, limiter les dégâts. La tête lui tournait, il avait atrocement chaud, et dû prendre beaucoup sur lui, lutter contre ses pulsions pour s’écarter peu à peu de la jeune femme sans avoir l’air de la chasser. Heureusement, la chanson approchait de la fin et cela pourrait paraître tout à fait logique.

- Je crois que je vais sortir un peu…, ajouta-t-il pour se donner du courage.

Il était encore à moitié hésitant mais, par un effort de volonté énorme, se tourna vers la porte qui menait aux toilettes et à la terrasse. De l’eau froide, de l’air, aucun meilleur remède pour faire baisser la tension. Cependant, la musique lente laissait place à des notes tout aussi douces. Ils venaient d’entrer dans une phase de plusieurs slows et il espérait qu’aucune jeune femme n’aurait la mauvaise idée de l’empêcher de quitter les lieux tant qu’il pouvait encore le faire dignement.

_________________
Il y a la folie des hommes, l'innocence des animaux
Et il y a le génie des hommes, qui attise tous les maux.


Si la nature est généreuse
L'espèce humaine est dangereuse
Elle aimerait bien lui faire la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 602
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Mannequin et policière


Feuille de personnage
Phobie: Que Cameron apprenne tous ses secrets.
Ambition secrète: Se débarrasser de Chloe.

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Mer 26 Nov - 22:33

Chloe passait son temps entre les portes ces derniers temps. Elle avait donc vu cette soirée de congé comme un bon moyen de se reposer, de se retrouver avec elle même, à faire des choses qu'elle aimait faire ou à mettre de l'ordre dans ses idées. Elle n'arrêtait jamais, depuis un bon moment. Elle travaillait beaucoup, avec ses heures en tant que policière de la ville, mais aussi avec les contrats qui s’enchaînaient chez Venus Industries et elle n'irait pas s'en plaindre. Elle avait dû si souvent en refuser parce que Kyle Harrisson ne voulait pas lui laisser toute la place, maintenant qu'elle décidait tout, elle acceptait tout ce qui lui faisait plaisir. Et son travail de mannequin était plus qu'important dans la liste de ses passions. Si elle ne travaillait pas, elle essayait de voir régulièrement son père sous sa nouvelle identité, afin de garder le contact avec lui et aussi afin de continuer de monter leur plan. Le nouveau visage de Loki leur permettait une plus grande liberté. L'exécution publique n'avait été que le commencement de ce que Hel et Loki avaient en tête pour l'avenir de la ville. Ce n'avait été que le premier pas dans la direction qu'ils souhaitaient prendre. Deux dieux nordiques ne se contenteraient pas d'être mis au second plan, de faire comme les autres. Surtout pas après avoir tous les deux eu le droit de diriger leur propre royaume avant la brèche. Surtout pas après avoir finalement réussi à se retrouver. Hel voulait retrouver leur vie d'avant. Elle voulait ravoir tout ce qu'elle avait, mais le plus important était qu'elle voulait simplement que son père l'aime, qu'il soit fier d'elle. Et il le serait une fois leur plan mis en place. Ainsi, si cela voulait dire de ne pas avoir de temps libre ou de ne pas pouvoir se reposer correctement, Chloe n'en avait rien à faire. Tous les prix à payer valaient l'amour et la fierté de son père.

Chloe ne voyait donc plus vraiment ses amis et connaissances d'avant l'exécution, surtout pas ceux qui avaient un lien quelconque avec le défunt Harrisson. Surtout pas ceux qui auraient pu comprendre quelque chose à sa nouvelle vie et son lien dans la vie de Kyle, mais surtout, dans la disparition de Kyle. C'est pourquoi elle n'avait pas reparlé à Drake Varner. Le lien qu'ils avaient eu avant la mort de Kyle manquait à Chloe, mais tout le plan était compromis si elle reprenait contact avec lui. Elle n'avait pas cru sa mort, quand son père lui avait lancé une boule de feu en pleine gueule. Elle ne savait pas pourquoi, mais quelque chose en elle restait convaincu que Varner n'était pas mort. N'ayant pas été mis au courant de la présence de Varner dans les accusés avant le jour J, Hel avait fait une scène terrible à son père et lui avait somme d'enlever immédiatement la condamnation à mort qui planait toujours sur la tête de son ami, quelques jours après l'éxécution. Puis, Chloe avait été mise au courant qu'on avait pas pu retrouver le corps de Drake. Convaincue alors qu'il avait été réduit en cendres par la magie de son père, car c'était la seule explication qu'il lui restait, l'étincelle s'était éteinte et Hel s'était effondrée. La perte de Drake l'avait affectée plus qu'elle ne l'aurait cru. Hel avait tué et arrêté injustement plus d'innocents dans les semaines après l'exécution que dans toute sa carrière. Puis, quand elle avait revu un sosie de Drake lors d'une patrouille, son cœur avait chaviré. Elle l'avait suivi et avait pu constater que son ami et amant était bien en vie. Et elle avait quand même décidé de se tenir loin de lui. Pour éviter les réponses, les larmes, les drames et les mensonges... Cela avait plutôt bien fonctionné jusqu'à maintenant, d'ailleurs... Mais, c'était sans compter que Drake connaissait sa patronne, apparemment...


-Chloe, mais quel plaisir!

La jeune femme avait du mal à saisir si Drake était sincère ou non. Essayait-il de sauver les apparences parce qu'ils étaient en public et qu'il ne voulait pas nuire à la soirée ? Ou peut-être avait-il tout oublier suite à la boule de feu? Chloe avait milles questions pour lui, mais restait figée. La jeune femme restait sur ses gardes, mais elles n'étaient déjà pas très hautes quand Drake était impliqué. Le baiser que le jeune homme déposa sur sa main lui fit tout drôle.

-Tu es éblouissante, encore ce soir.

Chloe avait envie de l'embrasser. Là, tout de suite, maintenant. Mais quelque chose la retenait, peut-être l'ombre effrayante que projetait son père dans sa tête. Elle pouvait se retenir de l'embrasser, mais pas de le toucher. Elle mis sa main gauche autour de la hanche de Drake, remis rapidement de l'ordre à sa robe et dans ses cheveux avec sa man droite, puis la posa sur le torse de Drake, en jouant innocemment avec le rebord de son veston.

-Moins que toi, encore ce soir.

Chloe faisait évidemment référence aux paillettes qui ornaient le costume de Drake. Elle le trouva parfait, comme toujours, d'avoir osé ce vêtement.

-Ravie de te revoir enfin...

Chloe remonta lentement sa main qui était sur le torse de Drake et la laissa aller jusqu'à la nuque du jeune homme, où elle caressa doucement la base de ses cheveux. Chloe ne pouvait s'en empêcher, il y avait quelque chose de magnétique chez Drake...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 146
Date d'inscription : 01/05/2014
Emploi/loisirs : Maquilleuse, aubergiste, guérisseuse


Feuille de personnage
Phobie: Mourir.
Ambition secrète: Devenir proche de ma mère.

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Mer 10 Déc - 13:40

Bien que Natassia ait toujours trouvé Raphael fort séduisant, il ne s'était produit aucun rapprochement entre eux au-delà de l'amitié. Souvent, l'un ou l'autre était en couple et, comme tous deux portaient une grande valeur à la fidélité, l'idée de briser la confiance de son conjoint ou sa conjointe, ou encore de se mettre en travers de la relation de l'autre ne leur était jamais venue. Aujourd'hui, ils étaient tous deux célibataires et habitaient la même ville; les possibilités étaient beaucoup plus en leur faveur dans cette direction.

Katherine ne savait pas si son apparence présente attirait ou non son vieil ami. La déesse avait si souvent changé d'identité et de corps que, pour elle, l'apparence avait moins d'importance en ce qui concernait le désir. Elle devinait plus facilement la beauté là où une personne moyenne fermait habituellement les yeux. Elle ne niait cependant pas que cette particularité n'était pas tellement répandue, tout comme elle connaissait suffisamment Raphael pour savoir qu'il avait un faible particulier pour tout ce qui était indéniablement joli, comme la majorité de toutes les créatures peuplant la terre.

Katherine Salander était une belle femme. Son visage symétrique et bien proportionné ainsi que sa silhouette svelte et féminine avaient d'abord attiré l'attention de Natassia sur elle en tant que candidate à être sa nouvelle identité. Avec les années, la déesse avait compris que choisir un corps d'homme pouvait grandement lui simplifier la vie. Néanmoins, elle revenait beaucoup plus souvent à une identité féminine, se sentant plus à l'aise sous cette forme, bien qu'elle se soit habituée à la masculinité. Il était aussi évident pour elle que vivre en tant que personne de race blanche apportait des privilèges refusés aux personnes de couleur. Elle avait souvent été blanche, d'ailleurs. Elle avait rencontré sa meilleure amie, Apple, alors qu'elle était une jolie jeune femme au teint clair et aux cheveux foncés. Toutefois, Natassia avait fréquemment choisi des femmes à la peau foncée, en bonne partie parce qu'elles lui rappelaient ses origines. Il lui arrivait de décider d'éviter d'être victime du racisme mais, souvent, elle l'acceptait en mémoire de qui elle avait été au départ. C'était une sorte de fardeau lui donnant l'impression de lutter contre l'injustice en l'affrontant directement plutôt que la réduire au silence.

C'était donc dans la peau de Katherine Salander que Natassia s'offrait une existence la plus agréable possible, ce qui lui était grandement facilité par la présence dans sa vie de son amie Apple. Encore ce soir, elles s'amusaient énormément, et ce, même si c'était avec immaturité. Les dieux n'avaient jamais été des exemples d'intelligence absolue, malgré ce qu'ils voulaient qu'on croie et, ce soir, deux demoiselles aux origines divines le pouvaient encore.

Quand la musique changea et que Merwyn en profita pour se débarrasser d'elle, Katherine ne fut aucunement insultée. Elle se réjouit même en songeant qu'Apple serait bien meilleure qu'elle pour en faire baver au pauvre homme. La jeune femme fit quelques pas pour quitter la piste de danse, mais une main attrapa la sienne et on l'attire fermement mais doucement. Elle se retrouva collée contre une autre femme, une mannequin rousse qui gloussait un peu stupidement. Elle devait avoir pris plus d'une flute de champagne. La demi-déesse ne se dégagea pas, mais elle prit soin de remonter la main de l'autre femme qui était trop basse dans son dos à son goût. Katherine profita de cette danse plus calme pour observer subtilement son amie et le jeu qu'elle imposait à son cavalier.

La chanson s'acheva et, en voyant que Merwyn quittait la salle, la jeune femme fut tentée de le suivre. Elle se dirigea toutefois vers son amie, après avoir remercié la mannequin rousse pour la danse.


-Une partie de moi a envie d'aller le harceler un peu mais, en même temps, je vais être honnête: depuis le début de la soirée, je n'attends que son départ pour que notre attention cesse de tourner autour de lui.

Katherine attrapa deux flutes de champagne sur le plateau d'un serveur qui passait tout près d'elle et en tendit une à Apple en s'éloignant un peu de la zone où les gens dansaient.

-Qu'il se branle tout seul, voilà.

Elle souleva légèrement son breuvage en direction de son amie pour porter un toast.

-Buvons à la quantité phénoménale de beaux spécimens mâles pour nous consoler de l'attitude farouche de ton cavalier.

En bonne jeune fille distinguée, Katherine vida sa flute d'un trait. Puis, elle attrapa celle d'Apple pour les déposer toutes les deux sur le plateau d'un autre serveur, en félicitant mentalement Gabrielle Englebert pour le budget mis sur le personnel de la soirée.

-Direction nord-ouest. Attaquons.

Armée de son plus beau sourire, Katherine chargea dans la direction mentionnée et fonça vers un homme magnifique discutant avec un autre homme tout aussi plastiquement parfait. Même si elle savait voir la beauté dans les moindres recoins, Natassia n'était pas insensible à la perfection la plus évidente. Une fois près des deux hommes, elle se tourna vers Apple pour lui faire un clin d'oeil en percutant l'un de ceux-ci avec une maladresse feinte, avant de se confondre en excuses auprès de sa victime.

-Katherine Salander...oh et je vous présente ma meilleure amie - celle à qui je parlais plutôt que regarder où j'allais - Apple Watson.

***

Katherine tira le drap jusque sous son menton. Elle était frileuse et, surtout, elle adorait s'endormir avec le poids réconfortant des couvertures sur son corps. Elle était revenue seule, car le plaisir de séduire pour un simple soir ne lui souriait pas en toute occasion. Cette nuit-là, elle avait préféré abandonner le magnifique mannequin avec qui elle avait dansé une bonne partie de la soirée. À une partie d'exercices physiques des plus intimes elle avait préféré la douceur de se laisser lentement glisser dans le sommeil en se remémorant les meilleurs moments de la soirée...comme celui où Apple et elle avaient fait paniquer le cavalier d'Apple au point qu'il se sauve d'elles! D'ailleurs, son amie aussi avait abandonné cet homme pourtant déjà conquis avec qui elle avait longuement dansé. Il semblait à Katherine qu'il lui avait donné son numéro...Le lendemain, elle ricanerait avec Apple en lui répétant de l'appeler et en couvrant de louanges les muscles du bel homme. Peut-être même qu'elle appellerait son propre prétendant...

[J'ai terminé. Considérez qu'Apple fait comme dit dans mon RP, puisqu'elle n'ajoutera rien à la suite de ma réponse.]

_________________


Mon Raaaaph:
 

Ma petite Apple:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 661
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Ven 9 Jan - 15:41

Je savais que beaucoup de gens me jugeaient sur ce point - et je me fichais éperdument de leur avis - mais j'adorais me vêtir de manière extravagante lors de grandes soirées. Loin d'affectionner les looks très clownesques, je préférais les habits de belle coupe, mais dont les couleurs, les motifs ou les tissus généraient un effet marquant. J'aimais être la vedette. Déjà, adolescent, j'aimais attirer l'attention. J'étais le bouffon de la classe. Je disais et faisais des conneries et tous mes professeurs me détestaient, sauf quelques-uns dont j'arrivais à guérir l'ennui de temps à autres. Maintenant adulte, j'essayais de me tenir tranquille au quotidien, mais je ne me retenais pas de faire des folies lorsqu'une fête se présentait.

Gabrielle connaissait mes goûts, mais il était amusant de constater que, toute prise par l'organisation de sa fête, elle n'ait pas pensé à ceux de son employée. En effet, ma cavalière préférait les femmes et ne m'avait accompagné que par envie de faire plaisir à sa patronne. Elle m'avait donc vite laissé tomber pour aller draguer une autre mannequin encore plus belle qu'elle, une japonaise avec une longue robe vert lime se terminant sur des paillettes argentées. J'avais bien hâte de rapporter à mon amie déesse les potins sur ses employées, justement. Je n'en voulais pas à la mannequin: j'aurais probablement eu envie de la planter là pour cette autre fille, moi aussi.

J'avais l'habitude de coucher avec à peu près n'importe qui sans me soucier d'à qui j'avais affaire. Néanmoins, ce que je savais de Chloe Harrisson me la faisait craindre suffisamment pour que mes réserves dépassent la curiosité et l'attirance qu'elle éveillait chez moi.

Me retrouver face-à-face avec la reine de mes frayeurs m'était difficilement supportable. Je ne savais pas comment agir. Une partie de moi avait envie de l'inviter à aller profiter de ma présence dans un lieu plus intime et une autre partie, celle qui avait encore accès à mon cerveau, me criait de fuir à toutes jambes. Faire un numéro de charme à Chloe pouvait me rapporter un peu d'affection de sa part, mais je risquais aussi de m'emmêler dans mes propos ou dans mes gestes et de signer mon arrêt de mort.


-Moins que toi, encore ce soir.

Je fixai le visage de Chloe alors qu'elle envahissait mon espace personnel. Je me sentais vraiment proche de l'arrêt cardiaque et je ne savais pas si mon coeur s'emballait à ce point à cause du danger de mort que représentait la femme collée sur moi ou à cause de sa beauté envoûtante. J'étais d'ailleurs incapable de parler. Sa proximité me paralysait. J'étais une statuette d'argile qu'on n'avait qu'à jeter sur le sol pour qu'elle explose en mille lamentables miettes.

-Ravie de te revoir enfin...

Je frissonnai au contact de sa main sur ma nuque, et je ne savais pas assez bien me mentir à moi-même pour essayer de me faire croire que mon émoi provenait d'une certaine peur qu'elle m'étrangle sur place. À partir de cette seconde, ma crainte de mourir ceda la place à une terreur beaucoup moins logique: celle qu'elle éloigne son corps du mien. Son contact me brûlait infiniment plus que les petites flammes sous ma peau, mais j'avais besoin de cette fièvre nocive.

Je ne réalisai pas sur le coup que je me jetais directement dans un volcan qui menaçait de s'écrouler sur moi. Tout hypnotisé par la chaleur et la lumière, je fonçai directement vers le vide sans réfléchir. Lorsque mes lèvres rencontrèrent celles de Chloe, je perdis complètement contact avec la réalité. Durant plusieurs secondes, mes mains entourèrent sa taille pour la retenir le plus près de moi possible sans égard pour sa robe qui risquait d'en être froissée. Je refis surface brutalement et subitement, comme un noyé qu'on tire hors de la mer en furie, à moitié assommé et encore convaincu qu'il n'échappera pas à la mort. Je lâchai prestement la taille de Chloe en même temps que j'éloignai mon visage du sien. Je n'osai pas plonger mon regard perdu dans le sien alors que je commençais déjà à reculer.


-On voit qu'il est impossible de résister à ton charme... Malheureusement, je dois y aller. Je te souhaite une excellente soirée.

Je m'empressai de me fondre dans la foule, zigzaguant entre les couples, sans me retourner, de peur d'apercevoir une lionne lancée sur moi toutes griffes dehors. J'étais peu fier de moi. J'avais abandonné mon cerveau un instant et mille idées me venaient quant au prix à payer pour mes actions. Je m'imaginais déjà sur un nouveau bûcher.

Je franchis la sortie après avoir ultimement vérifié que Chloe ne m'avait pas suivi jusque là. Je n'avais pas prévu partir si tôt, mais je préférais augmenter mes chances de rester en vie, surtout après la bêtise que je venais de m'autoriser. J'expliquerais ma version des faits à Gabrielle si elle me posait des questions, laquelle laisserait de côté Chloe Harrisson et raconterait plutôt comment je n'avais pas pu retenir les ardeurs de ma conquête de la soirée. Il ne me restait qu'à espérer que Chloe s'amusait bien d'avoir su me faire flancher en moins de trois minutes et qu'elle ne planifiait pas une nouvelle exécution publique de laquelle je ne me tirerais pas vivant.


[Fini pour moi, malheureusement pour vous, mesdames.]

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 121
Date d'inscription : 28/01/2014


Feuille de personnage
Phobie: Devoir renoncer à ses valeurs
Ambition secrète: Offrir un bout du monde au peuple des forêts

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Jeu 15 Jan - 16:39

Il était sorti, loin de toute cette foule pleine d’excitation, de ces femmes à moitié dévêtues, de toutes les tentations qui avaient bien manqué de ruiner sa soirée. D’un pas rapide et tendu, Merwyn se dirigea vers les toilettes pour respirer calmement. Le visage que lui présenta le miroir devant l’évier était terrifiant. Avec sa peau anormalement blanche, son visage tiré, ses pupilles dilatées, les tremblements qui parcouraient ses bras, il serait facile de le confondre avec un héroïnomane en manque. Comment les humains pouvaient-ils s’infliger des dépendances qui les conduisaient à de tels états alors qu’à leur place, il aurait tout donné pour perdre cette malédiction. Bien sûr, elle se manifestait à un niveau léger comparé à ce que vivait un véritable faune. Il contrôlait un minimum ses instincts, et les femmes ne devenaient pas Vraiment folles en sa présence. Cependant, quand on souhaitait vivre dans une société humaine, avec un système de valeurs très rigide, sa faiblesse restait problématique.

Que devait-il faire ? Expliquer en toute franchise aux deux femmes quel était son problème ? Elles comprendraient certainement, puisqu’elles n’étaient pas aussi humaines qu’elles le semblaient. Mais Merwyn trouvait le moment assez inapproprié pour ce genre de réaction. Et, enfin, si Apple attendait réellement plus de lui, elle serait probablement vexée qu’il parvienne ou essaye de lui résister. Alors, il devrait finir sa nuit avec, et il le regretterait parce qu’il n’était pas dans ses habitudes de donner dans les coups d’un soir. Même si l’environnement dans lequel il avait grandi lui présentait souvent la sexualité comme naturelle, le gallois n’arrivait pas à s’émanciper de ses principes. Il refusait de s’unir pour un soir, pour satisfaire un besoin primaire, quoique cette manière de penser fût en opposition totale avec le peuple des forêts. Il le tolérait chez les faunes et les dryades, en le trouvant à la fois inacceptable chez lui. Pire peut-être, il songeait qu’au fond, le temps viendrait plus tard de donner des règles de conduite plus strictes à la race dont sa mère descendait.

Car, enfin, il ne lui semblait pas possible de bâtir une société civilisée et, surtout, stable, sans une certaine notion de fidélité. Merwyn y tenait beaucoup, parce que ses parents avaient formé un couple magnifique. Ils avaient lutté pour rester ensemble et ce simple désir avait tué sa mère. Il pensait, d’une certaine manière, lui faire honneur en menant une existence qui ne considérait pas son combat avec cynisme. Tant pis s’il en souffrait. Et s’il risquait sa réputation ? Pouvait-il s’accrocher à des valeurs qui finiraient par le rendre incontrôlable ? La limite était proche, il le sentait, et des larmes de désespoir perlaient au coin de ses yeux. Sa mâchoire se crispait douloureusement. Une partie de lui-même gémissait piteusement et réclamait le corps d’une femme. Il ne pourrait pas retourner dans la salle, il vexerait son accompagnatrice mais ce serait un moindre mal. Il devait rentrer chez lui, réfléchir. Le temps ne ferait qu’aggraver son état, et s’il ne voulait pas devenir insortable, manquer son entrée en politique, présenter un si mauvais exemple que personne ne voudrait entendre parler de faune si lui-même, le sang mêlé, agissait comme un sauvage, il devait se trouver une compagne. Or, il l’avait peut-être déjà trouvée au fond. Il n’avait plus le temps de se poser des questions puériles comme « Peut-elle devenir la femme de ma seconde lignée ? » et avancer enfin, avec la seule personne qui semblait capable de partager un peu de son univers.

[Terminé pour moi : )]

_________________
Il y a la folie des hommes, l'innocence des animaux
Et il y a le génie des hommes, qui attise tous les maux.


Si la nature est généreuse
L'espèce humaine est dangereuse
Elle aimerait bien lui faire la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 602
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Mannequin et policière


Feuille de personnage
Phobie: Que Cameron apprenne tous ses secrets.
Ambition secrète: Se débarrasser de Chloe.

MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ] Jeu 29 Jan - 11:24

Avec son horaire chargé des derniers mois, Chloe s'amusait un peu moins à kidnapper des gens pour les amener dans son repère secret pour les torturer et s'amuser avec eux. Elle n'avait pas assez de temps libres pour le faire. Quand elle amenait quelqu'un là-bas, elle devait pouvoir s'y rendre souvent et rester sur place longtemps, pour s'assurer que personne ne vienne trop près et pour été certaine que son jouet ne s'échappe ou ne meurt top vite. Ce temps lui manquait, elle aimait avoir le temps pour pouvoir faire sortir aussi efficacement son agressivité et sa violence. Elle n'avait pas peur de la mort, puisqu'elle l'avait vu si longtemps et de si près que celle-ci s'était collée à elle, à son visage. Même si on ne le voyait plus maintenant, Hel savait la vérité. Et, si elle ne kidappait plus personne dans le moment, elle ne s'empêchait pas de briser des vies par contre. Son besoin de malheur et de laideur était trop grand. Elle causait des accidents de voitures, détruisait des couples, ternissait des carrières, éliminait la compétition, et ce, simplement en se promenant dans les rues de sa ville. Vu la nature de ses pouvoirs et leur puissance, elle ne devait même pas toujours se forcer pour le faire. C'était devenu une seconde nature.

Elle n'en avait parlé à personne, même pas à son père. Non qu'elle ait honte, au contraire, seulement, elle aimait avoir une partie de sa vie cachée, qui n'appartenait qu'à elle. Moins les gens en savait, moins ils pouvaient en dire sur elle à ses ennemis. Torture ou pas. Famille ou amis. Chloe ne faisait rien sans y réfléchir longuement et sa décision de garder ses temps libres secrets en était un basée sur sa survie. Un jour, peut-être aurait-elle une relation avec quelqu'un qui ferait en sorte qu'elle ne veuille rien lui cacher, tellement elle lui ferait confiance et tellement elle se sentirait en sécurité. Mais cette relation n'était pas arrivée dans la vie de la déesse nordique encore.

Elle avait bien espéré souvent cette relation parfaite, au contact de Drake, par exemple, mais il s'était éloigné d'elle, ne lui donnant pas de nouvelles ni d'explications. Et elle avait fermé son coeur pour ne pas se faire blesser. Mais elle réalisa rapidement, en étant en contact avec Drake à nouveau, que la porte était encore entrouverte. Drake Varner n'aurait qu'à la pousser légèrement pour ravoir accès à la fragilité et à la vraie Chloe.

La chaleur du corps de Drake contre le sien lui fit du bien et la réveilla, d'une certaine façon. Par contre, son baiser la surprit et l'envoya au tapis. Elle perdit complètement le nord, plus sonnée encore que s'il lui avait donne un violent coup de poing à la tempe. Par réflexe de survie et pour calmer sa soudaine totale panique, Chloe se colla plus contre le corps de Drake, se mettant sur la pointe des pieds pour être plus à sa hauteur, à sa portée, attirant de sa main la hanche de Drake vers elle et plantant ses ongles dans sa nuque pour ne pas qu'il recule sa tête. Elle l'embrassa comme si ce serait son dernier baiser à vie, avec une fougue et une passion dévorantes. Elle fut ravie de sentir la poigne ferme de Drake sur sa taille, signal évident qu'il ne voulait pas que cela s'arrête. Et elle se ficha que sa robe se froisse peut-être. Le temps de quelques secondes, Chloe s'autorisa à espérer retrouver sa relation avec Drake, oubliant son abandon cruel, se concernant uniquement sur le bien qu'il lui faisait. Puis, comme Chloe sentait la panique disparaître, elle senti un grand froid en elle, puisque Drake venait de s'éloigner d'elle. Elle lui avait sûrement fait mal avec ses ongles lorsqu'il s'était éloigné la tête, mais elle s'en foutait. Elle ne voulait pas le laisser partir. Pas maintenant, pas encore. Drake étant plus fort et Chloe étant trop émotive pour penser à utiliser ses pouvoirs sur lui, elle le laissa se défaire de son emprise et elle resta planta là, le regard au sol.


-On voit qu'il est impossible de résister à ton charme... Malheureusement je dois y aller. Je te souhaite une excellente soirée.

Chloe le laissa filer. Sans un mot, sans un regard. Elle resta plantée sur la piste de danse quelques minutes, après avoir serrer les poings, les mâchoires et les paupières. Elle prit de grandes respirations, se sentant manquer d'air. Elle devait se calmer et ne surtout pas faire de scène violentes ici. Son travail était tout ce qu'il lui restait, apparemment. Une fois calmée, elle essuya sa joue, sur laquelle était tombée une larme, puis elle se fraya un chemin jusqu'à la sortie. Elle appela un taxi et rentra chez elle. En chemin, elle envoya un message texte à Kat et Apple, disant qu'elle rentrait chez elle avec un superbe mannequin étranger. Une fois chez elle, elle se changea et mis ses vêtements de sports. Avant d'aller courir dans les rues de sa ville, elle envoya un message texte à Drake disant:

Je ne sais pas ce que tu essayais de prouver, mais on en restera pas là... Je crois mériter une explications pour toutes tes merdes des derniers mois, Varner...


[J'ai fini! Wink ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

Cocktail Annuel de Venus Industries [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Helheim :: Hôtel de ville-