AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Halloween comme vous en rêviez [Ezra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Messages : 207
Date d'inscription : 22/07/2013


Feuille de personnage
Phobie: Vivre une grande humiliation, attraper une maladie grave
Ambition secrète: Devenir un grand auteur, rencontrer l'amour de sa vie

MessageSujet: Halloween comme vous en rêviez [Ezra] Lun 7 Nov - 18:22

S'il y avait une personne en ce monde que l'approche d'Halloween n'enchantait pas, c'était bien Lenny. Il méprisait cette fête pour de multiples raisons, à commencer par le fait qu'on ne pouvait pas trouver amusant de rire de l'autre-monde quand on était un medium. La naïveté des gens l'agaçait. S'ils trouvaient si drôles de faire les fantômes, ils pouvaient bien se tuer tout de suite. Ils auraient l'éternité pour hanter toutes les soirées qu'ils voudraient et il était peu probable que cette grande carrière les amuserait très longtemps. Avant, il détestait aussi de savoir à l'avance que personne ne penserait à l'inviter, mais en lui demandant tout de même s'il comptait se déguiser – comme s'il avait de vrais projets avec des amis – puis d'ajouter « en même temps, t'es déjà en vampire toute l'année non ? » Cette année, le problème était autre. Des camarades de classe l'avaient invité à une soirée et tous tenaient à l'idée de débarquer avec des déguisements thématiques censés valoriser leurs études. Ils devaient donc se trouver un personnage littéraire. Mais ils pouvaient bien choisir la marquise de Merteuil ou Dorian Gray, qui les reconnaîtrait ? C'était vraiment stupide, la plupart des personnages littéraires de renom n'avaient pas de costumes distinctifs, juste les tenues de leur époque. Il s'était beaucoup agacé à ce sujet auprès d'Ezra, en soupirant qu'il pouvait donc mettre un haut-de-forme et prendre n'importe quel nom de héros du XIXe siècle sans se tromper. C'était ridicule. Alors oui, ils pouvaient chercher des personnage précisément décrits par leurs auteurs, mais non, ils voulaient d'abord prendre des œuvres cool qui les valoriseraient dans leur tête. Au cours d'une discussion animée sur le sujet, Lenny avait fini par lancer le nom de Werther, qui avait un style déterminé. Mais il n'avait aucune envie de s'habiller comme un débile romantique qui s'était suicidé pour un amour fantasmé avec une femme marié. C'était vraiment pathétique. Cependant, Ezra s'était exclamé : « Justement, tu fais son fantôme avec la moitié du visage en sang ! » Sur le moment, ça les avait un peu fait ricaner, mais en y réfléchissant, l'idée ne lui avait pas semblé si bête.

Au final, il avait pris un certain plaisir à chercher la redingote indigo, le pantalon et la chemise jaune parfaits pour correspondre à l'époque et aux couleurs de ce débile de Werther. Ça lui avait coûté assez cher, mais il était hors de question de faire les choses à moitié. Il s'était ensuite débrouillé pour avoir accès sur Internet à des photos de personnes suicidées avec une balle dans la tête. C'était un peu dégueulasse, et il aurait probablement trouvé ces clichés insupportables deux ans plus tôt, mais à force de voir des fantômes, il réussissait à observer les choses de manière très clinique.  Au départ, il avait pensé faire appel à une maquilleuse, mais, en regardant des tutoriels pour se donner des airs de moribond tout seul, ça ne lui avait pas semblé assez compliqué à réaliser pour mériter de payer quelqu'un. Il avait fait un premier test assez convaincant peu de temps avant la soirée, qu'il n'avait pas voulu envoyer à Ezra ni à ses camarades pour la surprise, et s'était retrouvé à montrer une photo à Fred, qui n'avait pas dû comprendre ce qui lui prenait, pour avoir son avis – en précisant que c'était très important et urgent. Tout aurait été merveilleux si, une fois ce sentiment de travail accompli passé, Lenny ne s'était pas à nouveau senti très embarrassé à l'idée de devoir se montrer dans une apparence qui n'était pas vraiment la sienne, avec ce maquillage un peu osé, à une soirée où il ne connaissait presque personne. Mais il avait d'autres projets, et l'essentiel était bien entendu d'impressionner Ezra. On pouvait trouver incroyable que leur relation ait si peu évolué en près d'un an. Ils étaient devenus complices, se parlaient presque tous les jours, mais comme ils restaient sur un registre assez amical, Lenny ne voyait pas très bien comment les choses pourraient changer. Il passait son temps à redouter de découvrir que Ezra, toujours très discret, voyait quelqu'un derrière son dos, et n'osait absolument rien lui demander à ce sujet.

Il n'osait pas non plus lui parler de ses petites bêtises en soirées trop arrosées, dont il ne tirait pas une grande fierté mais qui lui donnaient au moins l'impression de vivre des choses dans sa vie. Sa plus grosse bêtise d'ailleurs, remontait à quelques mois, et il avait eu le déplaisir d'apprendre que le garçon en question serait également à là pour Halloween. Ils n'étaient pas allés excessivement loin non plus. Pour une raison très trouble, ils s'étaient retrouvés à dormir dans le même lit et à s'embrasser assez fougueusement. Il ne lui semblait pas qu'il se soit passé autre chose de plus, mais il ne pouvait pas en avoir la certitude absolue, ce qui était plutôt gênant. Il se souvenait cependant l'avoir rembarré, car cet idiot de Julian lui avait fait des demandes très indécentes en supposant qu'il avait plus d'expérience dans le domaine que lui. Malgré ce qui était bien entamé entre eux, Lenny s'était senti offensé d'être pris pour une « pute », ou quelque chose dans ce goût, et il ne savait pas à quel point il avait pu se montrer virulent. Il savait juste que Julian, qui avait officiellement une copine et ne voulait pas révéler ses penchants, l'évitait depuis, ou se montrait désagréable s'il était obligé de subir sa présence dans un groupe. C'était une situation un peu pénible. Il comptait sur leur honte mutuelle pour lui faire payer un genre de faute – qu'il avait essentiellement commise ! – et s'assurer son silence. A force d'y réfléchir, Lenny avait estimé que, non seulement il avait peu de choses à perdre de son côté, mais qu'en plus, Julian pouvait faire les frais de son pouvoir de persuasion s'il venait le narguer le 31 octobre. Ce serait même le moment parfait pour l'inviter à s'humilier publiquement. S'il réussissait à amuser Ezra de cette manière, il ferait d'une pierre deux coups. Mais il ne voulait pas juste l'amuser. Il voulait lui offrir une vraie soirée d'Halloween, avec de vrais démons sortis des enfers.

Bien sûr, Ezra lui avait déconseillé d'invoquer des démons. Cependant, Lenny tenait à le faire, et à dégoûter à vie de cette fête tous les imbéciles déguisés en monstres. Sa victime était déjà toute désignée, c'était cette pimbêche de Teresa, celle qui voulait se déguiser en Merteuil. Si son plan réussissait, non seulement il pourrait montrer ses talents à Ezra, mais, en plus, il avait toutes les chances d'envoyer cette fille en asile jusqu'à la fin de son semestre, et c'était sans prix. Il ne supportait plus sa manière de se tenir droite au premier rang, de toujours tout faire mieux que lui, mais surtout d'essayer de jouer l'intéressante en interrompant sans cesse l'enseignant avec des questions stupides sur la moralité des textes qu'ils étudiaient. Car Teresa était, malgré son choix de personnage tout à fait incohérent, une jeune fille qui se sentait investie d'une grande mission divine, le genre à le tolérer car elle devait être dans « l'acceptation de son prochain », tout en lui affirmant que ce n'était pas à elle de le punir de ses péchés. Le genre, aussi, à jouer les séductrices, chercher les compliments masculins, mais porter sa vertu en bouclier. Enfin, le genre dont il voulait voir le monde partir en miettes et piétiner encore. Alors la veille, il avait invoqué un petit démon de rien du tout pour lui proposer un pacte. Le démon pouvait lui faire ce qu'il voulait tant qu'il ne la tuait pas et n'agissait pas devant tout le monde. L'humiliation devait avoir lieu pendant la fête. Le pacte s'était scellé rapidement, puisque sa créature estimait prendre assez de plaisir dans l'histoire pour ne pas réclamer quelque chose en plus. Au pire, s'il faisait le difficile, il pouvait toujours lui accorder quelques années de la vie de sa mère ou de son frère, ça vaudrait pour tous les jours où ils l'énervaient.

Tout le monde avait été très intrigué par son idée de déguisement. Cette idiote de Teresa avait souri à retardement quand il avait expliqué qu'il avait opté pour Werther, et il n'était même pas certain qu'elle avait compris la référence. Par contre, quand on lui demanda si le maquillage était de lui et qu'il le confirma, il l'entendit murmurer un « évidemment » qui donna définitivement raison à ses projets. Il dissipa son malaise d'avoir toutes les curiosités braquées sur sa tenue en expliquant dans les détails de quelle manière il avait obtenu ce résultat. Le domaine en intéressait vraisemblablement plusieurs qui y allèrent de leurs propres expériences. Lenny les écoutait d'une oreille en attendant Ezra. Il n'avait d'ailleurs pas la moindre idée du costume qui serait le sien.
En gros, ce look sans la perruque parce qu'il faut quand même pas trop délirer.

_________________


Dernière édition par Lenny Pinsker le Lun 3 Avr - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
They see me rollin', they hatin'
avatarEzra T. Colfer


Messages : 203
Date d'inscription : 31/07/2013
Emploi/loisirs : Revendeur de drogue, réceptionniste au Hell Inn


Feuille de personnage
Phobie: N'exister que pour balancer les actions de Quetzalcóatl
Ambition secrète: Être une bonne personne

MessageSujet: Re: Halloween comme vous en rêviez [Ezra] Dim 12 Fév - 16:29

Ezra avait passé un certain temps à regarder en ligne différentes idées de costumes faits à partir d'un fauteuil roulant. Ces dernières années, il avait passé les nuits d'Halloween sur ses jambes, vêtu de manière à ne pas être reconnu, ce qui lui avait permis d'agir en totale liberté. Habituellement, lorsqu'il sortait la nuit, le dieu devait se montrer discret. Il ne voulait pas qu'on le voie sans son fauteuil roulant et qu'on se pose des questions à son sujet. Il évitait donc les lieux où il pouvait rencontrer des gens qui le connaissaient et ceux qui disposaient de caméras de surveillance qui auraient pu enregistrer des images suspectes de lui.

En général, Ezra profitait de la nuit d'Halloween pour porter un costume original, voire même un peu débile. Il avait souri devant les idées les plus saugrenues impliquant un fauteuil roulant : un lion dans sa cage, un lapin qui sort d'un chapeau, Doctor Who et son Tardis, une souris dans un piège… Les nombreuses créations qu'il avait regardées lui avaient inspiré plusieurs options et il s'était résolu à prendre la moins bizarre. Il ne voulait pas faire honte à Lenny en arrivant en Cendrillon dans son carrosse-citrouille… Le jeune sorcier avait pris une certaine importance pour lui et lui plaire passait avant ses caprices d'originalité.

Lenny allait être en fantôme… pardon, en Werther un pathétique personnage littéraire. Ezra n'était pas officiellement tenu de participer à ce thème, mais il avait eu envie de le faire, principalement pour montrer qu'il partageait les intérêts de Lenny. Il avait donc choisi Lord Ruthven, de Le Vampire de John William Polidori (et Lord Byron), l'histoire qui avait popularisé les vampires dans l'imaginaire populaire. Il s'était trouvé un costume censé représenter les vêtements de cette époque – mais il s'agissait bien sûr d'une réplique assez bon marché, et il y voyait des défauts qui l'énervaient bien que la plupart des gens ne les remarqueraient certainement pas. Même s'il n'était pas question, dans cette histoire, du cercueil servant de lit aux vampires, Ezra avait transformé son fauteuil roulant en semblant de cercueil. Après tout, c'était pour Halloween et non pour une compétition sur l'histoire de la littérature. Le dieu avait fabriqué, avec du carton très rigide, la forme du haut d'un cercueil et l'avait installée au dossier de son fauteuil. Il avait aussi recouvert ledit dossier ainsi que le siège avec du velours rouge. Comme maquillage, en dehors d'un incontournable teint blanc, il avait noirci le tour de ses yeux avec un crayon noir, ce qui rendait ses yeux encore plus perçants qu'à l'habitude.

Lenny n'avait pas vu le costume d'Ezra, et celui-ci ne lui avait pas parlé de son idée d'inclure son fauteuil dans le déguisement, mais il avait été mis au courant de l'idée. Le dieu était tout de même impressionné par l'audace de Lenny de se déguiser en fantôme alors que ceux-ci lui faisaient si régulièrement la vie dure. Voilà une raison de plus à ajouter sur la liste de pourquoi ce jeune sorcier lui plaisait. Ezra n'en était pas à ses premiers émois amoureux. Il lui était souvent arrivé, au cours des siècles, de découvrir des personnes avec lesquelles il avait eu envie de partager jusqu'à son coeur. D'ailleurs, il avait même récemment – quand on était âgé de plusieurs siècles, les années étaient des courtes périodes – eu de forts sentiments pour une Felidae, Kayla Hofstadter. Il y avait plusieurs mois qu'il ne pensait plus tellement à elle, même si leur séparation avait été difficile pour lui. Le dieu l'avait associée à la confirmation que mener une existence du côté du bien lui serait toujours inaccessible. C'était un combat qu'il menait depuis son passage dans ce monde. Encore aujourd'hui, il savait qu'il avait beaucoup de travail à faire s'il souhaitait cesser d'être l'ombre de sa sœur.

La présence de Lenny dans sa vie mettait une sorte de baume sur la certitude que le mal le charmerait toujours. Ezra percevait une noirceur envoûtante en lui et il n'avait pas envie de lutter contre l'attraction qu'elle exerçait sur lui. Il ne se rappelait pas la dernière fois que cela lui était arrivé. Ce n'était pas une résignation mais plutôt une sorte d'abandon serein.

Même l'entrée mal adaptée aux fauteuils roulants n'eut pas raison de sa bonne humeur, ce soir-là. Il était lui-même étonnée d'être si heureux de passer une soirée collé dans ce cercueil à roulettes alors qu'il aurait pu profiter de la nuit pour être sur ses deux jambes. La perspective de passer du temps avec Lenny, spécialement lors d'une occasion originale, était plutôt excitante. De plus, il allait rencontrer ses collègues de classe et il pourrait juger lui-même à quel point Lenny avait eu raison de médire à leur sujet.


-On se rencontre enfin, Werther, dit-il d'un ton un peu théâtral.

Il s'était arrêté tout près de Lenny, après être allé se chercher un verre.

-Ton maquillage est génial. Je ne suis pas étonné que tu l'aies réussi à ce point, d'ailleurs.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 207
Date d'inscription : 22/07/2013


Feuille de personnage
Phobie: Vivre une grande humiliation, attraper une maladie grave
Ambition secrète: Devenir un grand auteur, rencontrer l'amour de sa vie

MessageSujet: Re: Halloween comme vous en rêviez [Ezra] Jeu 6 Avr - 12:07

Pour une raison mystérieuse, beaucoup de personnes appréciaient réellement le personnage de Werther et trouvaient son désespoir amoureux plus beau que malsain. Lenny savait qu'il serait provocant en choisissant d'incarner une icône littéraire qu'il n'aimait pas. Et il ne fallut pas très longtemps avant qu'un « fan » se rue sur lui, tout à sa joie de reconnaître le déguisement, pour lui dire combien le roman de Goethe était brillant. Il s'était préparé à ce débat, et il valait mieux qu'il arrive en début de soirée, mais la perspective d'expliquer pourquoi il trouvait ridicule de s'identifier réellement à Werther l'ennuyait malgré tout. Il posa donc un regard presque attristé sur le jeune homme et, oubliant tous les arguments qu'il avait pu développer avec Ezra, lança en esquissant un sourire en coin : « Je pense qu'il aurait été mieux inspiré de se tuer dès le début du livre. Je rends hommage à son seul acte intelligent en 160 pages. » En réalité, son édition faisait plutôt 180 pages ; mais il ne lui semblait pas utile de retenir la préface et dérangeant d'arrondir à 200. Comprenez bien, il ne s'agissait pas d'un souci d'exactitude. Il tenait plutôt à rappeler que le sujet de ce livre restait assez pauvre pour permettre d'en écrire un volume conséquent et que le personnage n'arrivait même pas dans une presque novella à faire quelque chose de plus saisissant que se tuer. A sa manière, il se sentait très insultant. Du point de vue de ceux qui ne pouffèrent pas à sa répartie, il était plutôt méprisant. Un peu défait, l'étudiant qui l'avait abordé lui demanda cependant de s'expliquer. « Qui a envie de lire les lamentations d'un imbécile qui s'invente un amour sans se donner aucune chance ? » dit-il en haussant un sourcil. Il aurait pu considérer être comme Werther avec Ezra. Il aimait le voir, lui parler, imaginer qu'ils partageaient un lien spécial mais, puisqu'il ne se donnait pas la peine d'aller au-delà, il lui semblait plutôt excessif de noircir des pages pour exprimer sa souffrance de ne pas se sentir un peu « plus » qu'un ami. Il pourrait se lamenter le jour où il en serait certain. Et il ne se serait pas investi dans la relation si le garçon avait été en couple.

En parlant du jeune homme, celui-ci mis un terme heureux à la discussion en intervenant avec une grandiloquence qui surpris tout le monde. Personne n'était en effet préparé à voir surgir un vampire en fauteuil roulant, et il fallait admettre que le maquillage d'Ezra lui donnait un regard assez effrayant, ou plus fou que d'ordinaire. Lenny l'accueillit avec un sourire appréciateur, en évaluant rapidement le costume de son ami. Ils avaient choisi leur rôle ensemble mais chacun s'était mis à l'ouvrage de son côté. Ezra ne voulait pas d'un personnage trop naïf ou trop attendu. Il gardait comme lui le souci de ne pas se retrouver avec un double pendant la soirée et d'éviter une inspiration trop libre qui n'aurait pas vraiment de sens. Lord Ruthven avait eu droit à quelques représentations, dont une version comics peu connue mais qui affirmait néanmoins une imagerie populaire assez affirmé, celle d'un vampire portant une chemise blanche dont les manches ressortaient en corolles d'une veste noire. Une lavallière blanche ou rouge s'ajoutait au col. En soi, il s'agissait d'un costume d'époque, mais le jeu restait de savoir à quel vampire il faisait référence. Ils s'étaient beaucoup amusés à imaginer le nombre de personnes qui allaient se tromper en tombant dans le panneau de Dracula ou se creuser intensément la tête pour sortir tous les noms connus dans la fiction sans penser un instant à la créature de Polidori. En tout cas, ils étaient assortis côté explosions sanguinolentes sur le visage, et c'était déjà très satisfaisant.

– J'espère que la vue de mon sang ne vous sera pas trop pénible Lord Rutvhen, répondit-il sur le même ton empesé. Il n'est malheureusement plus très comestible.

Ezra lui fit à ce propos une remarque sur son maquillage qui l'aurait fait rougir s'il n'était pas déjà à moitié couvert de pourpre. Il n'avait pas l'habitude de s'appliquer autant pour se faire remarquer et pour la peine, il y avait été un peu fort. Il ne s'était pas contenté d'un petit trou dégoulinant, une moitié de son front semblait profondément creusée avec des bouts de crâne qui menaçaient de se détacher. C'était plus ou moins réaliste, puisqu'il était allé regarder du côté des maquilleurs de films gores et que leur exagération l'avait aussi amusé. Il ne savait pas très bien en revanche pourquoi Ezra s'attendait ce qu'il fût à ce point doué.

– Vraiment ? Je ne me connaissais pas ce genre de don. Mais c'est vrai que je n'aime pas faire les choses à moitié. Je vois que tu t'es donné de la peine pour adapter ton fauteuil, beau cercueil !

Il posa machinalement une main le long du dossier pour sentir la texture et n'essaya pas un instant de revenir vers ses autres interlocuteurs. Ils ne l'intéressaient plus du tout. Il s'éloigna au contraire doucement d'eux mais c'était sans compter l'intervention indésirable de cet imbécile de Jonathan qui lança, en se sentant probablement protégé par le groupe d'amis qui l'entourait :

– On dirait que Lenny s'est trouvé un copain aussi tordu que lui. Comment peut-on avoir l'idée de représenter un personnage de manière aussi morbide ?
– Et comment peut-on être fier d'incarner le cinquième Sherlock Holmes de la soirée ? répondit-il sans réfléchir tant il s'attendait à une attaque de l'étudiant.
– Si je l'avais fait mort, j'aurais été soudain plus original c'est ça ?
Lenny le considéra un instant avec une certaine pitié, mais sa colère s'évapora momentanément. On ne pouvait décemment pas s'énerver devant une remarque aussi idiote quand elle concernait le célèbre détective anglais.
– Considérant le scandale qui a suivi la mort littéraire de Sherlock Holmes, tu aurais même été dans une provocation intéressante. Mais je suppose que cette anecdote ne t'es jamais venue à l'esprit sinon tu n'aurais pas osé me poser cette question.
Pour cette fois, le jeune homme ne trouva rien à répondre et abandonna la partie avec une moue de dédain spécialement réservée à ceux qui aimaient faire « leurs intéressants parce qu'ils avaient trois références de plus que les autres. » Lenny soupira, haussa les épaules et prit une bonne gorgée de champagne avant de s'excuser auprès d'Ezra, mais d'une voix assez forte pour être entendue d'oreilles indiscrètes.
– Désolé pour ça. C'est un con que ça dérange de voir deux mecs ensemble parce qu'il s'assume pas.
Bon, il faisait un léger raccourci mais il était évident que Jonathan ne se serait pas rué si vite sur lui s'il n'avait pas surpris son geste assez familier sur le fauteuil d'Ezra. Il y avait peut-être une légère part de jalousie derrière tout ça. Il pouvait se sentir ignoré au profit d'un autre et, surtout, d'un garçon handicapé qui aurait dû beaucoup moins l'attirer. Mais Lenny préférait éviter de mentionner comment cette haine étrange avait commencé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
They see me rollin', they hatin'
avatarEzra T. Colfer


Messages : 203
Date d'inscription : 31/07/2013
Emploi/loisirs : Revendeur de drogue, réceptionniste au Hell Inn


Feuille de personnage
Phobie: N'exister que pour balancer les actions de Quetzalcóatl
Ambition secrète: Être une bonne personne

MessageSujet: Re: Halloween comme vous en rêviez [Ezra] Lun 25 Sep - 20:23

Tezcatlipoca avait choisi son apparence humaine avec l'intention de paraître inoffensif. Un visage qui, même adulte, gardait des traits plutôt juvéniles ainsi qu'une constitution assez menue lui assuraient une avance sur ce point. Il avait toutefois peut-être exagéré son look avec de grands yeux bleus qui, plutôt que garantir son innocence illusoire, attiraient parfois l'attention sur la sombre intensité qui habitait le dieu maléfique. Il lui fallait concéder à sa sœur que sa malédiction facilitait son anonymat : on ne baissait habituellement pas les yeux vers un fauteuil roulant quand on cherchait un être magique extrêmement puissant.

– J'espère que la vue de mon sang ne vous sera pas trop pénible Lord Rutvhen. Il n'est malheureusement plus très comestible.

- Le reste me paraît tout de même très appétissant,
lui répondit-il avec un petit sourire qui laissait voir que le sous-entendu était voulu.

Ezra s'attendait à ce que le costume de Lenny soit parfaitement réalisé. Son ami savait porter attention aux détails pour rendre toute chose proche de la perfection. Cette qualité se manifestait aussi quand il était question de remarquer le moindre travers chez les autres, ce qui amusait grandement le dieu. Il se sentait toutefois souvent un peu stressé au sujet de Lenny, se demandant s'il le scrutait lui aussi à la loupe, lui découvrant des défauts qu'il méprisait en silence.

– Vraiment ? Je ne me connaissais pas ce genre de don. Mais c'est vrai que je n'aime pas faire les choses à moitié. Je vois que tu t'es donné de la peine pour adapter ton fauteuil, beau cercueil !

- Merci! Je me doutais que tu allais réaliser ton costume à la perfection et j'espérais être à la hauteur.


Ezra eut à peine le temps de remarquer que son ami admirait les détails de son cercueil avant qu'on interrompe leur conversation.

– On dirait que Lenny s'est trouvé un copain aussi tordu que lui. Comment peut-on avoir l'idée de représenter un personnage de manière aussi morbide ?
Oui, qui pouvait oser prêter un côté morbide à un vampire et un fantôme?
– Et comment peut-on être fier d'incarner le cinquième Sherlock Holmes de la soirée ?
– Si je l'avais fait mort, j'aurais été soudain plus original c'est ça ?
– Considérant le scandale qui a suivi la mort littéraire de Sherlock Holmes, tu aurais même été dans une provocation intéressante. Mais je suppose que cette anecdote ne t'es jamais venue à l'esprit sinon tu n'aurais pas osé me poser cette question.


Le dieu serra les dents en inspirant profondément pour se retenir de rire. Il devait se montrer aussi digne que Lenny, sinon la douche glaciale que venait de se prendre son interlocuteur aurait moins d'effet. Les répliques du jeune sorcier l'avaient impressionné et, même s'il essayait de ravaler son amusement, ravi. Voir cet autre étudiant échouer aussi lamentablement contre quelqu'un d'indéniablement plus cultivé que lui relevait du délice pour Ezra. S'il ne dédaignait pas qu'on affiche une certaine supériorité quand on détenait la suprématie dans un domaine, il se régalait qu'on remette à sa place une personne ignorante à l'arrogance non justifiée.

– Désolé pour ça. C'est un con que ça dérange de voir deux mecs ensemble parce qu'il s'assume pas.

Le dieu songea qu'en d'autres circonstances,  il aurait eu envie de pousser la provocation jusqu'à afficher une plus grande proximité physique avec Lenny juste pour énerver l'importun. Il préférait néanmoins rester prudent en ce qui concernait ses rapprochements avec son ami. Il n'était pas certain de son intérêt en ce sens. De longs mois d'amitié s'étaient succédés et il ne ne savait pas s'il devait les voir comme un développement lent et assuré vers une relation plus exclusive ou s'ils étaient la confirmation que Lenny ne le percevait que comme un simple ami. L'attachement d'Ezra pour lui avait pris des proportions dépassant l'affection platonique et il nourrissait une nervosité que le dieu essayait de cacher, spécialement au jeune sorcier.

- Dans quelques verres, un séduisant étudiant plus âgé le rendra peut-être plus facile à vivre.

N'ayant pas envie de s'attarder à insulter des imbéciles à couvert, Ezra entraîna ensuite Lenny plus loin pour qu'ils puissent avoir une conversation plus intéressante que ce que ces gens de bas niveau intellectuel pouvaient leur offrir. Il s'écoula près d'une heure pendant laquelle ils discutèrent de divers sujets, incluant évidemment les costumes, réussis ou non, des autres invités.

Le dieu étouffa un petit rire hautain à la vue d'un Batman de plus. Celui-là avait au moins eu l'originalité de s'inspirer du Bat-Man de Batman: Castle of the Bat en rendant son costume plus proche de la chauve-souris que de l'homme… ou encore, il n'y connaissait rien et avait simplement trouvé drôle d'être littéralement un homme chauve-souris. Il allait faire part de son mépris à Lenny quand une pirate fit son apparition et se planta droit devant lui. Il ne s'agissait pas d'une énième pirate sexy de magasin de grande surface. La jeune femme avait poussé le souci de bien représenter l'époque jusqu'à utiliser du maquillage pour avoir l'air pas tout à fait propre et même sa chevelure sombre volontairement emmêlée ne gâchait pas le charme qu'elle dégageait.

- Ezra! Je savais pas que tu serais ici. Au poste, on dit que tu ne sors jamais!

-Jessica… Oui, il m'arrive de vivre en dehors du travail. Je te présente mon ami Lenny,
dit-il en désignant l'autre jeune homme. Lenny, voici Jessica, une collègue de travail et… hum… amie.

Il avait hésité à lui donner le titre d'amie et l'avait finalement fait par politesse. Ils n'était pas vraiment proches, même s'il lui paraissait évident que Jessica avait un intérêt pour lui. Elle le lui avait fait sentir plusieurs fois malgré la fermeture qu'Ezra avait affichée. Il était arrivé quelques fois au dieu maléfique de tomber sur des filles insistantes qui le pensaient simplement timide et sur d'autres qui lui avaient laissé savoir que, dans sa condition, il devait prendre toute expression d'intérêt pour un compliment. Ces dernières attrapaient souvent une maladie très douloureuse, inexplicablement.

-Eh bien, salut Lenny! dit Jessica en lui accordant à peine un regard. Tu passes une belle soirée, Ezra? Je suis très contente de t'avoir croisé ici!

-Oui, moi aussi. Tu es avec des amis aussi? demanda-t-il, pressé de la voir repartir.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Halloween comme vous en rêviez [Ezra]

Revenir en haut Aller en bas

Halloween comme vous en rêviez [Ezra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Empire :: Appartements, condos et lofts-