AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Lenny Pinsker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Messages : 207
Date d'inscription : 22/07/2013


Feuille de personnage
Phobie: Vivre une grande humiliation, attraper une maladie grave
Ambition secrète: Devenir un grand auteur, rencontrer l'amour de sa vie

MessageSujet: Lenny Pinsker Mar 23 Juil - 17:56


•• Lenny Netaniel Pinsker ••

•• Sorcier ••


âge  ••  17 ans

pouvoirs  ••  Attirer la compassion :Vous ne pourrez pas faire de mal à Lenny, vous ne supporterez pas de le voir souffrir, cela vous rendra fou. Quoiqu'il arrive, il y aura toujours quelqu'un pour prendre son parti, quelqu'un pour se dresser contre un danger, quitte à y laisser sa propre vie. A signaler que ce pouvoir fonctionne également avec les animaux capables de sentiments (mammifères, oiseaux et, à plus faible niveau, reptiles) mais d'une manière plus générale. Il semble que le pouvoir du jeune homme réveille tout naturellement en eux un instinct très protecteur.
Medium : Il a déjà vu des choses pas très nettes, c'est une certitude. De là à pousser l'expérience plus loin, il ne faut pas non plus exagérer. Cet autre monde lui fait bien trop peur.


qualités  ••  Rigoureux, sensible, ambitieux, attentionné envers ceux qu'il aime, perfectionniste

défauts  ••  Manipulateur, mesquin, égocentrique, peureux, timide, nerveux, coincé, snobe, fermé d'esprit, mal dans sa peau, méprisant

habitudes  ••  Lenny est un garçon très sérieux et plutôt solitaire qui passe la majeure partie de son temps à étudier, attirer l'attention des enseignants, stresser pour rien, lire, écrire, et jouer un peu de piano pour se détendre. Il lui arrive souvent de faire la liste de ses nombreux "malheurs" ou, à l'inverse, de juger tous ses semblables avec le plus grand dédain, ou encore se confier à son chinchilla (c'est ça d'être trop méchant pour avoir des amis...)

apparence  ••  Mine, d'allure fragile, le cheveux blond et le teint pâle, Lenny a tout d'un petit ange. Il y a un je ne sais quoi de mélancolique au fond de ses yeux clairs, sur la courbe de ses lèvres. Toujours très sobre, il veille à rester impeccables en toute circonstances : coiffure impeccable, ongles limées, tenues de petit premier de la classe. A ce niveau, ses notes d'extravagances vont parfois aux gilets de type XIXe siècle.
Vous le verrez venir de loin et c’est normal. Etre maniéré à ce point, c’est tout un art. Oh, cela ne frise pas les singeries de tapettes profondes, ce sera plus nuancé, version prince blasé tout droit sorti de sa tour d’ivoire (Et il en fera des efforts pour vous parler !). La démarche est lente, nonchalante, les gestes las et délicats, les sourcils, souvent légèrement haussés, et on ne comptera pas le nombre de fois où ses yeux se lèveront au ciel lorsqu'il sera prêt à engager une discussion. Une fois ce contact créé, il présentera une élocution parfaitement maîtrisée. Les tournures sont parfois d’un autre siècle, le ton précieux mais glacial et sans émotion, évidemment ponctué de petits soupirs affligés, adressés au monde qui l’entoure ou, plus directement, aux interlocuteurs qui l’ennuient.


_________________________________________

HISTOIRE
ou Les souffrances du jeune Lenny

Un an avant la catastrophe


Batracien en six lettres. La pointe noire d’un stylo plume effleura les lèvres pâles de Lenny. Un petit soupire ennuyé souleva sa poitrine et il but une gorgée d’un cocktail aux fruits orangé. Le grand verre à pied, trop large pour ses mains délicates, exhibait une inutile rondelle de citron, caprice de l’enfant qui aimait se donner des airs de grands. Des carrés blancs et noirs dansaient devant ses yeux gris. Les journaux se relâchaient beaucoup trop l’été. Les définitions simples le désolaient encore plus que le vocabulaire limité auxquelles elles se rattachaient. A croire que, pendant deux mois, le commun des mortels s’accordait au crétinisme ambiant des vacances. On oubliait de penser sous le soleil agressif des plages dorées. C’était tous les ans la même chose. A Virginia Beach les touristes affluaient de toute part pour gagner quelques degrés en plus sur leur thermomètre nordique. Les newyorkais les poursuivaient jusqu’à sa maison saisonnière pour continuer à vicier son air avec leurs minishorts indécents, magazines ‘opération bikinis’ et romans sirupeux. Ses parents n’avaient jamais supporté l’isolement, et l’idée, terrible, que personne ne pût envier leurs richesses. Parfois, sa mère se posait devant une fenêtre pour capter les regards ébahis des passants. Ils avaient un joli pavillon blanc, une bmw noire rutilante, toujours stationnée devant le garage, des baies vitrées à l’arrière, un petit jardin privé prolongé par le sable fin.

Sur la plage un deuxième blondinet bâtissait un immense château fort. Il s’acharnait depuis le début de l’après-midi et Lenny, tout en observant distraitement son frère du coin de l’œil songea à écrire ‘Ylan’ dans les cases vides. L’ennui, c’était qu’il n’avait pas de lettres. Il haussa les épaules. Triton semblait plus adapté à la situation. Il inscrivit le nom de l’amphibien en repassant soigneusement sur chaque lettre.
Les pas de sa mère écrasèrent les graviers derrière lui. Elle se pencha par-dessus son épaule. Son souffle chaud se mêla à la brise océanique.
- Tu trouves mon chéri ? Murmura-t-elle comme si elle eut craint de le déranger alors que c’était précisément ce qu’elle faisait.
L’enfant ne se fâcha pas. Il laissa basculer sa tête contre le bras de la femme et répondit ennuyé, d’un air supérieur de garçon trop intelligent pour s’attarder sur de telles fadaises.
- Pire que ça, je crois que je n’ai jamais fait de mots croisés aussi simples…

Il lança un regard navré à l’épais dictionnaire posé à côté de lui. Les jeux de mots des journaux étaient une activité digne de lui. Il avait l’impression qu’elle stimulait l’esprit à l’instar de la lecture savante et de la musique. Si ses parents aimaient feindre la richesse il avait très vite opté pour l’illusion plus subtile de la culture et de la grandeur d’âme. C’était devenu une obsession, un besoin, celui de savoir afin d’impressionner les autres. Les gens instruits le confondaient d’admiration, et cet aspect manquait à la maison. Ses parents avaient reçu une éducation trop bourgeoise, il devait rattraper seul les lacunes. Plus tard, on parlerait d’un homme distingué. Il serait le dandy parfait des romans anglais du XIXe siècle. Les Pinsker, au moins, comprenaient qu’ils avaient un fils d’exception, le petit garçon modèle, sage et appliqué, aimable et dévoué. Ils ne perdaient pas une occasion de l’encourager dans les nobles activités de son quotidien. Cela prouvait, disaient-ils, qu’il deviendrait quelqu’un.
- Si seulement ton frère pouvait prendre exemple sur toi…, soupira sa mère en suivant d’un œil désapprobateur le manège du second fils. Ylan avait fini par perdre patience. Il détruisait sa belle construction à coups de pelle et trouvait visiblement ce massacre très drôle.
Lenny haussa les épaules, un vague sourire au coin des lèvres.
- Bah, c’est de son âge non ?
Malgré leur année de différence les deux frères n’avaient pas longtemps joué ensemble. L’aîné tenait trop à sa tranquillité et Ylan, plus brutal, finissait toujours par lui faire mal. Ils avaient fini par évoluer sur des territoires séparés, en se soutenant lorsque les circonstances l’exigeaient. Devant les parents, ils s’ignoraient ou se chamaillaient mais, loin des regards, il était inimaginable de se laisser tomber.
Soudain préoccupée par une question beaucoup plus grave sa mère s’écria :
- Yliiiiiiii !!! Tu as remis de la crème solaire ? Et ton chapeau ? Qu’as-tu fait de ton chapeau ???
Etouffante au possible, comme toujours, Miss Pinsker ne supportait pas de laisser ses enfants livrés à eux même plus de trente minutes d’affilées. Lenny ne s’en étaient jamais plaint. La sécurité du foyer lui était chère, il ne pouvait pas se passer des câlins de ses parents, de leurs encouragements ou de leurs attentions, un peu agaçantes parfois, il le reconnaissait, mais c’était une façon d’aimer. Ylan en revanche réagissait beaucoup plus mal à cette version écœurante de la maison du bonheur. Sentant la crise venir pour la centième fois de la journée, le blondinet plia le journal et s’éclipsa. Dans le salon son regard croisa les arabesques d’un vase victorien parfaitement conservé. On avait peine à croire qu’il s’était retrouvé en éclats de céramique sur le parquet quelques jours plus tôt. Ylan avait réalisé son exploit de la semaine ce jour là en jouant en l’absence des parents avec une balle rebondissante. Il l’avait retrouvé agenouillé par terre en train d’enfermer les débris dans un sac pour les jeter à la mer. Ensuite, on avait qu’à dire que le vase s’était volatilisé tout seul, c’était possible pas vrai ? Les solutions radicales étaient loin d’être les meilleures. Il avait demandé à son frère de tout remettre en place avant de guetter le retour des Pinsker pour se couvrir piteusement d’excuses. C’était sa faute, il s’amusait avec Madison, le chien, la balle avait roulé sous le meuble, l’animal ne s’était pas arrêté à temps. Sa mère avait marché, évidemment. Ça marchait toujours. Il savait la prendre par les sentiments, et il ne supportait pas que Ylan se fasse disputer lorsqu’il pouvait assumer ses bêtises sans craindre la punition.

**

Printemps 2012
- Je ne sais pas pourquoi je viens de protéger un humain. Tu as pourtant l’air appétissant, je devrais te tuer… Et je ne pense qu’à t’embrasser. On dirait bien que la magie te sauve la mise, petit sorcier.
Des sanglots muets ruisselaient sur ses joues pâles. Les cheveux en bataille, la chemise en lambeaux, il se redressa péniblement en fuyant le regard perçant du vampire dont les canines étincelaient au clair de lune. Sur le plancher sale de la maison abandonnée dans laquelle il avait eu l’idée stupide de s’installer pour écrire, le corps décapité d’une goule continuait à verser un sang noir, pourri. Il eut un haut le cœur. C’était du délire. Il s’était toujours refusé de croire en l’existence de ce genre de choses, et voilà qu’elles avaient manqué de le tuer.
- Sorcier ? Souffla-t-il sans comprendre.
Le discours de la créature semblait flou, mais il en retenait en tout cas une chose très importante : il allait peut-être survivre à cette rencontre. Le reste était plus troublant. On voulait l’embrasser, la magie l’avait sauvée. Quelle magie ?
- Je ne sais comment, mais j’ai entendu ton appel, et je me suis précipité ici avec une seule idée en tête, te sauver. Tu es fort, très fort, je me sens presque humilié.

- Je… je ne voulais pas vous appeler, je suis désolé…
Oh non, même s’il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il avait pu faire au mort-vivant, il l’avait probablement vexé. Son cœur s’emballa, son corps trembla de plus belle, et le prédateur eu, l’espace d’un instant, un regard fou. Il luttait visiblement contre une chose qui le mettait très en colère. Il allait lui faire du mal. Un vent de panique traversa Lenny et, soudain, la créature le prit dans ses bras.
- Tout va bien, ne pleure pas… mais… par pitié, arrête ça, arrête ça tout de suite…
- Mais je ne fais rien du tout ! C’est vous qui me faites peur…
- Reste près de moi, je ne laisserai personne te faire du mal…

Un an après, le souvenir lui faisait toujours un effet étrange. Il revoyait le vampire au bord de la schizophrénie à cause de lui, son visage parfait, les lèvres glacées qu’il avait pressé contre les siennes sans prévenir. Ce n’était pas ainsi qu’il avait imaginé son premier baiser, mais, au moins, la créature nocturne l’avait suffisamment choquée pour retrouver la pleine possession de ses esprits. Elle avait filé juste après, en lui conseillant d’apprendre à contrôler ses dons avec une évidente mauvaise humeur.
Tout avait tellement changé depuis. Pas sa vie, il était inutile d’y compter, mais sa manière de l’appréhender. Son quotidien restait toujours aussi insipide même s’il affrontait les amourettes des lycéens la tête un peu plus haute. Qui, dans cette école, pouvait se targuer d’avoir reçu le baiser d’un vampire du même sexe ? Pour se consoler, il avait fait de sa mésaventure une sorte d’acte glorieux. Il y songeait souvent pour combler la vie de son quotidien. L’étreinte n’avait durée que quelques secondes, mais il l’avait trouvée d’une terrible sensualité malgré sa panique avancée. N’aurait-il pas été romantique d’y fonder le début d’une histoire d’amour ? Ses rêveries lui avaient inspirées une histoire. Peut-être qu’il la publierait sous pseudonyme un jour. Ces choses là rencontraient du succès non ? En tout cas, il trouvait son aventure bien plus intéressante que celle d’Ylan qui passait tout son temps libre dans les bras d’une pimbêche. Son frère le délaissait, commençait à se moquer ouvertement de ses allures de « gros coincé ». Il l’avait perdu. Il ne pouvait pas le retrouver, à moins d’utiliser son pouvoir.

La découverte de sa véritable nature le rendait triste. Combien de temps aurait-il continué à utiliser la magie inconsciemment sans l’intervention d’une créature plus résistante à ce type de manifestation ? La question l’obsédait. Il repassait en tête chaque moment de sa vie où il avait essayé d’inspirer de la pitié. Ils étaient nombreux. Comme la technique fonctionnait, il en avait abusé. Il pensait être capable de toucher les gens, d’être apprécié, dans le fond… Tout était probablement faux. Personne n’avait jamais voulu l’aider, lui pardonner, lui dire le fond de sa pensée. Ils lui avaient tous menti, parce qu’il avait profondément désiré une amitié, un compliment, une excuse, un peu d’attention… Sa mère était-elle encore sincère ? Où était le vrai du faux ? Il se sentait près de perdre la raison. Sa vie sociale, en prenait un sérieux coup. Il préférait écrire des fictions de vampires plutôt que continuer la vaste mascarade de son existence. Quel malheur pour un être qui avait invoqué de toutes ses forces l’amour véritable ! Et puis, l’idée de la sorcellerie l’inquiétait. Tous les événements étranges qu’il avait attribué à une simple mauvaise impression, un mauvais rêve, un coup de vent (quand les fenêtres étaient fermées), une vague hallucination, tout cela était peut-être réellement surnaturel. Des choses invisibles l’entourent, il le sent, ne veut pas les connaître et ne peut, pourtant, s’empêcher de lire sur le sujet, de trembler, de se réveiller en sursaut au moindre craquement de plancher…

Sa vie a changé, oui. L’adolescent mal dans sa peau est devenu une sorte de cas désespéré dont on ose à peine se moquer, un garçon maigre et exsangue qui rase les murs de son lycée. Comme si sa petite vie « normale » n’était pas suffisamment compliquée à gérer, le voilà qui se retrouvait contraint d’assumer la révélation la plus invraisemblable de l’année, il était un sorcier, un foutu manipulateur qui entendait parfois les mouvements de l’autre monde. Dire qu’il avait toujours souhaité être une personne modèle, un exemple pour tous. C’était raté. Pouvait-on encore espérer une place au paradis après tout ça ? Il avait toujours eu quelques doutes là-dessus pendant les rites religieux - qu’il observait cependant avec la plus grande dévotion pour honorer ses parents – mais, si tout cela était possible, alors il y avait peut-être vraiment un Dieu, un jugement. Le cataclysme de 2007 en faisait-il réellement parti, comme l’avaient prétendu les fanatiques ? Sa magie était égoïste, il avait manipulé trop de monde, il n’était pas dit qu’on le lui pardonne. Une épreuve ? Il n’en sait rien et n’ose en parler. Dans le doute, il n’a rien trouvé de mieux à faire que continuer à se lamenter.



_________________________________________

CARACTÈRE

Lenny est une âme torturée. C’est pourtant simple, rien ne va jamais comme il le faudrait. Sa vie est constellée de catastrophes, le monde entier se ligue toujours contre lui, les gens sont vulgaires, les gens le détestent, et, d’ailleurs, il ne les supporte pas non plus. Avec le jeune homme, chaque jour est un nouveau problème. Trop émotif, trop nerveux, il se fait une montagne d’un rien. Oubliez une fois de lui dire bonjour et il se fera une joie de deviner toutes les raisons qui pourraient vous avoir inspiré un tel dédain ! Entre-nous, ça ne sera pas très difficile. Du point de vue des autres, l’adolescent a tout de l’intello de service maniéré et barbant. Il ne voudrait parler que de sujets « élevés », passe le plus clair de son temps dans les livres, se vante d’avoir les oreilles trop délicates pour autre chose que la musique classique et ne manque jamais une occasion de lancer une remarque piquante à un imbécile de passage. Peu apprécié, le pauvre Lenny se sent incompris. Ce n’est pourtant pas sa faute si personne n’essaye de se mettre un minimum à son niveau.

Au fond, il rêverait d’être entouré d’amis et admiré, mais, malgré ses grandes qualités, quelque chose ne fonctionne pas. Egocentrisme et confiance en soi ne vont pas toujours de paire. Son petit monde se partage entre les individus méprisables, les insignifiants (donc, fréquentables pour le minimum social) et une petite élite à laquelle il aspire désespérément. Il l’observe de loin, les yeux brillants d’envie, mais il se sent toujours trop petit pour avancer, il perd son moyen, recule, retourne dans la tourbe des minables, rumine, devient toujours un peu plus acariâtre.

Très pusillanime, Lenny n’ose pas se mettre trop en avant. Il écrit des fantasmes dans son coin, toutes les aventures qu’il ne vivra jamais, se rêve pianiste volets tirés dans sa chambre. Tout le gêne, tout l’embarrasse. Il pique un fard pour un rien et se sent terriblement mal à l’aise dès qu’on lui parle des choses de l’amour. Ce qui semble simple pour tout le monde devient toujours très compliqué pour lui, ça le frustre. Et puis, il n’aime pas les filles, c’est tout un drame. Les garçons le touchent, quel scandale pour sa belle dignité. Un jour, il changera. Un jour, il assumera… Mais ça sera gênant. Alors il attendra. De toute manière, sa mère sera toujours près de lui. Elle est son premier soutient, la seule qui compatit véritablement à tous ses malheurs, même si elle n’est pas très maligne et a une idée très limitée de toutes les pensées compliquées qui ravagent son âme.
Apprendre qu’il séduisait involontairement son entourage grâce à des pouvoirs d’origine surnaturelle n’a pas arrangé son cas. Il se sent trompé par lui-même, condamné à vivre de relations factices, même avec ses petits rongeurs qu’il chéri à défaut d’avoir des amitiés en dehors de son foyer. N’est-il pas tragique de désirer d’amour sans pouvoir l’inspirer autrement que par magie ?

Mais ne nous apitoyons pas entièrement sur ce cher Lenny. C’est ce qu’il souhaite voyez-vous. Cependant, il y a comme une vile noirceur au fond de ses prunelles claires. Une frustration aussi naturelle rend n’importe quelle âme mesquine, et, s’il file droit quand on l’attaque de face, on n’éveille jamais son inimitié sans représailles. Parfois, son esprit devient plus tortueux que torturé, soyez prévenus avant de trop le chercher sur ses nombreuses faiblesses.


•• hors jeu ••


pseudo  ••  Unity
comment avez-vous découvert le forum?  ••  Par sa fondatrice I love you
qui est la personnalité sur l'avatar de votre personnage?  ••  Paul Schönewald
code du règlement  ••  Validé par Cami
code de la section des groupes et pouvoirs  ••  Validé par Cami

Crédits pour les images: insérer le(s) nom(s) ici


Dernière édition par Lenny Pinsker le Mer 31 Juil - 5:15, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Everybody's Fool
avatarCameron Evans


Messages : 1220
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Assistant chez Venus Industries


Feuille de personnage
Phobie: Être un monstre
Ambition secrète: Redevenir humain

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mar 23 Juil - 18:08

Lennychou!!!!!!!! Bienvenue! S'il y a quoi que ce soit...bah, tu sais. Very Happy XD ♥♥

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mar 23 Juil - 19:02

Bienvenue toi!!! Smile

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 350
Date d'inscription : 13/01/2013
Emploi/loisirs : Étudiante, pianiste


Feuille de personnage
Phobie: Rater un examen
Ambition secrète: Me sentir bien

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 24 Juil - 9:41

Bienvenue! What a Face 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Jeu 25 Juil - 9:38

Bienvenue, blondasse. (Les démons et leur accueil chaleureux!)

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 349
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Avocate


Feuille de personnage
Phobie: Être inutile.
Ambition secrète: Être aimée.

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Ven 26 Juil - 8:32

Bienvenue! Ton personnage me semble très intéressant. Smile

_________________

Sometimes falling teaches us things too. In dreams you often fall before you wake.
–Patrick Rothfuss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
American Dreamer
avatarMilda Carter


Messages : 149
Date d'inscription : 14/11/2012
Emploi/loisirs : Cuisinière à la prison, étudiante en sciences à l'Université de New York


Feuille de personnage
Phobie: Les hommes.
Ambition secrète: Retrouver ma soeur.

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Ven 26 Juil - 10:24

Bienvenue ^^

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 207
Date d'inscription : 22/07/2013


Feuille de personnage
Phobie: Vivre une grande humiliation, attraper une maladie grave
Ambition secrète: Devenir un grand auteur, rencontrer l'amour de sa vie

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mar 30 Juil - 18:50

Merci à tous pour l'accueil !  

Je pense que l'on peut considérer cette fiche comme terminée. J'espère qu'elle vous conviendra et que je ne me suis pas trop ratée sur le contexte. Sinon, je retouche ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 602
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Mannequin et policière


Feuille de personnage
Phobie: Que Cameron apprenne tous ses secrets.
Ambition secrète: Se débarrasser de Chloe.

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mar 30 Juil - 21:51

Je te souhaite la bienvenue, mais je ne te valide pas, parce que c'est Cami qui veut le faire! Razz

Le contexte me semble bien, mais tu as oublié les codes... Wink I love you 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Everybody's Fool
avatarCameron Evans


Messages : 1220
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Assistant chez Venus Industries


Feuille de personnage
Phobie: Être un monstre
Ambition secrète: Redevenir humain

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 31 Juil - 8:40

Je te valide, mon Lennychounet!!! Et moi aussi je t'aurais fait des bisous comme l'autre vampire! What a Face 

Donc, tu cliques ici pour te demander:
un rang
un lieu où habiter
un emploi

Pour créer ta fiche de liens, c'est ICI
Puis, pour ta fiche de sujets ICI

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue_Krait
avatarDrake Varner


Messages : 663
Date d'inscription : 09/12/2012
Emploi/loisirs : Ex-détenu informaticien à son compte


Feuille de personnage
Phobie: Redevenir pauvre
Ambition secrète: Trouver Mantel

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 31 Juil - 8:53

Boon...le vampire qui s'enthousiasme pour autre chose que son éternel Kyle. C'est nouveau.

Bienvenue petit sorcier fragile et innocent. *Lui tend une invitation à l'une de ses fêtes*

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Fallen King
avatarLiam L. Lawrence


Messages : 230
Date d'inscription : 12/10/2012


Feuille de personnage
Phobie: Devenir insignifiant
Ambition secrète: Combiner joie de vivre et plan de domination du monde.

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 31 Juil - 8:55

Le maire de New York lui-même te souhaite la bienvenue. Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 207
Date d'inscription : 22/07/2013


Feuille de personnage
Phobie: Vivre une grande humiliation, attraper une maladie grave
Ambition secrète: Devenir un grand auteur, rencontrer l'amour de sa vie

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 31 Juil - 8:59

Oui Kyle, j'étais tellement dans l'enthousiasme de ma fin de fiche que j'en ai complètement oublié les codes... Rolling Eyes 

Supeeer Cameron ! Et tu sais bien que je ne veux pas de baisers d'un autre vampire que toi ! oo

Merci Drake : ) *prend l'invitation d'un air méfiant '-' *
Et très honoré monsieur le maire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 336
Date d'inscription : 30/07/2013
Emploi/loisirs : Directrice du Velvet Dream


Feuille de personnage
Phobie: Être éloignée de Deborah
Ambition secrète: Garder Deborah pour moi toute seule

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 31 Juil - 10:11

Bienvenue! Smile

_________________


Beauty on the inside doesn't give you free drinks.

Gifs fantastiques sur ma vie:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Red Riding Wolf
avatarMiko Snøhvit


Messages : 85
Date d'inscription : 14/01/2013
Emploi/loisirs : Étudiante, réceptionniste et fêtarde


Feuille de personnage
Phobie: Que quelqu'un que j'aime meurs.
Ambition secrète: Devenir une alpha...

MessageSujet: Re: Lenny Pinsker Mer 31 Juil - 14:02

Bienvenue mister! Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lenny Pinsker

Revenir en haut Aller en bas

Lenny Pinsker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Le commencement :: Présentation :: Membres validés-