AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Éteindre une étoile [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Mer 28 Aoû - 23:43

Rachel avait essayé de le tuer, deux jours plus tôt, tout comme la semaine précédente et comme ce soir fatidique où il avait enlevé Gabrielle Englebert. Rachel revenait essayer de l’éliminer de manière très récurrente, et ce, même s’il la tuait à chaque fois. Pourtant, il brûlait son corps et veillait à ce qu’il ne reste rien d’elle à chaque fois. Matt avait envisagé que son ennemie puisse utiliser des clones magiques ou quelque chose du même genre, mais il avait vraiment l’impression qu’une Rachel authentique mourait à chaque fois. Il y avait maintenant des semaines que Matt essayait de tirer cette situation au clair et il commençait vraiment à perdre patience à force de ne pas avancer. Il vivait en situation permanente de stress, car il savait que l’autre cinglée pouvait apparaître à tout moment avec une nouvelle idée ingénieuse pour essayer de le tuer. Oh parce que l’ancien pirate ne se voilait pas la face : Rachel avait bien failli parvenir à ses fins plus d’une fois!  Elle le surprenait par ses idées vicieuses et ses ressources intarissables, et Matt se demandait pourquoi elle tenait tant à le tuer.

Matt avait connu Rachel près de trente ans plus tôt. À l’époque, déjà, il savait qu’elle était cinglée. Elle irradiait la folie, sans que ce soit évident pour quiconque n’y portant pas attention. Plusieurs rumeurs couraient à son sujet, dont celle qu’elle avait déjà été du côté des anges et que la démence l’avait poussée à tuer son apprenti avant de prêter allégeance aux démons. Celle-ci était la préférée de l’ancien pirate, car il lui semblait qu’elle collait à la personnalité inégale, parfois caricaturale, de la démone mystérieuse. D’ailleurs, même si Rachel était très séduisante, il n’avait jamais eu d’aventure avec elle, car il la trouvait justement trop imprévisible et dangereuse. Il aurait eu l’impression de se donner en sacrifice à une mante religieuse.

Le démon ne savait pas pourquoi Rachel en voulait à sa vie et c’était justement ce manque flagrant de motif qui l’inquiétait. Les fous étaient beaucoup plus difficiles à contrer que les personnes sensées. Ils avaient toujours été en des termes neutres l’un avec l’autre. Aucun n’avait commis de trahison ou d’attaque directe, du moins, pas avant ce combat meurtrier qui avait coûté la vie de l’enfant pas encore né de Gabrielle.

Les dieux, c’était un autre problème. Et que la belle blonde en fasse partie n’était pas du tout un point positif. Matt avait accepté de s’allier à certains d’entre eux, mais il n’avait pas prévu leur accorder de réelle importance. Toutefois, cette conne de Miss Univers était l’une des leurs et, même s’il la détestait pour un millier de raisons, il ne pouvait complètement nier qu’elle comptait pour lui. Il avait d’ailleurs fait une mini crise à Héra, Elisa Wilde, parce qu’elle ne lui avait pas donné l’identité de Gabrielle alors qu’elle savait très bien qu’il l’avait fréquentée. La grande dame lui avait répondu avec détachement que livrer les personnes ne faisant pas directement partie du camp ennemi ne faisait pas partie de leur compromis. Il avait failli lui sauter au visage pour arracher ses si jolis yeux. Il lui avait craché que la fiancée du maire lui semblait particulièrement au cœur de leurs préoccupations, mais l’autre lui avait sorti qu’à ses yeux, Gabrielle ne représentait pas une menace, car elle n’était intéressée ni par le pouvoir ni par le fait de laisser sa place à Loki. À partir de là, il avait abandonné la discussion, car il n’avait pas DU TOUT envie que la déesse décide de le questionner au sujet de ses intérêts envers Gabrielle.

Comme Matt pouvait se téléporter à n’importe quel endroit qu’il avait déjà visité, il lui fut facile de se rendre à l’appartement de Gabrielle. Il y apparut vers vingt heures, alors que le soleil avait déjà baissé dans le ciel, un sac de cuir noir à l’épaule.


-Hey, Miss Univers, j’ai un truc pour toi…

Dans sa voix, un malaise étrange sous les couches de désinvolture et de fausse bonne humeur. Il tenta ce demi-sourire forcé qui était stupidement le plus naturel qui lui venait en cherchant la déesse du regard. Ce qu’il trouva fit se figer son expression dans une émotion impossible à décrire complètement.

-Qu’est-ce qui t’est arrivé?

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Jeu 29 Aoû - 0:46

Manger, dormir, travailler dans le noir. Masquer tous les miroirs du loft, cacher son visage, souffrir. Recommencer. Depuis que la rupture de Gabrielle Englebert et Logan Laufey avait éclatée dans les médias, l’ex fiancée du maire avait été introuvable par les journalistes. Pourtant, ceux-ci mourraient d’envie de lui poser milles questions sur son ex-fiancé, sur leur rupture, sur ses sentiments de femme blessée. Bien sur, on racontait que c’était Laufey qui avait mis fin à leur relation, personne ne pouvait se douter que la décision venait d’elle. Personne n’avait aperçu la jeune femme, dans la ville, elle que l’on voyait si souvent, se pavaner. Les revues les plus folles racontaient même que Logan l’avait tuée, démembrée et cachée, mais tout le monde savait que ces revues racontaient n’importe quoi. S’ils avaient su qu’ils n’étaient pas si loin de la vérité. Les employés haut placés de Venus Industries savaient qu’elle n’était pas cachée dans un placard, en plusieurs morceaux, car ils recevaient des communiqués et des directives de travail de sa part. Mais personne ne l’avait vue, elle n’était qu’un fantôme.

Ce soir-là, après s’être échappée du condo de Logan, elle s’était précipitée chez elle en courant, trop paniquée pour prendre le temps d’appeler son chauffer. C’est lorsqu’elle était entrée qu’elle avait constaté les dégâts que le feu avait causés à son visage. Toute sa joue gauche était brulée et son œil gauche l’avait échappé bel. C’est avec un regard horrifié, une mai sur la bouche, qu’elle examina sa blessure. Elle savait qu’elle finirait par guérir, mais combien de temps cette guérison prendrait-elle? Elle avait donc pris l’habitude d’arriver avant tout le monde, à son bureau, et de partir après tout le monde. Elle mettait des vêtements peu reluisants afin de ne pas attirer l’attention et cachait toujours son visage avec des capuchons. Elle ne se montrait que chez elle, parce qu’elle savait que personne ne venait jamais la voir. Si elle avait su…

Après avoir soupé, Gabrielle s’était douchée et, vêtue d’un peignoir en satin rouge (évidemment) lui arrivant à la mi-cuisse, elle s’apprêtait à se coucher, il était environs 20h.  Toutefois, elle avait un mauvais pressentiment, elle ne savait pas pourquoi, mais il y avait un son étrange provenant du salon. Elle fut d’abord inquiète, puisque toutes les fenêtres étaient fermées et que le chat était mollement couché en boule sur son lit. Elle se demandait donc ce qui avait pu causer ce bruit aussi étrange qu’inconnu. Elle s’approcha donc doucement, sans penser à son visage, pour voir ce qui lui causait cette inquiétude. C’est alors qu’il parla.


-Hey, Miss Univers, j’ai un truc pour toi…

Mais qu’est-ce qu’il foutait là, cet imbécile, après des semaines d’indifférence!? Gabrielle était tellement en colère qu’elle s’avança subitement vers le salon, oubliant complètement son état. Elle le fixait avec fureur.

-Mais qu’est-ce que tu f…!?

C’est en voyant l’expression condescendante de Matt s’effacer, laissant place à quelque chose qui rappelait l’horreur qu’elle réalisa qu’elle venait de montrer son visage à quelqu’un… et pas à n’importe qui, à Matt. Elle se tourna brusquement, le visage dans les mains, malgré la douleur que le contact de sa main sur sa brûlure lui causa.

- Matt va-t-en, tu n’as rien à faire ici…, elle hésita, et je ne veux pas que tu me vois comme ça, tu n’aurais pas dû venir…

-Qu’est-ce qui t’est arrivé?

Elle se doutait bien que cette question viendrait, c’était évident. Quelle personne sensée ne poserait pas de question à propos d’un visage à moitié brûlé? Elle savait que Matt n’était pas stupide, qu’il comprendrait ce que Loki avait fait, mais elle aurait préféré qu’il ne le sache pas, elle connaissait l’aversion que le démon avait envers Loki et malgré la haine qu’elle avait envers Matt de toujours se foutre d’elle, elle ne voulait pas que Loki s’en prenne à lui. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle elle avait elle avait menti à Loki au sujet de la mort du bébé.

-J’ai pas envie d’en parler… maintenant j’aimerais que tu partes…

*Non, je veux que tu restes… je suis contente que tu sois là…*

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Jeu 29 Aoû - 18:25

Héra faisait bien chier Matt. Autant il se devait de l’admirer pour ses qualités de dirigeante et pour sa force de caractère, autant il avait envie de lui arracher la tête et mettre le feu à ses cheveux. La déesse n’avait pas voulu révéler la réelle identité de Gabrielle lorsque Matt la lui avait demandée. Le démon pouvait, à la limite, comprendre qu’elle ne lui ait pas parlé d’elle avant qu’il ne le lui reproche, mais il était hors de lui parce qu’elle n’avait pas voulu lui dire qui Gabrielle était parmi les dieux, même après qu’il lui ait dit qu’il savait qu’elle en faisait partie. Il paraissait que c’était inutile pour lui d’être au courant d’une telle information… Il avait failli répliquer à Héra qu’il attendait d’elle une certaine transparence puisqu’ils étaient alliés, mais il avait à peine eu le temps de le penser que la grande déesse lui avait déjà proposé de lui révéler l’identité réelle de Gabrielle le jour où elle aurait la preuve que cela pourrait servir leur but de détrôner Loki. Évidemment, Matt n’avait rien eu à lui soumettre comme raison valable de lui avouer ce qu’elle savait. Il avait donc ravalé en se promettant qu’elle finirait par payer.

Les journaux avaient parlé de la rupture du maire et de sa fiancée pendant des semaines, bien qu’ils n’aient pas eu beaucoup d’informations légitimes sur lesquelles se baser. Matt avait bien été obligé d’y prêter attention vu son poste de rédacteur en chef de la revue people du Times, mais il s’était tenu à distance, laissant à ses journalistes et paparazzis le plaisir de décortiquer une relation qui passionnait toutes les pauvres petites dames au foyer et les jeunes adolescentes aux hormones en folie. La vie de Gabrielle ne le concernait pas. Déjà, avant, il avait fermé les yeux – et la bouche – sur sa relation avec Loga Laufey, jusqu’à ce soir où il l’avait enlevée mais, désormais qu’il savait qu’elle était une déesse doublée d’une menteuse, il avait décidé qu’il ne s’en mêlait pas. D’ailleurs, jusqu’à ce qu’une certaine information lui revienne à la mémoire, il avait même prévu ne plus jamais s’approcher de cette mégère.

Sauf qu’il était chez elle, ce soir, et qu’il ne comptait en partir qu’après lui avoir remis ce qu’il avait emporté avec lui du fin fond des enfers. Cette volonté était plus forte que son envie de partir, même maintenant qu’il se sentait s’étourdir sous le parfum de Gabrielle qui flottait légèrement dans son loft.


-Mais qu’est-ce que tu f…!? Matt va-t-en, tu n’as rien à faire ici…et je ne veux pas que tu me vois comme ça, tu n’aurais pas dû venir…

Même s’il n’eut pas beaucoup de temps pour la regarder, Matt constata à quel point Gabrielle était défigurée. La moitié de son visage était méconnaissable et il semblait à Matt que le fait qu’elle possède encore ses deux yeux relevait du miracle.

-Trop tard, G… Non, pas Gabrielle. Ce n’était pas son vrai nom, non? Je t’ai déjà vue. La femme que j’ai connue me regardait dans les yeux… Et ce n’est pas très prudent de faire dos à un démon.

Il parlait avec nonchalance, mais il était bouleversé. La laideur de la blessure de la jeune femme ne le répugnait pas particulièrement, mais il savait la douleur qu’une brûlure aussi grave pouvait créer pour en avoir si souvent fait l’expérience au cours de sa longue vie. De plus, il savait que la beauté était importante pour cette femme qui avait partagé sa vie. Elle n’était pas simplement comme ces pauvres connes superficielles qui dévoraient les revues de mode, elle était emplie d’une sensibilité à la beauté qu’elle savait afficher avec talent et passion. Être défigurée devait être affreux pour une telle femme, encore plus que pour une personne ordinaire.

-J’ai pas envie d’en parler… maintenant j’aimerais que tu partes…

Matt serra un peu plus son sac contre lui. Il ne pouvait pas partir; il s’était confié une mission beaucoup plus importante que la honte d’une déesse sans nom.

-On fait un marché, Miss Univers : tu me racontes ce qui t’est arrivé et, en échange, je te dis ce que je fais encore chez toi ce soir.

Gabrielle n’était pas une femme maladivement curieuse, mais Matt espérait que les raisons de sa présence chez elle l’intriguent suffisamment pour qu’elle morde à l’hameçon. Quelque chose lui disait que sa rupture avec Loki avait tout à voir avec son nouveau look à la Two-Face de Batman, mais il préférait la laisser s’expliquer plutôt que se téléporter à la mairie et y installer des bombes.

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Ven 30 Aoû - 0:34

Gabrielle ne pouvait nier que Matt, son sort et tout ce qui le concernait avait une assez bonne importance pour elle. Malgré sa haine envers lui, elle se souciait de lui, de son bien-être, comme si elle avait voulu être son petit ange gardien, sans qu’il le sache, bien sûr.

-Trop tard, G… Je t’ai déjà vue. La femme que j’ai connue me regardait dans les yeux… Et ce n’est pas très prudent de faire dos à un démon.

Comment osait-il!? Elle avait presqu’envie de lui faire exploser la gueule, à lui aussi. Gabrielle aurait fondu en larmes à cet instant précis. Gabrielle aurait tout donné à cet homme, à une certaine époque. Il lui avait fait connaître ce genre de passion de laquelle on se défait difficilement.  Elle l’avait aimé, et si lui avait été trop lâche pour s’avouer les sentiments qu’il avait pour elle, elle au contraire, avait vraiment tiré tout ça au clair, à cette époque.  Toutefois, lorsqu’il l’avait laissée là, dans ce lit, en ne laissant rien derrière lui.

-La fille que tu as connue est morte dans le lit, ce matin-là.

Elle regretta tout de suite ce qu’elle venait de dire, à quoi bon? Il se foutait bien de toute la peine qu’il avait pu lui faire. De plus, elle savait qu’il ne partirait pas sans savoir ce qui lui était arrivé. Et puis, il l’avait très bien vue, elle et son visage effrayant. Elle se tourna donc en un soupire, prenant bien soin de masquer sa blessure du mieux qu’elle le pouvait, à l’aide de ses magnifiques cheveux.

-Et puis de toute façon, tu ne me fais pas peur, tu n’es qu’un démon après tout, j’ai connu pire.

Elle avait parlé avec légèreté et indifférence, mais elle le pensait sincèrement. Elle savait qu’elle ne craignait rien auprès de Matt, il avait beau être un imbécile profond et un être particulièrement égoïste,  elle savait qu’il ne lui ferait aucun mal, il l’avait eu à sa merci beaucoup trop souvent et s’il avait voulu s’en prendre à elle, il l’aurait fait il y a longtemps. La jeune femme trottina donc jusqu’au divan où elle prit place, le plus à gauche possible pour qu’il ne puisse pas prendre place du côté de sa brûlure.

-On fait un marché, Miss Univers : tu me racontes ce qui t’est arrivé et, en échange, je te dis ce que je fais encore chez toi ce soir.
Elle soupira à nouveau.


-Premièrement, commence par arrêter de m’appeler Miss Univers. Tu m’as bien vue, il me semble, et je n’ai profondément plus rien de Miss Univers.

Elle savait que Matt était au courant de sa rupture avec Logan, après tout, la rumeur courait partout. Mais en plus, Matt était rédacteur au New York Times, ce qui lui donnait accès aux nouvelles avant tout le monde. Il avait donc été l’un des premiers à être mis au courant de la nouvelle. Et elle savait que Matt n’était pas stupide, qu’il ferait facilement le lien entre Loki, le feu, la rupture et la joue brûlée de Gabrielle. Mais il semblait que le bel homme avait envie de l’entendre de la bouche de Gabrielle elle-même.

- Je suis bien curieuse, en effet, concernant ta présence ici, considérant que tu ne m’as toujours pas expliquée pourquoi tu m’as enlevée, il y a plusieurs semaines de cela.

Ne mentionnant évidemment pas le drame qui s’était produit, ce soir-là. Elle ne savait pas si c’était la bonne décision, mais au fond d’elle, elle s’en foutait bien. Cela lui ferait probablement un grand bien de parler de l’incident à quelqu’un, car elle avait l’impression d’être sur le point d’exploser tant elle avait tout gardé pour elle. Elle soupira donc et, d’une faible voix et regardant le sol elle lui dit :

-Disons simplement que Laufey n’était pas ravi que je refuse de renouveler le contrat d’un 2e enfant.

De cette façon, Matt pourrait comprendre que toute cette histoire avec Logan n’avait été que visibilité et contrat. QU’il n’y avait jamais eu plus entre eux, bien que Gabrielle se doutait qu’il le savait déjà, il savait toujours tout.  

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Dim 8 Sep - 20:19

Matt ne s’était jamais réellement demandé à quel point l’apparence physique d’une femme était importante pour lui. Naturellement, il était plus facilement attiré par une femme plastiquement parfaite que par une personne ayant la silhouette d’un paquebot et le visage d’un jambon en flocons, mais il ne tombait pas pour toutes les jolies filles. Avoir des jambes de mannequin ne suffisait par pour charmer le démon, et ce n’avait jamais été le cas par le passé. Déjà, alors qu’il était humain, il avait repoussé les avances d’une très belle jeune fille de son village parce qu’il la considérait trop stupide pour lui donner de l’attention. Néanmoins, comme tout pirate, il avait aussi accepté de coucher avec des femmes moins attirantes juste parce qu’il était dans une taverne et qu’il le pouvait.

Gabrielle allait-elle rester défigurée toute sa vie? Toute sa longue vie de déesse? Matt n’osait pas lui poser la question, car il était persuadé que la réponse importait beaucoup plus à Gabrielle qu’à lui et il ne voulait pas retourner une douleur en elle qui serait intense si elle avait justement à afficher, ou à cacher, ce visage détruit pendant des années. Bien sûr, il la trouvait amplement plus belle avant aujourd’hui, et il la préférait avec un visage complètement lisse et parfait, mais il avait presque le regret de remarquer que, même enlaidie à ce point, il trouvait encore quelque chose de magnifique à la déesse.


-La fille que tu as connue est morte dans le lit, ce matin-là.

Matt était perplexe. Il avait l’impression que Gabrielle faisait référence à ce matin quand il était parti sans explication pour ne plus jamais revenir partager son lit, malgré une envie d’elle qui ne s’était jamais tue. Pourtant, il était impossible qu’une créature telle qu’une déesse puisse ressentir une telle peine suite à une aventure avec un démon. Elle devait parler du jour de l’incident l’ayant défigurée.

-Et puis de toute façon, tu ne me fais pas peur, tu n’es qu’un démon après tout, j’ai connu pire.

Petite poupée avec tant de cheveux dans le visage. Matt n’était pas assez impoli pour défaire la cachette bien minuscule de la moitié du visage de son interlocutrice. Il la rejoint sur le divan, nullement impressionné par son stratagème pour lui dérober la vue de sa blessure.

-Et tu penses qu’en enfer on ne voit pas de grands brûlés? Tu as encore tes deux yeux. Comptes-toi chanceuse.

Il avait voulu être gentil, minimiser la situation pour que ça ait l’air moins grave…sauf qu’il venait d’agir avec la grâce d’un ours qui a la rage.

-Premièrement, commence par arrêter de m’appeler Miss Univers. Tu m’as bien vue, il me semble, et je n’ai profondément plus rien de Miss Univers.

-Tu restes ma Miss Univers. Si ça peut te faire plaisir, je peux brûler toutes les autres femmes, même si tu n’as pas besoin de ça pour rester plus belle qu’elles.

Voilà qui était mieux. Et non, en même temps… Ne venait-il pas d’en faire trop? Il soupira.

- Je suis bien curieuse, en effet, concernant ta présence ici, considérant que tu ne m’as toujours pas expliquée pourquoi tu m’as enlevée, il y a plusieurs semaines de cela.

Matt serra les dents. Cette foutue soirée, s’il pouvait l’effacer…

-Je suis un démon doublé d’un pirate imbécile, ça te va? Et j’avais bu… Je voulais te parler, mais tu es toujours entourée de tout ce qui te rend encore plus impressionnante. Alors j’ai voulu t’emmener chez moi pour que tu voies ce que ça fait d’être perpétuellement en territoire ennemi, cernée d’ennemis…Je ne pouvais seulement pas prévoir qu’une tarée débarquerait pour essayer de me tuer et que c’est TOI qui paierais. Donc, je suis désolé, mais je n’ai toujours pas de moyen magique pour effacer des évènements et j’ose imaginer qu’il n’en existe pas pour qu’une déesse assez puissante pour qu’Héra la protège ne l’ait pas utilisé! Une déesse qui ne semble avoir aucun nom que je mérite de savoir. Je ne sais même pas comment t’appeler après tout ça…

Il avait parlé très vite et aussitôt qu’il termina sa dernière phrase, il regretta ce qu’il avait dit. Il avait fait un million d’erreurs en si peu de mots s’étant précipités aussi violemment hors de sa bouche.

-Disons simplement que Laufey n’était pas ravi que je refuse de renouveler le contrat d’un 2e enfant.

Cette fois, ce fut les poings que Matt serra. Néanmoins, il ne dit rien. Que pouvait-il répondre? Il ne pouvait ni se comporter en macho ni en homme sensible. Il était trop intelligent pour proposer de tuer cet imbécile de Loki et trop maladroit pour essayer de réconforter Gabrielle. Il soupira à nouveau.

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Lun 9 Sep - 10:40

Gabrielle était une déesse, elle savait qu’elle finirait par guérir complètement de sa blessure et ce, plus rapidement qu’un humain ordinaire. Elle ne savait seulement pas combien de temps cette guérison prendrait. Elle espérait que ce ne soit pas trop long puisqu’avec tous les paparazzis qui la poursuivaient, elle finirait bien par être découverte. Elle songeait à faire construire des passages sous terrains qui lui permettraient de se rendre à l’immeuble de Venus Industries. Gabrielle n’était pas si différente des autres femmes, lorsque Matt l’avait laissée tomber, elle s’était promis que chaque fois qu’elle le reverrait, elle serait en situation de pouvoir, plus impressionnante d’une fois à l’autre et, bien sûr, elle serait toujours plus magnifique, pour lui faire regretter son geste. Pourquoi fallait-il qu’il soit dans son appartement à cet instant et qu’il soit le seul, à une exception près (mais c’est une autre histoire) à l’avoir vue ainsi blessée? Elle se sentait pitoyable, elle avait l’air d’un animal blessée, elle qui était toujours si fière, avec toute sa prestance.

Matt l’avait rejoint sur le divan. Lui, il était magnifique. Pour Gab, Matt dégageait quelque chose de dangereusement sexy qui lui donnait envie de lui sauter dessus à tout moment. Elle aurait pu passer sa journée à le regarder, mais elle n’osait pas croiser son regard, à cet instant précis. Matt n’avait pas tort, Gab ne fuyait le regard de personne, parce que personne ne l’intimidait. Elle était une femme sure d’elle et elle avait de quoi l’être. Sa réussite professionnelle battait tous les records, compte tenu de son *jeune âge*. Mais elle aurait tout laissé tomber si elle avait pu revivre ses premiers temps sur Terre. Elle en avait assez que Matt refasse surface, elle qui tentait de faire une croix sur lui. Il revenait toujours alors qu’elle commençait à réussir, alors qu’elle commençait à l’oublier un peu.


-Et tu penses qu’en enfer on ne voit pas de grands brûlés? Tu as encore tes deux yeux. Comptes-toi chanceuse.

Gabrielle cligna deux fois des yeux… Elle ne comprenait pas vraiment quelle était l’intention de Matt en lui disant cette phrase. S’il avait voulu la réconforter, c’était un peu raté puisque minimiser ainsi quelque chose qui, pour Gabrielle, signifiait tant, la faisait sentir insignifiante de s’en faire pour *si peu*. Toutefois, il avait en parti raison, puisqu’elle avait été chanceuse dans sa malchance. Sa blessure aurait pu être plus grave et elle aurait pu mourir dans le condo de Loki, ce jour là. Perplexe, elle ne répondit donc rien.

-Tu restes ma Miss Univers. Si ça peut te faire plaisir, je peux brûler toutes les autres femmes, même si tu n’as pas besoin de ça pour rester plus belle qu’elles.

Pour la première fois, elle plongea ses yeux verts dans le regard bleu de Matt, ce qui lui fit l’effet d’un choc électrique. Depuis qu’elle le connaissait, Matt ne lui avait jamais dit quoi que ce soit d’aussi gentil. Elle en rougit, elle qui croyait que Matt était un être superficiel, s’il pensait réellement ce qu’il disait, cela signifiait beaucoup pour Gabrielle. Pourquoi était-il si gentil soudain? Pourquoi fallait-il qu’il soit aussi gentil!? Elle avait envie de l’embrasser, mais elle savait que ce geste lui ferait mal, physiquement à cause de sa brûlure, et psychologiquement. Elle se contenta donc de sourire tristement et de baisser les yeux. Une espèce de chaleur l’emplissait.

- Pourquoi n’es-tu pas toujours comme ça?

Les mots étaient sortis tous seuls. Elle le regretta amèrement. Elle se retourna brusquement pour recommencer à fixer devant elle, comme elle le faisait avant de croiser son regard.

-Je suis un démon doublé d’un pirate imbécile, ça te va? Et j’avais bu… Je voulais te parler, mais tu es toujours entourée de tout ce qui te rend encore plus impressionnante.

Une fois de plus, elle cligna des yeux. Elle voulu sauter de joie, elle avait au moins réussi à être impressionnante devant lui.

- Alors j’ai voulu t’emmener chez moi pour que tu voies ce que ça fait d’être perpétuellement en territoire ennemi, cernée d’ennemis…Je ne pouvais seulement pas prévoir qu’une tarée débarquerait pour essayer de me tuer et que c’est TOI qui paierais. Donc, je suis désolé, mais je n’ai toujours pas de moyen magique pour effacer des évènements et j’ose imaginer qu’il n’en existe pas pour qu’une déesse assez puissante pour qu’Héra la protège ne l’ait pas utilisé! Une déesse qui ne semble avoir aucun nom que je mérite de savoir. Je ne sais même pas comment t’appeler après tout ça…

Elle n’avait pas voulu que Matt se sente coupable de ce qui lui était arrivée, c’était la dernière chose qu’elle avait voulu. Elle savait, jusqu’au plus profond de ses entrailles qu’elle était celle qui avait tué l’enfant, mais elle ne ferait pas exprès de le mentionner, elle en avait déjà assez honte.

- Tu n’as pas à être désolé… ce qui est arrivé n’est pas de ta faute, tu ne pouvais pas tout contrôler. J’avoue qu’avant l’arrivée de cette fille, je m’amusais bien.

Elle sourit.

-Parfois je me dis que c’est peut-être mieux comme ça… Je sais bien que ce pauvre enfant n’avait rien fait pour mériter ça, mais cette histoire m’a fait prendre conscience de la méchanceté de Logan Laufey. Je crois que je suis mieux brûlée sans lui que belle avec lui.

Il était vrai que Matt ne connaissait pas sa vraie identité… Il méritait bien de le savoir.

- Si je ne t’ai jamais dit que j’étais une déesse… ce n’est pas parce que je considérais que tu ne le méritais pas. Je savais que tu n’aimais pas les dieux, tu me l’avais ouvertement fait comprendre, souviens-toi. Je ne voulais simplement pas que tu me détestes et que tu partes.

Elle baissa les yeux.

-Visiblement, ça n’a pas marché. Et puis, j’aimais bien me sentir humaine, sans grande responsabilité… mais j’ai vite compris que j’étais promue à un plus grand projet, après ton départ.

Elle soupira et se leva, commençant à déambuler au salon.

- On m’appelle Venus, je suis la déesse de l’amour et de la beauté.

Elle sourit tristement puisqu’elle venait de croiser le regard de son reflet dans le vitre du salon.

- Je crois qu’avec l’état de mon cœur et celui de mon visage… on peut me considérer comme étant déchue... donc je crois que Gabrielle fera l’affaire.

En parlant, elle ferma les rideaux pour ne plus voir son reflet.

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Mer 11 Sep - 18:51

Les yeux de Gabrielle crevèrent presque les siens en s’y plantant, et Matt dut les détourner. Il y avait des moments où il avait du mal à garder son attitude de démon désinvolte et fier, des moments où il se sentait fragile, des moments qu’il détestait. Durant toute sa vie, jamais une personne ne lui avait fait vivre autant de ces moments que Gabrielle. Elle avait un don pour annihiler toute forme de logique en lui et le réduire à être son admirateur. C’était justement pourquoi il avait décidé de s’éloigner d’elle. Il détestait comment elle avait réussi, sans qu’il ne la voie venir, à avoir un pouvoir si grand sur lui.

- Pourquoi n’es-tu pas toujours comme ça?

Petit rictus. Oui, il avait gaffé. Elle avait l’air de le trouver adorable et il ne voulait pas être attachant. Il voulait seulement être un homme, ordinaire mais fort, seul pour éviter de s’enchaîner et égoïste parce que le temps lui avait appris que ne penser qu’à soi-même était le seul moyen de s’en sortir efficacement. Les personnes généreuses se faisaient exploiter. Ceux qui accordaient facilement leur confiance ne faisaient pas de vieux os, surtout s’ils faisaient affaire avec des démons…

En tant que démon, Matt ne correspondait pas à tous les clichés. Il ne trahissait pas les gens par plaisir, ne complotait pas dans leur dos et ne planifiait pas de grands bains de sang. Seulement, il était prêt à sacrifier toute relation qui ne lui semblait plus utile comme si elle n’avait jamais existé. Loin d’être sadique, il ne se plaisait pas particulièrement à torturer les gens, bien que le meurtre le comblait de joie quand il le sentait justifié par l’identité de la victime ou par ses actions envers lui. Les autres démons le craignaient surtout parce qu’ils n’arrivaient pas à le comprendre. Son apparente insensibilité n’avait rien à voir avec le besoin évident de faire le mal de tous ses semblables. Matt se plaisait à dire qu’il était un démon pour justifier tout ce qu’il faisait, mais il était différent des autres.


- Tu n’as pas à être désolé… ce qui est arrivé n’est pas de ta faute, tu ne pouvais pas tout contrôler. J’avoue qu’avant l’arrivée de cette fille, je m’amusais bien.

Elle s’amusait bien? Il avait envie de lui dire qu’elle était complètement folle. Elle se faisait enlever et se réveillait en ENFER et ça l’amusait.

-D’ailleurs, la fille…Elle n’est pas morte. Ou elle l’est…Je ne sais pas; j’essaie de le découvrir depuis des semaines. Elle m’en veut et je ne sais pas pourquoi…Bref, sois prudente. Je pense qu’elle n’en a qu’après moi, mais reste vigilante.

Oui, Matt s’inquiétait, mais il ne le dirait pas directement. De toute manière, à New York, Gabrielle était certainement plus forte qu’une armée de démons. Il se répétait donc qu’il ne devait pas s’en faire pour elle.

-Parfois je me dis que c’est peut-être mieux comme ça… Je sais bien que ce pauvre enfant n’avait rien fait pour mériter ça, mais cette histoire m’a fait prendre conscience de la méchanceté de Logan Laufey. Je crois que je suis mieux brûlée sans lui que belle avec lui.

-Et lui serait mieux en cendres.

Il le serait bientôt. Matt avait beau détester cette mégère qui voulait prendre la place du maire, mais il avait foi en elle. Héra serait une meilleure dirigeante – ce n’était pas bien dur ! Loki voulait tuer les créatures et les sorciers alors que l’alliée du démon souhaitait s’allier avec ceux-ci. Comme point de départ, c’était déjà beaucoup.

-Si je ne t’ai jamais dit que j’étais une déesse… ce n’est pas parce que je considérais que tu ne le méritais pas. Je savais que tu n’aimais pas les dieux, tu me l’avais ouvertement fait comprendre, souviens-toi. Je ne voulais simplement pas que tu me détestes et que tu partes.

Matt serra la mâchoire plutôt que répliquer que, justement, s’il avait senti un peu de confiance réelle de sa part, les choses auraient peut-être été totalement différentes entre eux. Mieux valait qu’il ne se lance pas sur ce terrain…

-Visiblement, ça n’a pas marché. Et puis, j’aimais bien me sentir humaine, sans grande responsabilité…

-Les humains ont une vie si simple…


Dieux, créatures, sorciers…chacun avait un jour envisagé sa vie s’il n’avait été qu’un simple humain.

-… mais j’ai vite compris que j’étais promue à un plus grand projet, après ton départ. On m’appelle Venus, je suis la déesse de l’amour et de la beauté.

Matt laissa un coin de ses lèvres se soulever. Des choix qu’il avait retenus en cherchant qui Gabrielle pouvait bien être, les noms des diverses déesses de l’amour de toutes les mythologies étaient arrivés en tête de liste. Il aimait tellement avoir raison!

-Je suis passablement étonné.

Sarcasme évident.

- Je crois qu’avec l’état de mon cœur et celui de mon visage… on peut me considérer comme étant déchue... donc je crois que Gabrielle fera l’affaire.

Matt baissa les yeux une seconde, se demandant quoi répondre à un tel aveu.

-À quoi ça sert de personnifier la beauté et l’amour si tu n’en connais que les bons aspects toute ta vie? Vivre les deux côtés de la médaille rend ton identité plus vraie…Et oui, probablement qu’après tout ça Gabrielle est le nom qui te convient. Tu l’as choisi pour qu’il ressemble à ce que tu voulais être en venant ici. Le monde ne fonctionne jamais comme on pense, et Gabrielle paie pour ce que Vénus n’a jamais connu…

Il leva les yeux vers elle.

-Je suis né dans un pays froid, dans un petit village. J’ai refusé de devenir ce qu’on attendait de moi. Je suis parti et, même si j’aime me dire que j’ai pris la bonne décision, il m’arrive de le regretter… Je m’appelais Thorvald – un nom pas mal à la mode à l’époque – mais Thorvald s’est fait tuer sur un bateau pirate. Je ne voulais pas mourir. Je suis devenu Matt. J’ai pris des dizaines d’identités par mesure de sécurité au fil des ans, mais Matt est le nom que je ressens au fond de moi.

Il détourna à nouveau le regard.

[color=darkred]-Je ne suis pas un dieu, mais je comprends que ton nouveau nom puisse te ressembler. C’est comme mettre un mot sur ta personnalité quand celui qui y était étiqueté manque de justesse.

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Dim 15 Sep - 22:31

Le matin où Matt était parti, Gabrielle ne s'était doutée de rien. La veille, tous deux s'étaient vus, comme à leur habitude, et avaient fini leur nuit ensemble et ce, passionnément. Elle s'était endormie dans ses bras, près de lui, sans se douter qu'il avait prévu disparaître le lendemain matin, laissant derrière lui une simple note sans profondeur. Lors de son réveil, elle s'attendait à plonger ses yeux dans ceux du démon pour ensuite lui sourire, l'embrasser, comme elle le faisait toujours… Mais il n'était plus là. La belle avait alors sombré dans un chagrin inconsolable, persuadée que seul le fait de s'arracher le coeur réussirait à la soulager. Elle savait bien qu'il n'existait rien d'explicite entre eux, mais elle était certaine de ce qu'elle ressentait pour le démon et elle s'était persuadée que même s'il ne lui disait pas, ses sentiments étaient réciproques. C'est probablement ce retour à la réalité qui lui avait fait si mal, réaliser qu'elle n'avait été rien de plus qu'une fille parmi tant d'autres, pour Matt, alors qu'il était déjà tout pour elle.

Certes, elle lui en avait voulu à mort, de lui avoir fait si mal. Toutefois, à cette époque, elle décelait une certaine congruence entre son départ et ses agissements puisque jamais, elle ne l'avait revu. Du moins, pas avant le soir où elle l'avait trouvé dans son bureau à tenter de voler des documents confidentiels. C'est à partir de ce moment qu'elle s'était mise à le détester jusque dans ses veines, parce que après son retour il avait été partout. Il ne cessait de revenir la voir, pour des raisons stupides et sans réels fondements, il l'avait même kidnappée. S'il ne voulait plus d'elle, c'était OK, elle l'avait compris, mais il n'avait pas le droit de venir lui tourner autour, utilisant chaque fois un prétexte différent. Rien ne la torturait plus que de le voir, de ramener ses souvenirs enfouis à la surface. Depuis se retour, elle pensait toujours à lui. elle avait même tué son propre bébé pour lui sauver la vie et il n'avait même pas pris la peine de venir prendre de ses nouvelles après l'incident, du moins pas avant aujourd'hui, c'est-à-dire plusieurs semaines après la mort du bébé. Elle ne comprenait pas ce qui l'accrochait à lui, éternellement, pourquoi elle ne pouvait se le sortir du crâne, pourquoi elle ne pouvait tourner la page. Elle savait seulement qu'elle en était incapable. Elle attendait impatiemment le jour où quelqu'un parviendrait à le lui faire oublier.

Elle se doutait bien qu'elle le mettrait mal à l'aise en lui demandant pourquoi il n'était pas toujours gentil qu'il venait de l'être. Elle ne fut donc nullement surprise qu'il ne réponde rien. De toute façon, ces mots étaient sortis d'eux-même, comme un trop plein. Gabrielle était seulement déçue qu'une fois de plus, il ne lui explique pas le fond de sa pensée, pour qu'elle puisse enfin comprendre, un peu du moins, sa façon de penser, et surtout comprendre ses agissements. Une fois de plus, il avait esquivé une question.


-D’ailleurs, la fille…Elle n’est pas morte. Ou elle l’est…Je ne sais pas; j’essaie de le découvrir depuis des semaines. Elle m’en veut et je ne sais pas pourquoi…Bref, sois prudente. Je pense qu’elle n’en a qu’après moi, mais reste vigilante.

Pas morte?! Comment pouvait-elle ne pas être morte!? Gabrielle se souvenait très bien d'avoir vu la tête de cette fille en milliards de morceaux miniatures. Pourtant, Matt ne devait pas inventer une telle horreur pour le simple plaisir de l'inventer. Le regard de Gabrielle se vida… Elle se demanda si sa conscience ne lui avait pas joué un tour alors qu'elle était sur le point de perdre conscience et qu'au fond, Rachel n'était pas morte du tout, que Gabrielle avait tout simplement… tué le bébé sans que la démons n'ait une seule égratignure. C'était peut-être la raison pour laquelle Matt n'était pas revenu la voir depuis l'incident, qu'il ne semblait pas lui être reconnaissant plus qu'il ne le fallait: Parce qu'elle ne l'avait pas sauvé. Elle se ressaisit, elle avait déjà l'air assez faible, il ne fallait pas qu'elle ait l'air misérable…

-T'inquiète, ici, rien ne peut m'arrêter.

Elle lui fit un clin d'oeil pour détendre un peu l'atmosphère, ça ne servait à rien de rendre la situation encore pire qu'elle ne l'était déjà.

-Et lui serait mieux en cendres.

-Ne t'engage pas dans cette histoire… il n'en vaut même pas la peine. Ta vie vaut plus que ça…

Elle ne pouvait supporter l'idée que Matt puisse mourir de la main de Loki…

Lorsque Gabrielle avait confié à Matt qui elle était, celui-ci était vite devenu sarcastique, ce qui avait un peu frustré la déesse.

-Je suis passablement étonné.

La jeune femme haussa les épaules, vexée.

-Tu m'as posé la question, je te réponds.

-À quoi ça sert de personnifier la beauté et l’amour si tu n’en connais que les bons aspects toute ta vie? Vivre les deux côtés de la médaille rend ton identité plus vraie…Et oui, probablement qu’après tout ça Gabrielle est le nom qui te convient. Tu l’as choisi pour qu’il ressemble à ce que tu voulais être en venant ici. Le monde ne fonctionne jamais comme on pense, et Gabrielle paie pour ce que Vénus n’a jamais connu…

-Venus a fait des conneries…. en fait, une connerie… Et il n'y a pas une seule journée durant laquelle elle ne le regrette pas. Être Gabrielle, ça me permet de vivre cette erreur comme si c'était celle de quelqu'un d'autre, que je prends en exemple pour ne plus jamais refaire la même erreur.

Pourquoi lui disait-elle tout cela? Ça ne le concernait pas, après tout. Lorsqu'il leva les yeux vers elle, elle reçu un deuxième choc électrique.

-Je suis né dans un pays froid, dans un petit village. J’ai refusé de devenir ce qu’on attendait de moi. Je suis parti et, même si j’aime me dire que j’ai pris la bonne décision, il m’arrive de le regretter… Je m’appelais Thorvald – un nom pas mal à la mode à l’époque – mais Thorvald s’est fait tuer sur un bateau pirate. Je ne voulais pas mourir. Je suis devenu Matt. J’ai pris des dizaines d’identités par mesure de sécurité au fil des ans, mais Matt est le nom que je ressens au fond de moi.

-Je réalise que je ne connais pas grand chose de toi, moi non plus. Tu ne m'avais jamais raconté d'où tu venais… J'imagine que peut-être… c'aurait pu…

Mais elle s'arrêta là… Pour une fois, elle avait réfléchit. C'était un peu comme si Matt avait un pouvoir de séduction, lui aussi, mais qui ne marchait que sur Gab. Elle perdait tous ses moyens quand il était dans les parages.

-Je ne suis pas un dieu, mais je comprends que ton nouveau nom puisse te ressembler. C’est comme mettre un mot sur ta personnalité quand celui qui y était étiqueté manque de justesse.

Elle ne lui répondit que par un sourire, puis se secoua.


-Donc, maintenant que je t'ai raconté, peux-tu me dire ce qui me vaut l'honneur de ta visite?

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Lun 16 Sep - 19:42

Le matin où Matt était parti, il l’avait fait sur un coup de tête. La veille encore, il avait profité du bonheur d’être avec Gabrielle sans trop réfléchir à comment elle l’affaiblissait. Puis, en se réveillant, il avait été submergé d’une émotion profonde et effrayante lorsqu’il l’avait vue, endormie tout contre lui. Une émotion beaucoup plus dangereuse que la simple passion physique. Lui qui n’avait pas l’habitude de craindre quoi que ce soit, il avait senti la panique le dominer en comprenant qu’il avait permis à une personne d’avoir plus d’emprise sur lui-même que sa propre personne. Il avait donc décidé de mettre fin à sa relation avec Gabrielle avant qu’il ne soit trop tard et que sa volonté ne soit plus qu’un petit tas de chiffons gris et mous.

Il n’était pas revenu sur sa décision de couper les ponts avant un long moment, persuadé d’avoir accompli la seule chose à faire dans un tel cas. Elle lui avait beaucoup manqué, surtout les premiers temps. De nombreuses fois, il avait été sur le point de se téléporter chez elle, comme ça, sans avertir, juste par besoin de  la voir en face de lui. Il était entré par effraction dans son bureau en se convaincant qu’il le faisait pour y voler un dossier, mais il avait souhaité qu’elle y soit et c’était avec un mélange de colère – envers lui-même et envers ce qu’il ressentait à cause d’elle- et de joie qu’il l’avait revue, ce soir-là. Pourtant, il avait repris ses distances dès qu’il avait quitté les bureaux de Venus Industries. Toutefois, avec le Times et ses articles sur les fiançailles du maire, il avait toujours des photos d’elle pour le hanter. À force de regarder des images d’elle, il avait compris qu’elle était enceinte, ce qui avait déréglé quelque chose en lui. La certitude qu’il l’avait perdue, alors même que cette conclusion avait été son but officiel, lui avait fait perdre la tête.


-T'inquiète, ici, rien ne peut m'arrêter.

Pas même Loki?

-Tant mieux.

-Ne t'engage pas dans cette histoire… il n'en vaut même pas la peine. Ta vie vaut plus que ça…

-Me penses-tu assez con pour m’en prendre directement à Loki alors qu’il est à son plus fort? Je ne courrai pas à la mort pour une histoire de vengeance, mais compte sur moi pour saisir toute occasion qui me permettrait de sortir vainqueur.


On aurait dit que Matt ne savait sourire toujours qu’à demi. Ses sourires francs étaient rares, comme s’il n’était toujours qu’en parti ouvert à communiquer ce qu’il ressentait.

-Venus a fait des conneries…. en fait, une connerie… Et il n'y a pas une seule journée durant laquelle elle ne le regrette pas. Être Gabrielle, ça me permet de vivre cette erreur comme si c'était celle de quelqu'un d'autre, que je prends en exemple pour ne plus jamais refaire la même erreur.

-Une seule? En des milliers d’années? Je n’avais pas encore pris la mer que j’avais déjà fait des conneries irréparables…Puis-je oser te demander laquelle?


Pourquoi cette gêne en la questionnant? Il se sentait stupide. Durant ses années de piraterie, il s’était habitué à prendre sans chercher de permission, ce qu’il avait appliqué à sa vie de démon. Voilà qu’il mendiait une confidence. Était-il devenu si fragile?

-Je réalise que je ne connais pas grand chose de toi, moi non plus. Tu ne m'avais jamais raconté d'où tu venais… J'imagine que peut-être… c'aurait pu…

-Oh ça n’a pas tellement d’importance… L’endroit où je suis né n’existe plus. Il a cédé la place à ce qu’on appelle la civilisation moderne. Même la neige parait artificielle…


Matt était un exilé à perpétuité. Il n’avait jamais été chez lui nulle part. La mer avait été son refuge, un temps, mais jamais sa maison.

Le sourire de Gabrielle était une torture pour un homme qui voulait rester insensible. Même défigurée, elle semblait rayonner. Ses yeux avaient gardé leur éclat, même s’ils étaient traversés d’une douleur sourde qui devait tenir siège à l’intérieur de la déesse.


-Donc, maintenant que je t'ai raconté, peux-tu me dire ce qui me vaut l'honneur de ta visite?

Matt baissa précipitamment les yeux. Il ne regrettait pas son geste, mais il doutait maintenant de l’utilité de le partager avec Gabrielle. N’avait-elle pas assez souffert? Il releva les yeux vers elle en se maudissant de faire passer sa couardise pour de l’empathie. Même si ce qu’il s’apprêtait à faire ébranlerait la belle blonde, il savait au fond de lui qu’elle se sentirait mieux, au final. Sauf qu’encore une fois, elle lui faisait peur.

-Les âmes de ceux qui meurent en enfer restent en enfer. Un démon devient une âme damnée qui se fera torturer comme les autres. Il en est de même pour n’importe quelle créature…adulte, enfant ou…pas encore née. Je m’en suis souvenu au matin, en inspectant les dégâts. Et..euh…

Devait-il lui expliquer par quoi devait passer un démon qui voulait sauver une âme? Un coup d’œil à Gabrielle lui fit conclure qu’elle n’avait pas besoin de se faire des images de films d’horreurs.

-J’ai ramené l’âme de ton fils pour lui éviter la damnation éternelle et pour que tu puisses le libérer, l’envoyer vers la lumière, la paix…

Matt sortit du sac qu’il avait emmené avec lui une petite boîte transparente de laquelle émanait une lumière très douce et la tendit à Gabrielle.

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Mer 18 Sep - 20:45

-Me penses-tu assez con pour m’en prendre directement à Loki alors qu’il est à son plus fort?

Gabrielle sursauta. Elle ne croyait pas le vexer, seulement les hommes étaient souvent impulsifs de nature et elle ne souhaitait pas que Loki mette la main sur lui. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle avait menti à Loki concernant leur fils. Même si elle se doutait que ce bébé n’avait pas tant d’importance aux yeux du dieu, elle savait que s’il avait su que Matt l’avait *kidnappée* ce soir-là, il lui aurait fait payer. Il fallait toujours qu’il contrôle tout. La preuve: Il n’avait pas eu le contrôle sur Gabrielle alors qu’elle avait décidé que c,était fini entre eux, et il l’avait brûlée.

-Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire… Excuse-moi.

-Je ne courrai pas à la mort pour une histoire de vengeance, mais compte sur moi pour saisir toute occasion qui me permettrait de sortir vainqueur.

Une histoire de vengeance? En quoi la blessure de Gabrielle serait une histoire de vengeance pour Matt? Et puis qu’étaient-ils tous les deux? Ils n’étaient pas amants… du moins, ils ne l’étaient plus. Étaient-ils amis? Ils pouvaient difficilement l’être puisque des amis ne se brisent pas mutuellement à chaque instant et surtout, les bons amis ne nous abandonnent pas. Gabrielle ne savait comment qualifier leur relation, c’était… étrange et ambiguë. Parfois ils semblaient être faits l’un pour l’autre, lorsque leurs regards se croisaient, on aurait dit qu’aucune histoire d’amour ne pouvait contenir autant de passion. Pourtant, ils s’entêtaient à se détruire toujours un peu plus chaque jour, pour des prétextes profondément stupides. La jeune femme avait toutefois rencontré un homme, un soir. Elle avait été moins prudente ce soir-là et quelqu’un l’avait vue. Elle avait cru que le scandale sortirait partout, pourtant, il avait été assez gentil pour garder cette information pour lui. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait l’impression que l’homme ne s’était pas intéressé à son statut, mais bien à elle. Il était mystérieux, mais elle avait l’impression qu’il y avait quelque chose en lui qui la faisait se sentir bien, comme quand on pense à un endroit familier, réconfortant.


Gabrielle leva les yeux au ciel après la révélation de Matt.

-Je savais bien qu’il y aurait une histoire de vainqueur, quelque part.

Elle lui fit un sourire moqueur. Gabrielle n’avait parlé à personne de ses sentiments face à la trahison de son mari. Elle avait mit sa façade de femme dure pour qui cette histoire n’avait aucune importance, mais cette histoire l’avait longtemps rongée et la rongeait toujours, d’ailleurs. Maintenant qu’elle avait eu son coeur brisé, elle savait encore plus par quoi ce pauvre Vulcain était passé. Il lui avait manqué, d’ailleurs. Il était difficile de le faire croire à qui que ce soit puisqu’elle avait été celle qui l’avait trahi, mais c’était bien plus complexe que cela. Venus aimait Vulcain, mais elle ne semblait pas l’aimer assez à son goût puisqu’elle avait eu l’impression qu’on l’emprisonnait. Le sentiment d’être prise au piège l’avait poussée vers Mars. Il l’avait faite sentir libre. Elle regrettait amèrement ce qu’elle avait fait vivre à ce pauvre Vulcain, mais elle ne pouvait changer le passé.

-Une seule? En des milliers d’années? Je n’avais pas encore pris la mer que j’avais déjà fait des conneries irréparables…Puis-je oser te demander laquelle?

Elle lui fit un sourire à moitié triste et à moitié amusé.

-Oui tu peux… Oser. Si tu connais un peu la mythologie romaine, tu sais que Venus était mariée à Vulcain, le dieu forgeron.

Parler d’elle à la 3e personne, comme si elle racontait l’histoire d’une autre lui faisait du bien.

-Ils s’aimaient énormément, mais Vulcain était l’un de ceux qu’on appelle aujourd’hui un dépendant affectif…  Écoute… il était doux et attentionné avec moi… mais il m’emprisonnait. J’avais parfois l’impression qu’il pensait que je me sauverais alors… Il m’emprisonnait, du moins c’était mon impression, et je me suis sentie prise au piège. Alors, j’ai fini par aller voir ailleurs… Mars, pour être plus précise.

Elle se mit à rire tristement.

-C’était comme une histoire de planète finalement. Mais bon… il a finit par l’apprendre et il a été anéanti. Je le comprends, je me suis trouvée immonde de lui avoir fait ça, mais  le mal était fait. Il m’arrive encore d’avoir de la difficulté à me regarder en face sans voir le visage qu’il avait, ce jour-là. Ensuite, il a disparu et je ne l’ai jamais revu… je n’ai jamais pu lui expliquer… même si ça n’excuse pas le geste.

Lorsque Gabrielle avait demandé à Matt la raison de sa visite, celui-ci avait subitement baissé les yeux. Que voulait-il lui dire? Qu’est-ce qui pouvait le mettre dans cet état? C’est à ce moment que Gabrielle remarqua qu’il avait amené un sac, avec lui. Elle ne l’avait pas vu, jusque là, probablement trop occupée à cacher son visage. Lorsqu’il releva les yeux, elle était face à lui et accrocha son regard avec le sien, perplexe.

-Les âmes de ceux qui meurent en enfer restent en enfer. Un démon devient une âme damnée qui se fera torturer comme les autres. Il en est de même pour n’importe quelle créature…adulte, enfant ou…pas encore née. Je m’en suis souvenu au matin, en inspectant les dégâts. Et..euh…

Le regard de Gabrielle était horrifié. Elle avait compris au moment où Matt avait parlé des gens qui mourraient en enfer, avant même qu’il ne parle d’enfant pas encore né. Son pauvre fils, condamné à passer l’éternité à être damné en enfer, par sa faute, parce que c’est à cause de son pouvoir s’il était mort. Elle était pétrifiée. Elle regarda, sans un mot, Matt qui sortait une boîte étrange de son sac.


-J’ai ramené l’âme de ton fils pour lui éviter la damnation éternelle et pour que tu puisses le libérer, l’envoyer vers la lumière, la paix…

Elle n’arrivait pas à en croire ses oreilles. Elle regardais la lumière qui brillait doucement dans la boîte. Une fois de plus, elle cacha son visage dans ses cheveux et laissa échapper un léger sanglot. Des larmes coulèrent à nouveau sur ses joues, elle les avais empêcher de couler pendant des semaines. Elle releva ses yeux vers Matt et sans même réfléchir, elle passa ses bras autour de son cou et l’enlaça, pour ensuite l’embrasser sur la joue, doucement, sans aucune arrière pensée puisque de toute façon, il ne voulait pas d’elle.

-Merci Matt… tu es parfait.

Elle prit ensuite la précieuse boîte entre ses mains. Elle ouvrit doucement le couvercle, fascinée par la lumière qui s’éleva dans la pièce, répandant sa douce lueure partout dans le salon. Gabrielle ne la quitta pas des yeux une seule seconde et ce, jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

-Je t’aime, petit.

Elle avait murmuré, à l’attention de la lueur qui était partie rejoindre la lumière.

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Gabrielle V. Englebert le Dim 26 Oct - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Sam 28 Sep - 17:17

-Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire… Excuse-moi.

Matt soupira.

-Pardonne-moi, j’ai tendance à réagir un peu fort…

Surtout lorsqu’il se mettait dans un certain genre de situation…le genre qui implique des sentiments et des émotions.

-Je savais bien qu’il y aurait une histoire de vainqueur, quelque part.

-Signe que tu me connais bien…et en même temps, je sais que c’est le seul moyen d’atteindre quelqu’un comme Loki. La mort lui fait bien moins peur que l’échec et l’anonymat.

Avec le temps, Matt avait pris le temps d’analyser le maire de la ville, en se basant à la fois sur ses actions en public et sur les réactions qu’il tentait de dissimuler. Loki se montrait toujours fort et faisait croire au New Yorkais moyen qu’il était la solution à tous les problèmes de la ville. Il paraissait être l’homme droit et réfléchi dont le monde avait besoin pour tourner correctement, mais son passé, inconnu du grand public, s’avérait la preuve qu’il ne jouait qu’un rôle. Personne ne pouvait changer à ce point.

Héra avait mis au courant ses principaux alliés de la réelle identité de Loki et de ce qui était connu de son passé : ses trahisons, ses pièges, ses habitudes, ses enfants… À ce jour, il ne semblait avoir aucun allié de longue date, car ses relations avec toutes les autres divinités nordiques avaient été brisées depuis longtemps, le plus souvent par sa faute. Le démon avait compris que le maire n’avait pas peur de risquer sa vie ou de perdre des gens près de lui s’il considérait que le risque en valait la peine. Évidemment, le contrôle de la planète devait avoir une valeur assez grande pour un dieu exilé et seul au monde. Il était donc imprévisible et fou, comme par le passé, mais beaucoup plus déterminé qu’il ne l’avait jamais été du temps où il ne vivait pas sur terre, ce qui faisait de lui un être extrêmement dangereux duquel il fallait se méfier.

Matt se méfiait de Loki, mais il se gardait bien d’accorder sa confiance à n’importe lequel des autres dieux descendus sur terre. Ils n’avaient rien à faire dans ce monde qu’ils considéraient comme leur jouet et leur grande force, s’il fallait éviter de la retourner contre soi, n’était qu’un mince avantage si on considérait leur nombre réduit et leur maigre connaissance du terrain. Si les créatures décidaient s’écraser les dieux, elles gagneraient, surtout avec l’appui des démons dont le nombre était impossible à déterminer, tellement il s’en créait de nouveaux chaque jour. Bien sûr, il fallait compter des morts et des morts, des milliers de cadavres d’humains de toutes les origines, si on en venait à une guerre contre les dieux, ce qui n’enchantait personne. Voilà pourquoi beaucoup de créatures et de sorciers s’étaient alliés à Héra : elle promettait la paix et la protection. Ni guerre, ni violence, ni esclavage, seulement une cohabitation un peu tendue entre être d’espèces différentes.

Gabrielle était Vénus. Elle faisait partie de ces dieux qui, à ses yeux, auraient dû rester de l’autre côté de cette brèche qu’il avait ratée. Toutefois, une partie de lui ne pouvait souhaiter qu’elle n’ait jamais traversé. Elle le rendait fou, bouleversait sa vie et même qui il était, mais il n’aurait pas voulu ne jamais l’avoir connue.


-Oui tu peux… Oser. Si tu connais un peu la mythologie romaine, tu sais que Venus était mariée à Vulcain, le dieu forgeron.

Elle disait cela comme si elle ne savait pas que Matt avait appris par cœur toutes les mythologies connues une fois qu’il avait compris que des dieux de toutes les époques et dimensions vivaient à New York. Peut-être ne le savait-elle pas aussi obsédé.

-Ils s’aimaient énormément, mais Vulcain était l’un de ceux qu’on appelle aujourd’hui un dépendant affectif… Écoute… il était doux et attentionné avec moi… mais il m’emprisonnait. J’avais parfois l’impression qu’il pensait que je me sauverais alors… Il m’emprisonnait, du moins c’était mon impression, et je me suis sentie prise au piège. Alors, j’ai fini par aller voir ailleurs… Mars, pour être plus précise.

Mars était-il resté de l’autre côté de la brèche? Héra ne lui avait pas parlé de sa présence et, logiquement, s’il avait été à New York, elle l’aurait fait puisque le dieu de la guerre ne pouvait éviter d’être mêlé à un conflit entre les dieux… Alors, celui qui avait séduit Gabrielle n’était pas ici. Le démon ne put s’empêcher d’en être ravi.

-C’était comme une histoire de planète finalement. Mais bon… il a finit par l’apprendre et il a été anéanti. Je le comprends, je me suis trouvée immonde de lui avoir fait ça, mais le mal était fait. Il m’arrive encore d’avoir de la difficulté à me regarder en face sans voir le visage qu’il avait, ce jour-là. Ensuite, il a disparu et je ne l’ai jamais revu… je n’ai jamais pu lui expliquer… même si ça n’excuse pas le geste.

-Je t’avoue que je trouve ça noble…regretter son geste. Ça ne m’arrive que très rarement. J’ai plutôt tendance à me justifier et à m’expliquer. C’est peut-être pour ça que je répète connerie après connerie…parce que je ne regrette rien, même quand je devrais. Je prends la solution facile de passer à autre chose sans vraiment tourner la page.

Pourquoi était-il aussi bavard et sentimental ce soir? Matt se trouva vaguement ridicule.

-Merci Matt… tu es parfait.

Lui qui n’avait pas peur de se faire transpercer le cœur par un sabre, il trembla presque au contact du corps de cette femme contre le sien et, surtout, de ses lèvres si douces contre sa joue. Il ne dit rien et n’osa prononcer aucune parole. Il avait tellement l’habitude de gâcher les moments lorsqu’il agissait.

-Je t’aime, petit.

Matt était un peu mal à l’aise. Il ne se sentait pas vraiment à sa place, finalement. N’était-il pas trop sombre pour participer au départ d’une âme pure vers cette lumière que lui ne connaîtrait jamais? Il resta néanmoins satisfait de sa décision d’avoir sauvé cette âme, car il voyait bien l’effet libérateur que son repos commençait déjà à avoir sur Gabrielle. Il resta silencieux et immobile, ne sachant pas s’il devait partir ou si la jeune femme avait besoin d’une présence, le temps de se remettre de ses émotions.

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Mer 16 Oct - 19:30

-Pardonne-moi, j’ai tendance à réagir un peu fort…

Matt prit Gabrielle au dépourvu, c’était bien la première fois qu’elle l’entendait s’excuser pour quoi que ce soit. Evidemment, elle aurait préféré qu’il s’excuse de l’avoir laissée en plan, brisée, démolie, mais non, ç n’avait pas été le cas. Elle se demandait vraiment si, un jour, elle s’en remettrait. C’était comme si personne n’arrivait à lui faire oublier son beau démon aux yeux clairs. Il faudrait tout de même qu’elle finisse par y arriver puisque c’est long, une vie de déesse.

-Signe que tu me connais bien…et en même temps, je sais que c’est le seul moyen d’atteindre quelqu’un comme Loki. La mort lui fait bien moins peur que l’échec et l’anonymat.

Elle le connaissait bien ? Elle fut encore plus surprise d’entendre cette remarque que d’entendre le démon s’excuser. Elle avait pourtant clairement l’impression d’avoir un inconnu devant elle. C’était comme si elle n’avait jamais vraiment passé de temps avec lui alors qu’à une certaine période, ils étaient toujours ensemble. Son comportement était contradictoire, parfois il la kidnappait pour lui chanter des bêtises, d’autres fois il sauvait l’âme de son fils de l’enfer. Elle ne comprenait pas quelles étaient ses intentions à son égard, pourquoi il était parti sans laisser quoi que ce soit derrière lui pour mieux revenir des années plus tard et faire des apparitions toujours plus inattendues les unes que les autres.

Il était vrai que l’anonymat tuerait Loki beaucoup plus que le fait d’être jeté aux requins. D’ailleurs, Gabrielle était certaine que si on lui donnait le choix, il choisirait d’être dévoré par les requins. Avant leur altercation, la jeune femme ne lui aurait voulu aucun mal. Elle ne l’aimait pas, mais elle ne le considérait pas comme un monstre, seulement comme quelqu’un avec qui elle ne s’entendait pas. Elle ne s’attendait clairement pas à ce qu’il l’attaque. Elle se demandait, d’ailleurs, s’il lui arrivait de regretter son geste, si celui-ci avait été voulu ou s’il s’agissait d’un accident. Accident ou pas, le résultat n’était pas imaginaire, la jeune femme était gravement brûlée au visage.


-D’ailleurs… Je ne lui ai pas dit ce qui s’était réellement passé avec le bébé… il ne sait pas que tu es… passé me prendre ce soir-là… je lui ai raconté une histoire. Il sait que je lui ai menti, mais il ne connaît pas ton existence alors tu ne crains rien…

Lors de leur dernière rencontre, Loki lui avait clairement fait comprendre qu’il savait qu’elle ne s’était pas réellement fait attaquer par des sorcières dans la rue… Elle savait que ça n’avait pas été particulièrement intelligent de sa part, qu’elle aurait dû lui raconter quelque chose de plus plausible, qu’elle avait tout simplement eu un malaise et qu’elle avait perdu le bébé dans la chambre de bain, chez elle.


Gabrielle était troublée, depuis quelques jours, parce qu’elle avait fait une rencontre qui sortait de l’ordinaire. Un soir, elle était sortie un peu en retard du bureau et elle avait constaté avec horreur que son chauffeur était parti, croyant qu’elle avait déjà quitté l’immeuble. Dans son état normal, elle n’en aurait pas fait un plat, mais avec son visage à demi brûlé, le fait d’être vue en public l’effrayait complètement. C’est alors qu’elle souhait ne voir personne sur le chemin du retour à la maison qu’elle était tombée sur lui. Elle avait beau avoir des cheveux et un capuchon pour cacher son visage, elle n’avait pu cacher sa blessure à ce bel homme et, même si depuis sa rencontre avec lui il agaçait considérablement ses pensées, elle craignait qu’il aille tout raconter aux journalistes.


-Je t’avoue que je trouve ça noble…regretter son geste. Ça ne m’arrive que très rarement. J’ai plutôt tendance à me justifier et à m’expliquer. C’est peut-être pour ça que je répète connerie après connerie…parce que je ne regrette rien, même quand je devrais. Je prends la solution facile de passer à autre chose sans vraiment tourner la page.

-Je t’avoue que j’ai aussi ce problème, être incapable de tourner la page. Je n’y arrive jamais complètement… La preuve : je me sens encore coupable de quelque chose qui est arrivé il y a des centaines d’années..

Lorsqu’elle avait embrassé Matt sur la joue, elle l’avait fait spontanément et elle devait avouer qu’elle aurait bien aimé qu’il la prenne contre lui, c’était comme si elle en avait eu besoin, elle se serait sentie moins seule, mais il n’en fit rien… soit parce qu’elle le dégoutait, ou encore parce qu’il n’en avait tout simplement pas envie. Il semblait mal à l’aise d’être là, elle ne voulait pas lui imposer de rester, mais en même temps, elle ne voulait pas qu’il parte. Ils avaient l’air bien pathétiques, silencieux, à se demander ce qu’ils pouvaient bien dire…

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Jeu 17 Oct - 18:53

Effectivement, Matt ne s’excusait presque jamais. S’il prenait conscience de ses torts, il ne verbalisait pas ses regrets devant une autre personne. Toutefois, il avait senti le besoin de le faire pour Gabrielle et il préférait éviter de chercher pourquoi cette femme le faisait agir différemment. Elle n’était pas la première à s’approcher un peu de lui et à le torturer avec sa beauté et sa personnalité intéressante, mais aucune avant elle n’était parvenue à le sortir de ses habitudes. Il ne les avait jamais laissées faire…exactement comme avec Gabrielle, en fait, sauf qu’elle, elle réussissait sans qu’il n’y trouve aucun sens ni aucune logique. Qu’avait-elle de plus que toutes les autres qui avaient essayé de toutes leurs forces de faire de Matt Fowl un homme meilleur et qui n’avaient récolté que leurs propres larmes ainsi qu’une indifférence mêlée de dégoût de la part du démon?

Matt ne regrettait pas d’avoir sauvé l’âme du bébé de Gabrielle, même s’il avait souffert et même s’il s’agissait aussi de l’enfant de Loki. Après tout, ce dernier n’en saurait probablement jamais rien et, de toute manière, il ne tirerait certainement aucun bonheur de ce fait, n’ayant toujours considéré ce rejeton que comme une extension de son pouvoir. Du moins, c’était ainsi que Matt voyait les choses. Pour lui, Logan Laufey ne s’intéressait à personne d’autre que lui-même et l’âme de son fil aurait pu être éternellement damnée qu’il n’en aurait rien eu à balancer. Le démon avait sauvé cette âme pour Gabrielle et pour elle seulement. Il ne l’avait pas fait pour le bébé, car il ne s’agissait que de l’un des milliers d’enfants qui souffraient pour rien en enfer et il était hors de question qu’il se donne pour défi personnel de tous les sauver. Celui-là était spécial, car il venait de Gabrielle. Il méritait donc la paix, même si Matt ne pouvait que vaguement s’imaginer ce que représentait cet état qu’il ne connaîtrait jamais personnellement.

Le démon n’avait pas expliqué à la belle femme les souffrances nécessaires pour libérer une âme de l’enfer et il ne comptait pas le lui dire. Jamais. Elle pourrait peut-être poser des questions, un jour, mais il se tairait. Il avait décidé qu’elle n’entendrait pas de sa bouche le récit horrible des étapes ayant mené à la libération de l’âme de son fils et il ne reviendrait pas sur son avis. Il espérait d’ailleurs qu’elle n’irait pas s’informer ailleurs. Elle risquait d’être choquée et, pire, de chercher pourquoi il avait accepté de passer à travers tout cela pour une quelconque âme même pas liée à la sienne.


-D’ailleurs… Je ne lui ai pas dit ce qui s’était réellement passé avec le bébé… il ne sait pas que tu es… passé me prendre ce soir-là… je lui ai raconté une histoire. Il sait que je lui ai menti, mais il ne connaît pas ton existence alors tu ne crains rien…

Elle l’avait donc protégé. Matt ne la remercia pas et se contenta d’un vague hochement de tête. Il s’était déjà excusé; il ne pouvait pas remercier en plus. C’en aurait fait beaucoup trop dans la même conversation!

-Je ne crains jamais rien.

Il était à moitié sérieux. Il aimait fanfaronner pour amuser la jeune femme. Même après ce qui s’était passé, après son départ et ce silence entre eux, il sentait cette proximité entre eux, une complicité qu’il ne partageait avec personne d’autre.

-Je t’avoue que j’ai aussi ce problème, être incapable de tourner la page. Je n’y arrive jamais complètement… La preuve : je me sens encore coupable de quelque chose qui est arrivé il y a des centaines d’années..

Matt eut un flash de sa famille.

-Ce qu’il y a de malheureux avec les erreurs, c’est que même en les réparant, on ne les efface jamais vraiment.

Il eut un petit sourire triste.

-Écoute Gabrielle…Je suis désolé si je t’ai fait du mal et de comment j’agis avec toi depuis un bon bout de temps. Je n’aurais pas dû t’enlever et te mettre en danger en t’emmenant en enfer… Même pour un démon, c’est un endroit dangereux. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Habituellement, je suis un peu plus intelligent que ça. Un peu.

Il tenta un demi-sourire coupable pour la faire sourire.

[Tu veux te TAPER l'autre blond. BEN SOUFFRE ALORS.]

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Dim 10 Nov - 20:00

-Je ne crains jamais rien.

Gabrielle lui lança un regard noir plein de haine. Elle détestait lorsqu’on agissait comme si on était invincible. Elle-même était une déesse et son état suffisait à témoigner que personne n’était invincible. Même s’il ne semblait pas sérieux, la jeune femme n’aimait pas se douter que Matt puisse prendre tout un peu trop à la légère. Le fait de savoir qu’une folle furieuse lui en voulait à mort inquiétait la déesse. Juste le dénouement de leur dernière rencontre lui prouvait qu’il ne pouvait pas toujours s’en sortir tout seul, si Gabrielle n’avait pas été là à ce moment-là, il serait mort, Rachel aurait eu sa peau. La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, pourquoi ça lui faisait aussi mal d’imaginer que Matt puisse disparaître ? Malgré la tristesse qui l’avait hantée, rongée et détruite après son départ, elle ne pouvait s’empêcher d’être contente de le voir chaque fois qu’il faisait irruption à l’improviste chez elle et ce, même si le fait que tout était différent d’avant lui faisait mal chaque fois.  

Matt et Gabrielle avaient toujours eu un lien bien spécial. C’est comme s’ils arrivaient à communiquer sans prononcer un seul mot, par un simple sourire, un regard que tous deux comprenaient bien. Ils avaient toujours merveilleusement connecté, ils avaient cette complicité qu’on recherche. La jeune femme avait beau lui en vouloir énormément, elle avait l’envie, à chaque fois qu’elle le voyait, de tout lui raconter, de rire avec lui et plus que tout, de se blottir dans ses bras. C’était comme si, de toutes les entités qui puissent exister dans l’univers, il était le seul de qui elle avait réellement besoin, mais elle le sentait inaccessible. Comme si malgré la proximité qu’il y avait entre eux, il avait construit un mur invisible, imbrisable, qui lui semblait impossible de traverser, alors elle restait de son côté et tentait de reporter ces sentiments refoulés sur quelqu’un d’autre en espérant qu’il arriverait peut-être à lui faire oublier Matt.


-Moi aussi je croyais ça… Vois comme j’ai eu tort…

La jeune femme pointa la moitié de son visage détruit et soupira. Il était vrai qu’elle n’avait vraiment pas réfléchi avant de se rendre seule chez Loki pour lui annoncer une telle chose. Elle n’avait pas cru que la situation tournerait de cette façon, elle savait qu’il ne serait pas content puisque Loki aimait tout contrôler. Le fait que la jeune femme ait refusé de perpétuer leur accord ne pouvait logiquement pas le rendre heureux, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il ne devienne violent. Elle réalisait bien que son geste avait été irréfléchi et que si elle avait pu revenir dans le temps, elle se serait organisée pour que cette rencontre se déroule publiquement. Loki ne se serait pas mis à lancer du feu en pleine ville devant tout le monde, c’aurait été bien trop dangereux pour sa réputation, mais d’un autre côté, la jeune felle l’aurait peut-être payé bien plus cher après.

-Ce qu’il y a de malheureux avec les erreurs, c’est que même en les réparant, on ne les efface jamais vraiment.

Elle eut un flash de Vulcain, de Mars et même de Matt lui-même. La jeune femme baissa les yeux au sol et eut un petit rire triste.

-Tu as rarement eu autant raison, parce que tu sais, dans toutes les autres occasions, c’est moi qui ai raison.

Elle eut un petit rire moqueur et lui fit un clin d’œil. Elle savait que rien ne rendait Matt plus enragé que cette remarque et même après toutes ces années, elle avait eu autant de plaisir à lui ramener en pleine gueule. C’était ça, leur relation. Un lien intense d’amour et de haine, complexe, mais aussi intensément vrai.

-Écoute Gabrielle…Je suis désolé si je t’ai fait du mal et de comment j’agis avec toi depuis un bon bout de temps. Je n’aurais pas dû t’enlever et te mettre en danger en t’emmenant en enfer… Même pour un démon, c’est un endroit dangereux. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Habituellement, je suis un peu plus intelligent que ça. Un peu.

Gabrielle cligna deux fois des yeux. Elle avait de la difficulté à croire ce qu’elle venait d’entendre. Elle ne savait pas trop s’il s’excusait d’être parti sans raison alors qu’elle avait tant besoin de lui ou bien s’il parlait vraiment juste de la fois où il l’avait kidnappée, mais elle aimait se faire croire qu’il parlait de l’ensemble, cela semblait lui faire un petit baume sur le cœur. Elle lui fit petit sourire et un clin d’œil.

-Écoute Matt, il fallait bien que j’y sois, sinon qui est-ce qui t’aurait sauvé la peau ? Tu sais je comprends… parfois on fait des choses… on prend des décisions avec lesquelles on doit vivre… Quand tu es parti je t’en ai voulu énormément, mais on ne peut pas forcer personne à rester où il ne veut pas être et je comprends mieux ce que tu es, maintenant. Et puis pour cette histoire d’enfer… tu ne pouvais pas savoir qu’une folle viendrait t’attaquer, Matt. Je sais bien que tu ne faisais pas ça pour mal faire…

Elle haussa les épaules, que pouvait-elle dire de plus. Elle ne lui en voulait plus d’être parti. Il ne lui restait que la tristesse.

[Tu veux te taper la Liberté, bien fait-le, mais tu sais qu’elle est bien moins sexy que moi Wink]

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Sam 16 Nov - 17:37

Matt fit une petite moue faussement triste au regard noir de Gabrielle. Il adorait jouer à la faire enrager, et il savait qu’elle le lui rendait bien. Ils avaient suffisamment de différences marquantes pour être en désaccord sur tout un tas de choses desquelles tirer des conflits, amusants ou non. Du temps où ils étaient plus proches, ils se disputaient, sérieusement ou non, sur toutes sortes de sujets, que ce soit des trucs graves ou futiles. Ils en avaient fait leur jeu et ils ne se laissaient jamais gagner l’un l’autre trop facilement. Gabrielle était une femme forte qui savait tenir son point et Matt avait une tête de mule. S’ils étaient du même avis contre une autre personne, celle-ci n’avait aucune chance. Toutefois, comme il leur arrivait souvent d’avoir des avis contraires, les étincelles jaillissaient de leurs conversations. Heureusement, ni l’un ni l’autre n’avait déjà fait l’erreur de prendre une discussion comme une attaque personnelle et de riposter par l’insulte ou le manque de respect. Une personne ne devenait pas sans valeur juste parce que ce qu’elle disait était déplaisant et tous les deux s’entendaient sur ce point.

-Moi aussi je croyais ça… Vois comme j’ai eu tort…

-Parce que tu es une femme.


Il lui fit un clin d’œil. Ils avaient déjà longuement discuté de sexisme et Matt, bien qu’il soit un démon aux défauts aussi nombreux qu’intéressants, n’adhérait pas à ce qu’il considérait comme de la connerie pure. Le sexe d’une personne avait autant d’influence sur sa valeur que sa coupe de cheveux…bien qu’à y penser, certaines coupes de cheveux étaient vraiment affreuses. Matt se permettait quelques blagues un peu sexistes, de temps à autres, mais il ne les faisait qu’avec des personnes au courant de ses positions sur le sujet. Les vrais sexistes l’énervaient follement et il les classait systématiquement parmi les gens de faible quotient intellectuel. Se baser sur une telle donnée pour juger une personne prouvait qu’on était lent d’esprit, rien de moins!

Matt ne savait pas trop comment gérer toute cette histoire de visage démoli et cela le rendait nerveux, et c’était ce qui justifiait son humour. Naturellement, avant, il lui arrivait fréquemment d’être drôle en présence de la belle blonde, mais cette habitude était morte lorsqu’il avait décidé de ne plus la revoir.

-Tu as rarement eu autant raison, parce que tu sais, dans toutes les autres occasions, c’est moi qui ai raison.

-Et quand on a le même avis, j’ai raison ou tu as tort?

Une partie de lui n’en pouvait plus de se sentir bien d’être venu la voir après s’être fait tant de scénarios sur son état. Le démon ne se réjouissait pas de voir Gabrielle défigurée, mais il la connaissait suffisamment pour savoir qu’elle était déjà en train de se relever de tout ce qui était arrivé. Il le constatait en la voyant qui ne s’appuyait pas sur son sort et qui ne mijotait pas une quelconque vengeance imprudente contre Loki. Lui-même se retenait d’en prévoir une, remettant à Héra le devoir de faire assassiner Loki, elle qui voulait prendre sa place comme dirigeante de New York. Cette femme était suffisamment intelligente pour arriver avec un bon plan et, surtout, elle avait un bon nombre d’alliés ainsi qu’une connaissance du fonctionnement de Loki que lui ne possédait pas.

-Écoute Matt, il fallait bien que j’y sois, sinon qui est-ce qui t’aurait sauvé la peau ?

Il eut un petit sourire triste.

-Tu sais je comprends… parfois on fait des choses… on prend des décisions avec lesquelles on doit vivre… Quand tu es parti je t’en ai voulu énormément, mais on ne peut pas forcer personne à rester où il ne veut pas être et je comprends mieux ce que tu es, maintenant.

Parlait-elle de cette partie démoniaque en lui qui accentuait son égoïsme et son manque de considération pour les autres ou encore de cette envie de liberté qui l’avait toujours retenu de donner son cœur à qui que ce soit?

-Et puis pour cette histoire d’enfer… tu ne pouvais pas savoir qu’une folle viendrait t’attaquer, Matt.

-Maintenant que je suis au courant, j’ai le regret de t’annoncer que tu n’es plus la bienvenue chez moi.

Il n’était vraiment pas à l’aise avec toute cette conversation, finalement. L’humour défensif ressortait tout seul.

-Je sais bien que tu ne faisais pas ça pour mal faire…

Le démon inspira pour essayer de ravaler la réplique qui lui venait mais…

-Oui, justement, j’ai fait ça pour mal faire. Je ne voulais pas que tu souffres physiquement et encore moins que ton enfant subisse le sort qu’il a connu…

Il n’était même pas capable de mettre les vrais mots sur la mort de ce bébé.

-…Mais je ne t’ai pas enlevée par grandeur d’âme. C’était par méchanceté, pour te montrer que je peux toujours faire ce que je veux et…

BAM. Loki. Exactement. Il était pareil à ce dieu imbu de lui-même qui avait défiguré Gabrielle. Ni plus ni moins qu’un homme imbécile qui s’était laissé emporter par sa frustration de ne pas avoir le contrôle sur tout. Cette réalisation lui coupa complètement l’envie de continuer à s’expliquer. La honte lui barrait la gorge.

-Bref…je suis désolé.

Il eut un court regard pour la belle jeune femme.

-Prends soin de toi, Miss Univers.

Le démon déposa le plus rapide des baisers sur la joue encore lisse de la déesse et se téléporta aussitôt dans son propre appartement du quartier Empire. Il n’avait pas envie de l’enfer, ce soir. Il avait envie de rhum, de musique classique et de faire enrager ses voisins toute la nuit.

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1166
Date d'inscription : 14/10/2012
Emploi/loisirs : PDG, actionnaire majoritaire et fondatrice de Venus Industries Inc.


Feuille de personnage
Phobie: Avoir à nouveau le coeur brisé.
Ambition secrète: Que Loki BRULE

MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ] Dim 17 Nov - 2:46

-Parce que tu es une femme.

Elle lui fit une grimace amusée. Comment se faisait-il qu’elle se sente soudainement aussi bien avec cet homme alors qu’elle avait passé des années à le détester férocement ? Pourquoi avait-elle autant de plaisir ? Elle se sentait à nouveau légère, comme à son arrivée sur Terre. Gabrielle avait compris ce qu’elle ressentait pour Matt, en enfer. Elle avait compris que les sentiments qu’elle ressentait auparavant pour le démon n’avaient aucunement disparu, même avec toute la haine qu’elle avait accumulée envers lui depuis tout ce temps. Toutefois, elle n’avait pas l’intention de lui en parler. Oui. Même Venus craint parfois de se faire rejeter, et dans son cas, pour une deuxième fois. La jeune femme savait que l’allusion de Matt à sa faiblesse due à sa féminité n’avait rien de sérieux, bien au contraire. Elle savait que Matt la testait sur chacune des parcelles de sa personne simplement pour la faire enrager, et cela l’amusait énormément. Elle lui était reconnaissante de lui rendre ce moment un peu plus facile, elle regrettait de ne pas l’avoir contacté avant afin qu’il puisse lui faire une petite séance de thérapie par le rire.

-Et quand on a le même avis, j’ai raison ou tu as tort?

Elle souleva son sourcil droit, elle aussi pouvait le faire enrager, elle en était capable.

-La règle, c’est que j’ai toujours raison, n’as-tu pas compris la première fois que je te l’ai dit ? Alors si tu te ranges de mon côté et que tu prends le même avis que moi, tu auras raison, évidemment.  

Elle avait parlé avec sérieux et professionnalisme comme une Docteure aurait présenté sa toute dernière théorie expliquant le monde durant une conférence qui changerait la vision de ce monde. Elle le regardait avec un petit air supérieur qu’elle aimait utiliser en sa compagnie. Elle aimait lui montrer la femme forte qu’elle était devenue, après son départ. Elle savait que sa puissance en tant que femme d’affaires se dégageait dans tous ses faits et gestes, ses mimiques, ses regards. Elle avait beau l’aimer encore, elle aimait lui montrer qu’elle s’en sortait très bien sans lui, alors que c’était faux. Elle en avait la preuve, ce soir-là, puisqu’en 2 semaines, jamais elle n’avait réussi à être heureuse comme elle l’était à ce moment-là, avec lui. Elle avait envie de le prendre dans ses bras pour qu’il reste à ses côtés pour toujours.

-Maintenant que je suis au courant, j’ai le regret de t’annoncer que tu n’es plus la bienvenue chez moi.

Elle eut un regard amusé, ce n’est pas comme si elle avait déjà été la bienvenue chez lui… La seule fois où elle avait mis les pieds dans sa réel demeure, en enfer, c’était parce qu’il y avait amenée, de force. Elle n’y avait pas accès autrement, puisque les êtres non-démoniaques n’avaient pas la faculté de se téléporter en enfer à moins d’être accompagné d’un de ces êtres. Elle ne savait toutefois pas s’il parlait aussi de son appartement qu’il avait sur la rue Empire. Avant d’aller en enfer, Gabrielle croyait que c’était sa résidence permanente, c’était toujours là qu’elle allait le voir quand ce n’était pas lui qui venait chez elle.

-Ce n’est pas comme si j’avais déjà été la bienvenue, tout de même.

-Oui, justement, j’ai fait ça pour mal faire. Je ne voulais pas que tu souffres physiquement et encore moins que ton enfant subisse le sort qu’il a connu…

La jeune femme le laissa continuer, elle se demandait bien où le démon voulait en venir avec cette réflexion, elle était déjà au courant de ces choses-là, appart peut-être la partie où il disait qu’il avait fait ça pour mal faire…

-…Mais je ne t’ai pas enlevée par grandeur d’âme. C’était par méchanceté, pour te montrer que je peux toujours faire ce que je veux et…

Elle ne comprenait pas cet engouement envers cette histoire qu’elle avait avec Loki à ce moment-là. Matt était parti de lui-même sans même une raison valable, soit une chicane ou une trahison de la part de la jeune femme. Il avait fait le choix de mettre une croix sur cette relation, même avec toutes les explications qu’il lui avait donné, elle ne comprenait toujours pas pourquoi sa grossesse l’avait enragé autant, pourquoi son potentiel futur mariage le dérangeait au point où il se laisse aller à ses bas instincts, brisant la distance qui les avaient séparé pendant si longtemps, pour venir la kidnapper. Et puis, une fois sur place, il avait tellement bu qu’il avait semblé à Gabrielle qu’il ne savait même plus lui même pourquoi il y avait amené.

-Et… ?

Mais il ne répondit pas à la question. Sa phrase s’était terminée comme s’il avait eu un coup de pied en plein visage et Gabrielle se demandait bien ce qui avait bien pu lui couper le sifflet à ce point, au cœur d’une conversation qui lui semblait d’une grande importance, pourtant

-Bref…je suis désolé. Prends soin de toi, Miss Univers.

La jeune femme ressentit une chaleur immense en elle lorsqu’il croisa son regard. Elle ne pouvait s’empêcher de rêver qu’il puisse s’intéresser à elle, qu’ils puissent être ensemble un jour. Sentir ses lèvres sur sa joue et ce, même si le geste avait été rapide eut l’effet escompté, comme un choc électrique. Elle eut soudain envie de s’agripper à lui pour qu’il ne parte jamais, lui hurler de ne plus jamais la laisser. Ses paroles vinrent tout naturellement, comme une bouffée de chaleur…

-Matt je…

Mais elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, il était déjà parti.

-… t’aime.

Elle soupira et baissa la tête. Elle n’aurait probablement pas ce courage à nouveau. Elle éteint donc toutes les lumières du condo pour ensuite se blottir dans son lit. Nul besoin de mentionner à qui elle rêva, cette nuit-là.

[So I think we're done here, t'avais juste à rester, c'aurait peut-être été différent Wink]

_________________
   


Parce que je l'aime. :
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Éteindre une étoile [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

Éteindre une étoile [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Helheim :: Appartement, condos et lofts :: Loft de Gabrielle V. Englebert-