AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Exécution publique [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hell's Ice Pirate
avatarMatt T. Fowl


Messages : 367
Date d'inscription : 13/10/2012
Emploi/loisirs : Rédacteur en chef de la revue people publiée par le Times


Feuille de personnage
Phobie: La médiocrité
Ambition secrète: Être libre.

MessageSujet: Re: Exécution publique [TERMINÉ] Dim 12 Jan - 19:05

Alec Fleming. Il s’agissait bien du petit ami de Gabrielle, là, en train de se faire retirer de sur la scène. Visiblement mort. Pauvre con. Matt eut tout de même une petite pensée pour ce pauvre homme qui n’avait pas réfléchi avant d’agir. Même s’il s’était montré stupide, il ne méritait pas la mort. Enfin, il ne la méritait pas plus que tous ces spectateurs ignares et figés devant le maire. Gabrielle allait certainement rester démolie pendant un bout de temps… Matt avait remarqué comment ce Fleming la faisait sourire – beaucoup plus facilement que lui – et à quel point elle avait remonté la pente depuis qu’il était à ses côtés. Naturellement, il était resté à distance. Il n’avait pas sauvé son enfant pour revenir dans sa vie. De toute manière, il avait bien remarqué qu’elle pouvait facilement se passer de lui.

Matt avait fait sa petite enquête sur Fleming et l’avait à l’œil depuis qu’il avait compris qu’il était un dragueur de haut niveau qui laissait toujours les femmes en larmes derrière lui. Le démon n’était pas accouru pour en faire part à Gabrielle, à la fois parce qu’il préférait éviter de confronter la belle femme et, surtout, parce qu’il aurait certainement eu à expliquer à la déesse ses intérêts sur le sujet. Il était bien sûr hors de question qu’il lui avoue qu’elle comptait encore pour lui, même s’il se tenait à distance.


-Vous avez choisi la belle Gabrielle. Elle retourne donc avec vous et a la vie sauve.

Le démon se sentit niaisement soulagé, même en sachant que Héra n’aurait pas laissé une déesse se faire tuer. Savoir Gabrielle hors de danger le calmait.

-Naturellement, je ne passe pas par un bourreau. Un vrai dirigeant doit être capable d’accomplir les pires tâches lui-même.

Matt plissa le nez une seconde en signe de dégoût. Vieux dieu débile.

Le démon fut surpris par le son strident provenant des haut-parleurs, mais il ne sursauta pas. Son regard se mit à voyager entre l’écran et Loki, car il devait garder sa cible à l’œil tout en surveillant ce qui se passait. Les premières explosions ne l’impressionnèrent pas et il reconnut là ce qui devait être le signe donné par son alliée grecque : cet attentat était suffisant pour semer la pagaille, ce qui pouvait très bien suffire à isoler Loki. Matt commença donc à s’avancer vers la scène, mais l’autre côté de l’assemblée explosa avec beaucoup plus de force et il fut contraint de s’arrêter, le temps des détonations, devant séparer son attention entre sa survie et sa mission.

Une fois les explosions arrêtées, Matt remarqua que la zone était en train de commencer à brûler. Il était certain que de civils allaient y mourir. Il devait absolument trouver Gabrielle et la sortir de là. En zone neutre, elle n’était qu’une humaine normale qui risquait d’être piétinée ou brûlée vive. Le démon abandonna donc Loki pour se mettre à la recherche de la belle blonde. Il finit par la voire, à quelques mètres de lui, suivant un policier qui transportait le corps d’Alec Fleming. Elle était donc bien protégée et en voie d’être hors de danger.

Loki. Il fallait tuer Loki. Son cerveau se remit en marche maintenant qu’il s’était rassuré sur le sort de Gabrielle. Il leva les yeux vers la scène, mais ce connard de maire n’y était plus. Un frisson glacial lui parcourut la colonne vertébrale. S’il fallait qu’il se soit enfui. Matt monta sur la scène et se glissa à l’arrière, espérant y trouver le dieu nordique, mais il n’y était pas. Il sortit donc de la zone et, une fois qu’il eut passé la porte grillagée, il chercha Loki des yeux, souhaitant qu’il soit encore visible. Il vit une silhouette ressemblant à la sienne, plus loin devant lui, et la silhouette semblait traîner un corps. Qu’est-ce que le maire voulait faire avec un corps et à qui appartenait ce corps? Point positif : son chargement le ralentissait, ce qui avait permis à Matt de le retrouver. Il le suivit à distance, restant extrêmement discret. Il faillit cependant jurer à haute voix lorsqu’il réalisa qu’il était hors de la zone neutre, ce qui signifiait que le maire avait lui aussi retrouvé ses pouvoirs. Ses chances de réussite étaient donc moindres, voire nulles. Tout ça parce qu’il avait perdu du temps à cause de Gabrielle. Toujours elle. Le démon s’engagea néanmoins dans la ruelle, silencieusement et avec une grande prudence.


[Idem que Varner]

_________________



CLARENCE:
 


Les meilleurs matins:
 


Fuck Alec:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celui qui sait tout
avatarEthan T. Wilson


Messages : 68
Date d'inscription : 12/08/2013
Emploi/loisirs : Apprendre, écrire, faire chier...


MessageSujet: Re: Exécution publique [TERMINÉ] Lun 13 Jan - 18:04

J’aurais aimé pouvoir croire en une quelconque force supérieure. Tout ce à quoi je croyais réellement c’était aux différents dieux eux-mêmes, mais encore, avec certaines restrictions. Je croyais en leur présence, en leur existence, bien sur!, sinon je ne croirais pas en moi – et s’il y avait bien une seule personne en qui je croyais, c’était bien moi, car qui pouvait être plus réel et parfait que moi? Sérieusement? – mais pas nécessairement en leurs pouvoirs. Non pas que je doutais qu’ils en aient, j’avais déjà eu droit de faire connaissance avec ceux de Loki et de certains autres – qui les utilisaient avec une force minime quand je les énervais un peu trop alors que je ne faisais rien de mal – et j’en avais moi-même des vraiment exceptionnels, seulement, je doutais de l’efficacité avec laquelle ils s’en servaient. Leur divinité, de nos jours, ne leur venait plus du pouvoir que leur donnaient les peuples sur qui ils étaient censés veiller, mais plutôt d’une envie égoïste d’être le plus fort. Les dieux ne se livraient plus de bataille digne de ce nom, trop englués et aveuglés dans leur vanité écœurante. Les dieux n’étaient plus des dieux parfaits, puissants et fiers. Ils étaient devenus mous, orgueilleux et de plus en plus pathétiques. Ils ne grandissaient plus, n’étaient plus les êtres plus grands que nature. Ils se perdaient, ils rapetissaient et se rapprochaient de plus en plus dangereusement des humains. Ces êtres qui croyait en une force supérieure, un Dieu, qui n’avait plus rien fait de vraiment concret depuis plus de 2000 ans. Les humains répétaient souvent que ce qui leur avait permis de surmonter telle épreuve ou tel moment pénible de leur vie était leur foi en Dieu. Ou en quelconque puissance supérieure qui leur donnait la force et l’énergie de passer au travers les coups bas du destin. Ils veulent bien croire en un personnage inventé de toute pièces par des évangiles il y avait des milliers d’années, mais ils ne voulaient pas croire en la magie des différentes créatures qui se déroulait sous leur yeux quotidiennement. C’était là toute l’absurdité de l’espèce humaine.

Ainsi donc, j’aurais aimé croire en une espèce de force supérieure, car de cette façon, j’aurais pu me concentrer à prier ladite force afin qu’elle m’aide à surmonter tout ceci. J’aurais pu, comme les humains, me réfugier dans un repère mental à idéaliser une force supérieure qui allait m’aider plutôt que de poser les yeux sur ce qui se passait réellement et sur comment je pourrais changer la situation. Si les humains agissaient d’eux-mêmes plutôt que d’attendre qu’un pseudo-Dieu le fasse à leur place, la Terre ne serait pas aussi chaotique. Au lieu de cela, j’étais pris dans la réalité. Une réalité pire que bien des choses que j’avais affronté jusqu’à maintenant. Une réalité que rien ni personne ne pouvait changer puisqu’elle était sous un dôme invisible qui empêchait tous les types de pouvoirs magiques capable d’influer au mieux ce qui se déroulait. Non seulement je devais subir la réalité, mais en plus je devais subir le fait de ne plus être qui j’étais vraiment. L’angoisse de la situation était déjà intense, mais il fallait en plus en rajouter avec le fait que je ne comprenais même plus comment réfléchir convenablement. Avec mon cerveau de dieu tout-puissant, j’aurais pu analyser les failles dans le plan de Loki. Maintenant, je n’étais rien. Malgré mes nombreux épisodes de désensibilisation aux zones neutres, je ne pouvais pas faire grande chose d’autre que d’être planté là, les yeux humides, plantés sur le visage de Drake Varner. Il avait l’air si triste et résigné. C’était comme s’il me regardait en me demandant pardon de se trouver là. Et c’était ridicule puisque tout cela était de ma faute à moi. Si quelqu’un devait se sentir mal et demander pardon, c’était moi. J’aurais dû me trouver sur cette scène à la place de Drake. Je mordis ma lèvre inférieure pour empêcher une larme de couler en voyant Loki s’avancer vers Varner avec son couteau.

Puis, un son strident. Un cri déchirant, comme si l’âme des condamnés lançait un ultime appel à l’aide à la foule. Je n’entendis plus rien pendant plusieurs minutes et commençai à paniquer, croyant être devenu sourd pour toujours. Je finis par reporter mon attention sur la scène. Drake s’y trouvait toujours. Mon instinct me criait de me diriger vers la scène, alors je fis quelques pas dans cette direction, mais alors que je réussissais à déplacer quelques personnes et à m’avancer, une explosion survint. Puis une seconde, encore plus puissante. La panique se répandit plus vite que le sang des victimes. Je fus moi-même pris dans un raz-de-marée humain. Tout le monde se précipitait vers la sortie principale, effrayé de tant de violence et d’horreur. Je vis une femme entièrement couverte de cervelle et d’entrailles rester sur place et hurler en pleurant. C’était tout ce qu’elle était capable de faire, le reste n’opérait plus. Alors, tandis que tout le monde se frayait un chemin tant bien que mal vers la sortie, vers la vie normale, afin d’oublier au plus vite les cadavres qui jonchaient le sol et les gens, moi, je voulais me rendre vers la scène. Je devais sauver Drake, cette diversion merveilleuse était une occasion à ne pas manquer. Je faisais deux pas et reculait de deux, parce que la force de la foule m’entraînait en sens inverse de ma destination. Je me sentais comme un saumon qui remonte le courant, sauf que je ne le faisais pas pour aller m’accoupler. Je faisais un saumon de moi pour sauver une vie. Je finis par atteindre la scène, mais il n’y avait plus personne. Seulement une marre de sang – effroyablement énorme – qui faisait une grande traînée au sol vers l’arrière de la scène. C’était probablement parce que c’était le choix le moins logique à faire que je décidai de suivre la traînée de sang et de m’engager dans le chemin menant derrière la scène.




[J’ai encore dépassé le nombre de mots demandé, mais je ne le ferai plus, promis : c’est ma dernière réponse. Razz J’ai terminé ma contribution à cet événement et je serai dans le même sujet post-exécution que Varner, of course!]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 602
Date d'inscription : 20/08/2012
Emploi/loisirs : Mannequin et policière


Feuille de personnage
Phobie: Que Cameron apprenne tous ses secrets.
Ambition secrète: Se débarrasser de Chloe.

MessageSujet: Re: Exécution publique [TERMINÉ] Ven 17 Jan - 12:50

Ce n’est pas parce que Kyle se savait condamné à mourir qu’il était nécessairement prêt à le faire. Il ne voulait pas quitter Cameron, son travail, ses ambitions et ses rêves. Il n’était pas prêt à tout abandonner et à tout laisser en plan. Il voulait vivre, se battre, aimer, changer le monde… Il était relativement jeune, avait toute la vie devant lui et avait plein de projets en tête. Il aurait aimé réussir à convaincre Cameron de venir avec lui, dans quelques mois, pour quelques semaines, dans un road-trip jusqu’au Grand Canyon, car c’était un rêve pour le jeune Harrisson d’y aller. Il aurait pu y faire des photos fantastiques, mais vraiment! En même temps, ils auraient traversé les États-Unis et vécu une expérience hors-du-commun. Ça aurait été leur souvenir bien à eux et ça aurait été fantastique. Kyle voulait passer le maximum de temps avec Cameron, il en avait besoin. Il aurait aimé aussi réussir à se trouver une galerie pour exposer ses clichés préférés, pour que les gens voient son art pas seulement son travail dans un journal. Kyle aurait aimé également réussir à discuter avec Cameron de ses sentiments réels. Jamais il ne lui révèlerait tout son sordide passé, mais il était bien prêt à lui révéler qu’il était amoureux de lui. Surtout avec la nuit formidable qu’ils avaient passé ensemble. Kyle aurait aimé que leurs dernières paroles échangées avant qu’il ne meure ne soient plus philosophiques et profondes qu’un simple « Bonne nuit. »

Kyle Harrisson avait déjà souvent fait face à la mort, donc il savait comment la gérer quand il s’agissait de la mort des autres. Il fallait bien sur se donner le temps de vivre sa peine, de rendre hommage au défunt. C’était un dernier au revoir, un dernier regard, un dernier contact… Puis, quand c’était fait, on recommençait à vivre. En s’accommodant de notre douleur, mais surtout de l’absence de l’autre. Quand Kyle avait perdu son père subitement, le plus dur avait été de réaliser qu’il ne reviendrait plus jamais. Il n’était pas seulement parti pêcher ou travailler, il était mort. Et enterré. Il n’entendrait plus jamais sa voix, ne verrait plus jamais son petit sourire coquin sous sa moustache, ne verrait plus jamais son fauteuil bercer, ne sentirait plus jamais sa lotion après-rasage et ne verrait plus jamais la fierté dans ses yeux quand il le regardait. Kyle avait appris à vivre avec tout ça, parce qu’on finit par apprendre à vivre autrement sans l’autre. Par contre, cette fois, il s’agissait de sa propre mort, donc il ne savait pas quoi faire. Il ne pourrait pas apprendre à vivre sans lui, mais il allait devoir voir les autres apprendre à le faire. Ce serait atroce à regarder, un des pires supplices. Il ne pouvait pas se dire que le temps arrangerait les choses pour lui, ni qu’il serait mieux où il serait. Il savait bien que trop qu’il irait directement en enfer, il ne passerait même pas devant St-Pierre, il avait acheté son aller direct pour les bas-fonds de la Terre il y avait bien longtemps. Il brûlerait pour l’éternité pour tout le mal qu’il avait commis. Comment peut-on faire face à la mort? Kyle n’en avait aucune idée. Et ça le terrorisait!

Il réalisa que ses molosses gardiens l’avaient bêtement laissé seul au milieu de la scène et laissé là sans surveillance quand il vit le maire s’approcher de lui. Kyle sentit un frisson le parcourir toute la colonne vertébrale. Il aurait aimé pouvoir fuir, mais ses jambes ne le porteraient pas bien loin, il le savait. Et Loki, lui, était bien en forme. Il  l’avait d’ailleurs bien empoigné pour ne pas qu’il puisse bouger et lui avait mis son couteau sur sa gorge.


-Tu t’es bien amusé à faire la vie dure à ma fille? Va en enfer, misérable sorcier fragile.

*Sa…fille?* Kyle n’eut pas le temps de se poser plus de questions ou de pousser plus sa réflexion afin de comprendre de quoi le maire pouvait bien lui parler, car il eut soudain terriblement mal. Il avait eu une immense sensation glacée contre la gorge et ça lui avait coupé le souffle. Puis, il se rendit compte que quelque chose de chaud lui coulait sur sa peau, le réchauffant un peu. Par contre, Kyle sentit comme un vent glacial s’infiltrer en lui, froid qui le gelait jusqu’au os et qui ne s’arrêtait pas. Quelque chose clochait. Il se sentait devenir encore plus faible. Il avait beau se concentrer sur le chaud qu’il sentait toujours couler dans son cou, puis sur son torse et son ventre, il ne réussissait pas à se réchauffer complètement. Il regarda autour de lui et vit le couteau de Logan couvert de sang, puis une flaque de plus en plus grande se former. Il comprit que le froid venait du métal du couteau et que le chaud venait du sang qui sortait de sa gorge à une vitesse folle. Le froid de la mort et la chaleur de la vie, se livrant bataille dans son cou, lui fit réaliser que c’était fini pour lui. Le froid prenait trop de place. Le sang se glaçait de plus en plus. Il allait donc mourir ainsi. Invisible, égorgé par un dieu assoiffé de sang et de vengeance. Kyle voyait embrouillé depuis un bon moment, mais il commençait à voir de plus en plus de noir également. Il allait perdre connaissance et la vie en même temps. Il ne pouvait plus se battre. Le sang avait trop coulé, trop vite. Il n’y avait plus rien à faire. Kyle Harrisson ferma les yeux et se remémora le visage souriant de Cameron Evans. Ce fut la dernière chose qu’il fit.

Kyle ne se rendit pas compte de la suite, parce qu’il était mort.
Bel et bien MORT. Quand Loki sortit le corps du jeune homme de la zone neutre, l’âme de Kyle n’y était plus. Elle avait déserté, l’appel de l’enfer était trop fort et elle n’avait pas voulu s’éterniser. De toute façon, Kyle n’avait personne à saluer avant son dernier repos. Donc, plus aucune trace de Kyle à l’intérieur de son corps, un peu comme s’il n’y avait jamais été, comme s’il n’avait jamais existé. Ainsi, même si le corps de Kyle sortait de la zone neutre et que ses pouvoirs le guérissait, il ne serait plus qu’une enveloppe vide. Le plan du maire avait fonctionné…


[OMG! Je ne peux pas croire que j’ai réellement fait ça… Donc… ceci était OBVIOUSLY ma dernière réponse…]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécution publique [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

Exécution publique [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dieux de New York :: Ville de New York :: Quartier Helheim :: Hôtel de ville-