AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une alliance brûlante [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
The Fallen King
avatarLiam L. Lawrence


Messages : 231
Date d'inscription : 12/10/2012


Feuille de personnage
Phobie: Devenir insignifiant
Ambition secrète: Combiner joie de vivre et plan de domination du monde.

MessageSujet: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Sam 10 Aoû - 10:52

Il avait mis des chandelles rouges, parce qu’il savait que c’était la couleur préférée de Vénus. Il aimait le feu, elle aimait le rouge; c’était un très bon compromis de leurs goûts respectifs. Loki savait que des petits détails comme ceux-là faisaient la différence avec les femmes. Ces créatures si prévisibles aimaient tout ce qui semblait romantique et leur caractère se ramollissait quand elles se sentaient désirées. Certes, Vénus n’était pas une femme comme les autres. Elle était la femme la plus féminine, la plus divine, la plus…invivable. Loki détestait cette déesse. Il appréciait froidement leur alliance, mais la personnalité de la belle blonde lui était impossible à endurer. Il l’avait appréciée, au début, mais maintenant, il n’en pouvait plus d’elle. Il fallait toujours qu’elle ait raison, et ce point en particulier lui restait de travers dans la gorge. S’ils avaient un désaccord, elle argumentait jusqu’à ce qu’il perde patience, et tout le monde connaissait les limites si proches de sa patience. Vénus agissait, à ses yeux, comme si elle détenait la vérité suprême sur chaque chose. Elle n’était rien de plus qu’une enfant gâtée qui croyait que, parce qu’elle avait un joli visage, le monde lui devait tout.

Il faudrait un jour que cette déesse apprenne que la beauté n’était pas tout. Oui, elle était une force dans ce monde mené par les apparences, mais bien d’autres femmes étaient belles. Son apparence à elle était parfaite, calquée sur les standards de beauté de l’époque et sur des règles qui transgressaient le temps, mais bien d’autres faisaient tourner les têtes. Loki avait toujours eu un faible pour le charme des femmes et il aimait les regarder, les désirer et, naturellement, les toucher. Peut-être était-ce parce que Vénus était trop belle pour lui ou encore parce que sa personnalité lui donnait envie de mettre la ville entière à feu et à sang, mais le dieu maléfique en était venu à éprouver plus de désir pour d’autres femmes que pour elle. Des femmes ordinaires.

Loki fréquentait quelques autres femmes, sous des visages différents du sien. Il avait fait une croix sur Kate lors de la soirée cabaret, réalisant en la revoyant qu’il n’éprouvait plus pour elle que des regrets et de l’amertume. Son désir, sa passion pour elle ainsi que cette manière qu’elle avait de l’ensorceler lui avaient semblés diminués voire morts. Elle était devenue une femme comme les autres, à ses yeux, probablement parce qu’elle n’avait même pas paru le reconnaître alors que lui avait mis beaucoup d’espoir dans cette soirée. Il y était revenu pour elle, pour la revoir, pour avoir une autre chance. Il s’était choisi une apparence très proche de celle qu’il avait habituellement et il avait même conservé exactement les mêmes yeux, mais il n’avait vu aucune étincelle s’allumer chez Kate pendant les quelques minutes durant lesquelles ils avaient dansé. Peut-être était-ce justement cette déception profonde qui l’avait poussé à perdre patience si vite avec la jeune femme qui avait renversé sa boisson sur lui. Le maire de New York s’était fait transpercer le cœur, et il comprenait que c’était inévitable. Depuis son arrivée dans le monde des humains, il avait tout fait pour l’éviter, et il avait vraiment pensé que son plan fonctionnerait, mais il restait qui il était : un être brûlant, une créature du feu, un dieu sombre mais passionné. Il ne pouvait pas échapper à l’amour.

De l’amour, justement, il n’en avait jamais éprouvé pour Vénus, et il savait qu’elle aussi devait le détester, mais ils étaient alliés et il devait faire tout ce qui était en son pouvoir pour lui plaire, pour qu’elle accepte de rester de son côté. Il avait besoin d’elle, car elle était la seule déesse en laquelle il avait un minimum confiance. Les autres auraient peut-être essayé de l’éclipser et de prendre sa place à la tête de la ville, mais Vénus préférait garder son empire de la beauté et lui laisser la politique, ce qui faisait d’eux un duo parfait.

Vénus entra, dans sa splendeur presque épuisante pour les yeux, et la nature d’homme de Loki fut heureuse de la voir. Même s’il avait envie de la bâillonner en permanence et même s’il éprouvait un désir plus naturel envers les sorcières et les créatures, le dieu ne put s’empêcher de la trouver splendide. Elle se proclamait déesse de l’amour, mais ce qu’elle dégageait était une toute autre chose. Loki songea qu’on aurait du la nommer déesse du plaisir charnel, cela aurait été plus précis.


-Tu es magnifique… Approche, je t’ai déjà versé du vin. Je sais que tu aimes en prendre, avant…

Il laissa sa phrase en suspend, non pour laisser planer d’évidents sous-entendus, mais plutôt par politesse, pour éviter les mots directs et crus. Il ne voulait pas la vexer avant de l’entraîner au lit.

_________________


Dernière édition par Logan L. Laufey le Ven 23 Aoû - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Mar 13 Aoû - 23:59

On disait souvent que le temps arrangeait les choses, mais le temps ne semblait pas effacer la douleur de Gabrielle. Après ce qui s’était passé chez Matt, Gabrielle n’avait plus le cœur à rien. Elle s’était réveillée chez elle, le lendemain, sans savoir comment elle y était arrivée et encore moins comment elle avait pu survivre à la perte de sang monumentale qu’elle avait subi, sans parler des dommages probables à plusieurs de ses organes vitaux, suite à l’explosion du bébé. Logan n’avait eu aucune réaction particulière, à l’annonce de la mort de sa progéniture, ce qui avait surpris Gabrielle. Elle savait qu’entre elle et lui, il n’y avait rien de plus qu’une relation d’affaires, mais elle aurait cru qu’il aurait entretenu d’autres sentiments pour la chair de sa chair. Gabrielle, elle, se mourrait un peu plus chaque jour. Elle n’avait pas revu Matt depuis l’incident. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle aurait aimé qu’il soit là. Toutefois, il brillait par son absence absolue de son chemin. Gabrielle le soupçonnait même de chercher à l’éviter, mais ce n’était qu’un pressentiment. Elle avait commencé à douter de son geste quelques jours après l’incident, lorsqu’elle se rendit compte que Matt ne serait pas là. Elle réalisait qu’elle avait tué le seul petit être qui comptait vraiment pour elle pour sauver quelqu’un pour qui elle-même ne comptait pas. Pourquoi Matt vivait-il si ce pauvre petit être qui n’avait jamais fait de mal à qui que ce soit avait du mourir?

Ce soir-là, elle était ravissante, peut-être même plus que d’habitude. Elle avait une sale tâche à accomplir et plus vite ce serait fait, mieux elle se sentirait. Ses longs cheveux blonds étaient coiffés en de grosses boucles magnifiques et elle portait sa plus belle robe rouge sang et des escarpins à talons hauts de 4 pouces assortis. Logan s’attendait à ce qu’elle et lui s’adonne, ce soir-là à la création d’un nouvel héritier. S’il croyait qu’il aurait cette chance, après son indifférence face à la mort de l’autre, il se fourrait un doigt et même sa main au complet dans l’œil. Elle allait le voir pour lui annoncer que leur alliance n’avait pas de lendemain. Elle croyait fermement que cette histoire lui serait bénéfique, mais elle ne lui avait apportée que du malheur, et Logan n’était même pas en mesure de même feindre d’être triste pour le bébé. Elle ne voulait plus avoir affaire à cet homme ignoble et froid qu’était Logan Laufey.

Elle ne savait pas à quel genre de réaction s’attendre de sa part, mais elle s’imaginait bien que Logan pouvait devenir dangereux. Tout de même, elle devait se débarrasser de lui, un jour où l’autre, alors il fallait le faire le plus vite possible. Gabrielle était écoeurée des hommes. Ils ne pensaient qu’à eux, qu’à LEURS besoins, à LEURS envie. La déesse de l’amour avait perdu des plumes, elle ne savait même pas pourquoi elle continuait de porter ce titre. Elle devait être, au monde entier, celle qui croyait le moins en ce sentiment dégoutant. Matt l’avait laissée tomber sans raison et Logan n’avait jamais même essayé de l’aimer. Vulcain, quant à lui, n’était pas amoureux, il était follement dépendant affectif. Ce n’était pas de l’amour… ou du moins était-ce ça le vrai amour? Ce sentiment qui nous donne l’impression d’étouffer sous l’affection de l’autre, d’être prisonnier? N’existait-il pas un juste milieu entre les hommes froids, les hommes incapables de s’engager et les hommes carrément dépendants?
Gabrielle quitta son loft à la hâte, avec une boule dans l’estomac. Plus elle se rapprochait du moment fatidique, moins elle se sentait bien. Son chauffeur lui ouvrit la porte de la BMW aussi rouge que sa robe et elle prit place à l’arrière. Elle eut l’impression que cela avait été le voyage le plus long qu’elle ait fait et pourtant, Logan habitait sur la même rue. Lâcheté, me direz-vous? Essayez donc de marcher dans la rue avec des talons hauts de 4 pouces, vous m’en reparlerez.

Gabrielle avait visé juste. Logan avait tout mis en place dans le condo pour qu’ils puissent passer à l’action. Elle se retint de laisser paraître son dégout évident en voyant les chandelles. Quel homme vieux jeu. Elle se contenta de lever les yeux au ciel et s’avança. S’il croyait la séduire avec ces pacotilles, c’était perdu d’avance. De toute façon, elle était la pour autre chose.


-Tu es magnifique… Approche, je t’ai déjà versé du vin. Je sais que tu aimes en prendre, avant…

Gabrielle prit une respiration profonde.

-Merci, je sais. Laisse faire le vin, Loki, je ne suis pas venue pour ça.

Elle restait là, debout, à appréhender sa réaction. Elle ne lui avait encore jamais parlé de cette façon.

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Fallen King
avatarLiam L. Lawrence


Messages : 231
Date d'inscription : 12/10/2012


Feuille de personnage
Phobie: Devenir insignifiant
Ambition secrète: Combiner joie de vivre et plan de domination du monde.

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Mer 14 Aoû - 9:51

Loki n’était pas insensible. Il le paraissait et il aimait bien qu’on le croie, mais il était bien différent de l’image qu’il projetait. Bien sûr, sur certains sujets, il était inflexible ou intraitable. Quand venait le temps de diriger la ville, il fallait qu’il soit solide et qu’il ne laisse aucune émotion le guider. Par le passé, il avait été mené par la rage, la colère et, aussi, l’amour. Il avait perdu le cap pour une femme ou une autre, se détournant de ses buts pour se sentir aimé, et il l’avait toujours regretté. Loki avait eu une épouse, une femme pour laquelle il avait rapidement cessé d’avoir des sentiments quand il avait compris qu’elle s’était mariée avec lui seulement pour profiter de sa protection. Ils avaient tout de même eu un enfant ensemble, cette larve de Vali qui avait comploté pour le tuer. Puis, il avait rencontré Angrboda et en avait fait sa maîtresse même aux yeux du public, portant leur amour avec fierté au nez de celle qui devait être sa femme légitime. Il lui avait fait trois enfants qu’on avait plus tard qualifiés de monstres, mais pour lesquels il avait ressenti une affection tendre et paternelle.

Puis, la trahison était venue. Venant de son épouse et, même, de son enfant étrange et toujours dans sa bulle, Loki avait pu la comprendre. De la part des autres dieux nordiques qui le détestaient, il ne s’était même pas posé de questions. Seulement, il ne comprenait toujours pas, aujourd’hui, comment Angrboda avait pu laisser une telle chose se produire et pourquoi ses autres enfants, ceux qu’il avait eus avec elle, ne s’étaient pas portés à sa défense. La seule conclusion qu’il en avait tirée était qu’il avait toujours été le paria du panthéon nordique et que même ceux qui disaient l’aimer ne faisaient que se servir de lui en attendant de le faire disparaître.

Aujourd’hui maire de New York, il agissait donc comme il aurait toujours dû le faire : avec froideur et méfiance à l’égard de tout le monde. Son seul but était de conserver le pouvoir et il savait qu’il ne pouvait pleinement compter que sur lui-même. Bien sûr, il avait eu quelques égarements, notamment à cause de Kate Smith, mais ceux-ci n’avaient pas duré. Et si Loki se perdait encore parfois dans les bras de femmes ayant ce caractère de feu qui le faisait si facilement frémir, il ne les laissait pas voir l’effet qu’elles lui faisaient ni rien de sa personne qui aurait pu lui nuire.

Parmi ces femmes qui auraient pu lui être fatales, il y avait la petite Miko qu’il avait rencontrée à la soirée cabaret. Avec elle, il se permettait un peu plus de folies, car elle ne savait pas qui il était puisqu’il s’était montré à elle avec une autre apparence que celle qu’il avait choisie pour diriger la ville. Il la voyait régulièrement, mais pas trop souvent, car il ne voulait pas qu’elle le déconcentre de ses buts, et elle ne connaissait de lui que son nom, Loki, et de vagues bribes de son passé. Le dieu nordique était persuadé qu’elle ne se doutait pas une seule seconde qu’elle se tapait le dirigeant de la ville la plus puissante au monde.

La mort de son futur enfant avait désolé Loki. Même s’il avait des projets assez meurtriers le concernant et qu’il s’était juré de ne ressentir pour lui rien d’autre que la fierté de voir ses plans aboutir, il s’était rendu compte, avec sa mort, qu’il aurait aimé le voir naître. Il y avait si longtemps qu’il n’avait pas eu d’enfant… Néanmoins, il s’était vite fermé à toute tristesse en se souvenant de la trahison perpétrée par son premier fils et certainement encouragée par ses autres enfants. La descendance ne servait à rien en soi, son seul but étant de prendre la place de la génération précédente. Et Loki ne voulait pas céder sa place. Il avait cependant besoin d’un rejeton pour sauver les apparences devant les humains.


-Merci, je sais. Laisse faire le vin, Loki, je ne suis pas venue pour ça.

Apparemment, Vénus n’était pas tellement d’humeur à se faire engrosser.

-Alors, tu es venue pourquoi?

Son ton était mielleux, mais il ne fallait pas s’y fier, car c’était bien de la rage qui commençait à poindre entre les mots. Cette stupide femme n’était-elle venue que pour lui faire perdre son temps? Loki s’étonna lui-même de son impatience. Il n’était jamais particulièrement patient mais, ce soir, on aurait dit que c’était pire. Il avait dû être plus ébranlé qu’il ne le croyait par la mort de son autre enfant. Ça et le fait qu’un de ses espions lui affirmait que sa fille, Hel, était quelque part à New York. Le monde ne tournait-il que dans un sens qui lui déplaisait?

-Vénus, je t’avoue que je n’ai pas envie de perdre de temps. Nous avons un arrangement et je te prierais de l’honorer. Je comprends que tu sois secouée par la mort de cet enfant que tu portais, mais nous en ferons un autre et ce sera une histoire réglée. Il serait apprécié que tu évites de faire des caprices.

Le maire inspira profondément. Il en avait peut-être un peu mis.

-Nous ne sommes pas fiancés par amour. Notre mariage est un mensonge, mais il est nécessaire. S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour te rendre les choses plus faciles, dis-le moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Jeu 15 Aoû - 22:20

Gabrielle n’avait pas raconté la vérité à Logan en ce qui avait trait à la mort de leur enfant. Elle lui avait raconté qu’elle s’était fait attaquer par une bande de sorcières et de démon dans une rue alors qu’elle revenait à pied de son travail. Elle ne voulait pas attirer l’attention de Loki vers Matt, elle ne voulait pas qu’il sache que celui-ci l’avait enlevée et amenée en enfer et que c’était suite à cet enlèvement que le bébé était mort. Elle était déjà assez inquiète à son sujet après l’attaque dont il avait tous deux été victimes. La jeune femme n’avait que trop bien réalisé qu’elle serait éternellement incapable de lui vouloir quelque mal que ce soit. Seule la tristesse restait, dorénavant, ainsi que ce vide énorme qu’elle ressentait. Elle ne pouvait se le cacher, il lui manquait énormément.

-Alors, tu es venue pourquoi?

Gabrielle serra la mâchoire. Elle aurait probablement été assez dégoûtée de lui pour lui sauter à la gorge et la lui trancher à coups de dents. Toutefois, elle se ravisa. Elle était bien consciente, avec le ton mielleux qu’il utilisait, qu’il se moquait d’elle, et tout le monde savait que Gabrielle Englebert n’était pas le genre de femme de qui on se moquait.

-Vénus, je t’avoue que je n’ai pas envie de perdre de temps. Nous avons un arrangement et je te prierais de l’honorer. Je comprends que tu sois secouée par la mort de cet enfant que tu portais, mais nous en ferons un autre et ce sera une histoire réglée. Il serait apprécié que tu évites de faire des caprices.

Voilà elle le détestait voracement. C’était viscéral.

-Des… Caprices!? Pardon!?

Elle bouillonnait. Malgré tout, Loki réussit à la calmer un peu, comme s’il avait réalisé qu’il était allé un peu trop loin avec sa dernière réplique. Il avait intérêt, elle savait bien faire exploser les gens, depuis un temps. Il faut dire que malgré l’accident du bébé, elle n’avait jamais aussi bien exercé ce pouvoir, la tête de Rachel avait littéralement disparu en d’infimes morceaux de cervelle.

-Nous ne sommes pas fiancés par amour. Notre mariage est un mensonge, mais il est nécessaire. S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour te rendre les choses plus faciles, dis-le moi.


Elle en fut presque charmée. Il fallait dire qu’il n’était pas surprenant de voir cet homme à la tête de New York. Sa manipulation d’avait pas d’égal et son charisme non plus. Mais Gabrielle ne devait pas oublier la raison pour laquelle elle était venue le voir, et ce n’était pas pour améliorer le sort de leur alliance, c’était pour y mettre un terme. Elle s’assied donc à côté de lui, gardant une certaine distance entre leurs deux corps. Elle ne voulait pas le toucher.

-Il est trop tard pour me dire ça Loki. Cette alliance ne m’a rien apporté appart de la souffrance. Je ne sais pas si tu peux ressentir la souffrance, mais moi oui. Cet enfant n’était pas seulement une entente entre toi et moi, il était toute ma vie.

Elle ne savait pas comment lui dire que c’était terminé, qu’il n’y aurait pas de mariage, pas de deuxième enfant. Elle ne voulait plus de lui, plus de leur alliance. Il la dégoutait atrocement. Chacun de ses gestes, de ses paroles était pour elle comme un crissement d’ongles sur un tableau. Il n’est donc pas nécessaire de préciser que la sexe avec lui lui était tout simplement insupportable. Le simple fait de penser à ses mains parcourant son corps la faisait frémir de dégout. C’est ce dégoût qui lui donna le courage nécessaire pour entamer la discussion fatidique.

-Loki, je ne veux plus être ta fiancé, ta femme, etc. Je ne veux plus de ce mariage et je veux encore moins d’un 2e enfant.

Le calme avant la tempête.

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Fallen King
avatarLiam L. Lawrence


Messages : 231
Date d'inscription : 12/10/2012


Feuille de personnage
Phobie: Devenir insignifiant
Ambition secrète: Combiner joie de vivre et plan de domination du monde.

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Ven 16 Aoû - 10:11

Loki ne l’avait pas dit à sa chère et tendre fiancée, mais il avait essayé de retrouver ceux qui l’avaient prétendument attaquée. Il avait commencé par faire travailler ses espions, des sorciers et créatures sous sa protection, pour qu’ils s’informent à ce sujet. Quiconque s’en prenait avec succès à la promise du maire devait s’en vanter quelque part, dans un bar miteux, en enfer, au fond d’une ruelle du quartier Grey… Ses mouchards n’ayant rien trouvé, Loki s’était rabattu sur ces caméras qu’il avait fait installer dans la plupart des rues du quartier Helheim et dans certaines du quartier Empire. Peu de gens – et Vénus n’en faisait pas partie – étaient au courant de ce stratagème d’observation. Il avait donc pu voir la belle entrer sans aucun problème et sans être suivie dans son Loft pour en ressortir le lendemain matin, complètement démolie.

Vénus avait donc menti et Loki était persuadé qu’elle protégeait quelqu’un. Néanmoins, il n’avait aucune preuve, car il ne possédait pas de don de télépathie et il ne voulait pas risquer que l’un de ses espions télépathes ne se fasse prendre par sa fiancée et ruine le minimum de confiance qu’elle pouvait avoir en lui. Les femmes étaient débiles, avec leurs grandes émotions. Le maire soupçonnait que toute cette histoire ne soit qu’un accident arrivé alors qu’elle le trompait avec un quelconque joli garçon un peu bad boy, le genre dont toutes les femmes étaient folles. De toute manière, même s’il n’appréciait pas que sa future épouse lui mente, Loki ne s’en faisait pas trop. Lui-même couchait avec d’autres femmes, moins belles mais plus intéressantes à ses yeux, et cachait la plupart de ses plans et machinations diaboliques à celle qui devait partager sa vie.

Ce qui l’ennuyait dans toute cette histoire était le temps qu’il avait perdu à chercher les coupables d’une attaque qui n’avait pas eu lieu et, surtout, qu’il l’ait fait dans l’unique but de venger Vénus. Il ne s’agissait même pas de prouver qu’on ne touchait pas aux affaires de Logan Laufey sans en payer le prix. Sa première motivation avait vraiment été la rage qu’on ait osé s’en prendre à elle plutôt qu’à lui, alors qu’il était celui qui attirait l’attention et qu’il pouvait bien mieux se défendre.


-Des… Caprices!? Pardon!?

Les caprices étaient le propre des femmes, des enfants et des homosexuels. Aucun homme viril ne faisait de caprices, ou si peu. Les femmes prenaient leurs envies comme des règles devant mener le monde. Ce n’était pas d’hier… Déesses, sorcières, humaines…Elles étaient toutes pareilles sur ce point : il fallait leur plaire à tout prix. On devait deviner leurs désirs et les combler, savoir ce qu’elles pensaient sans qu’elles n’aient à le dire, déplacer des montagnes pour qu’elles puissent passer tranquillement, juchées sur leurs talons hauts! Loki en avait sa claque des caprices des femmes.

-Il est trop tard pour me dire ça Loki. Cette alliance ne m’a rien apporté appart de la souffrance. Je ne sais pas si tu peux ressentir la souffrance, mais moi oui. Cet enfant n’était pas seulement une entente entre toi et moi, il était toute ma vie.

De la sooouuuuffrance. Se moquait-elle de lui? Depuis le début, il avait tout fait pour lui rendre la vie plus facile. Il lui avait offert la puissance et la renommée. Si ELLE avait été trop incompétente pour garder dans son ventre le fruit de leur union, ce n’était en aucun cas de sa faute à lui. Et encore, il préférait ne pas penser à comment un être pas encore né pouvait être toute la vie d’une personne, surtout une déesse. Sérieusement, les femmes et leurs histoires de bébés le laissaient perplexe. Elle en avait perdu un, c’était tant pis. Elle n’avait qu’à en fabriquer un deuxième pour se consoler, non? Elle n’avait jamais vu son visage ni entendu son rire; elle ne ferait pas la différence avec un autre.

-Et en quoi t’ai-je apporté seulement de la souffrance, Vénus? À ce que je sache, ce n’est pas moi qui ai assassiné notre enfant. J’ai toujours été bon envers toi et tout ce que tu m’as offert, c’est ton dégoût envers moi.

Il aurait dû tuer cette pétasse dès qu’il l’avait vue après avoir traversé la brèche. Belle à ce point, il était évident que sa personnalité allait poser problème. Les belles femmes n’étaient jamais agréables à vivre, surtout quand on leur donnait un peu de puissance. Sans elle, une autre aurait pris la place de la femme la plus convoitée de la ville et il se serait certainement mieux entendu avec celle-là.

-Loki, je ne veux plus être ta fiancé, ta femme, etc. Je ne veux plus de ce mariage et je veux encore moins d’un 2e enfant.

Voilà, elle était complètement folle.

-Vénus, arrête. Retourne chez toi et réfléchis un peu…Tu ne sais pas ce que tu veux. Tu laisses un cadavre de fœtus décider pour toi. Qu’est-ce qui t’attend, sans moi? Comment comptes-tu être puissante dans une ville où le chef est contre toi?

Il ne réalisait même pas qu’il venait de la menacer. Parce que oui, c’était avec ou contre lui. Il n’y avait pas de milieu. Avec certains dieux, il jouait une certaine neutralité mais, pour lui, dès que son règne serait officiel, les dieux qui étaient contre lui allaient être les premiers à mourir. Vénus voulait-elle vraiment être sur cette liste?

-Tu perds NOTRE enfant et tu fais comme si c’était de ma faute. Tu m’enlèves un fils et maintenant, tu comptes partir comme une voleuse après que j’aie fait de toi la femme la plus populaire de la ville. Avant moi, tu n’étais que belle et riche; un visage parfait derrière une compagnie de mensonge pour femmes.  Maintenant, tous considèrent ton succès plus éminent encore que celui de Mme Wilde, qui se plait tellement à se dire la femme la plus influente de la ville. Ne penses-tu pas qu’il y a un prix à tout cela?

Elle allumait en lui une flamme bien différente que celle du désir qui l’avait d’abord animé quand il l’avait vue pour la première fois, des années plus tôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Dim 18 Aoû - 23:41

Gabrielle ny avait pensé qu’une seule fois entrée chez Loki, qu’elle aurait pu se faire couvrir par quelqu’un. Elle se sentait soudainement si seule, avec cette bombe atomique de Loki. Elle ne lui faisait pas confiance, et ça n’avait jamais été le cas. Loki était dangereux et Gabrielle le savait. Toutefois, il avait été gentil avec elle, alors qu’il était venu lui proposer cet accord. La jeune femme avait cru que cet engagement lui serait favorable, qu’elle aurait plus de visibilité, mais elle n’aimait pas ce genre de visibilité. Elle aimait être la vedette, elle aimait qu’on la connaisse elle, Gabrielle Englebert, et non comme était la femme du maire. Elle était bien plus que ça, elle était un modèle de persévérance pour les femmes, leur montrant que les femmes n’avaient pas besoin des hommes pour se construire un empire. La visibilité que son couple avec Loki lui amenait faisait d’elle une femme dans l’ombre d’un homme, et elle détestait cette idée. Elle n’avait jamais eu besoin des hommes pour vivre, que ce soit `l’époque où elle était mariée à Vulcain ou encore dans sa vie d’humaine.

C’était une vulgaire coïncidence qui avait mené à sa rencontre avec Vulcain. Celui-ci était venu au monde difforme, ce qui lui avait valu le rejet de sa mère. Venus n’avait jamais été critique sur la beauté des hommes, elle tombait amoureuse de ce qu’il était et non de ce qu’il avait l’air. S’il était beau, c’était un bonus, mais s’il ne l’était pas, elle considérait qu’elle était bien assez belle pour deux. Elle avait rencontré Vulcain alors qu’elle était allée voir les fameux bijoux dont tout chacun parlait sans cesse. C’était en arrivant à l’endroit où Vulcain forgeaient ses merveilles qu’elle le vit pour la première fois. On disait de lui qu’il était si hideux qu’on avait peine à le regarder. Pourtant, lorsqu’elle avait croisé ses yeux, quelque chose dans son regard lui avait accroché, comme si elle avait toujours su que c’était lui qu’elle venait chercher, et non ses fameux bijoux. Elle l’avait aimé, énormément, plus qu’elle ne le pouvait, mais ça ne semblait jamais être assez pour lui. C’était comme s’il l’emprisonnait, et plus il l’emprisonnait, plus elle lui glissait des mains. Venus avait été follement amoureuse de son mari, sans égard à ses richesses, à ses talents, seulement pour ces yeux qu’elle avait croisés, seulement pour ce que son âme dégageait, mais la sensation d’être prisonnière la mena dans le lit d’un autre, celui de Mars. Et elle devait s’avouer, que même aujourd’hui, encore, elle regrettait son geste. Il y avait quelque chose de viscéral qui la rattachait à Vulcain et qui, même s’il était probablement mort aujourd’hui, la hantait encore souvent. Il se passait très rarement une journée sans qu’elle ne regrette son geste, mais ce qui était fait était fait.


-Et en quoi t’ai-je apporté seulement de la souffrance, Vénus? À ce que je sache, ce n’est pas moi qui ai assassiné notre enfant. J’ai toujours été bon envers toi et tout ce que tu m’as offert, c’est ton dégoût envers moi.

Ce à quoi elle ne répondit rien. Il avait raison, en soi. Loki n’était pas celui qui avait tué le bébé, non. C’était elle qui l’avait tué, et c’est probablement ce qui était si dur à avaler. Elle aurait voulu ne jamais l’avoir porté, pour ne jamais l’avoir tué. Seul Matt connaissait la vérité, et c’est probablement ce qui le tenait loin d’elle, car même pour un démon, le fait de tuer son propre enfant est un acte totalement dégoutant.

-Vénus, arrête. Retourne chez toi et réfléchis un peu…Tu ne sais pas ce que tu veux. Tu laisses un cadavre de fœtus décider pour toi. Qu’est-ce qui t’attend, sans moi? Comment comptes-tu être puissante dans une ville où le chef est contre toi?

Comme si les gens l’aimaient plus parce qu’elle était la fiancée de Logan Laufey. Tant de gens détestaient cet homme, surtout les dieux. Gabrielle serait probablement mieux-vue sans lui, puisque les autres dieux devaient la considérer dans son camp à lui, alors qu’elle n’avait que faire de ces guerres entre dieux qui risquaient de détruire ce monde. Pourquoi ne pas tous s’entendre, puisqu’ils étaient tous pris pour vivre ensemble.

-Loki, au nombre de gens qui te déteste dans cette ville, je ne vois pas en quoi ne plus être avec toi pourrait me nuire. Au contraire, je crois que ça ne peut qu’être bénéfique.

La jeune femme commençait à perdre patience. Elle n’acceptait pas que Loki la traite comme un simple objet, comme une poupée qu’on montrait. Elle doutait de sa décision, mais c’est la décision qu’elle avait prise et elle ne reviendrait pas dessus, surtout avec la réaction de Loki.

-Tu perds NOTRE enfant et tu fais comme si c’était de ma faute. Tu m’enlèves un fils et maintenant, tu comptes partir comme une voleuse après que j’aie fait de toi la femme la plus populaire de la ville. Avant moi, tu n’étais que belle et riche; un visage parfait derrière une compagnie de mensonge pour femmes.  Maintenant, tous considèrent ton succès plus éminent encore que celui de Mme Wilde, qui se plait tellement à se dire la femme la plus influente de la ville. Ne penses-tu pas qu’il y a un prix à tout cela?

C’était la goûte, Gabrielle tremblait de tout son être. Le regard noir, elle fixait cet imbécile qui se croyait tout puissant. Les vases et les fenêtres explosèrent autour de lui, symptôme typique de la colère de Venus. En plus, il tentait d’embarquer Elisa dans cette histoire, Gabrielle savait qu’Elisa était le point faible de Loki, que quelque chose en lui la cragnait.

-Pour qui te prends-tu pour me parler ainsi? Tu n’es pas mon maître! En fait, tu es bien tout sauf mon maître. Garde Elisa en dehors de cette histoire, parce que tout le monde sait qu’elle dirigerait New York bien mieux que toi, même moi je n’en doute pas une seconde, tu es un monstre!!!!

C’est à ce moment qu’elle réalisa qu’elle était allée beaucoup trop loin.

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Fallen King
avatarLiam L. Lawrence


Messages : 231
Date d'inscription : 12/10/2012


Feuille de personnage
Phobie: Devenir insignifiant
Ambition secrète: Combiner joie de vivre et plan de domination du monde.

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Ven 23 Aoû - 10:55

Loki avait d’abord choisi Vénus pour sa réputation et sa puissance économique dans la ville. En tant que déesse, à ses yeux, elle n’était pas magiquement redoutable. Beaucoup d’autres déesses possédaient des facultés meurtrières ou des dons surnaturels pour la manipulation de l’esprit, ce qui était idéal en cas d’affrontement magique. Il avait choisi pour mère de son héritier une femme ne possédant pas toute une artillerie de pouvoirs plus terrifiants les uns que les autres, justement dans le but que son fils ne naisse pas doté de facultés dépassant les siennes. Bien que Loki ait des centaines d’années d’avance sur celui qu’il avait prévu de tuer une fois qu’il aurait atteint l’âge adulte, le dieu nordique savait qu’une bonne combinaison de pouvoirs puissants serait un obstacle considérable dans l’assassinat de son fils.

Vénus possédait un pouvoir lui permettant de charmer les hommes, ce qui paraissait moyennement menaçant pour son futur mari. Cela pouvait être bénéfique pour la déesse si un homme s’en prenait à elle, mais Loki ne pensait pas que son futur enfant puisse le séduire, même magiquement, en partie parce qu’il serait de sexe masculin et, surtout, parce qu’il s’agirait de son propre fils. L’idée même le répugnait, ce qui était un plus pour lui dans le cas où son fils hériterait du pouvoir de sa mère et où il serait assez pervers pour l’utiliser sur son père pour éviter la mort. L’autre pouvoir de Vénus était plus destructeur, voire même carrément meurtrier, mais Loki avait eu affaire à plusieurs adversaires possédant ce genre de pouvoir et il savait qu’un dieu fraichement né aurait du mal à canaliser correctement cette faculté pour se défendre contre quelqu’un de beaucoup plus puissant. En soi, la magie de sa future épouse était idéale : juste assez dangereuse pour pouvoir servir, mais pas assez pour que son héritage à un enfant compromette les chances de Loki de mener son plan à terme.

Avant de proposer à Vénus d’être son épouse, Loki l’avait fait secrètement analyser par un sorcier pouvant détecter les pouvoirs magiques. C’était pourquoi et comment il connaissait les facultés de la déesse ainsi que celles de ses conseillers et alliés, et même ennemis, les plus proches.


-Loki, au nombre de gens qui te déteste dans cette ville, je ne vois pas en quoi ne plus être avec toi pourrait me nuire. Au contraire, je crois que ça ne peut qu’être bénéfique.

Était-elle si conne? Loki faillit lui en faire la remarque. Il avait compris depuis longtemps que les gens puissants étaient détestés par les faibles qui enviaient leur place. Il était bien conscient que nombre de dieux voulaient sa tête sur une pique, mais il n’avait pas peur d’eux parce qu’ils étaient bien trop lâches pour empoigner la pique eux-mêmes. Ils attendaient que quelqu’un d’autre agisse. Vénus voulait-elle faire partie de cette masse terne qui ne bougeait pas, qui laissait couler sur elle tout ce qui ne lui plaisait pas? Il l’avait crue combative, il avait pensé qu’elle se rangeait à ses idées, à ses projets pour la ville et pour le monde. Mais il s’était trompé. N’était-elle pas qu’une simple femme, finalement, menée par ses émotions et ses sautes d’humeur?

Encore là, la colère s’échappait d’elle en une sorte de fumée noire qui se répandait hors de ses yeux, affichant ainsi à son ex futur mari à quel point il n’y avait rien de froidement réfléchi dans toutes ses actions. Loki songea qu’il aurait dû choisir un homme comme allié, plutôt qu’une femme, et seulement lui donner une apparence et une fausse identité de femme pour lui faire un enfant. Il aurait ainsi évité toute l’inintelligence de laquelle seules les femmes étaient capables.

-Pour qui te prends-tu pour me parler ainsi? Tu n’es pas mon maître!

Pourtant, un bon maître aurait été quelque chose de fort utile pour une cinglée comme Vénus. Cette pauvre folle semblait considérer leur mariage arrangé comme une prison quand elle tissait elle-même un filet autour d’elle, avec ses mensonges et ses caprices.

- En fait, tu es bien tout sauf mon maître.

-Ça te fait du bien, de te sentir sans maître, libre?, dit-il, sarcastique. Il soupira. Je ne t’ai jamais demandé de m’obéir à la lettre et je te laisse même ta vie privée. Quand j’ai compris que tu m’avais menti sur la mort de notre enfant, Vénus, je n’ai même pas cherché plus loin. Et tu oses faire ta princesse? Je te retourne donc la question : pour qui te prends-tu?

Son ton était graduellement monté durant sa dernière question, se rendant proche du cri à sa fin.

-Garde Elisa en dehors de cette histoire, parce que tout le monde sait qu’elle dirigerait New York bien mieux que toi, même moi je n’en doute pas une seconde, tu es un monstre!!!!

Cette salope d'Héra. Elle n’était pas vraiment train de lui ramener les ambitions démesurées et illogiques de cette harpie? Soit, elle avait choisi son camp : celui des femmes, des délaissés, des créatures inhumaines et des faibles sorciers sans avenir.

-Un monstre, dis-tu, Vénus? C’est comme ça que tu me vois? Bien, bien…

Sa voix était étrangement douce, voire lasse, mais ses yeux étaient assombris par la rage. Dans sa main gauche brillait une subtile étincelle orangée.

-À mon avis, tu n’as jamais eu affaire à un vrai monstre.

La flamme jaillit de sa main, passa très près du visage de Gabrielle et alla lécher le mur derrière elle. Trois autres suivirent et, bientôt, l’ancien couple fut éclairé de tous les côtés par cette lueur qui n’effrayait en rien le maire de New York. Son propre feu ne lui ferait aucun mal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Ven 23 Aoû - 12:54

-Ça te fait du bien, de te sentir sans maître, libre?,

Il se foutait d’elle, elle le sentait dans sa voix. Elle leva les yeux au ciel. Il n’y avait rien à faire avec cet imbécile. Il se croyait roi de l’univers, roi des dieux, mais il n’était rien qu’une fourmi qui s’était glissé en haut de l’échelle avant les autres. N’importe qui aurait pu faire mieux que lui, il les avait seulement doublés en temps. À ce moment, Gabrielle rêvait du jour où on le détrônerait, violement, de préférence. Elle y serait, elle le regarderait dans les yeux à cet instant précis, et elle lui sourirait, comme on sourit à quelqu’un avant de le tuer.

- Je ne t’ai jamais demandé de m’obéir à la lettre et je te laisse même ta vie privée. Quand j’ai compris que tu m’avais menti sur la mort de notre enfant, Vénus, je n’ai même pas cherché plus loin. Et tu oses faire ta princesse? Je te retourne donc la question : pour qui te prends-tu?

Son ton avait monté, il se faisait menaçant, mais Venus ne se permettait pas d’avoir peur. Elle le détestait encore plus qu’elle détestait Matt. Elle rageait. Elle aurait voulu lui cracher au visage. Il devait la trouver faible et stupide, parce qu’elle était une femme. Elle connaissait l’idéologie de Loki, elle savait que pour lui, les hommes étaient puissants et les femmes faibles. Et que parmi tous les hommes, c’était lui le plus puissant. Elle le détestait tellement, il méritait vraiment qu’Elisa lui botte le derrière hors de la mairie. Elle comprenait mieux le dégout que Matt éprouvait quand elle parlait de Loki. Peut-être Matt avait-il réagi ainsi parce qu’il ne souhaitait pas la voir ans les bras d’un tel crétin? Elle pouvait bien rêver…

-Un monstre, dis-tu, Vénus? C’est comme ça que tu me vois? Bien, bien…

Sa voix était douce, mais il y avait une étincelle dans ses yeux qui donna la chair de poule à Gabrielle. Il s’était levé et avait quelque chose d’un vautour qui surveillait sa proie. L’envie lui prit de se prendre ses jambes à son cou et disparaître à jamais. Elle aurait donné cher pour avoir le pouvoir de téléportation de Matt. Elle n’entendit pas sa phrase suivante parce que quelque chose dans la main de Loki attira son attention, une boule de feu. Ses yeux s’agrandirent juste à temps pour voir la boule de feu lui frôler le visage. Heureusement, elle l’évita et celle-ci frappa le mur derrière elle. Ce fut la deuxième qui fut plus destructrice, elle la reçut en plein visage, du côté gauche. La douleur fut telle qu’elle tomba à quatre pattes devant le divan.

Loki était déchainé. Il lançait boule de feu après boule de feu. Gabrielle s’étouffait à cause de la fumée et elle était incapable d’ouvrir son œil gauche. Elle ne voulait même pas toucher son visage tant la douleur était vive. Elle estimerait les dégâts plus tard, si elle survivait, pour le moment, elle devait sortir de là, parce que Loki semblait bien décidé à la tuer là, dans son condo. Quel imbécile. Elle finit par être en mesure de ramper jusqu’à la porte et elle s’accrocha à la poigner pour se remettre sur bien. D’un œil, elle fixait Loki, il lui paierait cet affront.


-Tu me le paieras, espèce de débile profond.

Et sur ces mots, elle réussit à s’échapper du condo enflammé. Elle toussait sans cesse et lus elle toussait, plus la douleur à son visage se faisait sentir. Elle se cachait dans ses cheveux, personne ne devait la voir ainsi, personne. Il faisait un peu frisquet dehors, mais sur son visage, elle sentait un froid glacial, elle comprit donc que la peau de sa joue et prêt de son œil n’était plus. Elle se sauva chez elle, elle trouverait bien une solution, mais il lui paierait.

[J’ai fini Smile]

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Fallen King
avatarLiam L. Lawrence


Messages : 231
Date d'inscription : 12/10/2012


Feuille de personnage
Phobie: Devenir insignifiant
Ambition secrète: Combiner joie de vivre et plan de domination du monde.

MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ] Ven 23 Aoû - 17:31

Loki détestait Mme Wilde avec ferveur. Il la trouvait arrogante, hypocrite, trop sûre d’elle et elle se prenait pour le centre du monde. (Ce à quoi on pourrait lui répondre que ce sont là de bien belles qualités qu’il possède lui aussi…) Venant d’un homme, sa personnalité et son attitude lui auraient probablement tombé sur les nerfs aussi, mais il la haïssait encore plus parce qu’elle était de sexe féminin. Les femmes lui avaient toujours montré leurs pires côtés, pendant des centaines d’années, tellement que le dieu nordique en était venu à les considérer comme une race à part. Et il était raciste envers elles. Aucune femme ne lui avait montré qu’elle valait mieux que ses idées préconçues au sujet de celles de son sexe.

Peut-être le dieu détestait-il seulement les femmes parce qu’elles, beaucoup plus que les hommes, arrivaient à jouer de ses faiblesses?

Le maire ne s’inquiétait pas concrètement au sujet d’Elisa. Il savait qu’elle tramait quelque chose dans son dos, mais il était persuadé qu’il ne s’agissait que d’une rébellion de faibles qui, au final, ne lui servirait qu’à mieux démontrer son pouvoir, car il écraserait chaque personne y ayant participé comme une bestiole rampante.

Loki sourit sous la lueur des murs enflammés de son condo. Il n’y avait rien comme le feu le plus destructeur pour le faire se sentir bien. Le dieu nordique avait toujours aimé brûler des choses, mais aussi des êtres vivants. Il faisait flamber ceux qui tombaient dans ses pièges ou qui se mettaient sur son chemin, et voir quoi que ce soit se décomposer sous la chaleur lui faisait un plaisir fou.

Il vit son ex future épouse ramper jusqu’à la porte et se demanda pourquoi elle ne se tenait pas debout. La pauvre créature devait s’être écroulée de peur. Loki n’avait pas remarqué à quel moment, trop emporté par la rage et par sa passion pour les flammes, et il fut presque désolé pour elle. Sérieusement, si elle pensait qu’il allait la tuer ainsi, aussi inutilement, sans spectacle pour personne ni utilité pour sa renommée… Il la laissa ramper jusqu’à la porte en la fixant avec dégoût. Qu’elle parte, comme toutes les autres.

La chaleur de la pièce faisait fondre les chandelles beaucoup plus rapidement que la petite flamme dansant sur celles-ci. Loki aimait cette ambiance étouffante et il se serait laissé brûler vif s’il n’avait écouté que son instinct, tellement il se sentait chez lui au milieu du feu.


-Tu me le paieras, espèce de débile profond.

Vénus s’était relevée et son regard était tranchant dans celui de Loki. Le dieu réalisa, en voyant son visage, qu’il avait dû la toucher, accidentellement, avec une boule de feu, mais elle fut partie avant qu’il n’ait eu le temps de le regretter. Il n’avait voulu que lui faire peur et tant mieux s’il lui avait fait du mal. S’il avait réellement souhaité l’attaquer, elle n’aurait pas réussi à s’en aller, ni à rien d’autre. Il la détesta de s’être ainsi rendue victime de son feu, le souillant par sa fuite, par ce qu’il considérait comme de la lâcheté. Vénus n’osait pas riposter; elle préférait disparaître de sa vue. Il serait bien mieux sans elle de toute façon, comme il l’avait toujours été sans chaque femme qui l’avait quitté ou trahi.

Loki éteignit les murs d’un geste rageur et changea de pièce pour éviter de s’attarder sur leur noirceur et sur la cendre qui recouvrait le plancher et les meubles. Demain, une personne lui ayant juré fidélité viendrait tout remettre à neuf. Elle pourrait même emporter ce qui restait des chandelles – lesquelles avaient coûté une fortune. Le dieu voulait seulement tirer un trait sur cette soirée et, mieux encore, sur cette déesse de l’amour qui, avant même de le connaître, n’avait jamais accepté de lui laisser une réelle chance dans ce domaine. Certes, il n’en avait jamais parlé et n’avait jamais demandé rien en ce sens de sa part, mais il savait qu’il aurait pu la rendre heureuse si elle avait été autre chose que cette garce égocentrique. Toutefois, dès le début, Vénus avait écarté encore plus catégoriquement que lui toute idée de sentiments. Elle n’était peut-être pas si folle, en fin de compte.

Le dieu nordique ouvrit la fenêtre de sa chambre, prit une petite boîte sur la table de nuit, l’enflamma et la balança dans le vide de toutes ses forces. À cette hauteur, même un diamant serait franchement amoché en touchant le sol.


[FINIIII]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une alliance brûlante [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

Une alliance brûlante [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Helheim :: Appartement, condos et lofts :: Condo de Logan L. Laufey-