AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Grand bal estival 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Celui qui sait tout
avatarEthan T. Wilson


Messages : 68
Date d'inscription : 12/08/2013
Emploi/loisirs : Apprendre, écrire, faire chier...


MessageSujet: Re: Grand bal estival 2015 Mar 19 Jan - 21:41

J'avais souvent l'impression de vivre dans une autre dimension, par rapport aux autres. Comme si tout le monde évoluait dans un monde merveilleux et que moi, je marchais dans un univers complètement différent. Je ne croyais pas aux paradis fiscaux ou au temps qui réglaient tous les problèmes et encore moins aux coups de foudre amoureux. Les films ne me surprenaient pas, les histoires d'amour me faisaient rouler des yeux et aucun fantôme ne me faisait frissonner. En résumé, la culture populaire ne me touchait pas personnellement. Et donc, je ne pouvais m'émerveiller des mêmes choses que la classe moyenne. Je savais que c'était causé par mon quotien intellectuel supérieur à la moyenne, puisque j'avais une plus grande capacité de réflexion et de compréhension, mon cerveau ne fonctionnait pas comme les autres.

Je ne comprenais simplement pas ce qui pouvait être intéressant dans une comédie romantique ou une télé-réalité. Le monde était tellement plein de mystères et de philosophie que je ne voyais pas ce qu'il y avait d'essentiel ailleurs. Ce qui intéressait les autres était inutile et fade, à mes yeux. Je voulais de la profondeur, de la densité et surtout des saveurs, dans les choses auxquelles je portais une attention soutenue.

C'est pourquoi, quand je trouvais quelque chose de fascinant, je voulais aller jusqu'au bout des choses et tout savoir le plus vite possible sur ce sujet. J'avais une immense banque de connaissances - je n'étais pas Thot pour rien - et je n'aimais pas me rendre compte de ses trous. Je me devais de les remplir. Je me mettais donc entièrement à la tâche de me renseigner, de me nourrir intellectuellement. Le reste disparaissait et je ne voulais rien d'autre que d'éplucher le sujet en question. Cette fois-ci, ce qui avait attiré mon attention était une race de papillons qui s'apellait le Vanessa. Au début, je croyais qu'il n'y en avait qu'un modèle, mais il s'était avéré qu'il y avait plusieurs sous-catégories et plusieurs types dans cette espèce au nom de femme. Ou alors était-ce la femme qui avait été nommée suite a l'espèce de papillons? Je devais vérifier ma théorie...

Et donc, j'étais en retard pour le bal.

Heureusement, j'étais déjà tout préparé avant d'être tombé dans ce nouveau gouffre de connaissances. J'eus simplement à replacer mes cheveux et ma cravate rose en attendant mon chauffeur. Une fois là-bas, au milieu de la foule, je fus content de voir que je ne jurait pas trop avec les couleurs générales. Avec ma chemise gris pâle, ma cravate d'un rose soutenu et mes pantalons noirs, cela allait. Je regardai autour de moi et remarquai que la soirée était bien avancée. Je cherchai quelqu'un du regard, quelqu'un de particulier. Fidèle à son habitude, il fut facile à repérer. Je le trouvai charmant tout en rouge. Par contre, quand je remarquai ce à quoi il était afféré, j'eus un pincement au coeur. Drake était occupé avec une jolie fille et, tandis que je me rapprochais de lui, je réalisai que j'étais un peu fâché contre lui. Il m'avait remplacé si rapidement... En même temps, je regardai l'heure et compris que je l'avais fait patienter longtemps avant mon arrivée. Il avait le droit de s'amuser un peu après tout. Il finit par se rapprocher de moi et je le trouvai vraiment charmant.


-Vous êtes bien élégant, cher ami.

L'utilisation de la deuxième personne du pluriel rendait mon compliment plus officiel et sérieux.

-La ponctualité est définitivement ta plus grande qualité.

-Oui, désolé de cela, j'ai été aspiré par les connaissances. Mais je vois que tu ne t'appitoies pas très longtemps sur mon absence, tu t'es rapidement trouvé une distraction...


Je donnai un léger coup de menton en direction de la jeune femme, puis je me concentrai sur mon verre.

-Alors, sinon, qu'est-ce que j'ai manqué ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 117
Date d'inscription : 31/07/2013


MessageSujet: Re: Grand bal estival 2015 Mar 19 Jan - 22:14

En balayant la salle du regard, je remarquai que deux femmes avaient des robes semblables. L'une était dorée et l'autre bleue, mais le modèle se ressemblait beaucoup. Je préférais la bleue, qui était plus éclatante et qui avait un bustier plus intéressant avec sa forme originale. Puis, quelque chose d'autre dans mon champ de vision avait capté mon attention. C'était un tissu riche et brillant, de couleur jaune mais qui moirait doré. Je ne connaissais pas la femme qui la portait, mais cette robe était magnifique. Ensuite, j'avais vu une robe superbe, qui aurait été le genre d'Atara. Et cela me fit un pincement au coeur parce que j'étais un peu moins proche d'Atara depuis un temps. Elle passait plus de temps avec Jenna et Samson et moi j'en passais plus avec Charles. Pour moi c'était normal, mais parfois je me demandais si ma soeur ne me punissait pas, en quelque sorte. J'avais de la difficulté à savoir l'ordre des choses, à savoir si elle avait commencé à plus les voir parce que je voyais plus mon amoureux, ou si c'était juste venu naturellement. C'était normal que j'aie un peu moins de temps pour les autres, maintenant qu'il y avait une personne supplémentaire à glisser dans mon horaire, mais j'essayais toujours d'équillibrer le temps avec Charles et celui avec Atara et celui avec ma famille, en essayant de plaire à tout le monde. Je voulais que tous soient heureux et épanouis, puisque je me sentais moi-même si heureuse depuis que Charles était dans ma vie.

Même si c'était un bal estival, je ne pouvais m'empêcher de penser à l'Halloween. Oui, déjà. Au Velvet, nous prévoyions une soirée thématique spéciale et, bien que tout ne soit pas encore fixé, nous penchions pour un thème d'horreur sexy. Cela nous permettrait de se faire des maquillages plus intéressants et élaborés, en plus de créer un beau constraste entre l'horreur et le sexy. Je pensais à une zombie sexy ou une fantôme sexy, je n'avais pas décidé encore. Mais les deux me permettait une créativité côté costume et maquillage, ce qui était le but de tout cela. Et Charles pourrait se déguiser en version masculine sans avoir l'air trop fou. De toute façon, je laisserais Atara choisir en premier et je choisirai ensuite mon propre costume en fonction d'elle. Nous avions déjà commencé à confectionner des bouts de décors pour créer l'intérieur luxueux et lugubre d'un manoir hanté. Mon inspiration cette année était le manoir du film Crimson Peak, bon, naturellement, nous n'allions pas faire un vrai trou dans le plafond du bar, mais je voulais essayer de trouver un moyen de faire un faux plafond, d'où on pourrait laisser tomber des feuilles d'arbres mortes, comme dans le film. Bref, Halloween était certainement une de mes fêtes préférées. Noël était bon premier, et le resterait toujours, mais je pense que venait tout de suite après Halloween. J'aimais l'ambiance, j'aimais les décors, j'aimais avoir peur, j'aimais faire peur et j'aimais le fait qu'on pouvait devenir quelqu'un d'autre, même si c'était juste pour une nuit.


-Je pourrais payer une consommation à la plus belle de la place.

-Charmeur, va...


Charles et moi étions au bar et nous amusions. J'aimais que les choses soient si simples avec lui. Et qu'elles soient vraies surtout. Je me sentais bien et à ma place à ses côtés. Nous pouvions parler de tout et de rien, de choses sérieuses et d'autres plus drôles. Nous passions d'un sujet à l'autre sans raisons et nous suivions le cheminement de l'autre quand même. Nous avions nos petits secrets, nos insides et nos délires communs. Parfois, on se disait que s'il y avait des gens de l'extérieur qui nous écoutaient, ils pourraient facilement croire que nous faisions une folie à deux et pourraient alors vouloir nous placer en institutions psychiatriques. Mais cette relation me comblait parfaitement, comme aucune autre relation amoureuse ne m'avait comblée avant.

Charles me regarda dans les yeux et je me sentis fondre à l'intérieur. Je sentis que tut autour disparaissait, comme si nous étions soudain les deux seuls invités de la soirée. Quand Charles me regardait, je me sentais si belle et si importante que tout le reste s'évaporait. Il me prit par le bras et m'amenait quelque part, quand il me dit:


-Je m'excuse d'avance, encore une fois, de toute honte que je pourrais te faire ce soir.

-Voyons, tu sais bien que...


Et Charles trébucha. Et se rattrapa sur la poitrine d'une autre femme. Et ne renversa pas trop d'eau au passage. Et trébucha encore avant de venir se réfugier devant moi. Et moi, je ne devais pas pouffer. Je sortis mon meilleur visage de poker tandis que la jeune femme se retournait vers nous.

-Deborah? C'est ton...petit ami?

-Euh, oui, oui. Nous sommes désolés de ce malencontreux accident et nous espérons que tout va bien quand même ?

-Enchanté de rencontrer une connaissance de Nichole.

-Oui, moi aussi, vous devez être Merwyn...

-Ce n'est pas grave, ne vous inquiétez pas. Nous n'avons pas eu l'honneur d'être présentés, et on nu choisit malheureusement pas toujours les circonstances les plus idéales, mais il me semble que vous êtes un collègue de mon frère, Talfryn. Je ne lui dirai rien...


Je me déplaçai légèrement pour être plus vis-à-vis de Nichole et laisser les hommes discuter entre eux un peu plus directement. J'entendis Charles saluer l'autre homme et lui glisser une petite blague comme lui seul savait les faire. Je touchai l'épaule de Nichole doucement et rapidement.

-Tu es ravissante, vraiment ! Alors, c'est ton fameux petit ami? Il est charmant et très gentleman, on dirait...

Deborah passa une main dans les cheveux de Nichole avant de prendre le bras de son cavalier.

-Par contre, on était en route vers notre destin... Encore désolée de l'accident avec ta robe. À bientôt !

J'entraînai Charles vers la piste de danse. Une fois bien loin de la scène de l'accident, Je déposai un baiser sur la bouche de mon petit-ami, puis me cachai le visage dans son cou pour éclater de rire, car je me retenais depuis si longtemps...

Nous dansâmes assez longuement. Notre soirée fut très agréable... et la nuit qui la suivit aussi!


[J'ai parlé un peu des actions de Charles dans ma réponse puisqu'il ne postera pas dans ce sujet.]

_________________



Toi, tu es mon autre
La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi
Mon insolence et mon droit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal Obscur
avatarMisha V. Wilde


Messages : 84
Date d'inscription : 27/05/2015
Emploi/loisirs : Policier, mais je devrais être danseur!


Feuille de personnage
Phobie: Perdre mon livre
Ambition secrète: Oublier ma famille

MessageSujet: Re: Grand bal estival 2015 Lun 15 Fév - 17:51

J'avais cette fâcheuse habitude à prendre les mauvaises décisions, même lorsque je savais très bien qu'il ne s'agissait pas des bonnes. C'était dans ma nature, j'avais beau me convaincre que ce que je choisissait de faire n'était pas ce qu'il fallait, je le faisais tout de même puisque j'était une vraie tête de mule et que mes intérêts personnels passaient souvent avant ceux des autres. C'était ce pourquoi je m'étais présenté à cette stupide soirée, par pour faire plaisir à ma cavalière, pas pour voir des gens, pas pour changer d'air et certainement pas pour développer des liens avec ma famille. La seule raison pour laquelle j'étais ici, c'était pour voir ma mère échouer, la surprendre par mon retour sur terre et la troubler la plus possible, lui faire peur idéalement. Je n'étais pas prêt à m'attaquer à ma famille, ni physiquement, ni mentalement, mais de voir les choses avancer peu à peu me réjouissait et me donnait envie de poursuivre. Jusqu'à maintenant, c'était un échec lamentable. Non seulement ma putain de mère semblait se porter à merveille, elle semblait même apprécier sa soirée. Les gens qui s'étaient présentés lui étaient pour la plupart très favorables. Normal puisque même si elle avait lancé l'invitation à presque la population entière, qui va se présenter au party d'anniversaire de quelqu'un dont on se fiche complètement? C'était normal, surtout chez les humains, de se présenter dans les soirées où l'intérêt y était et chez les dieux de se présenter là où l'intérêt y est le moins, chez nos ennemis.

C'était pour cela que j'avais choisi ce moment précis pour m'aventurer vers ma mère, elle qui semblait avoir trop de plaisir à mon goût. Je savais que, même si je n'arrivais pas à la démotiver complètement, j'arriverais à l'enlever de son petit nuage au moment même où elle me verrait dans son champ de vision. Je n'étais certainement pas la personne qu'elle détestait voir le plus, mais je faisais certainement parti de son top 3 et j'était dans sa famille en plus! Quoi de plus charmant que d'avoir un fils instable qui fait tout pour nous faire perdre le contrôle? Hera n'était certainement pas une femme qui perdait le contrôle rapidement, mais je savais qu'à force d'usure, je parviendrais à la faire exploser afin que tout le monde puisse voir qui elle est vraiment. Elle était très forte de l'extérieur, mais rien ne m'étonnerais moins que de savoir qu'elle s'acharne à rester de glace tous les jours et qu'elle pleure dans son bain tous les soirs, une coupe de vin à la main en écoutant Desperate Housewifes. Elle devait être si triste d'être un mensonge sur deux pattes, d'être détesté de presque tous et de n'arriver à rien même en faisant du mieux qu'elle peut. Elle avait beau avoir l'air sereine, elle était certainement la déesse la plus triste et la plus abattue. Son règne était terminé depuis longtemps et elle s'acharnait à garder sa place, mais une vieille picouille comme elle ne ferait plus long feu.

Après lui avoir déballé une partie de mon sac, lui avoir lâché des insultes à la pochetée, je me sentis un peu mieux. C'était un drôle de sentiment de libération qui me faisait sentir un peu plus léger, ou un peu plus enragé. Je remarquai qu'elle restait de glace et son attitude ne m'impressionnait aucunement. Je savais qu'elle ne craquerait pas devant moi aussi facilement et qu'au fond, quelque part derrière cette carapace quelque peu impressionnante qu'elle s'était créée, une petite fissure s'était faite. Si ce n'était pas le cas, c'était la preuve qu'elle n'avait rien d'humain, ce qui était physiquement le cas, et qu'elle n'avait rien à faire à la gouvernance de ce monde où humains et divinités s'entremêlaient. J'enchaînai d'une menace, lui disant qu'elle ne savait rien de moi et que je pouvais la surprendre à tout moment. Son manque d'intérêt la trahissait, je savais qu'elle n'était pas insensible à mes paroles et le simple fait qu'elle faisait semblant de rien montrait qu'au fond, j'avais totalement raison. Si j'avais eu tord, elle n'aurait pas hésité à me couper dans mes propos, montrer de l'intérêt et me démentir. J'avais beau ne pas avoir passé le plus de temps avec ma famille, je connaissais néanmoins suffisamment ma mère. Après tout, c'était la seule personne que j'avais vue pendant plus d'une centaine d'années et des disputes, nous en avions eues à la pochetée.

Ce à quoi je ne m'attendais pas, c'était sa prochaine révélations. Comment savait-elle pour les enfers.. QUOI!? C'était elle qui m'avait fait sortir. J'avais beaucoup de mal à me faire à cette idée, comment avait-elle pu savoir que j'y étais, pourquoi était-elle affiliée à des démons pour me faire sortir de là et surtout, pourquoi avait-elle voulu me libérer, elle qui avait passé tant d'années à me tenir à l'écart du monde? Cette révélation me choquait profondément, moi qui espérait lui faire une boulet de canon en lui montrant mon retour, voilà que tout cela se retournait complètement contre moi. J'avais une tendance à prendre les mauvaises décisions... en voilà la preuve. Je devais retenir de ma mère, puisque mon regard ne laissait presque rien paraître. Le sourcil droit arqué, je continuais à me poser une tonne de questions alors que j'essayais d'établir des liens. Si mon visage ne semblait pas plus surpris qu'il faut, ma main droite cachée derrière mon dos laissait parraître toutes les autres émotions qui m'animaient: la colère, le doute et l'insatisfaction. Une mèche acérée de cristal se formait dans ma main alors que le sang commençait à en couler tellement je la serrais fort. J'avais envie de lui trancher la gorge avec cette petite arme, ce qui aurait été particulièrement amusant au beau milieu de cette soirée, mais je n'étais pas prêt à m'attaquer à Zeus, ce qui arriverait certainement si je touchais à Hera. Je fis disparaître cette création cristalline et m'apprêtai à quitter.


- Tu sais, j'ai vraiment du mal à te comprendre. De toutes les créatures vivantes qui existe, tu es la mieux placée pour savoir que je suis beaucoup moins dangereux quand je suis enfermé... et tu trouves le moyen de venir me faire libérer jusqu'au plus profond des enfers...

Je me retournai et fis deux petits pas avant de m'arrêter pour lui adresser la parole à nouveau, un grand sourire au visage plein de sincérité et la coupe de champagne que j'avais dans la main levée dans les airs pour trinquer.

- Je te souhaite bonne chance pour la suite, à notre prochaine rencontre!.

Je repris le pas vers la sortie, finis d'un seul coup ce qu'il restait dans ma flûte et la jetai sans remord sur le plancher alors qu'elle se fracassait en morceau mélangée à quelques goûtes de sang dues à ma rage quelques minutes avant. J'attrapai Emilia au passage, lui annonçant que je quittais le visage très sobre comme j'en avais peu l'habitude.

(Terminé pour moi les copinos!)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 350
Date d'inscription : 13/01/2013
Emploi/loisirs : Étudiante, pianiste


Feuille de personnage
Phobie: Rater un examen
Ambition secrète: Me sentir bien

MessageSujet: Re: Grand bal estival 2015 Sam 19 Mar - 19:25

Maddie était très différente de Nichole et, si elles n'avaient pas partagé le même appartement, elles n'auraient certainement pas été attirées l'une vers l'autre. Les autres amies de Maddie semblaient beaucoup moins posées que Nicky et cette dernière ne s'entourait pas de gens du même genre que la propriétaire du Golden Snake. Elle préférait habituellement avoir des amis moins fous. Des gens qui n'étaient pas du genre à lancer leur soutien-gorge sur des inconnus, à courir les fêtes aux thèmes les plus sordides, à fréquenter les bars louches ou encore à crier hystériquement pour tout et rien. Nichole aimait quand même bien Maddie, mais elle se plaisait à comparer sa vie avec la sienne pour se rappeler qu'elle était dans le droit chemin pour mener une vie longue et respectable. Il n'y avait que lorsque Atara était présente que Nicky appréciait moins sa colocataire. Il lui semblait que la présence de la grande blonde exubérante faisait sortir les pires côtés d'elle. Cette fille n'avait rien de normal. Entre sa voix stridente, ses gestes étourdissants et ses idées presque diaboliques, il était difficile de choisir ce qui était le plus insupportable chez elle. Heureusement, ni l'une ni l'autre n'étaient présentes ce soir pour gâcher la soirée de Nichole avec son FIANCÉ.

Par le passé, Nicky avait sévèrement jugé les gens qui s'engageaient trop rapidement avec une autre personne. Comment pouvaient-ils être aussi insouciants et se marier si jeunes, si vite et avec quelqu'un qu'ils connaissaient à peine? Elle avait tant de fois ri silencieusement de l'une de ses anciennes amies, mariée à dix-neuf ans et enceinte la même année. Une fille qui gâchait son avenir, avait-elle pensé. Elle ne pouvait pas être convaincue qu'il s'agissait de l'homme de sa vie après seulement un an de vie commune et l'épouser pour ensuite lui faire un enfant! Aujourd'hui, pourtant, elle n'avait pas hésité lors de la demande de Merwyn. Elle ne s'était posé aucune question. Cet homme était trop parfait pour qu'elle soit en mesure de réfléchir ou, même, qu'elle ait envie de le faire.

Nichole suivit Merwyn de rencontre en rencontre ce soir-là. Elle flottait dans une bulle de bonheur. Discuter avec des personnes qui la traitaient avec autant de respect ne lui demandait presque aucun effort. Elle préférait être entouré de ces gens professionnels et matures que des étudiants inexpérimentés socialement desquels elle avait l'habitude. Feindre l'intérêt pour des choses plus loin d'elle ne lui posait pas de problème, d'ailleurs. Un homme assez étrange, un certain Menzel, ne la laissa pas détourner son attention de lui pendant plusieurs minutes et Nichole se prêta au jeu avec enthousiasme, lui répondant et le questionnant sur les sujets qui semblaient lui tenir à coeur. Il lui importait de bien paraître aux yeux des connaissances de Merwyn.

Comme toujours, Merwyn fut parfait lorsque se produisit l'incident avec le petit ami de Deborah. Nicky avait déjà eu un petit ami qui aurait démontré une possessivité déplacée en ce genre de circonstances, mais son fiancé avait une maturité supérieure à celle de tous les hommes qu'elle avait fréquentés auparavant. Il se montra poli et même sympathique envers Charles et Deborah. La jeune femme blonde se détendit très rapidement, une fois passée sa gêne initiale.

Une fois passée la confusion, Nichole présenta officiellement son fiancé à Deborah en agitant brièvement mais certainement sa bague sous le nez de son amie. Elle savait que l'autre jeune femme se montrerait heureuse de son bonheur. Elle était si différente de sa terrible sœur, la meilleure amie de Maddie.


-Tu es ravissante, vraiment ! Alors, c'est ton fameux petit ami? Il est charmant et très gentleman, on dirait...

-Un rêve, oui! Je ne pensais pas qu'il existait un homme comme lui.

Peut-être sonnait-elle un peu trop fleur bleue, mais elle était sincère. Merwyn était pour elle celui qu'elle avait l'impression d'avoir attendu toute sa vie.

-Par contre, on était en route vers notre destin... Encore désolée de l'accident avec ta robe. À bientôt !

Comme toujours, Deborah ne manquait pas d'énergie. Nichole ne la blâmait pas de vouloir profiter de la soirée avec son petit ami. D'ailleurs, elle avait envie de l'imiter. Une fois près de Merwyn, elle lui prit la main et, après l'avoir doucement embrassé, lui proposa d'aller danser.

***

La jeune femme et son prince charmant revinrent assez tard de la soirée, car Nichole avait tenu à faire honneur à son fiancé en faisant bonne impression auprès de ses nombreuses connaissances. Leur retour tardif n'empêcha tout de même pas la future mariée de faire découvrir à Merwyn son nouvel ensemble de sous-vêtements en dentelle.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 669
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: Re: Grand bal estival 2015 Dim 20 Mar - 0:23

Heureusement, ma cavalière temporaire ne me hurla pas dessus publiquement pour l'avoir arrachée à l'homme avec lequel elle dansait. Elle parut même assez amusée par mon comportement. Elle me révéla, avec une timidité fort charmante, qu'elle se prénommait Kayla. De très près, elle me semblait soudain plus jeune que je l'avais cru au départ. Si je n'avais aperçu mon ami, après seulement quelques minutes à proximité de la jeune demoiselle, j'aurais certainement ressenti un certain malaise, plus le temps avançait. Je ne m'intéressais pas aux personnes plus jeunes que moi, pas de cette manière. Je n'étais pas de ces hommes proches de la trentaine – J'essayais de ne plus trop me mentir sur mon âge maintenant que j'allais le conserver pour toujours – qui draguaient les jeunes à peine sortis de l'adolescence pour se sentir moins vieux.

Il m'était arrivé quelques fois de me faire draguer par d'assez jeunes femmes, mais surtout par des garçons qui découvraient leur attirance pour les hommes et qui me voyaient comme une sorte de… professeur du péché? Je n'étais pas en ce monde pour enseigner mes techniques aux nouveaux arrivants du port de la déchéance. J'aimais bien donner des conseils et faire des commentaires humoristiques quand j'en avais l'occasion, mais je trouvais qu'une relation intime avec pour but d'apprendre à l'autre personne avait quelque chose de hautement dérangeant. Ce type de motivation m'apparaissait comme une manière de profiter de celui qui avait moins d'expérience. Mon raisonnement avait probablement quelque chose de tordu, mais tout le monde vous dira que Drake Varner est bizarre.

Une fois près d'Ethan, et après lui avoir lancé mon reproche au visage, je cherchai Kayla du regard. Je voulais m'assurer que je ne l'avais pas abandonnée à la merci d'un autre cavalier pas commode. Je la trouvai au bras du séduisant jeune homme avec lequel je l'avais vue au début de la soirée. Satisfait, je reportai mon attention sur mon ami en retard.


-Oui, désolé de cela, j'ai été aspiré par les connaissances. Mais je vois que tu ne t'appitoies pas très longtemps sur mon absence, tu t'es rapidement trouvé une distraction...

-Une? Ce n'est pas la première à tomber sous mon charme ce soir. J'ai même obtenu le numéro d'une magnifique jeune femme un peu plus tôt.


J'observai mon ami et, malgré la frustration qui m'habitait à cause de son retard, je le trouvai très séduisant. J'appréciai la petite touche de fantaisie apportée par sa cravate rose. Je ne pus d'ailleurs m'empêcher de la lisser, et ce, même si elle ne comportait aucun pli indésirable. C'était une habitude que j'avais développée avec Ethan : je touchais son nœud papillon ou sa cravate juste pour l'énerver. En général, il n'arrivait pas à se retenir de vérifier que je n'avais pas ruiné son look impeccable.

-Tu es d'ailleurs tout à fait à croquer, même si tu arrives très tard.

Je me devais de le souligner une fois de plus. J'étais à ce point désagréable.

-Alors, sinon, qu'est-ce que j'ai manqué ?

-Tu veux dire, en dehors de ta coiffure?

Je souris franchement. Je blaguais, évidemment. Les cheveux de mon ami étaient à leur meilleur, ce qui n'était pas toujours le cas, notamment lorsqu'il se décoiffait inconsciemment en lisant ou en écrivant, dans cet état de semi-transe que j'avais vu chez très peu de gens.

-C'est une soirée comme les autres du même genre… Les gens se pavanent, dansent et font trop peu de bêtises pour que ce soit vraiment intéressant.

Parlant de gens qui se pavanaient, je remarquai Gabrielle qui dansait, plus loin, avec son petit ami. Je suspendis le mouvement instinctif de mes yeux vers le haut. Leur bonheur stupide était plutôt exaspérant à voir. Matt avait agi en véritable imbécile avec mon amie et voilà qu'elle laissait son coeur à sa disposition et se réjouissait qu'il se soit finalement décidé à se mettre en couple avec elle. Le pire, c'était qu'ils allaient ridiculement bien ensemble. Ils semblaient vraiment complices et amoureux, comme ces personnages clichés des films romantiques. Je ne rêvais de rien moins que de me retrouver dans cette situation. J'avais en horreur l'idée de m'attacher à une personne au point d'en perdre la raison. Car c'était bien ce que je pensais de ce que la moyenne des gens considéraient comme un amour idéal : il s'agissait d'une folie dangereuse et débile. Donner à une personne un tel pouvoir sur soi, prendre une si grande responsabilité sur son bonheur et accepter de partager ses pensées les plus intimes avec cet être qui devenait alors si spécial… Comment une si grande majorité pouvait-elle aspirer à une telle horreur? Les gens avaient-ils à ce point peu de considération pour eux-mêmes qu'ils avaient besoin de se donner de la valeur par les yeux d'une autre personne?

Je me gardais, bien sûr, de partager ce type d'opinion avec les personnes heureuses d'être en couple. Il m'arrivait de laisser échapper quelques commentaires un peu piquants, naturellement, mais je ne me jetais pas dans le piège d'un vrai débat sur la vie de couple avec de fervents croyants. Je n'avais pas envie de me faire répéter que je n'avais simplement pas trouvé la bonne personne. Certains s'imaginaient même que je cherchais cette personne si particulière… Mieux encore : je m'étais fait dire que, si je restais seul, c'était tout simplement parce que j'étais fragiiile et que je craignais qu'on me brise le coeur. Cette remarque m'énervait toujours, car elle ne venait jamais de personnes me connaissant beaucoup. Je détestais me faire coller des clichés dans le front, qu'ils soient appropriés ou non. Néanmoins, il me semblait que si j'avais été ce pathétique personnage type de roman sentimental qui a eu le coeur détruit par la femme en laquelle il avait eu le plus confiance, j'aurais eu la présence d'esprit d'ouvrir les yeux sur le monde extérieur pour remarquer qu'en dehors de ma petite histoire, il y avait bien des couples qui s'aimaient et ne se trahissaient pas. Mon cas n'était tout simplement pas de ce registre.

J'entraînai Ethan près du bar et nous commandai à boire. Je ne m'informai pas de ce dont il avait envie. Je connaissais ses goûts et, considérant son terrible retard, mon ami prendrait exactement ce que je lui choisirais, et ce, sans faire de caprice. Il me devait de rendre le reste de ma soirée fortement divertissant.


[Adios.]

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grand bal estival 2015

Revenir en haut Aller en bas

Grand bal estival 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Helheim :: Hôtel de ville-